#Rugby – Nationale / Guillaume Cazes (VRDR) : «Il ne faut pas avoir peur de descendre de 2 voire 3 étages pour reprendre confiance en soi!»

Formé à Narbonne, Guillaume Cazes après des passages à Oyonnax (Pro D2), Albi et Mazamet (Fédérale1), est revenu durant deux saisons dans ses terres natales à Gruissan. N’hésitant pas à se relancer en fédérale 2 , cet arrière de formation a découvert le poste d’ouvreur tout en reprenant goût au rugby. Un parie gagnant pour celui qui désormais évolue a Valence Roman Drome Rugby, un des prétendants à l’accession en Pro D2. Nous avons rencontré Guillaume Cazes, quelques heure avant la victoire contre Nice (26-23), et il nous a exprimé sa joie retrouvée chez les leaders de Nationale.

Crédit Photo JRK Rugby

Après un passage en Fédérale 1 au Sporting Club Albigeois puis un détour par Mazamet, tu étais retourné dans tes terres gruissanaises, dans l’Aude, pour reprendre du temps de jeu et du plaisir. Et voilà qu’une bonne nouvelle est arrivée puisque tu as tapé dans l’œil du VRDR et que tu as fait un beau rebond en sautant 4 divisions pour arriver en pays drômois ? 

 

Je suis passé par Albi et Mazamet mais c’était en période Covid donc des saisons en demi-teinte puisqu’elles s’arrêtaient. J’ai fait le pari de rebondir en Fédérale 2 dans mon club à Gruissan mais aussi de jouer en 10 ce qui m’a permis de faire une saison XXL. D’avoir pu rebondir à ce niveau-là et dans cette équipe de Valence-Romans, c’était quelque chose que je n’espérais pas de suite mais bon, c’est venu et je le prends avec plaisir. Je retrouve du plaisir, je retrouve le haut niveau et c’est ça qui m’anime aujourd’hui. 

Ça donne aussi un message aux jeunes joueurs : il ne faut parfois pas hésiter à repartir un ou deux crans en arrière pour mieux rebondir ? 

 

Bien sûr, je crois qu’il ne faut pas avoir peur car aujourd’hui, que ce soit en Fédérale 1 ou en Fédérale 2, ce sont des niveaux intéressants et qui sont regardés. Donc non, il ne faut pas avoir peur de redescendre de niveau, de faire des saisons pleines, de prendre énormément de confiance car après, il y a toujours des portes qui s’ouvrent. Il ne faut surtout pas avoir peur de descendre de deux voire de trois étages parfois pour reprendre un peu confiance en soi.

Parlez- nous de ce club du VRDR. C’est quand même la grosse machine de Nationale, un club structuré, qui a des ambitions et qui grandit ? 

 

C’est évidemment un gros club avec de grandes infrastructures et c’est plaisant de jouer là-bas. On a eu très peu d’arrivées cette année, l’équipe n’a pas beaucoup changé par rapport à l’année dernière donc on a pu construire autour de ça. C’est très plaisant, on fait beaucoup de boulot, ça travaille dur et, pour le moment, on est dans le vrai. On a énormément d’objectifs pour la fin de saison donc on a pris le train en route et pour l’instant, tout roule et on va continuer comme ça. Ce week-end, on a une grosse réception de Nice qu’il ne va pas falloir manquer, Nice se cherche un peu pour le moment mais je pense que, quand ils vont se trouver, ça va faire mal. Il ne faudrait pas qu’on les relance ce week-end donc on se prépare à un gros match. 

Dès l’été, on savait que VRDR serait l’un des favoris à la remontée en Pro D2 mais là, avec 5 matchs et 5 victoires, vous avez la pancarte de rouleau-compresseur donc vous allez être chassés comme on dit ? 

 

On ne s’est jamais caché qu’on voulait remonter en Pro D2. C’est vrai qu’on fait un début de saison parfait avec 5 victoires pour 5 matches dont 3 à l’extérieur donc on ne pouvait pas rêver mieux. Oui, on va être chassé mais on en est conscient, on a un gros effectif mais aussi un effectif très large donc on va prendre match par match et on mettra l’équipe la plus compétitive pour les matchs qui vont venir. On reste focus sur nous et notre jeu, on travaille dur aux entraînements pour que ça paye le week-end mais on a un bloc très, très dur qui nous attend. C’est sympa, on va voir où on en est. 

