#Rugby – Nationale / Yohann Villanove (UCS) : «C’est le match de la mort et on va tout faire pour le remporter!»

On va faire un tour du côté des Charentes à l’Union Cognac-Saint Jean d’Angély qui va jouer sa survie en Nationale face aux Savoyards de Chambéry lors de cette ultime journée . Pour poser le contexte de ce match  » muy caliente « , Yohann Villanove l’ouvreur/arrière des charentais nous a accordé un entretien.

Crédit Pix’ Clic Création

Après une saison compliquée pour Cognac-Saint Jean d’Angély par rapport à l’année dernière où l’UCS avait largement réussi à se caler dans le ventre mou du championnat, vous allez jouer votre survie lors de la dernière rencontre avec Chambéry, un candidat aux play-offs et à l’accession, qui débarque au Parc des Sports de Cognac. J’imagine que vous préparez déjà ce match depuis deux semaines ? 

 

C’est exactement ça. On a réussi à se donner une chance de survie en allant battre Dax chez eux donc maintenant, on a les cartes en main. On a une équipe de Chambéry qui vient, une équipe qui certes joue le haut de tableau, mais qui aura certainement beaucoup moins d’appétit que nous sur ce match car nous, on joue notre survie alors qu’eux viennent pour un match de fin d’année. Je ne sais même pas si ça va changer leur classement s’ils passent 5es ou 6es mais nous, on va jouer notre survie donc l’appétit sera forcément présent, c’est le match de la mort et on va tout faire pour le remporter.

Il ne faut pas être cardiaque pour suivre l’UCS cette saison. Il y a trois semaines, vous perdiez à la piaule face à Aubenas et personne ne donnait cher de votre peau, vous allez gagner à Dax la semaine d’après. On peut dire que vous réservez des surprises à vos supporters ? 

 

Franchement, on préférerait que tout soit lisse et que ça se passe bien tous les week-ends. Comme tu l’as dit, le match d’Aubenas était le tournant de la saison, si on les tapait à la maison, on était quasiment maintenus. On est passé à côté dans l’engagement et le combat face à une équipe d’Aubenas qu’on connaît depuis des années et qui se bat sur ses valeurs-là de combat et d’envie. Si tu passes à côté là-dedans, tu es mort et on n’a pas réussi à prendre le dessus sur eux dans le combat, c’est ce qui nous a coûté le match. On a réussi à accrocher une victoire à Dax à la dernière minute donc ça nous maintient en vie mais on est quand même dépendant d’Aubenas et il faut que nous, de notre côté, on fasse le boulot. On peut espérer un faux pas de leur part mais ça va commencer par nous car si on ne fait pas le boulot, il n’y a pas d’autre option que la Nationale 2. 

Toi qui es arrivé en cours de saison l’année dernière et qui a vécu la fin de saison de Cognac-Saint Jean d’Angély à l’inverse de cette année que tu as vécu en intégralité, qu’est-ce qui a changé par rapport à l’an passé ? Qu’est-ce qu’il vous a manqué pour rééditer la même saison que l’année dernière ? 

 

Il y a eu un très gros renouvellement d’effectif avec des mecs clés qui sont partis comme, par exemple, Ramoka au centre qui matche actuellement sur la Pro D2. Quand tu as un mec comme ça à côté de toi, c’est quand même plus facile car tu joues souvent dans l’avancée et forcément, ça change les choses. Le recrutement n’a peut-être pas été à la hauteur de ce qu’attendait le staff et on le voit tous les week-ends, sur 17 ou 18 mecs qui sont arrivés, tu en as 4 ou 5 dans la rotation donc je pense que le recrutement n’a pas apporté ce que le staff attendait d’eux. Il y a aussi eu beaucoup, beaucoup de fébrilité, on a pris 8 points de bonus défensifs cette année, je pense qu’on est l’équipe avec le plus de défensif du championnat et si on avait été un peu moins fébrile à certains moments, on aurait pu accrocher une ou deux victoires en plus et on ne se serait pas retrouvé dans cette position-là. Quand tu vois comme c’est serré dans le bas du classement, tu serais bien plus haut avec deux victoires en plus. 

On a l’impression que vous vous exportez mieux que vous ne recevez à domicile, j’en veux pour exemple les victoires à Dax ou encore à Dijon ? 

 

Ce n’est pas une question de s’exporter ou autre mais je pense que, quand on est dos au mur, on n’a plus d’autre choix que d’avancer et du coup, on joue tous les coups à 100% et un peu complexé. A l’inverse, quand on a peu de marge de manœuvre, j’ai l’impression qu’on se relâche un peu et qu’on pense que c’est arrivé alors qu’il ne faut jamais se relâcher dans ces situations-là car tous les matchs sont importants quand on joue le maintien, d’autant plus quand on joue contre des concurrents directs. C’est vrai qu’on a eu pas mal de bons résultats à l’extérieur cette année, on a aussi accroché pas mal de bonus défensifs à l’extérieur et même contre de grosses équipes donc c’est dommage qu’on ait un peu cette fébrilité à domicile. 

Quel est l’état d’esprit et le pouls dans le club ? De la tension mêlée à de l’adrénaline ? 

