#Rugby – Nationale / Cyril Villain (Chambéry) : «On ne va pas baisser les yeux ni baisser la tête, on va continuer à bosser mais c’est dur de perdre des matchs comme ça!»

Les éléphants Chambériens sont passés à quelques encablures de relancer leur saison et d’engranger leur première victoire de cet ultime bloc de l’année 2022. Comme face à Bourgoin il y a 15 jours, le SOC Rugby a vu s’envoler la victoire lors des dernières poignées de secondes par un fait de jeu laissant le public pantois. En effet le demi de mêlée, Dylan Nocete éreinté par 80 minutes d’un match dont la rudesse hivernale était le maître mot, par manque de lucidité a envoyé le ballon en touche alors que son équipe pilonnait la défense albigeoise en recherche d’une marque rédemptrice. Malgré cela le Manager du SO Chambéry n’en voulait pas à son maître à jouer, conscient de la débauche d’énergie effectué par ses hommes pour remonter les 9 points de débours qu’ils accusaient à la 60eme minute. Chambéry vient de louper un carrefour de sa saison mais ne compte pas courber l’échine pour autant .

Crédit photo Philippe Gervasoni

Comment analyses tu cette défaite d’un petit point à la dernière minute dans un contexte particulier ?

Les joueurs se sont employés, même si le rugby n’est pas au niveau de ce qu’on attend, mais ils n’ont rien lâché, ce n’était pas évident de trouver les ressources pour revenir au score. Cette fin de match est incroyable parce qu’on doit aller chercher un résultat positif mais c’est comme ça, on ne va pas baisser les yeux ni baisser la tête, on va continuer à bosser mais c’est dur de perdre des matchs comme ça. En plus, on manque de lucidité en fin de match, c’est vrai que Dylan ne contrôle pas le score, notre 2e 9 se blesse à l’échauffement, on a dû le sortir de la feuille de match donc on joue aussi avec un joueur qui joue 80 minutes et qui manque de lucidité en fin de match, on ne va donc pas du tout incriminer Dylan. C’est comme ça mais c’est dur.

J’ai trouvé que vous aviez bien défendu sur leurs ballons portés en 1ère mi-temps car ils ont pris trois fois des pénaltouches alors qu’ils avaient des pénalités où ils auraient pu prendre des points. Finalement, on s’est dit que vous étiez dans le match à 3-0 et même que vous pouviez passer à 3-3 à la mi-temps mais vous êtes repartis un peu  » bizarrement  » en seconde période ? 

 

Oui, on ne craque pas défensivement sur la 1ère mi-temps mais bon, en face, ils ne proposent pas grand-chose non plus. C’est une déception sur la partie offensive, on fait tomber trop de ballons, on voulait les déplacer mais on n’a pas tenu les ballons, on voulait mettre de l’intensité mais il y a trop d’arrêts parce qu’on n’enchaîne pas les temps de jeu donc la 1ère mi-temps est trop insatisfaisante sur la partie offensive. On perd aussi 2 / 3 ballons en touche, on ne fait pas grand-chose de notre 1ère mi-temps et, malheureusement, on est trop en réaction sur la 2e. Bravo quand même aux mecs de pouvoir reprendre le score alors qu’on est mené 9-0, c’est vrai que c’était un match difficile, âpre, très engagé mais il nous manque la lucidité pour gagner ce genre de partie face à une équipe qui joue son rugby et à qui on n’a rien à envier mais bon, aujourd’hui, il nous manque encore trop de détails, ou peut-être un détail (rires), pour gagner. 

Contre Bourgoin comme pour l’année dernière, il y avait toujours un truc avec les équipes du Top 6, ça se jouait toujours à rien, Gauthier Brute de Rémur disait justement dans la presse que c’étaient ces petits détails qui donnaient ça. Est-ce que tu penses que c’est un constat d’échec ? Ça fait le 2e après Bourgoin et c’est dommage car on a l’impression que c’est un constat d’échec alors que, finalement, ce n’est pas le même match

 

C’est un peu le sentiment qu’aujourd’hui, on ne produit pas le rugby qu’on aimerait proposer et qu’on travaille la semaine donc il y a déjà ce sentiment de frustration. Il y a aussi les résultantes des fins de matchs car on y laisse beaucoup d’énergie et de lucidité, les deux fins de matchs peuvent tourner en notre faveur, contre Bourgoin et encore plus aujourd’hui contre Albi. Malheureusement, on manque aussi de rotations derrière, on a beaucoup de blessés, on ne fait pas tourner la charnière et ce sont des postes qui sont difficiles, qui demandent de la maîtrise et de la lucidité et, aujourd’hui, le banc d’Albi a peut-être aussi fait la différence sur la partie leaders et stratégie. C’est comme ça, on est des grands garçons, on va relever la tête, on a une fin de saison difficile avec deux gros déplacements mais on ne va pas baisser les bras et continuer à bosser. Il faut qu’on retrouve le chemin de la victoire pour retrouver un peu de plaisir. 

Tu parles d’enchaîner sur l’après et l’après, c’est Valence-Romans. Ça peut faire peur mais, finalement, vous n’avez rien à perdre là-bas ? 

Non, on a rien à perdre. La seule difficulté, c’est qu’eux ont une semaine complète pour récupérer de leur match et pour nous, le calendrier fait qu’il y a des incohérences dans ce championnat, on rejoue dans 5 jours et c’est quand même difficile, surtout qu’il y a aujourd’hui un effectif qui est meurtri par beaucoup de blessures. On va voir comment on le gère mais là, j’ai plutôt la tête à la déception d’Albi et on basculera demain sur le VRDR.

Propos recueillis par Fred Charvet

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s