#Rugby – Nationale 2 / Guillaume Aguilar (Nimes) : «C’est un club qui a de grosses valeurs et qui reste les pieds sur terre!»

Après 6 mois à la tête des Gardois du Rugby Club Nîmois, Guillaume Aguilar nous a accordé une interview pour nous décliner son analyse de ce début de saison en Nationale 2. Leader indéboulonnable de la poule 1 à l’automne, les taureaux nîmois ontt subit un léger trou d’air à l’arrivée de l’hiver. Le manager du RCN a donc fixé la feuille de route tout en louant ses conditions de travail dans le Gard .

Crédit photo Gérard Durand – SC Graulhet

 

Nîmes a effectué une belle saison l’année dernière, tu as repris le flambeau de l’ancienne équipe et de l’ancien avec, on peut dire, brio puisque Nîmes est dans les temps de passage, est dans le trio de tête et a même caracolé en tête pendant une longue partie de la phase aller de Nationale 2 ? 

 

C’est vrai qu’on a fait un début de saison positif mais il faut aussi rendre hommage au groupe et au staff de la saison dernière. Ils avaient fait une très bonne saison donc je pense qu’on était sur une bonne dynamique mais on a aussi essayé de faire évoluer l’équipe et un petit peu le jeu, de rendre les joueurs un peu plus autonomes et intelligents sur le jeu. Sans manquer de respect à ce qui se faisait avant, on a essayé de mettre notre patte sur cette équipe et sur ce groupe et ça a plutôt bien fonctionné puisqu’on commence par un 6 / 6 avec aussi quelques mauvaises prestations après, en tous cas, des prestations moyennes qui ont fait qu’on a connu la défaite. En tous cas, oui, on fait un bon début de saison et on est encore dans le haut de tableau avec un match de retard et un point de retard par rapport au premier qui est le Stade Métropolitain. On va dire que c’est encore positif, on va faire en sorte que ça continue et que 2023 commence bien, comme avait bien commencé Septembre 2022.

On ne va pas se mentir, on s’est aperçu que vous aviez un peu commencé à  » piocher  » au mois de Novembre où, comme tu le disais, vous avez eu des défaites et une série moins positive. De quoi est-ce venu, du fait que Nîmes a plutôt un jeu aéré, un jeu d’été ? 

 

Oui, je pense que ça en fait partie et qu’effectivement, on avait un jeu basé sur le mouvement du ballon et sur la vitesse et qu’avec des temps un peu plus compliqués avec la pluie et des météos pas très favorables à ce type de jeu, on a un peu subi. Maintenant, je pense qu’on a aussi été tributaire de quelques blessures, notamment après Bédarrides-Châteauneuf du Pape où on a eu quelques pépins donc on a forcément été un peu pris par ça. Notre capitaine se blesse suivi de notre capitaine de défense sur le match d’après donc, maintenant, il faut relever la tête et faire avec les joueurs que l’on a à disposition et chaque joueur a envie de bien commencer l’année. J’ai envie de dire que oui, on a eu un  » passage à vide  » car ce n’était pas un réel passage à vide, on a loupé certaines choses et on a su analyser nos défaites donc maintenant, à nous de travailler sur ces détails-là qui font que des matchs basculent en notre faveur ou pas. On a quand même fait de belles choses, notamment à La Seyne où on va chercher un point de bonus en jouant quasiment tout le match à 14 et aussi à 13. On a fait de belles choses, on connaît tout le potentiel de ce groupe et maintenant, à nous staff d’en tirer le meilleur. 

Des défaites face à Marcq-en-Barœul, Vienne, Aubenas ou encore La Seyne, laquelle te laisse le plus de regrets ? 

 

Les configurations sont un peu différentes mais je vais dire que c’est certainement et paradoxalement à l’extérieur mais Vienne et Marcq-en-Barœul sont des matchs que l’on doit gagner. Contre Vienne, on fait un bon début de match, on arrive à se mettre à l’abri mais, malheureusement, on ne tue pas le match quand on en a l’occasion en début de 2e mi-temps, on les laisse dans la rencontre et à la fin, je n’ai pas envie de dire que c’est une décision de l’arbitre mais ce sont des faits de jeu qui font qu’on leur laisse la possession dans notre camp, on connaît toutes les qualités de Vienne, notamment sur la conquête, et on prend un essai de pénalité sur maul. C’est pareil pour Marcq-en-Barœul, on caracole en tête quasiment tout le match et on n’arrive pas à tuer le match quand on en a l’occasion, on a une ou deux occasions d’essai et on fait un en-avant ou une mauvaise passe. On sait donc que ce sont des matchs qu’on aurait pu gagner si on avait été un peu plus précis et comme je te le disais juste avant, il faut maintenant gommer ces détails-là, il faut réussir à tuer les matchs quand on en a l’occasion et je pense que c’est ce qui nous a fait le plus défaut sur ces matchs. 

