#Rugby – Nationale / Yvan Leroyer (Rennes) : «On ne va jamais rien lâcher et ça va finir par payer pour nous.»

L’ex joueur de Rugby a XIII a décidé cet été de revenir sur ses terres natale en relevant le défi du Rennes Etudiants Club qui vendait juste d’acceder à la division Nationale. Après dés passage à Rillieux la pape et au Stade Métropolitain l’ouvreur d’origine angevine mais Breton d’adoption a retrouvé avec 10 ans d’écart un REC transfiguré mais ayant conservé son ADN. Alors que Rennes se débat pour tenter de décrocher le maintien dans un championnat relevé, Yvan Leroyer a livré son sentiment à l’issue de la défaite (21- 3) à Bourgoin lors l’ultime journée des phases aller (J13).

Crédit photo DOM 35 – Rennes Etudiants Club

Vous avez fait un match solide et, notamment devant, vous avez quand même un peu bousculé ces Berjalliens mais vous repartez les mains vides. Comment est-ce que vous analysez ce match ?

 

On savait qu’on allait avoir à faire à une grosse équipe berjallienne que ce soit devant ou derrière. On était venu avec l’ambition de ramener quelque chose d’ici et pour leitmotiv de s’envoyer, de ne rien lâcher et de montrer qu’on avait notre place dans cette poule. Aujourd’hui, je pense que ce qui nous fait défaut est surtout notre jeu au pied, et notamment de ma part, sur les sorties de camp qui ne nous aident pas. Du coup, on est régulièrement sous pression, on se fatigue petit à petit alors qu’eux sont dans l’avancée et je pense que c’est ce qui fait la différence aujourd’hui malgré tout l’engagement qu’on a pu mettre devant ou derrière sur notre intensité et sur notre capacité à défendre fort donc, c’est ce qu’on va retenir. 

Vous ne lâchez pas car on vous a vu résister jusqu’au bout pour éviter qu’ils prennent le bonus offensif. Cette prestation peut quand même vous servir pour les matchs à venir ? 

 

Bien sûr, on refuse que toutes les équipes se disent  » on joue contre Rennes, on prend le bonus  » parce qu’on mérite le respect, on s’envoie tous les week-end, on défend notre maillot et notre club. On s’est battu jusqu’à la dernière minute, on empêche Bourgoin de prendre un bonus, je ne sais pas si ça va nous servir mais, dans nos têtes, ça nous fait du bien parce qu’on est capable de ne pas lâcher contre un gros morceau et on est peut-être aujourd’hui un peu plus respectés par les grosses écuries. 

Du coup, vous n’allez rien lâcher jusqu’au bout ? 

 

On ne va rien lâcher jusqu’au bout, on ne lâchera rien le week-end prochain, on ne lâchera rien à la reprise et ce sera comme ça toute la saison. On ne va jamais rien lâcher et ça va finir par payer pour nous.

Propos recueillis par Fred Charvet

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s