#Rugby XIII – Elite 1 / Pierre Maynadier (Albi Rugby League) : «On construit, on avance, on a perdu mais on sera plus fort l’année prochaine!»

Le Président d’Albi Rugby League est revenu avec émotion et la passion qui le caractérise sur la saison des tigres qui vient de se ponctuer par une défaite creve-coeur (24-28) lors d’ haletantes prolongations en 1/4 de finale Elite 1. Face à une équipe de Saint Estève qui n’a rien lâché même à 10 minutes du gong, où ils étaient menés de 12 points (24-12), les albigeois se sont battus avec leurs armes et ont fièrement arborer le maillot orange et noir. Il n’en fallait pas moins à Pierre Meynadier pour être fier de ses hommes et de dresser un bilan positif d’une saison qui avait débuté de façon poussive. Les 2500 albigeois massés dans les tribunes de Mazicou et l’ambiance enfiévrée qui s’en est dégagée furent une des plus belles récompenses d’ un club d’ARL ayant vécu une saison fédératrice et galvanisante. Pour le président des tarnais, cette défaite n’est que le point de départ du retour au plus niveau de ce club légendaire, construisant pas à pas les fondations de lendemains qui chantent avec la convivialité comme ciment. Entretien avec un dirigeant qui loin de l’abattement d’un soir de défaite préférait déjà se projeter vers l’avenir.

Le Président d’Albi Rugby League P.Meynadier accompagné de son binôme Maurice Lagourcette (PDT COP) et de 2 soutiens de poids M.Franques (Adj aux sports Albi) et Mathieu Bonello (Manager SC Albi XV) Crédit photo Stephanie Guiraud Chaumeil – Ville Albia

On est avec le président d’Albi Rugby League, Pierre Meynadier, qui, pour sa première année de mandat, aura déjà eu la chance de vivre des phases finales avec un barrage à domicile et une grande fête du XIII à Mazicou. Mais malheureusement, dans les prolongations, il y a eu le coup de dague des Catalans qui sont venus s’imposer 24 à 28 ?

 

C’est vrai qu’on est un peu triste tout en étant également fier de tout ce que l’on a fait. Fier déjà de l’organisation de la journée car ça a été l’amalgame du Kop, du club, des bénévoles, on a tous été ensemble pour construire une belle fête. Ça s’est mal terminé sportivement mais, au mois de Janvier, on aurait certainement donné beaucoup d’argent pour être là ce soir et on n’y aurait pas cru. On y est, on construit, on avance, on a perdu mais on sera plus fort l’année prochaine.

 

Cette saison s’est bâtie et construite dans l’adversité car, comme vous le stipuliez, en Janvier, vous étiez très mal en point. Comme ils disent au foot, vous avez fait une remontada de folie qui a quand même embrasé tout le club ? On a vu la  cocotte-minute orange et noire remonter ? 

 

C’est vrai. Quand on a vu au mois de Décembre que l’on n’avait qu’une seule victoire sur les 8 premiers matchs, on s’est mis autour d’une table et on a redonné la confiance aux joueurs. On leur a dit qu’on était derrière eux, que s’ils étaient là, c’est parce qu’on les avait choisis, que je les avais choisis parce-que je voulais qu’ils fassent partie d’une belle aventure. Je savais qu’il y avait un bon fond et de bons mecs, l’amalgame n’avait pas pris mais ça allait mieux dans les têtes et finalement, les victoires et les bons matchs se sont enchaînés. On est arrivé 4es, ce qui était inespéré, il ne faut pas l’oublier, et ce soir, ça se joue sur un match, Saint-Estève a tenu le match tout le temps et ils ne se sont jamais laissés déborder. On perd sur un contre mais ce n’est pas grave, on construit, on est là pour l’avenir, moi, je suis là pour l’avenir et quand je vois le public qu’il y a, l’ambiance qu’il y a au stade, tout ce qu’on a mis en place aujourd’hui, les bandas, les repas, on a 400 personnes qui viennent manger ce soir, je suis fier de ça, fier de mon club et de mes joueurs et l’année prochaine, on sera encore meilleur. Je suis également fier de mes cadets et de mes minimes qui ont vraiment brillé en terre extérieure donc bravo à eux. 

