#Rugby – Nationale / Mathieu Bonello (Albi) : «Confirmer et faire un match abouti!»

Retrouvez le verbatim de la conférence de presse du Sporting Club Albigeois et de son manager Mathieu Bonello à quelques heures d’affronter le RC Suresnes pour le compte de la 20eme journée de Nationale.

Albi VS Suresnes une rencontre à suivre en direct multicam dès 18h45 via Le #MagSport by H2G en cliquant sur le lien suivant :

Petit retour sur cette victoire à Chambéry qui, comme on le disait, s’est faite au courage mais qui montre surtout l’état d’esprit et aussi le fait que le SCA s’exporte bien ?

 

MB : Il est certain que c’est un bon point que d’avoir ramené la victoire de Chambéry. C’est un gros club bien placé qui bataille avec nous pour les places de qualif donc c’est une belle performance de l’équipe mais maintenant, pour les matchs suivants, il va falloir être meilleur par rapport à ce qu’on a mis dedans. L’équipe a fait une pas très bonne première mi-temps, il y a eu un bon quart d’heure pour ensuite s’endormir un peu puis elle a été sérieuse en seconde période. Elle a marqué à un bon moment dans le match et ensuite, je l’ai trouvée intéressante dans la cohésion d’équipe et dans ce qu’elle a pu donner. Elle s’est battue jusqu’au bout car à la fin, c’était chaud mais il faut admettre que sur la dernière touche que l’on prend à deux mains, quand on redescend, on tape le ballon donc on va dire qu’il y a possession  » litigieuse  » pour les autres. Derrière, l’équipe a maintenu le cap et ça, c’est une bonne chose. 

 

A l’inverse de Dax, où il y avait eu un trou d’air en début de rencontre, vous êtes rentrés pied au plancher. S’il n’y a pas une petite main chambérienne qui traîne, le premier groupé pénétrant fait mouche d’entrée ? 

 

MB : C’est vrai qu’on était bien rentré dans ce match, j’ai trouvé qu’on avait été cohérent, qu’on avait proposé du jeu, qu’on avait été bon dans différents domaines. Je pense aussi qu’il a manqué cet essai pour nous libérer et après, il faut être honnête, Chambéry était un peu dos au mur et chez eux, avec le public, ils se sont rebellés. Là, on a un peu subi les assauts mais je trouve qu’on a fait le dos rond malgré ça, de par aussi notre défense qui a été énergique et qui a su rattraper les coups. Du coup, on est rentré à la pause avec peu d’écart aux points. 

https://tradastra.com/religionrugby-albi

Même si vous ne regardez pas trop le classement, battre un rival direct comme ça est toujours important car ça permet aussi d’envisager plus sereinement les derniers matchs de la saison ? 

 

MB : Je ne regarde pas le classement, je sais une chose, c’est qu’on prend les matchs les uns après les autres. Quand tu vas à Chambéry, tu sais que c’est tout le temps dur quoi qu’il se passe, c’est comme ça dans les endroits hostiles et tu sais que ramener une victoire de là-bas va compter. C’est ce que j’ai regardé sur le match et ce qu’on regarde derrière, toutes les autres personnes peuvent regarder le classement mais nous, en tous cas, le staff, les joueurs, nous sommes obnubilés par le match suivant. 

 

Est-ce qu’on peut parler d’une première étape vers les phases finales ? Nice et Chambéry sont maintenant à 11 points de vous

 

MB : Non, pas du tout, je pense qu’il reste encore beaucoup de matchs. Il en reste 7 et quand on sera à la fin de ce bloc, on saura où on en est, c’est celui-là qui nous dira si on peut commencer à envisager. Pour l’instant, on n’y est pas, on est loin d’y être mais, en tous cas, c’est un bon résultat que l’on a fait ce week-end. 

http://umanis.com

Suresnes arrive à la maison ce week-end. Comme tu as coutume de dire, il faut toujours valider ces résultats à l’extérieur par non seulement un résultat mais aussi du contenu à la maison ? 

 

MB : Bien sûr ! Je trouve que, contre Dax, on a fait 20 mauvaises premières minutes, très mauvaises, peut-être les 20 moins bonnes de la saison je pense. Je suis très précautionneux de dire que bien attaquer les matchs les fait gagner et que mal les débuter les fait perdre, il faut faire gaffe à ça. On l’a bien vu contre Nice, contre Dax l’opposé avec deux résultats différents à la fin, il n’y a pas de certitude. Par contre, ce qui est sûr, c’est que le contenu rugby va de mieux en mieux car je trouve que contre Dax, on a fait 60 belles minutes après où on a été cohérent, où on a alterné devant, derrière. On l’a un peu moins retrouvé à Chambéry peut-être parce que c’était à l’extérieur et que c’est aussi un peu plus difficile de mettre du jeu mais il faut que l’on soit capable d’être meilleur dans le contenu. Je m’appuierai sur les 60 minutes de Dax et il est sûr qu’il va falloir que l’on soit bon samedi et il va falloir que l’on gagne le match. 