Et puis, quand rien ne va, il y a toujours le destin qui fait un clin d’œil. En est l’image le match reporté pour cause de météorologie à Dijon où vous auriez peut-être eu l’occasion de faire un coup et de marquer les esprits en allant gagner chez un ancien pensionnaire de Nationale ? 

 

En tous cas, c’était l’objectif. En plus, on sortait d’un match à La Seyne qui était très compliqué mais on a senti que ce groupe-là avait de grosses valeurs car malgré les cartons que l’on a pris et malgré la dureté de l’engagement, parfois même à la limite du rugby, on a senti un groupe qui ne lâchait pas et on a été cherché un point à La Seyne en jouant quasiment tout le match à 14 donc c’était très positif. On comptait bien effectivement se baser sur ça, sur la solidarité et la combativité pour aller en tous cas faire le meilleur match possible à Dijon. 

Quand tu étais à Mâcon, tu connaissais les derbys bourguignons et en arrivant à Nîmes, tu as découvert les derbys du Sud-Est contre Bédarrides-Châteauneuf du Pape et contre La Seyne. On va dire que ça a son supplément d’âme et sa ferveur voire plus ? 

 

Le plus gros derby a certainement été celui contre Bédarrides-Châteauneuf du Pape à la maison où tout le monde s’attendait à un gros match, que ce soient les supporters, les dirigeants ou les partenaires, tout le monde s’attendait vraiment à un gros match. Je pense qu’on a répondu présent sur ce match-là, en tous cas, on avait en tête comment ça allait se passer et, effectivement, on a senti très vite qu’on avait raison car je crois qu’une bagarre éclate à la 3e minute et on prend deux rouges mais on l’avait pressenti et je pense que les joueurs ont répondu présents et on remporte le match. C’est toujours important de remporter ces matchs-là qui sont importants pour la construction d’un groupe mais, en effet, c’est un autre état d’esprit sur les derbys, un peu plus basé sur l’agressivité et la combativité que ce que j’ai pu connaître notamment à Mâcon où c’était engagé mais toujours plus rugbystique que dans l’agressivité. Je savais en venant ici que le jeu dans le Sud était basé beaucoup, beaucoup sur le combat et parfois même sur un peu plus mais c’est un contexte qui me plaît aussi et je t’avoue que c’est plutôt bon de vivre ces matchs-là. 

En parlant de Mâcon, prochain match pour la reprise, c’est la réception à Nîmes de ton ancienne équipe de Mâcon, un match qui est important pour vous à Nîmes au sens général et pour toi dans le côté affectif ? 

 

Oui, c’est un match important pour nous car, comme je te le disais auparavant, il faut que l’on arrive à bien débuter l’année. On a 6 matchs d’affilée avec le report de Dijon donc ça va être un bloc très, très compliqué, très dur physiquement et mentalement et en plus, sur ces 6 matchs, on en a 4 à l’extérieur donc on sait que tous les points vont compter sur les 6 rencontres. On voit que c’est très, très serré dans le classement car, entre le premier et le 5e, il y a seulement 5 points donc toutes les cartes peuvent être redistribuées en deux matchs. Il faut donc qu’on arrive à faire le meilleur match possible pour avoir le plus de points possible avant d’enchaîner trois matchs à l’extérieur, à Rumilly, à Graulhet et à Dijon, des matchs en plus qui vont être très, très durs. En tous cas, pour nous, il faut que l’on commence bien cette année et qu’on arrive à faire basculer le match en notre faveur dès le 14 Janvier contre Mâcon. C’est un objectif que l’on a en tête donc à nous de bien travailler pendant 15 jours pour remporter le match sachant que, vu la situation dans laquelle est Mâcon et même si, encore une fois, ils ne sont pas très loin du 10e ou du 9e, ils sont aujourd’hui 11es et on sait qu’ils vont venir les dents longues et, comme nous, essayer de bien débuter l’année, surtout qu’on a gagné chez eux donc ils vont venir là revanchards. Après, en ce qui me concerne, c’est effectivement un match particulier, je ne vais pas te dire non car ça serait te mentir, car c’est mon ancienne équipe dans laquelle j’ai passé 12 ans mais je n’en fais pas un cas personnel. Je serai très content de les battre car j’ai des amis en face mais aussi pour d’autres raisons, on sait toujours comment ça se passe quand on joue contre son ancien club et on a envie de gagner. Donc oui, c’est un match un peu particulier pour moi et j’ai envie de le gagner, j’ai forcément cette ambition-là personnelle et cette envie-là de remporter ce match, c’est une certitude.

On va poser une question plus au technicien. On a vu en début de saison qu’il y avait une grande stabilité dans le XV de départ, un XV de départ qui était souvent peu remodelé mais là, avec ce bloc de 6 matchs, tu vas être obligé de piocher un peu plus dans les réserves et dans la profondeur de banc ? 

