#Football – D2F / Alain Benedet (Albi Marssac TFA) : «Accéder à cette D2 nationale peut être une image hyper importante pour le club et la ville d’Albi!»

Le stade Maurice Rigaud va être en effervescence ce dimanche à 15h lors de la 21eme et avant dernière journée de D2 Féminine . En effet Albi Marssac Tarn Foot ASPTT va jouer un derby face à Montauban qui va revêtir une importance particulière, puisqu’en cas de victoire les tarnaises se maintiendraient dans la division antichambre de l’élite qui verra la saison prochaine son format évoluer. Alain Benedet, le coach des isatis nous a donc accordé un entretien pour nous faire un premier bilan de cette saison et nous fixe le contexte de cette rencontre qui pourrait changer le devenir du club des présidents Espié et Enguilabert. Focus sur l’aventure de l’AMTFA et de son illustre coach qui vont peut-être écrire une nouvelle page de l’histoire du foot féminin en Albigeois.

 

Crédit photo AMTFA

 

C’était pour toi une première saison dans le monde féminin, une première expérience et une découverte mais avec de gros objectifs. Quel bilan est-ce qu’on peut tirer après quasiment une saison entière à la tête de l’AMTFA ? 

 

On va dire que, pour l’instant, c’est un bilan positif avant le match de Montauban qui va être un match crucial pour l’accession car on peut dire que c’est plutôt une accession en D2 puisque ça va être une poule unique nationale donc, on va prendre ça comme une accession. Il ne nous manque plus que 3 points pour pouvoir accéder à cette division nationale qui va être hyper importante. Le bilan à tirer, c’est qu’en début de saison, je ne savais pas d’où je partais ni où j’allais aller avec le staff et les présidents puisque j’ai eu 13 départs de filles en début de saison, juste pendant la période de vacances. Il a fallu que l’on recrute des filles qui n’avaient pas ce niveau-là pour faire un groupe de 20 joueuses et donc, c’était l’inconnu. Ensuite, sur ce début de saison, on a joué les grosses cylindrées comme Saint-Etienne, Nice à la maison, Marseille et il s’est avéré que l’on a perdu contre ces équipes-là mais de peu, 2-1 ou 3-1 donc on a vu que le groupe répondait présent. Ca a forgé un état d’esprit auprès des filles et du staff et ça nous a permis de dérouler un début de saison un peu difficile et on arrive à la trêve avant Montauban avec 12 points donc on s’est dit qu’il fallait attaquer les matchs retour pied au plancher en sachant qu’il y avait 6 descentes. On a su gérer les matchs retour à partir du match de Nice où on a fait une belle prestation et où personne ne nous attendait pour gagner chez elles 3-1 et à partir de là, ça a été un déclic où on a senti notre force de groupe et collective. A ce jour, avant ce match contre Montauban, on est 6es avec 30 points ce qui fait que nous sommes dans de bonnes dispositions en ayant les cartes en main pour pouvoir accéder à cette D2 nationale ce qui, pour le club et la ville d’Albi, peut être une image hyper importante.

 

Il y a aussi eu un gros travail tactique qui a été fait. Tu as repris des filles pour monter en puissance ? 

 

Oui, il y a eu un gros travail tactique mais il y a aussi eu une confiance du groupe pour que les filles puissent s’exprimer à 100%. C’est passé par le bon travail du staff, j’ai la chance de travailler avec un staff extraordinaire om chacun a trouvé sa place, avec une communication hyper ouverte auprès des filles ce qui est important dans le relationnel pour mettre les filles dans les meilleures conditions possibles et surtout avec un esprit de partage et ouvert de part et d’autre. Ça fait que c’est peut-être aussi pour cela que les filles se donnent à fond sur le terrain, parce qu’elles se libèrent complètement et ça, c’est le plus important pour obtenir des résultats. 

 

Quand on entend tes propos, c’est ce match à Nice qui a un peu été le déclic de la saison, celui qui vous a fait comprendre que vous pouviez y arriver et que vous touchiez du doigt la bonne direction ? 

 

Oui, déjà parce-que tout le monde nous voyait déjà perdre à Nice et les filles étaient bien préparées. On a joué sur un synthétique, ce qui n’est pas évident car on n’a pas toujours l’habitude de jouer sur un synthétique, mais les filles étaient hyper concentrées et elles se sont complètement lâchées contre une équipe de Nice de qualité et à partir de là, il y a eu un déclic. On a ensuite pris une veste à Toulouse où on n’était pas du tout préparé, on pensait que ce match était déjà acquis avant de l’avoir joué. et là, on a vraiment pris un coup derrière la tête. On était sur une série de 2 victoires, on s’est dit  » Toulouse va être une 3e victoire  » et là, on a pris une casquette ce qui nous a à nouveau remis en question pour le travail. On est reparti de l’avant et on a repris une gifle à l’OM où on a tenu une mi-temps, on était à 0-0 à la pause et on a pris 6 buts en 2e période. Là aussi, on a repris un revers derrière la tête ce qui nous a permis de rebondir à nouveau, de reprendre les choses en main et à partir du match de Clermont-Ferrand, on s’est dit  » il faut que l’on fasse une série  » et on a fait une série de 4 matchs gagnés ce qui nous a apporté 12 points et nous a fait faire un bond vers l’avant. C’est pour cela qu’à ce jour, on se retrouve à la 6e place, une place importante pour l’accession à la D2 nationale. 

 

Est-ce que c’est un groupe qui a encore une marge de progression ? 

