#Rugby – Nationale / Arthur Castant (Albi) : «Ca fait quelques semaines qu’on bosse vraiment très, très dur!»

Arthur Castant, nous a débriefé la pré saison du SCA tout en revenant sur les deux rencontres effectuées face à Pamiers (Fédérale1) et Béziers (Pro D2). Quelques minutes après le coup de sifflet de ce match amical face a des biterrois qui évoluent une division au dessus, le talonneur tarnais était satisfait de l’opposition acharnée et de l’esprit de corps démontré lors de ce véritable test d’avant saison malgré la large défaite (35-14) . À Camarès lors du challenge Vaquerin, Arthur Castant est aussi revenu sur sa condition physique et celle de ses coéquipiers qu’il juge excellente du fait du gros travail foncier effectué sous la férule des préparateurs physiques. Conscient du travail restant à accomplir et de la marge de progression restante après ce second match amical du Sporting Club Albigeois face à Béziers, les jaunes et noirs vont goûter à quelques jours de repos avant d’affronter Graulhet en fin de semaine prochaine.

Crédit photo : Pierre Bras

On peut dire qu’on est grandement monté d’un cran au niveau de l’intensité physique dans ce match face à Béziers ?

 

Exactement et je pense que c’était le but de ce match. Ça vient clôturer notre pré-saison, ou presque, on part en vacances juste après et on voulait partir sur une note positive ce qui a été fait. Ca a été une grosse opposition, on s’y attendait, c’est une équipe qui reprend la Pro D2 dans une semaine et qui va jouer les premiers rôles donc c’était très intéressant de jouer une équipe de ce calibre. 

Ça faisait quatre ans qu’Albi n’avait pas joué contre une équipe de Pro D2. Ça permet aussi de toucher du doigt la marge qu’il y a entre la Nationale et la Pro D2 ? 

 

Bien sûr, comme tu le dis, ça permet de se jauger mais aussi pour certains de découvrir des matchs de cette intensité donc c’est intéressant à tous les points de vue pour nous. 

On dit souvent que c’est dans l’adversité que l’on progresse le plus. On a vu cette intensité dans les 10 premières minutes où ils ont mis un rythme de fou mais vous avez quand même su vous accrocher à leurs basques et même les faire déjouer pendant une mi-temps ? 

 

L’objectif du soir était de s’envoyer, de ne pas compter les efforts et d’y aller à fond. On savait qu’ils allaient arriver bien en place avec des individualités bien en place donc l’objectif était de leur opposer une grosse opposition et de ne pas s’enlever. 

Face à un gros calibre comme Béziers, ça permet aussi de faire du ciment et de la solidarité dans le groupe ? 

 

Tout à fait et c’est ce qu’on s’était dit avant le match à savoir que l’on clôture cette pré-saison mais quelques joueurs n’avaient pas encore joué sous le maillot jaune et noir. Donc, on ne pouvait pas dire qu’on était un vrai groupe si on n’avait pas encore joué tous ensemble et c’est ce qui a été fait. Maintenant qu’on a mouillé le maillot ensemble et qu’on s’est envoyé les uns pour les autres, je pense que le groupe est né. 

Après le match contre Pamiers, certains suiveurs avaient pointé une légère défaillance dans les rucks. Ce soir, vous avez répondu présent car on a vu que vous étiez venus les chacailler sur ce domaine ? 

 

Contre Pamiers, c’était la première opposition de l’année donc, forcément, il y a toujours des trucs à régler. Là, on jouait d’une part contre une équipe de Pro D2 et d’autre part, on sait que le point fort de Béziers est sur le jeu au sol, les rucks et l’agressivité donc on savait qu’on était censé avoir une opposition qui était bien plus forte que nous dans ces secteurs-là. Du coup, on n’avait pas le choix, il fallait s’envoyer le plus possible pour rivaliser. 

 

Tu nous parlais de fin de pré-saison mais pas tout à fait car il reste un match contre Graulhet à venir ? 

 

C’était parce qu’on part une semaine en vacances mais oui, à la reprise, on aura un match contre Graulhet avant de partir sur la semaine de championnat. Tout va s’enchaîner très vite donc là, on va bien régénérer les organismes. 

Parlons un peu de toi, comment est-ce que tu te sens physiquement ? 

 

Je me sens très bien. On a fait un très, très gros boulot avec notamment Alex Marco qui est arrivé et Fix qui sont là tous les jours pour nous et pour nous faire progresser. Ca fait quelques semaines qu’on bosse vraiment très, très dur, cet été est très intense et je sens qu’on monte tous en puissance. Personnellement, je sens aussi que je commence à monter en puissance.

On peut dire que le foncier sera sûrement les fondations et le ciment des belles choses qui peuvent se passer en hiver ou au printemps ? 

 

Bien sûr, on sait qu’on construit les bases d’une saison lors de cette pré-saison et que si le boulot est bien fait, on en récoltera forcément les fruits tout au long de la saison. C’est ce qu’on va essayer de faire, et je pense que ça a été bien fait, donc on est très content de ça. 

 

Bon repos, bonnes vacances et on te retrouve contre Graulhet

 

Merci.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s