#Rugby – Nationale / Philippe Verney (Dijon) : «On va mettre en place une augmentation de capital au 15 Juin.»

Au stade Dijonnais, la dernière ligne droite du championnat de Nationale s’annonce comme un chemin escarpé vers le maintien, mais dont la crête peut devenir une nouvelle étape vers l’évolution du club. En bataille chaque journée avec Bourgoin, Cognac, Aubenas et Tarbes les locataires de Bourillot font corps pour éviter de raturer l’histoire moderne du club Bourguignon. Quelques heures avant la victoire salvatrice et fédératrice face à Nice devant un public rouge et bleu incandescent, et alors qu’il joueront une partie de leur destin ce week-end chez les unionistes de Cognac-Saint Jean d’Angely, le président de la SASP nous a accordé un entretien exclusif pour nous fixer la feuille de route. Philippe Verney nous donc fait un tour d’horizon de l’actualité du club, en commençant par une analyse de la situation, en passant par l’état d’esprit empli de pugnacité qui règne dans l’équipe ou encore en se projetant sur les dossiers d’avenir (recrutement, aménagement du stade, évolution du club). Le club de la Cote d’Or qui va très prochainement augmenter son capital, ne rêve que d’une chose : remporte sa bataille commandos pour le maintien et réenclencher une dynamique qui lui permettra dans un futur proche de rêver plus haut.

 

Crédit photo Stade Dijonnais officiel

 

Pour le Stade Dijonnais, c’est une saison que l’on peut qualifier d’un peu compliquée avec cette lutte pour le maintien ? 

 

C’est une saison où l’on affichait vouloir éventuellement accrocher la 6e place et on est plutôt sur un rythme à maintenir le Stade Dijonnais en Nationale. Aujourd’hui, on maîtrise notre avenir, on croit au projet puisqu’on a mis en place en parallèle une augmentation de capital relativement importante à laquelle un certain nombre de partenaires suivent et adhèrent. Donc, on y croit et, comme je viens de le dire, on maîtrise encore l’avenir, je l’ai aussi dit aux joueurs et à partir de là, il n’y a plus  » qu’à se sortir les doigts  » comme on dit. C’est le terrain qui aura raison. 

 

L’année dernière, vous aviez acquis le maintien sur le money-time mais sans pression. Mais la pression est présente cette saison et donc, ça donne un autre sel et un autre challenge ? 

 

Exactement. Concernant la pression, on a fait un peu de préparation psychologique sur l’équipe avec un intervenant extérieur justement pour la diminuer ou du moins savoir mieux la gérer car la pression est toujours là, il faut avant tout arriver à la gérer et à vivre avec. Je pense que ça va aussi nous aider et j’ai rassuré l’équipe, on a parlé, parlé des projets de développement mais aussi du match qui arrive ainsi que ceux qui arrivent derrière dans la foulée. Je sens que le groupe est motivé donc à nous de bien faire, on a les moyens pour faire. On stresse comme tout le monde mais je pense qu’on devrait y arriver car on se structure, on met en place un directeur général pour bien organiser ce stade et qu’on soit prêt lorsqu’on pourra accéder au palier supplémentaire. Déjà, ce sera être régulièrement dans les 4 de Nationale et on verra après quand on en sera là ce qui n’est pas le cas pour l’instant puisqu’on est plutôt dans les 4 derniers. 

En parlant de ces 4 dernières places, on avait Henri-Guillaume Gueydan la semaine dernière, ton confrère de Bourgoin, qui nous disait que c’était assez compliqué pour le recrutement. En cas de descente en Nationale 2, ce serait plutôt une diaspora qu’ils auraient à Bourgoin et en cas de maintien, on serait plus dans du recrutement. J’imagine qu’on est un peu dans le même cas à Dijon ? 

 

Les joueurs m’ont posé la question de savoir si on les libérerait ou pas, je leur ai répondu qu’on n’était pas contre pour certains et qu’on verrait. Je leur ai aussi dit que de toute façon, si on allait en Nationale 2, ce serait pour remonter dans la foulée donc on gardera une équipe costaud. J’ai quasiment 41% du budget avec des partenaires qui ont signé pour trois ans donc ça se jouera que sur l’aspect hospitalité que nous sommes en train de redynamiser en parallèle pour accroître un budget à l’équilibre. 

 

En cas de maintien en Nationale, il va peut-être aussi y avoir un recrutement pour faire des ajustements sur les secteurs et les faiblesses que vous avez ciblés cette saison ? 