Quand on est président comme vous l’êtes, on vit les choses avec émotion. Comment vit-on un match comme ça qui finit en prolongations ? On a vu votre bras droit, Maurice Lagourcette, faire un marathon le long des talanquères mais vous non plus ne teniez pas en place ? 

 

J’étais peut-être un peu plus stable que lui (rires). Je suis un passionné, c’est bizarre parce-que je suis un footeux, j’ai fait du foot toute ma vie et je me retrouve là, dans un club qui m’a un peu adopté. Je suis passionné, les joueurs sont des gens que j’aime beaucoup et j’ai beaucoup d’affection pour tous les gens qui m’entourent. J’aurai aimé que ce soit meilleur que ça ce soir, ce n’est pas le cas mais ce n’est pas grave, comptez sur moi pour continuer l’année prochaine avec beaucoup d’envie et beaucoup d’ambitions. 

 

Est-ce que vous avez glissé un petit mot à vos joueurs dans le vestiaire à l’issue de ce match pour les féliciter mais aussi pour les consoler ? 

 

Bien sûr. J’ai pris l’habitude de leur laisser un petit message avant les matchs, j’ai commencé au mois de Janvier et je veux leur dire que je leur apporte mon soutien mais ils le savent. Je leur donne aussi les vraies valeurs venant du club : l’humilité, l’ambition, être de bons mecs, respecter l’adversaire, les gens du club, les bénévoles. J’essaye de leur dire tout ça à tous les matchs, ça marche et ce soir, on a perdu, ce n’est pas grave mais, les gars, on est là pour construire. Je leur redis, on est là pour construire, j’ai envie de faire mes trois ans avec eux et je ferai mes trois ans avec eux. 

Vous allez construire dans la stabilité en continuant dans l’avenir avec une assise et du staff et du groupe ? 

 

Bien sûr, c’est une évidence pour moi. Vu la difficulté qu’on a eu en début de saison, j’ai maintenu le staff car je l’avais mis en place et les dénigrer aurait été me déjuger et moi, je ne travaille pas comme ça. Je suis partant dans tout, quand ça ne va pas, on essaye de trouver des solutions à tout mais je suis là. J’amène ma confiance et mon envie, c’est ma vie et ça nous a bien réussi puisqu’on a réussi à redresser la barre. Au mois de Janvier, on n’était pas sûr d’être là et finalement, ce soir, on y est avec un stade plein, un repas plein, il y a malheureusement la défaite mais ce n’est pas grave, c’est la vie du sport et du club. Après des victoires, il y a des défaites et après les défaites, il y aura des victoires, l’année prochaine, il y aura encore plus de victoires et pour ça, faîtes-moi confiance. 

 

Vous en parliez, un repas avec cochon à la braise et 400 personnes, des passionnés et de la convivialité malgré la défaite, c’est quand même ça l’esprit du rugby ? Malgré la défaite, on sait faire la fête ensemble et déjà se projeter sur des événements encore plus radieux ? 

 

Je suis un festif, je ne sais pas si c’est un défaut ou une qualité (rires). Pour moi, c’est une qualité et j’essaye de transmettre ça à tout mon club, je veux que mes bénévoles ainsi que les éducateurs soient heureux de venir ici. Travaillons ensemble dans l’amitié et la générosité, la vie, c’est ça, c’est se faire plaisir, partager des moments tristes comme ce soir mais on en a aussi vécu d’heureux et je suis persuadé qu’il y en aura beaucoup d’heureux. N’oublions pas nos juniors à Carcassonne qui ont bien mérité leur victoire par rapport à une équipe qui ne nous a pas fait de cadeau. Nos minimes ont gagné à Toulouse le 1/4 de finale de la Coupe donc il n’y a pas que du négatif, il y a beaucoup de positif, on est un club qui vit bien, un club qui avance et franchement, je suis un président heureux.

 

Rendez-vous en demi-finale l’année prochaine ? 

 

Et même plus !

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s