#Rugby – Nationale / Éric Escribano (Blagnac) : «Albi est un favori logique à la Pro D2 et Mathieu Bonello ne peut plus se cacher!»

Le coach du Blagnac Rugby, Éric Escribano nous a accordé un entretien à quelques jours du Top départ de la Nationale où il est revenu sur l’intersaison, les mouvements dans le club haut garonnais et les ambitions du club pour son centenaire. Alors que pour lancer la saison les Caouecs recevront au stade Ernest Argelès, le Sporting Club Albigeois, Eric Escribano a collé la pancarte de favoris sur le dos des tarnais et fixé le ton de ce derby occitan.

Retrouvez en fin d’article, l’ensemble des transferts de l’été 2022 du Blagnac Rugby.

 

C’est une 3e saison en Nationale pour le Blagnac Rugby avec un championnat qui s’épaissit de plus en plus et où Blagnac va encore essayer de tirer son épingle du jeu ? 

 

Oui, on va essayer de tirer notre épingle du jeu comme chaque année. Je crois qu’on est un peu cette équipe caméléon dans le championnat avec notre pluriactivité et nos joueurs qui sont comme ça mais on prend du plaisir à jouer dans ce championnat qui est très intéressant. Ca nous oblige à trouver des solutions pour toujours rivaliser avec toujours notre objectif de maintien le plus rapidement possible et on sait qu’il se jouera à peu près à 52 points comme l’année dernière donc à nous de les obtenir le plus vite possible. 

Parlons un peu de l’intersaison blagnacaise et, bien sûr, du sujet qui intéresse tout le monde à savoir le mercato. Quel a été l’ordre de grandeur de ce dernier chez les Blagnacais ? De grande ampleur ou par petites retouches ? 

 

On va dire qu’on a ciblé beaucoup de jeunes joueurs par rapport à nos moyens mais des jeunes à forts potentiels qui sont dans les centres de formation que ce soit à Colomiers, Toulouse ou Castres avec qui on a de très bons rapports et qui ont pu nous envoyer ou nous prêter des joueurs. Ça nous permet de continuer à travailler avec ces jeunes en plus du travail qui est fait dans les centres de formation français et d’essayer de leur faire passer un cap. On est resté sur un recrutement très français et je dirai que le joueur le plus expérimenté est Leeroy Cloostermans qui arrive de Mâcon et qui, il y a encore 3 ans, était en Pro D2 à Vannes. C’est le seul joueur pour remplacer Benoît Piffero et après, on n’est resté que sur des jeunes à fort potentiel dont on espère qu’ils nous aideront à continuer à grandir mais surtout, que ça leur permettra de rebondir vers le très haut niveau après. 

Le staff s’est aussi un peu étoffé du côté de Blagnac avec un néo-retraité ? 

 

Exactement puisque Fred Medves nous rejoint, il va apporter une nouvelle touche et un nouveau discours aux joueurs. Je crois qu’on est un trio qui s’entend bien, on essaye d’apporter un maximum de réflexion aux joueurs et Fred, comme on le sait tous, est un grand spécialiste de la touche donc il va reprendre un peu le flambeau mais aussi travailler sur son axe favori qu’est la défense puisqu’il était l’un des meilleurs plaqueurs du championnat. Il va donc avoir ces responsabilités mais il y a beaucoup d’échanges entre nous et une vraie fluidité entre Romain, Fred et moi-même. 

Pour Blagnac, l’objectif maintien est toujours l’objectif premier. Selon toi, quelles sont les équipes qui vont lutter avec les Caouecs pour le maintien ? 

 

C’est toujours difficile de se prononcer, l’année dernière, personne n’attendait Bourgoin là où il était donc il y a toujours des surprises. Je dirais que je crois qu’on va batailler avec Cognac et Tarbes mais ils peuvent faire une très bonne saison, c’est difficile de se prononcer, on était tous en fin de classement l’année dernière. Pour les deux premiers, je n’ai aucune visibilité sur deux équipes mais ce seront celles qui sont déjà structurées avec beaucoup de professionnels comme l’année dernière, ils sont déjà pros donc ils peuvent aussi être de très belles surprises dans ce championnat. Je sais que, que ce soit Tarbes, Cognac ou nous qui sommes les plus petits budgets, on ne va rien lâcher et on va embêter tout le monde. Nous sommes des équipes qui ne lâchons rien et on a démontré qu’avec certains objectifs, certaines valeurs et certaines réflexions, on peut s’en sortir. 

Certains suiveurs disent que Rennes est le Blagnac de Bretagne. Est-ce que tu prends ça comme un compliment ? 

 

Oui, c’est un compliment. Je ne connais pas du tout ce club qui, je le sais, a été très impressionnant en phases finales l’année dernière ce qui veut dire qu’il y a beaucoup de cœur et de valeur quand on réussit les phases finales, surtout qu’ils avaient fini 4es de leur poule. Ils ont réussi à faire une remontada partout, à aller chercher de bonnes victoires que ce soit à Fleurance, à Périgueux ou chez mon ami Serge Milhas à Saint-Jean de Luz et ça veut dire qu’il y a des qualités. Mais c’est ça le rugby, ce n’est pas qu’une addition d’individualités, c’est aussi un état d’esprit, un groupe et c’est tout ça le plus dur à créer dans une équipe. 

On sait que chaque année à Blagnac, petit à petit, vous essayez de tendre non pas vers le professionnalisme mais vers des curseurs de très haut niveau. Quelles ont été les évolutions cette année ?

