#Rugby – Nationale / Léandre Cotte (Bourgoin) : «Quand on est provoqué, c’est très dur de garder les mains dans les poches!»

Dans un match accroché à l’image de leur capitaine Léandre Cotte qui a écopé d’un carton jaune, les Berjalliens ont finis 2022 sur une belle note empochant une 8eme victoire cette saison. Avec ce succès (20-15) face à Hyeres Carqueiranne devant le public de Rajon, Bourgoin se retrouve a la croisée des chemin de la phase régulière de Nationale à la cinquième place et est totalement dans les clous des objectifs de pré saison.

Crédit photo Christophe Joigneau – CSBJ

Ce fut dur mais, de toute façon, vous vous attendiez à ce match ?

 

Bien sûr, on s’attendait à un 9-9 à la mi-temps. On n’avait pas écrit le scénario mais on savait que ça allait être accroché, ils avaient perdu 5 matchs, ils venaient pour faire un résultat avant Noël donc on savait l’engagement qu’ils allaient y mettre, parfois un petit peu le mauvais engagement. On savait que ça allait être accrocheur, on est tombé par moment dans ce jeu-là, ils prennent un point ce soir, bravo à eux et nous, on a la victoire et on va se satisfaire de ça car il fallait ces 4 points mais on a encore de quoi grandir et de quoi travailler à la rentrée. 

Qu’est-ce qui est le plus difficile face à une équipe comme ça, le faux rythme, l’engagement ? 

 

Dès le début, ils nous ont imposé un faux rythme, on voit qu’ils mettent trois minutes à chaque fois pour taper des pénalités. Ils ont joué leur rugby mais je trouve qu’on n’est pas très bien arbitré, c’est aussi à nous de faire le boulot, il n’y a pas de lézard mais je trouve qu’on n’est pas très bien arbitré sur le match. Ils ont mis de l’engagement, ils sont venus pour embrouiller un petit peu, ils ont réussi leur jeu donc ce soir, on va se satisfaire de la victoire, c’est très bien. 

Il y a quelques mois en arrière de cela, vous n’auriez peut-être su résoudre cette équation mais aujourd’hui, vous êtes capables de faire face à ce genre de défi ? 

 

C’est toujours compliqué parce qu’effectivement, il faut gagner et ne pas rentrer dans ce jeu-là mais c’est difficile aussi. On a tous une fierté et quand on est provoqué, c’est très dur de garder les mains dans les poches mais on a quand même réagi collectivement. On voit qu’on peut les mettre à mal sur beaucoup de phases de jeu, on peut défendre très longtemps, on est en place sans prendre d’essai. Il fallait cette victoire ce soir, elle est là et franchement, c’est parfait.

Pourquoi est-ce que tu as pris un carton jaune ? 

 

Pour moi, c’est encore du zèle car l’essai est marqué, j’arrive sur l’action et on se bouscule avec quelqu’un. Il me dit qu’il y a coup d’épaule et il me met carton jaune là-dessus, c’est vraiment du zèle pour moi mais à moi de me contenir et, la prochaine fois, j’irais célébrer l’essai et je ne mettrai pas de coup d’épaule. 

Quel bilan est-ce que tu fais en cette fin d’année sur cette un peu plus de moitié de saison puisqu’on a attaqué la phase retour ? 

 

C’est ça, on attaque la phase retour. Le bilan est positif, on voulait être dans les 6 et je crois qu’on est 5e ce soir puisque Blagnac a perdu donc c’est positif. Il y a des choses imparfaites, on va continuer de travailler, on a 15 jours pour se reposer, recharger les organismes, un peu soigner les contusions quand il y en a et à la rentrée, ça va taffer dur pour réussir ces touches dans les 15 mètres à la fin pour aller chercher ce bonus. Ce sont des petites choses comme ça où on doit encore progresser mais c’est bien d’avoir des points d’amélioration car la perfection, c’est chiant. Nous, on n’a pas la perfection et on continue de travailler donc c’est parfait. 

Un petit mot sur les conditions de jeu puisque le terrain avait été bâché. Ça n’était pas trop compliqué, la pelouse était quand même en assez bon état ? 

On va dire que les conditions étaient à peu près les mêmes que la semaine dernière. Le terrain est très souple, il y a de grosses zones où l’herbe se détache mais disons qu’il n’y a pas eu de gel sur le terrain donc on a quand même pu jouer à peu près correctement. Il est sûr qu’on a des mecs derrière qui ne peuvent pas trop s’exprimer car c’est vraiment très souple mais, ma foi, c’est aussi du rugby d’hiver donc les terrains sont ce qu’ils sont. On a quand même la chance d’avoir un terrain pas trop, trop en mauvais état.

Propos recueillis par Fred Charvet

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s