 

Cette équipe de Suresnes a fait une partie magnifique face à Blagnac, ils leur ont roulé dessus. Ils vont arriver ici au Stadium gorgés de confiance ? 

 

MB : C’est une grosse performance. On sait que Blagnac, c’est très, très dur, c’est une équipe qui ne lâche rien, qui a de bons joueurs et une bonne équipe, on la connaît. Il est certain que le résultat de Suresnes est beau et ça veut dire que c’est une grosse équipe qui se présente chez nous. Il faut qu’on valide et, comme je vous l’ai déjà dit, tous les matchs sont difficiles en Nationale, toutes les équipes essaient d’accrocher des points partout, on l’a encore vu avec les résultats du week-end dernier. Nous, nous sommes concentrés pour essayer de faire un bon match samedi.

http://roux-carrosserie.fr

Justement, cette équipe peut vous mettre en difficulté. Quel va être le mot d’ordre sur le match ? On a compris qu’il n’y avait pas de règles établies mais vous allez quand même donner des préconisations sur cette rencontre ?

 

MB : La première, c’est qu’on a débuté un bloc où on se regarde plus nous que l’adversaire donc, on va encore une fois beaucoup travailler sur nous. On a besoin de consistance tout le long d’un match et il y a des trous partout, à tous les niveaux. On l’a vu samedi dernier avec l’équipe de France, il y a des moments où ça tangue mais après, ils reprennent le dessus. Toutes les équipes ont des temps faibles donc il n’y aura pas un jour ou un match où tout sera parfait, ça, c’est vrai mais il faut que l’on soit capable de faire le dos rond dans les moments pas faciles, de remettre la main sur le ballon, de re-cravacher, de poser notre jeu. Je trouve qu’on est beaucoup mieux depuis 4 / 5 dimanches, Dax m’a donné le départ en me disant qu’on avait mal démarré mais il y a eu le vent et d’autres choses et pendant 60 minutes, j’ai trouvé qu’il y avait de l’amélioration dans notre jeu. On a besoin d’en manger, je l’avais dit, ce n’était pas l’objectif du début de saison sur le jeu et, forcément, quand tu changes beaucoup de choses sur le jeu, ça met un peu plus de temps. Donc là, je trouve que les joueurs y adhèrent, ils se régalent, moi, je suis content quand je les vois heureux et contents. Le rugby, c’est dur aussi, quand on prépare les matchs et qu’on les joue, ils sont durs à ce niveau mais à la fin, même si le match a été dur, il faut que les joueurs soient contents quand tu es dans le vestiaire, ça, c’est important. 

 

On peut parler de cette gestion du vent car, à Chambéry, vous avez été meilleurs face au vent qu’avec ce dernier dans le dos tandis que face à Dax, c’était l’inverse. C’est quand même paradoxal ? 

 

MB : C’est vrai que ça fait deux week-end que le vent a son importance. On l’a un peu moins maîtrisé à Chambéry parce qu’on a joué avec une mi-temps différente car on avait le vent. On a eu du mal à bien le gérer mais il est sûr que dans notre pays où ça souffle, il faut aussi que l’on soit capable de ça car les conditions climatiques jouent leur rôle. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Pour toi, l’ancien première ligne, la mêlée doit te faire grandement plaisir. Tu la vois progresser à vue d’œil depuis le début de saison où, on ne va pas se le cacher, vous étiez en souffrance ? 

 

MB : Oui, on était un peu en difficulté au début. En fait, l’analyse que j’ai de notre mêlée est qu’elle a très bien démarré la saison et qu’elle s’est un peu étiolée au bout de 2 / 3 matchs. J’avais dit un truc à l’époque qui était que la mêlée est un travail de longue haleine et chaque séance s’additionne et il en faut pour qu’on voit l’évolution. Aujourd’hui, on est dans une dynamique ultra positive, je trouve que depuis la fin des matchs aller, voire même depuis Novembre, on progresse de dimanche en dimanche et aujourd’hui, c’est devenu un secteur important chez nous, en tous cas, ça crée de la confiance à l’équipe. Je ne dis pas que ça ne sera parfois pas dur ou qu’on ne manquera pas des matchs car il faut savoir que, quand on a joué 1ère ligne, toutes les mêlées sont différentes. Il faut être capable de se remettre en question en permanence, on continue à la travailler, on le fait très, très régulièrement et il est certain que ça donne de l’énergie à l’équipe. Donc, c’est une force que l’on veut continuer à travailler. 