 

De toute façon, il y a déjà un 9 qui est signé qui a l’expérience de la Pro D2. On va aussi garder un maximum de nos joueurs et puis, mettre un peu de maturité à certains postes pour que peut-être, lorsqu’on perd un peu le fil en cours de match, faire en sorte que l’expérience de ces joueurs-là stabilise et fasse que psychologiquement, on reste solide. Il faut qu’on aille défendre la patrie. 

Le replay SCA Vs Suresnes J20 Nationale – Tous droits réservés : SC Albi Officiel – Le #MagSport – Studios H2G

En Nationale, c’est un rugby semi-pro qui tend vers le professionnalisme et le nerf de la guerre, c’est l’argent. Si on a de bons échos, vous allez augmenter le capital à Dijon ? 

 

Oui, j’ai signé les éléments auprès des avocats pour mettre en place cette augmentation de capital qui sera versée au 15 Juin. On a monté des produits un peu spécifiques pour les nouveaux actionnaires afin d’être attractif, on est en train de terminer d’écrire le projet. Bien sûr qu’on leur exposera et bien sûr qu’on l’exposera aussi aux collectivités puisque c’est attendu via la tribune.

 

Un projet qui va tourner autour de ce nouveau stade, enfin du réaménagement du stade ? 

 

Du réaménagement de la tribune plus exactement et du centre d’entraînement qui devrait basculer en centre de formation. Tout ça est un projet à la fois sur la jeunesse et, bien entendu, viser d’être dans les 4 premiers de Nationale pour accéder un jour au cran supérieur lorsqu’on sera prêt. Comme on l’a dit, la création de cette Nationale est une poule qui doit permettre aux clubs de se structurer pour pouvoir accéder et rester au niveau du dessus. 

L’année dernière, vous aviez aussi fait un virage en revenant sur un ADN plus bourguignon en donnant leur chance à des jeunes du cru. Est-ce que c’est quelque chose qui va perdurer au Stade Dijonnais ? 

 

Oui, tout à fait, ça va perdurer. Il y a certains jeunes qui ont été ciblés, on a ciblé aussi certains recrutements jeunes pour le centre la saison prochaine en étant un peu plus précis mais également en étant un peu plus exigeant. On a fait 10 propositions et si on arrive à en prendre 5, ce seront des joueurs qui devraient théoriquement rentrer dans l’équipe première à terme. 

 

On a vu que le petit Loris Prin était en double licence avec le CS Nuiton et le Stade Dijonnais. On peut imaginer avoir dans le futur un peu plus de partenariats comme ça entre ces deux clubs côte d’orien ? 

 

 De toute façon, avec le président de Nuits Vincent Lechenault, on s’entend bien donc oui. On a toute une histoire commune, un certain nombre de joueurs qui ont joué au Stade jouent aujourd’hui à Nuits. On a tout intérêt à avoir de l’échange avec les clubs autour de nous, Nuits et d’autres, car un certain nombre de nos joueurs que l’on forme vont alimenter leurs équipes car ils n’ont peut-être pas la chance de pouvoir jouer au plus haut niveau avec nous mais peuvent aussi jouer un très bon rugby dans les clubs qui sont juste à côté. C’est plutôt une chance pour l’agglomération dijonnaise qui représente 400 000 habitants avec des clubs en F1 qui ne sont pas très loin et qui peuvent permettre aux joueurs qui n’ont pas le niveau ou qui, pour des raisons d’études, de travail ou de choix personnels, préfèrent jouer en F1 parce-que c’est un peu moins exigeant au niveau des personnes. 

Quel sera le mot d’ordre pour cette dernière ligne droite de la saison 2021 / 2022 ? 

 

Morts de faim, le combat, interdit de perdre à la maison et aller chercher le maximum de points à l’extérieur. 

 

On va se projeter dans 3 ou 4 ans : comment rêverais-tu ce Stade Dijonnais du futur ?

 

Qu’on soit aux portes de la Pro D2 ou y être mais au moins aux portes, restons humbles. 

 

On suivra ça comme d’habitude au #MagSport. Déjà, l’opération maintien du Stade Dijonnais puis la progression et l’évolution de ce club devenu le club phare de rugby de Côte d’Or

 

Un grand merci et j’ai vu que les résultats d’Albi n’étaient pas mal donc je pense que tu es ravi.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s