#Rugby – Fédérale 1 / Jules Salvetat (Mazamet) : «Il n’y a rien à dire, ils étaient devant tout simplement.»

Le 3/4 du Sporting Club Mazametain, Jules Salvetat, nous a livré ses sensations quelques secondes après la défaite (39-22) à Graulhet lors du derby du Tarn qui clôturait les phases régulières de fédérale1. Pour celui qui occupait les ailes du SCM avec son frère Antoine, le score est logique et révélateur de la différence de niveau entre les deux équipes. Avec leur 7eme place dans la poule 3 dite du midi toulousain, les lainiers sud-tarnais vont affronter les Varois de la Seyne sur Mer dans un barrage d’accession en Nationale 2 qui risque d’embraser les travées de la chevalière au match aller. En outre l’ex joueur de Nîmes et Cognac fait un petit clin d’œil à un de ses coéquipiers qui, la saison prochaine évoluera à… l’US Seynoise.

Crédit photo Arnaud Bertrand

Malgré la défaite, ça a été un très beau derby tarnais avec un super état d’esprit, du jeu et du soleil. C’était quasiment des play-off avant l’heure ?

 

Exactement mais ça fait lourd sur le score. Je crois qu’on a pris une leçon sur les fondamentaux et félicitations à Graulhet, ils ne sont pas 4es pour rien. On n’a pas réussi une seule fois à battre une équipe du Top 4, à l’exception de Graulhet au match aller et sur le match, il n’y a rien à dire, on est resté aux vestiaires. Je crois qu’on perd de 12 points à la mi-temps pour finir à 39-22 donc il n’y a rien à dire, ils étaient devant tout simplement.

 

Il y a quand même ce magnifique essai de 100 mètres à la fin de la seconde période ? 

 

Ils avaient déjà pratiquement 40 points et nous 15 donc on n’avait pas grand-chose à perdre. C’était soit on relançait et on tentait soit on ne relançait pas, on aplatissait et il y avait mêlée pour eux car c’est nous qui rentrons le ballon donc on tente. Au final, ça nous sourit mais on en prend 40, enfin, c’est passé (rires). 

Maintenant, il y a les barrages pour la Nationale 2. Est-ce qu’il y a un adversaire que vous préférez ou peu importe, le principal est de passer en Nationale 2 ? 

 

Je ne sais pas, on croise avec la poule 2 qui n’est pas drôle, que ce soit Villeurbanne, La Seyne ou Bédarrides, ça va être dur, on le sait mais ce n’est pas plus mal. On savait qu’on n’avait plus grand-chose à jouer car Graulhet était trop loin de nous au niveau des points donc c’est un match qui nous a préparé. On va avoir une semaine de repos car ça a été un gros bloc mais on sait que ça va être compliqué, de toute façon, les phases finales, ça n’est jamais rigolo. Enfin, c’est jouer les gros sinon, les phases finales, tu ne les joues pas. 

 

Et si tu vas à Bédarrides ou à La Seyne, ça forme la jeunesse ? 

 

C’est ça. A la limite, ce serait presque plus drôle de prendre La Seyne car on a un joueur qui a signé là-bas donc cadeau de bienvenue (rires). Tu commences par ton futur club et ça peut être drôle pour eux mais pour nous, que ce soit La Seyne, Villeurbanne ou Bédarrides, ça ne va pas changer grand-chose. En plus, je crois qu’on va d’entrée là-bas car on est les plus mal classés mais on verra bien. 

 

Au pire, vous laisserez le joueur sur place ? 

 

Il fera la 3e mi-temps avec eux, il se démerdera après pour rentrer (rires).

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s