 

Pour rester sur ce sujet de la mêlée, on a appris qu’un jeune pilier, Nika Gvaladze, venait de rejoindre l’effectif. Est-ce que tu peux nous en parler un peu ? 

 

MB : C’est un joueur qui vient de Grenoble, qui peut jouer aux deux postes, gauche et droite. Je ne recrute pas pour dire  » c’est un secteur en difficulté donc je prends quelqu’un « , comme je l’ai dit à mes joueurs, il y avait aujourd’hui un véritable besoin au niveau des piliers car ils avaient aussi besoin de tourner un peu, on fait un peu toujours jouer les mêmes. On le rentre plus pour le nombre que pour le besoin et avec les blessures des uns et des autres, on était quand même sur le fil en termes de nombre mais pas en termes de qualité. Donc, en premier, je rentre quelqu’un pour le nombre mais il sera avec les joueurs, il y en a quand même pour quelques semaines le temps qu’il s’acclimate, même s’il parle très bien français, et il va nous aider à performer sur les matchs qui arrivent car on était juste en nombre. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Il y a des blessés dans ce secteur-là ? 

 

MB : Bastien a été pas mal blessé et après, il y a eu Vili. Il y a toujours un ou deux mecs dont on est un peu sur le fil du rasoir, je ne dis pas qu’on est mal, on a les joueurs qu’il faut mais on a décidé de recruter quelqu’un pour se mettre un peu plus dans le confort. 

 

Il a signé pour trois mois. Si, d’aventure, il fait  » la maille  » comme on dit et qu’il fait de belles perfs, il peut avoir un strapontin pour l’année d’après ? 

 

MB : Oui, bien sûr, c’est aussi pour cela qu’on l’a pris. Il a tout à prouver, chez nous et même ailleurs car il a sa carrière à continuer, et il aura les armes pour combattre et nous montrer qu’il a le niveau de la Nationale. Je lui souhaite un bon accueil et j’espère que tout le monde l’accueillera bien et, en tous cas, je n’ai pas de doute sur le groupe.

http://bipbip-pizza-marssac.com

Est-ce qu’on peut faire un petit point infirmerie ? On a vu que Gaëtan était encore hors groupe pour l’instant, est-il toujours touché ?

 

MB : Gaëtan va se faire opérer d’une pubalgie, j’ai espoir qu’il revienne peut-être d’ici la fin car ce n’est pas une vraie, vraie pubalgie donc on verra mais il est encore un peu out. Après, on a eu de petits bobos, Bastien va revenir tout comme Reinach Venter, Titouan avait pris une petite commotion contre Dax qui ne postulera pas pour cette semaine mais pour la prochaine. Vincent Calas est incertain pour ce week-end mais il y a eu plus de peur que de mal, on n’a pas encore pris de décision. En fait, ce sont de petits bobos qu’on a dans le rugby donc, pour l’instant, on touche du bois. On est content, il y aura bientôt le retour des longues blessures donc, pour l’instant, ça va mais les blessés, c’est très fragiles et ça peut aller vite d’un côté comme de l’autre. 

 

Lucas Guillaume est toujours en sélection avec l’Espagne ? 

 

MB : Lucas est revenu cette semaine mais il repart la semaine prochaine. Il a eu une blessure au genou puis il a fait une petite commotion avec l’Espagne, là il revient mais pour repartir donc on le verra vraiment dans le prochain bloc parce qu’on a besoin de lui. Ça fait trois mois maintenant et on a besoin de tout l’effectif. 

http://les-freres-lecointre.fr

Actuellement, il y a des joueurs qui sont beaucoup, beaucoup utilisés, je pense notamment à la paire de centres ou à Maxime Escur. Est-ce qu’on peut s’attendre de ta part à faire un peu de turn-over sur ces joueurs-là afin de les faire souffler et qu’ils soient plein fer pour les play-off ? 

 

MB : Il m’a été reproché que je tournais trop (rires). Je l’avais expliqué et maintenant, je ressers un peu le groupe, les joueurs sont au courant, ils savent la stratégie. Je ne mens pas, je suis transparent avec eux et honnête, ils savaient très bien ce qu’on allait faire de trimestre en trimestre en gros donc ils savent à quoi s’attendre. Comme je vous ai expliqué, on était un peu juste notamment au poste de pilier et c’est aussi pour ça qu’on prend quelqu’un pour nous aider. Sur les prochains matchs, il y a des postes où on va essayer de faire souffler pour toujours avoir une équipe compétitive mais on ne gagnera pas à 15, on gagnera à 40. Donc, s’il y a besoin, oui, on fera se régénérer les joueurs sur certains matchs mais, aujourd’hui, il reste très peu de rencontres et notre objectif est de mettre les meilleurs les dimanches et de continuer à performer. 