Le week-end dernier, il y avait quand même un match spécial pour toi puisque c’était Narbonne. C’est quand même ton club de cœur, tu as grandi à côté et tu leur as joué un mauvais tour quand tu as lobé la défense pour amener l’essai de l’un de tes coéquipiers ? 

 

C’est toujours spécial pour moi de jouer contre Narbonne et au Parc des Sports et de l’Amitié car c’est là où j’ai commencé mes premiers matchs en Pro D2. Jouer devant sa famille et ses amis est toujours aussi un moment spécial. J’avais à cœur de commencer cette saison car j’avais été remplaçant trois matchs et là, c’était vraiment mon premier match pour lancer ma saison et quoi de mieux qu’à Narbonne avec une victoire au bout. J’étais forcément très content d’avoir joué à Narbonne, d’avoir revu un peu tout le monde. Ce coup de pied lob était un avantage, je l’ai joué à 100%, j’y ai cru et ça a marché donc ce n’est que du positif. 

Ton prochain adversaire, Nice, a joué la semaine dernière contre Albi, l’un de tes anciens clubs. Que penses-tu du début de saison de ces deux équipes, et surtout d’Albi car c’est quand même un club où tu as des attaches ? 

 

Albi ne fait pas un mauvais début de saison. Je pense que, pour le moment, ils se cherchent encore un peu avec beaucoup de mouvements à l’intersaison, c’est une équipe qui est en train de se reconstruire mais qui a de très, très grosses individualités. C’est une équipe dangereuse et quand ils vont vraiment être en place, ils vont faire vraiment mal. On va les prendre d’ici peu, à la fin de ce bloc, début Novembre donc on aura le temps de s’y préparer. Nice, par contre, arrive vite et Nice est à peu près comme Albi avec pas mal de mouvements à l’intersaison et une équipe qui se cherche aussi avec de grosses individualités donc il faut que l’on reste vigilant face à cette équipe qui, pour le moment, est un peu mal classée mais qui a des qualités. Je crois qu’ils vont venir sans pression chez nous, à Pompidou, et qu’ils peuvent nous jouer un mauvais tour donc, à nous d’être solides et sérieux toute la semaine pour les recevoir comme il faut et espérer l’emporter samedi soir. 

On va dire que le plus gros danger pour VRDR est peut-être VRDR lui-même en ayant une petite décompression après 5 victoires d’affilée et de se croire arrivé ? 

 

Forcément, après avoir gagné 5 matchs d’affilée, on peut avoir ce petit relâchement mais je crois qu’on est conscient des choses. On se le dit entre nous, il ne faut pas qu’il y ait ce relâchement, surtout pas ce week-end à domicile. Les matchs à domicile sont particuliers donc on ne veut pas de ce relâchement, tout le monde est impliqué, on est 45 mais tout le monde est impliqué et on se tire vers le haut pour justement éviter ces petits relâchements. Je ne sens pas l’équipe se relâcher, au contraire, on est encore motivé à progresser parce qu’il y a encore du taf. Je ne vois pas ce relâchement aux entraînements, on se prépare plutôt bien et dans de bonnes conditions pour encore progresser et rester invaincu le plus longtemps possible dans cette Nationale. 

Le mot d’ordre pour ce week-end est de faire perdurer la dynamique ? 

 

Faire perdurer la dynamique, rester focus sur la stratégie qu’on met en place tous les week-ends, rester dans le positif, continuer à engranger de la confiance car c’est important. C’est aussi gagner des matchs car on sait que la saison est longue et que les points qu’on prend maintenant, c’est déjà ça car on ne sait jamais ce qui peut arriver par la suite. Donc, continuer à engranger de la confiance, des points pour conforter un peu notre place de leader. 

Merci et on te souhaite une belle saison

 

Merci.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s