 

Avec les 6 matchs qui arrivent, on sait qu’il y aura forcément de la fatigue qui va apparaître à un moment donné, que ce soit mental ou physique donc oui, il va falloir faire en sorte que tout le monde se sente concerné par les matchs qui arrivent. C’est un gros travail qu’on a à faire dès cette semaine, faire travailler tout le monde, tous les joueurs pour qu’à un moment donné, ils se sentent concernés par ces matchs-là et, en tous cas, faire le maximum pour remporter un maximum de points sur ces 6 matchs. 

Cette stabilité qu’il y avait sur le début de saison, est-ce que c’était un coup tactique face à toutes les autres équipes qui avaient beaucoup renouvelé leurs effectifs ? C’était pour les prendre un peu à contrepied et avoir vous quand même plus de repères que ceux qui avaient beaucoup recruté lors du mercato puisque la Nationale 2 obligeait à s’armer ? 

 

Oui, forcément et puis, je trouve qu’aujourd’hui, n’importe quel entraîneur ou manager ou staff plus généralement sait que la stabilité dans un groupe rend l’équipe meilleure. On avait un XV titulaire dans les premiers matchs contre Mâcon ou Dijon, à part certainement la charnière et le pilier droit,  qui ressemblait fortement à l’équipe de l’année dernière donc avec des joueurs qui se connaissaient parfaitement et qui avaient l’habitude de jouer les uns avec les autres. Ça a forcément été un plus pour nous et on s’en est rendu compte sur les six premiers matchs mais ça va obligatoirement se corriger pour les équipes puisque ça fait maintenant 6 / 7 mois qu’ils bossent ensemble. Ça va s’équilibrer au bout d’un moment mais c’était effectivement une priorité pour nous de faire jouer les joueurs qui avaient l’habitude de jouer ensemble pour qu’on arrive à avoir des automatismes et être le meilleur possible rugbystiquement, c’est certain. 

Quels vont être l’objectif et le leitmotiv pour ce dernier grand virage des phases régulières 2022 / 2023 ? 

 

Pour être très clair et sans langue de bois, pour nous, c’est encore une fois prendre le maximum de points pour faire les phases finales. On ne va pas se mentir, il faut qu’on arrive à amener ce groupe et ce groupe a envie de faire des phases finales, ils y ont goûté l’année dernière en allant jusqu’en demi-finale donc il faut que l’on arrive à se qualifier pour les phases finales et vivre pleinement ces matchs-là. On le sait, ce sont les matchs les plus excitants qu’on a dans une saison et ce sont peut-être aussi des matchs qui vont favoriser un peu plus le jeu que l’on a envie de mettre en place. On a effectivement envie d’aller le plus loin possible dans ce championnat, sans griller les étapes mais, en tous cas, on a envie d’aller le plus loin possible et pour ça, ça va passer par les matchs qui arrivent, essayer d’en gagner un maximum à la maison, essayer d’aller en chercher un ou deux à l’extérieur pour rester dans le trio de tête voire dans les 4 premiers. Si on est dans les 4 premiers, c’est très bien aussi pour aller vivre ces matchs intenses des mois de Mai et Juin, surtout en Mai puisqu’il n’y a qu’un match en Juin. 

Ça fait maintenant 6 mois que tu es arrivé à Nîmes, est-ce que tu as un petit mot pour décrire ce club phare du rugby gardois ? 

 

C’est d’abord un club ambitieux et ça me convient très bien car aujourd’hui, on est là pour porter un projet, que ce soit bien sûr le président, les dirigeants mais on est aussi là, staff et joueurs, pour porter ce projet-là, faire en sorte que le club grandisse tout en gardant ses valeurs. Ce que je peux retenir de ce début de saison, c’est que c’est un club qui a de grosses valeurs, qui reste les pieds sur terre malgré tout et malgré les ambitions qu’il a, de grosses valeurs de solidarité et de combativité. Même si aujourd’hui, la solidarité est un grand mot et que tout le monde l’utilise à tort et à travers dans le rugby, sincèrement, ça existe vraiment ici, ce terme-là et cette valeur-là existent vraiment dans ce club et c’est très bien. Honnêtement, je suis très heureux aujourd’hui d’être le manager de cette équipe-là, je me sens accompagné par les dirigeants, je sens que les joueurs ont envie de progresser et de travailler pour aller le plus loin possible. C’est un bilan qui est plutôt positif pour moi et aujourd’hui, je suis très heureux d’être ici parce qu’en plus, la solidarité, la combativité et l’agressivité sont pour moi des valeurs ou des qualités dans lesquelles je me retrouve très bien. Je suis donc très content d’être ici et aujourd’hui, le club me le rend bien et il faut que ça dure.

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s