 

On va dire que la grosse évolution cette année se trouve au niveau du staff médical que l’on a renforcé au maximum. L’année dernière, on ne voyait les joueurs que le mardi et cette année, on a mis en place une cellule tous les lundis soir pour permettre aux joueurs d’être vus mais aussi d’anticiper et de gagner du temps dans les 24h qui sont primordiales dans ce championnat avec des blocs de 4 ou 5 matches. On a fait un effort sur la partie médicale car on se rend compte que plus on récupère, plus on est efficace. On a beaucoup de jeunes joueurs cette année et, comme on a la chance d’avoir des études à côté, qui viennent faire des paris et qui, comme à la grande époque, viennent vraiment parfois juste pour le bonheur de jouer au rugby dans cette division. Ils viennent pour pas grand-chose et ça fait plaisir qu’il existe encore des joueurs qui aient cet état d’esprit. 

On va aussi parler des matchs amicaux. Où en êtes-vous et quels sont le calendrier et les résultats des matchs amicaux ? 

 

On a fait un match nul contre Tyrosse durant lequel on avait fait un gros roulement d’effectif. On avait récompensé certains espoirs qui avaient été champions de France l’année dernière et qui avaient fait toute la prépa avec nous et il y avait donc 3 mi-temps avec 3 équipes mixtes. On a été très surpris par l’engagement de cette équipe de Tyrosse qui est une belle équipe et qui a beaucoup joué. On a aussi joué contre Tarbes (victoire de Blagnac 12-31, NDLR) et même si on devait les jouer dans trois semaines, je crois qu’on devait répondre à la belle invitation de la ville de Maubourguet et surtout de Marc Dantin qui est un ancien caouec. Il nous a invités à passer deux jours chez lui là-bas pendant les fêtes donc on a répondu favorablement à cette belle invitation. 

On va dire que l’humain prend toujours le dessus à Blagnac ? 

 

Exactement, je crois que l’humain est le plus important et c’est ce club famille qu’on essaye de conserver, d’amener plus loin et c’est ce qui nous a permis de rivaliser et d’exister l’année dernière. Comme on l’a toujours fait, et quoi qu’il arrive, on ne lâchera rien du 1er au 26e match dans notre saison. 

Parlons du premier match face au Sporting Club Albigeois à Ernest Argelès, un derby occitan avant d’aller à Tarbes. C’est un début de saison costaud ? 

 

C’est un début de saison de folie. Je crois que je l’avais dit, j’aime bien comparer tous les sports et le Tour de France et là, j’ai trois cols hors-catégorie et un col de première catégorie. On reçoit Albi, on va à Valence-Romans et pour le dernier match, on va à Bourg-en-Bresse donc trois favoris pour la Pro D2 avant de recevoir Tarbes pour le centenaire. Je crois qu’Albi est un favori logique à la Pro D2 et que Mathieu Bonello ne peut plus se cacher vu les résultats qu’il a eu l’année dernière et l’excellent travail qu’il a produit avec son club. Je pense qu’Albi est un favori légitime à la Pro D2 l’année prochaine donc un gros défi nous attend le samedi à 18h mais on le relèvera comme d’habitude et on verra bien ce qu’il se passe au bout de 80 minutes.

J’imagine qu’il va y avoir pas mal d’animations pour le centenaire mais vous avez aussi un flambeau à porter sportivement ? 

 

On a un flambeau parce qu’on va jouer devant tous les anciens de ce club qui sont réunis, je crois que Benoît Trey et Bruno Delpech sont en train de monter un sacré week-end pour ce centenaire. Donc on sera devant tous ces anciens qui ont monté le club de Blagnac très haut par moment, jusqu’à la première division à la grande époque et en Pro D2 à un moment donné. On aura un gros challenge ce jour-là, on essayera de le relever et surtout de faire plaisir pour que ces anciens et que tout ce public reviennent très souvent nous voir jouer à Blagnac. 

En quelques phrases, quel est le mot d’ordre pour cette saison ? 

 

Je vais dire qu’on ne lâchera rien, c’est vraiment notre mot, le mot du groupe, les valeurs de ce groupe. Humilité, respect et passion pour ce sport qui est magnifique quand il y a une belle bande de copains. 

 

Merci et on te souhaite une belle saison avec les Caouecs

 

Merci beaucoup et à bientôt. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Les mouvements 2022 du Blagnac Rugby

Arrivées : 

 

–          Maxence Boissière, 3e ligne, Limoges

–          Leeroy Cloostermans, talonneur, Mâcon

–          Baptiste Collet, pilier, Massy

–          Enzo Coppin, 2e ligne, Montauban

–          Lukas Doyhenard, centre, Toulouse

–          Théo Dryjard des Garniers, 3e ligne, Toulouse

–          Matéo Ibanez, 3e ligne, Toulouse

–          Aurélien Labau, centre, Nice

–          Corentin Pen’Hoat, arrière, Biarritz

–          Alexandre Perrin, 3e ligne, Colomiers

–          Enzo Rivier, talonneur, Béziers

–          Lilian Rousset, 2e ligne, Colomiers (prêt)

–          Nekelo Tolofua, 3e ligne, Pamiers

Départs : 

 

–          Fabien Alary, 3e ligne, inconnue

–          Anthony Arty, ½ de mêlée, Agde

–          Anthony Azzi, 3e ligne, Graulhet

–          Bertrand Banière, 2e ligne, inconnue

–          Hugo Barbance, 3e ligne, Lavaur

–          Lucas Bardaud, centre, inconnue

–          Baptiste Brun, ½ de mêlée, Auch

–          Romain Favaretto, pilier, Bourgoin

–          Maxence Jaillard, 2e ligne, inconnue

–          Romain Lazare, talonneur, TOEC-TOAC

–          Frédéric Medves, 3e ligne, arrêt

–          Anthony Pelmard, pilier, Dax

–          Benoit Piffero, talonneur, arrêt

– Thibault Santoro, arrière, Narbonne

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s