 

Au niveau des joueurs, on est vraiment sur beaucoup de positivité. On essaye de positiver au maximum pour arriver avec beaucoup de bonnes ondes sur ce match et on essaye aussi d’aller beaucoup de l’avant car on sait que, de toute façon, la marche arrière est maintenant cassée. Si on fait marche arrière, on est foutu donc on essaye de tous positiver et de tous se tirer les uns les autres vers le haut car il n’y a que comme ça qu’on y arrivera. Donc, c’est vraiment ça l’état d’esprit que je ressens auprès des joueurs mais après, on n’a pas forcément été en contact avec les dirigeants cette semaine. Pour l’instant, on est vraiment resserré entre nous et vraiment focus sur cet objectif qu’est le maintien et sauver le club. 

Et auprès des supporters et des suiveurs du club, tu sens quelque chose qui pousse derrière pour venir faire une communion avec vous pour ce match de la survie ? 

 

Pour être honnête, on n’a pas des masses de supporters et on ne les voit pas vraiment, à part le dimanche après le match et encore. Il n’y a pas vraiment de communion de club donc c’est assez particulier comme ambiance. Moi qui aie connu Chambéry qui est vraiment un club familial où tout le monde passe du temps avec tout le monde, c’est assez particulier mais il n’y ni vraiment d’engouement ni de mecs qui nous lâchent parce qu’on n’a jamais vraiment eu de monde derrière nous. Pour ce week-end, les dirigeants ont pris le parti de faire entrées gratuites donc j’espère que ça va attirer du monde au stade même si ce ne sont pas forcément des fans de rugby mais des gens qui n’ont rien à faire mais qui aiment la ville et qui vont venir nous soutenir. 

Pour toi, quel est le point fort, ce que vous redoutez le plus de cette équipe de Chambéry ? 

 

Il y a beaucoup de points forts. C’est une équipe qui est très organisée en défense avec des mecs très gaillards donc c’est difficile de les concasser. Leur point faible, c’est peut-être aussi d’être aussi solide à tous les postes car on arrivera peut-être à les déplacer et c’est peut-être ce qui nous fera gagner. En plus, il fera beau donc on ne sait jamais, si on arrive à mettre un peu de volume de jeu et tenir le ballon, ça peut être bon pour nous mais si on n’a pas le ballon, avec les bons joueurs de ballon qu’ils ont, Neiceru, Mjekevu et autres, ça peut être compliqué. La clé du match sera la possession du ballon et le combat au sol, si on arrive à les dominer dans les rucks et à jouer dans l’avancée, il n’y aura pas de raison qu’on perde ce match. 

Chambéry est une équipe que tu connais bien puisque tu y as joué 3 saisons mais qui a beaucoup changé depuis ton départ ? 

 

Oui, trois saisons passées là-bas donc je connais pas mal ce club. A vrai dire, je connais plus le club que l’équipe car aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de survivants de quand j’y étais. Mais c’est quand même un club que je connais, dont je connais la philosophie de jeu avec un manager qui est celui qui m’avait recruté à l’époque où j’avais signé là-bas et qui a fait son retour. Donc, j’espère que j’aurai un petit coup d’avance sur eux (rires). J’espère aussi que ça me permettra de l’emporter car c’est vraiment ce qui compte ce week-end, ce n’est pas la manière qui va compter mais vraiment le résultat. 

Parlons un peu de toi, tu as laissé les blessures derrière pour revenir plein fer. Est-ce que tu es satisfait de ta saison ? 

 

J’ai bien réussi à revenir de mon genou, je m’étais blessé en début de saison. J’ai repris un peu avant les Fêtes de fin d’année et tout va bien pour moi, je touche un peu du bois car je ne me suis pas re-blessé depuis. Je me sens bien physiquement, j’enchaîne les matchs et donc, la confiance revient petit à petit, le feeling et l’instinct comme on dit. Je me sens de mieux en mieux de match en match donc j’espère que ça va continuer, que ça se passera bien ce week-end et que je pourrais faire tout ce qu’il faut pour aider mon équipe. 

Une question qui est de saison : qu’il y ait descente en Nationale 2 ou maintien en Nationale, est-ce que ton avenir s’inscrit à l’Union Cognac-Saint Jean d’Angély ? 

 

Tu sais, il n’y a pas forcément de vérité. Moi, pour l’instant, j’avais une année de contrat en option avec l’UCS, ils ont pris le parti de rompre toutes les années en option en cas de descente pour des raisons financières. Donc, pour le moment, je finis ma saison avec Cognac et on verra ce qu’il en est lundi pour la suite mais on va déjà essayer de bien finir avec l’UCS et de ne pas descendre en Nationale 2 et on verra après de quoi demain est fait. Pour l’instant, mon avenir est flou. 

Quel est le mot d’ordre pour ce match dimanche à 15h à Cognac face à Chambéry, le match  » à la vie, à la mort  » pour les Charentais ? 

 

La victoire ! Le mot d’ordre sera la victoire car c’est la seule chose qui peut quasiment nous garantir d’être sauvés bien que, si Aubenas gagne à Dax, ce seront eux qui seront sauvés avec le goal-average particulier. Mais si on gagne, on aura déjà fait un grand pas et même si on descend, au moins, on sera tombé les armes à la main. 

 

On te remercie et on te souhaite bonne chance pour ce match de la survie du rugby charentais en Nationale 

 

Merci à toi.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s