#Football – R1 / G. Boronad (Albères Argelès) « Nous étions confiants »

Après avoir ressenti quelques difficultés avant la trêve de Noël, Albères Argelès a su réaliser une année 2020 plus que réussie. Les Catalans ont su montrer les muscles pour s’offrir un fauteuil de leader incontestable avant la trêve du confinement et ainsi valider le titre de champion et la montée. Guillaume Boronad doit dorénavant préparer au mieux ses troupes pour un étage au combien compliqué.

89777119_2852588951486824_1172119694887354368_n

Il y a quelques mois la montée n’était pas envisageable pour vous par manque de régularité. Aujourd’hui vous y êtes après une très belle année 2020. Quel a été le déclic pour noyer la concurrence ?

Le match aller en janvier contre Lattes a été important. Avant ça, ils étaient à cinq points de nous et d’avoir gagné ce match le 10 janvier nous a permis de recoller. Je pense qu’ils ont prit un coup derrière la tête car ils ont eu des difficultés après cette rencontre. Auparavant, ils avaient fait une très bonne première partie de saison. De notre côté, nous avons continué à être régulier, surtout dans nos prestations à la maison avec huit victoires sur huit rencontres à domicile. Ce n’est pas négligeable pour une équipe qui monte et c’est tout le mérite des joueurs. Avant ce match de Lattes, il y a eu un petit tournant en notre faveur je pense. Le match de Coupe de France perdu contre Pau 1-0 à domicile a été difficile, et après cette rencontre, nous avons perdu deux matchs en championnat à Montarnaud et Saint Clément. Le troisième match à Mende juste avant les fêtes a été reporté et déplacé après la rencontre de Lattes. Finalement ça a tourné en notre faveur car nous avons gagné contre Mende. Ce qui nous a permis de passer devant Lattes d’un point. Ce sont des petites choses qui ont été en notre faveur. Nous avons également senti à partir de janvier que même si nous avions ce brin de réussite et ça nous a donné un peu plus confiance en nous en février.

Au-delà des très belles performances de votre équipe, vous bénéficiez également de quelques méformes de Lattes vous permettant de vous éloigner au classement…

Oui, c’est surtout ça. Nous gagnons à la maison, mais nous faisons match nul à Rousson. Je pense qu’ils ont eu quelques petits soucis, je n’en sais pas plus. De chez nous, nous posions pas mal de questions en voyant les belles prestations qu’ils ont réalisées pour ensuite ne plus réussir deux trois victoires d’affilée. Nous avons fait un bon championnat mais eux ont également lâché des points peut-être au mauvais moment avec le coronavirus.

L’écart aurait-il pu se resserrer si la saison avait abouti ?

En toute franchise et en toute humilité, nous étions confiants avec nos huit points d’avance. Sur les sept dernières journées, nous avions quatre matchs à la maison donc nous étions confiants sachant que nous avions fait un sans-faute à la maison. Revenir à deux points de Lattes le 18 janvier, puis les dépasser après le succès contre Mende, nous savions que ça serait serré. Mais dés que nous avons gagné Sète à la maison, une très belle équipe qui plus est, eux ont fait un mauvais pas, nous avons compris que nous aurions un coup à jouer. Frontignan était un match que je craignais au vu du match aller chez eux. On y fait match nul mais ils auraient mérité la victoire. Je les voyais nous accrocher à la maison, mais nous avons une nouvelle fois pris les points, à l’inverse de Lattes. Avec huit points d’avance, nous étions confiants, ça ne veut pas dire que nous y serions arrivés derrière. Je pense que l’on serait tout de même allé au bout. Sur les sept derniers matchs, il leur fallait faire une série, chose qu’ils n’arrivaient plus à faire. S’ils avaient également enchaîné les victoires pour rester à notre portée, ça n’aurait clairement pas été la même chose.

Place maintenant à la saison prochaine avec un gros challenge qui vous attend.  Avez vous déjà essayé d’y réfléchir avec votre groupe ?

Pour l’instant c’est un peu compliqué avec le confinement. Nous allons attendre que ce dernier se lève pour se rencontrer et tout mettre à plat. L’année dernière, les joueurs ont fait beaucoup de concessions financières puisque nous avons joué sans prime de match toute l’année. Ils ont baissé les frais de déplacement. La priorité demeure de rencontrer mes joueurs, pas de recruter, mais de donner la possibilité au groupe qui nous a fait monté de jouer en N3. La priorité sera de les garder et après nous verrons en fonction des moyens du club.

Vous évoquez des efforts de la part de vos joueurs. Le climat actuel et de possibles baisses de financement par les sponsors risquent d’accentuer ces risques d’efforts. Cela ne vous fait-il pas peur de les voir désirer partir vers d’autres cieux ?

Oui, c’est pour ça que je préfère attendre pour rencontre mes joueurs face à face avec le président. Nous pourrons ainsi savoir où nous irons. C’est certain ça sera difficile, mais ça l’était déjà cette année comme le club avait déjà réduit les budgets. C’est pour cela que la montée n’était pas un objectif au départ. Jouer sans prime de match, avec des défraiements baissés ou inexistants pour les jeunes joueurs, ce n’était pas l’objectif. Maintenant nous y sommes, la priorité sera de récompenser les joueurs. J’espère qu’ils seront conciliants et que nous trouverons un accord avec eux pour repartir sur une nouvelle saison. C’est un challenge compliqué qui nous attend et c’est eux qui méritent de le jouer.

La montée en National 3 est une marche assez haute à laquelle plusieurs clubs ont du mal à répondre. Preuve encore cette saison, sur les quatre descentes, deux sont promus (Auch et Béziers) et Aigues Mortes était monté il y a deux ans. N’avez-vous pas peur d’un trop gros challenge à relever ?

Peur non, ça ne reste que du football dans un premier temps. Ça va être une expérience pour eux, après j’ai confiance en mes joueurs. Evidemment, nous devons passer un cap sur pas mal de choses, mais j’ai confiance, je sais que ça sera très difficile. J’ai confiance en la qualité technique et tactique de mes joueurs. Maintenant, il va nous falloir passer un palier physiquement pour pouvoir rivaliser et essayer de se maintenir. Nous savons que ça sera compliqué, il y a des retombées d’équipes montées la saison dernière. C’est le challenge. D’autant que cette poule présentera beaucoup de réserve : Nîmes, Rodez, Toulouse, Montpellier. Ça va être plaisant pour les gens d’ici. Il ne faut pas oublier qu’à part Canet, les Catalans n’ont connu que la R1 ces dernières années. Canet est monté en 2017, nous cette année. C’est enrichissant pour la région de pouvoir jouer à ce niveau-là et de mettre certains joueurs à la lumière de ce niveau.

Des rencontres de cette saison, comme la confrontation contre Pau peuvent-ils faire office de référence à vos yeux pour l’année prochaine ?

Nous avons su faire un bon match contre Pau en Coupe de France. Pau qui à l’époque était leader de National. Nous perdons 1-0 en Coupe de France. Je pense que nous avons montré une belle image. Maintenant ça ne reste qu’un match de Coupe, nous le savons. Mais quand on est capable de faire ça sur un match, à nous de trouver les ressources nécessaires et la rigueur pour pouvoir le réaliser pendant les matchs de National 3.

 

Propos recueillis par Nicolas Portillo

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s