#Rugby – Nationale 2 /Marc Raynaud (Aubenas) : «C’est mon club adoptif, je ne pouvais pas le laisser descendre comme ça dans le bas du championnat.»

Dans l’Ardèche, après la descente en Nationale 2 en fin de saison passée, Aubenas a démarré fébrilement cette nouvelle aventure se voyant en position de relégable jusqu’à la 10eme journée. C’est dans ce contexte que Marc Raynaud, l’ex manager du RCAV a repris du service pour tenter d’amener de la sérénité chez les albenassiens. Le désormais nouveau directeur sportif du Rugby Club Aubenas Vals nous a donc accordé un entretien pour, faire un point de passage et nous exposer les méthodes qui ont permis aux ardéchois de redresser la barre.

 

Après une parenthèse, et même si tu n’es jamais resté très loin du RCAV, te voilà de nouveau aux manettes du sportif de ton club de cœur et d’adoption, le Rugby Club Aubenas Vals. Qu’est-ce qui a amené ce retour au bercail ? 

 

C’est tout simplement par rapport aux résultats. Après le match catastrophique contre La Seyne à la maison, les deux présidents m’ont appelé le lundi matin pour me demander si je pouvais leur donner un coup de main. Comme je suis rugby et que, comme tu viens de le dire, c’est mon club adoptif, je ne pouvais pas le laisser descendre comme ça dans le bas du championnat. Il fallait faire quelque chose alors j’ai tout simplement accepté la mission de pouvoir les aider à remonter.

On dit souvent que quand un coach coupe comme tu l’as fait, on prend de la hauteur et que quand on revient ensuite, on a une autre perception et une autre vision des choses. Est-ce que c’est vrai ? 

 

Oui, c’est vrai. Ca faisait 6 ans que j’étais là, j’étais fatigué moralement car c’était assez compliqué mais c’est vrai que, quand tu arrêtes 4 ans, tu viens quand même aux matchs, tu vois les choses différemment et c’est vrai que ça m’a aidé un petit peu sur la structuration petit à petit de ce que je voulais faire à Aubenas. Pour l’instant, ça prend forme tranquillement. 

On peut dire que les maux qu’avait Aubenas en début de saison étaient en partie dus à la mauvaise digestion de la descente en Nationale 2 ? 

 

Aussi, oui, peut-être. Il y a des choses qui ont été faites au club que je n’ai pas à juger, il y a des choix qui ont été faits sur le staff et sur les joueurs mais je ne juge pas, je suis là et je fais un constat. Le but est de leur redonner goût, tous ensemble, pour pouvoir faire quelque chose d’intéressant car il y a un groupe qui est vraiment de qualité. 

Il apparaît que la mayonnaise a bien pris depuis ton retour puisqu’on voit une remontada albenassienne ? 

 

Tu connais le rugby mieux que moi et tu me connais un petit peu, je ne me prends pas la tête et j’ai dit aux garçons  » on va prendre match par match, on va regarder les plus et les moins et on va pouvoir travailler un petit peu là-dessus « . C’est vrai que depuis qu’on a repris, on a pris un point à Dijon suivi de 4 matchs d’affilée de gagnés. Maintenant, comme je l’ai dit aux garçons, on arrive de loin, on n’est pas les grands seigneurs de la poule malheureusement donc on reste à notre niveau et on travaille pour gagner les matchs, que ce soit à la maison ou à l’extérieur. 

Est-ce qu’on peut parler de déclic psychologique avec cette victoire à Nîmes qui a dû faire beaucoup de bien ? 

 

Le match à Nîmes avait été ciblé de notre part et c’est vrai que tout le monde n’y croyait pas mais de ce que moi j’avais regardé des 4 ou 5 matchs de Nîmes, je pensais qu’on pouvait faire quelque chose là-bas. C’est vrai qu’on avait ciblé ce match et on avait dit que si on les prenait comme on les avait pris, je pensais que ça pouvait faire boule de neige et ça l’a fait. Je pense que ça a été un déclic un peu pour tout le monde. 

On ne va pas se mentir, malgré le départ diesel d’Aubenas, l’objectif reste toujours d’être dans les 6, d’aller chercher les play-off voire plus ? 

 

Sans prétention, je pense qu’avec le groupe que l’on a et le club que l’on est, c’est le strict minimum que d’être dans les 6 premiers. 

Et si vous accrochez des play-off, ça peut aussi réenclencher la dynamique populaire à Dugradus car on se souvient de l’ambiance qu’il pouvait y avoir dans ce stade il y a quelques années ? 

 

(rires). Oui, je suis d’accord avec toi là-dessus, on n’a pas le choix, il faut que l’on soit dans les 6 premiers pour faire des phases finales et que le public revienne. Là, on a le public que l’on mérite, c’est tout, on a des passionnés, les parents et familles des joueurs, on mérite ce qu’on a. A nous maintenant de faire revenir le peuple jaune et bleu qui est très nombreux. 

On va souhaiter à Aubenas une année 2023 fastueuse avec, qui sait, la timbale au bout et une remontée en Nationale tout en espérant que les 3es mi-temps soient toujours aussi chaleureuses à Aubenas. Le temps est parfois rude en Ardèche mais les 3es mi-temps sont chaleureuses

 

C’est vrai (rires). Tu es très gentil avec nous mais on va faire match par match et essayer d’accrocher cette 6e place. 

On te remercie

 

Merci beaucoup à toi.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s