 

C’est effectivement un groupe qui a une grosse marge de progression en sachant que j’ai 4 ou 5 filles cadres expérimentées comme Arnélia Koutoupot, Kim Cazeau, qui fait partie des deux meilleures buteuses du championnat avec 16 buts, Valentin Kirbach qui était blessée aux croisés l’année dernière et qui est quasi ma meilleure passeuse au club avec également 4 buts à la clé, Amandine Blanc, blessée depuis deux mois mais qui est quand même une fille qui amène de l’expérience, Marine Coudon au milieu et Angéline Quentin qui joue côté gauche; Ce sont donc des filles hyper expérimentées qui amènent aussi cette expérience au niveau des jeunes et l’amalgame s’est bien déroulé. Ces filles-là vont aussi accompagner les autres filles l’année prochaine où on renforcera quand même de 4 / 5 joueuses en plus pour relever encore plus le niveau. 

 

L’objectif pour la saison prochaine est déjà de verrouiller ce groupe et après, comme tu le disais, de l’amender avec des plus-values ? 

 

Exactement mais pour l’instant, on va déjà penser au match de Montauban, on ne va pas mettre la charrue avant les bœufs (rires). Ça va être un passage important pour accéder au niveau de D2 Nationale et surtout, surtout, stabiliser l’équipe avec quelques retouches pour ne pas trop perturber l’état d’esprit ni l’ambiance qui règne au sein du groupe puisque ce sera aussi un recrutement sur l’état d’esprit. Après, on essayera d’asseoir le club à ce niveau de D2 en sachant que l’année prochaine sera une année de transition puisque dans 2 ans, la D2 sera dans l’obligation d’avoir au minimum 11 contrats fédéraux mi-temps. Ça va quand même être une charge assez lourde et pour cela, il va peut-être falloir trouver un mécène qui puisse appuyer les finances du club car ça va demander des déplacements très loin et puis, ça va être hyper compliqué pour avoir 11 contrats mi-temps fédéraux. Mais bon, on va tout faire pour déjà accéder à cette D2 Nationale puis pour asseoir le club à ce niveau-là si on le peut. 

 

Si vous arrivez à asseoir le club à ce niveau-là, ça va être une véritable révolution sociologique pour ce dernier avec des contrats fédéraux ? 

 

Tout à fait mais ce qu’on peut constater à ce jour, c’est que le 15 a joué un match important contre Valence-Romans, en match aller / retour, pour une montée en Pro D2, le 13 a joué une demi-finale de championnat de France, les filles jouent une accession à la D2 Nationale donc ça fait plaisir de voir que le sport d’Albi se porte bien et porte très haut les couleurs de la ville ce qui est important. Nous, on va d’abord penser à cette monter et à stabiliser le club et on verra après ce qu’il se passe au fur et à mesure. Il faut œuvrer et on verra ensuite si des sponsors vont pouvoir se greffer dans l’ambition du club avec le niveau national car, si on accède à la D2 Nationale, on va rencontrer des clubs comme Lens, Strasbourg, Nantes, Marseille, Nice donc il va y avoir un engouement et de belles équipes qui vont passer par Rigaud. C’est comme le 13 qui lui aussi se bat énormément pour structurer le club, idem pour le 15 donc chacun prêche pour sa paroisse mais c’est bien de voir l’engouement qu’il y a autour de ces équipes-là dans cette ville sportive. 

 

Parlons du match de Montauban le 21 Mai. Ce sont quasiment des dates de play-offs dans un contexte de match qui ressemble à des play-offs ? Déjà, c’est un derby face à Montauban, un match qui peut vous permettre de valider ce maintien donc j’imagine qu’il va y avoir une préparation particulière pour cette rencontre, tant mentalement que physiquement et tactiquement ? 

 

Mentalement, les filles y sont déjà puisqu’après le match du Puy, où l’on a joué sur un terrain catastrophique, elles étaient déjà tournées vers le match de Montauban. On est sur 4 victoires d’affilée, ce qui est rare, les filles ont déjà l’ambition de faire une 5e victoire en sachant que Montauban est le derby. On aurait pu gagner à Montauban mais on était privé de Kim Cazeau devant qui pèse beaucoup sur les matchs et ça s’est joué dans les 5 dernières minutes mais on sait que ce match est déjà dans les têtes. On ne va pas non plus tout perturber pour mettre la pression sur ce match-là, on va essayer de le préparer au mieux comme on sait le faire depuis pas mal de temps mais là, c’est un match qui est capital et on le sait. On va éviter de mettre trop de pression aux filles et essayer de l’aborder du mieux possible en sachant qu’à Rigaud, on arrive maintenant à avoir des résultats positifs car on arrive à imposer notre loi chez nous et j’espère que cette loi-là sera aussi présente contre Montauban. 

 

Un mot ou une image qui symbolise cette saison ? 

 

L’ambiance et l’état d’esprit, je crois que c’est ce que tous les clubs recherchent, l’envie, l’envie de la gagne et la joie de vivre, on voit de suite après les victoires comment les filles se lâchent. Moi, ce qui me plaît énormément, c’est de voir que les filles se donnent à fond, elles donnent tout et ça fait plaisir à voir car, peu importe le résultat, elles ressortent complètement rincées, elles ont tout donné. C’est beau et c’est bien de voir que ces filles-là donnent le maximum, ça prouve que le travail du staff paye bien et que les filles savent bien rendre la monnaie de la pièce. 

 

Merci et on vous souhaite un épilogue heureux pour l’AMTFA à savoir ce maintien / accession en D2 féminine

 

Merci à vous.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s