 

Un petit point sur la rumeur qu’a sortie Actu.frpour remettre l’église au centre du village. Mathieu Bonello, c’est à Albi et pas à Provence Rugby ? 

 

MB : Je suis transparent avec ça. J’ai reçu des sollicitations mais aujourd’hui, je suis bien à Albi, j’ai un contrat, je suis très bien avec le club, les dirigeants, les administrateurs et président. J’ai à cœur de continuer à construire, ça ne fait que 8 ou 9 mois que je suis là donc je suis totalement focus sur Albi et le projet albigeois. Les rumeurs qui sont sorties étaient totalement erronées.

http://bipbip-pizza-marssac.com

Pour monter un projet et une aventure humaine, l’osmose avec les dirigeants est importante ? 

 

MB : Oui, c’est important,  le couple manager / président est hyper important, l’administratif et le sportif sont importants. Aujourd’hui, on a besoin d’un élan et de construire le projet que l’on fait, je ne dis pas qu’il n’en existait pas un avant mais celui-ci est nouveau. Il faut du temps et de l’unité et même quand parfois ça tangue, il faut faire preuve d’unité. J’en ai suffisamment parlé, c’est ensemble que tous les acteurs qui étaient autour du club devaient être à l’unité avec l’équipe. On fait les comptes à la fin, on fait le bilan, on voit ce qui va et ce qui ne va pas ainsi que ce qu’on peut améliorer mais le projet, il se fait ensemble. Ce n’est pas qu’un seul homme ni qu’un seul manager, c’est ensemble et, en tous cas, la force que tout le monde nous donne au club, on doit nous les sportifs la mettre sur le terrain et si le terrain va, ça doit aller dehors. C’est vrai qu’il y a aussi un projet de construire de nouvelles choses avec le club mais ça prend du temps et, comme je l’avais dit, ça prend du temps. On fera les comptes à la fin mais je crois qu’à Albi, il y a tout pour faire un beau projet, pour s’installer durablement parmi les meilleurs clubs. C’est une ville rugby, j’y suis né et j’y suis attaché. 

 

En parlant des composantes du club, il y en a une autre qui ne rechigne pas à traverser toute la France, c’est le Comité d’Animations et des Bénévoles. Ils sont encore venus à deux cars à Chambéry et, par moments, ils ont mis plus d’ambiance que les supporters de Chambéry. Que ce soit pour les joueurs ou pour le staff, ça aussi ça fait plaisir dans les moments durs ? 

 

MB : On le dit tout le temps et, dès que je peux, j’essaye de les notifier car je trouve qu’ils sont exceptionnels, le Comité d’Animations et les supporters sont juste exceptionnels. Ils viennent à tous les déplacements, j’ai rarement vu ça et tu as raison, il y a eu des moments à Chambéry où on les a plus entendus que les autres (sourire). En tous cas, on sait qu’on peut compter sur eux, ils nous aident également au quotidien et nous, on a juste envie de leur dire merci et, si on le peut, de performer sur le terrain. Ils méritent que l’on gagne des matchs pour qu’on leur donne du bonheur, ils nous aident au maximum et ça, je leur en suis vraiment très reconnaissant. Merci à eux.

Construire le projet, c’est aussi préparer le moyen et le long terme. Tu nous as expliqué que tu étais déjà dans les entretiens et que vous receviez les joueurs avec Alex, est-ce que ça continue ? 

 

MB : Oui, ça continue. On essaie de bâtir l’équipe pour l’année prochaine mais par contre, comme je vous l’ai dit, il y a une chose que je ne ferai jamais, c’est de tuer la saison en cours. Ma saison en cours est prioritaire quitte à ce que ça me double mon travail mais ça, ce n’est pas grave. En tous cas, je ne prendrai pas du temps sur ma saison en cours car c’est le meilleur moyen pour la manquer et, finalement, on prépare une saison pour la réussir. Maintenant, il faut anticiper et déjà préparer la suivante, ce qu’on fait depuis déjà quelques temps. Et puis, comme dans tout projet, on a aussi besoin d’évoluer en structures et d’avancer mais, comme je le dis tout le temps, tous ces projets-là dont le recrutement sont forcément liés aux résultats que l’on fera sur le terrain. Ça, je le comprends, je l’entends mais on a aussi besoin d’avancer dans un projet de structures mais également de faire évoluer l’équipe puisque, comme partout, il y aura des arrivées et des départs. En tous cas, je suis très content du groupe que j’ai cette année. 

 

Lors de ce match face à Suresnes, il faut vraiment emmagasiner de la confiance car derrière, il y a des déplacements très périlleux et pas ceux de VRDR et Soyaux-Angoulême. Aller à Aubenas ou à Tarbes, qui sont en quête de maintien, ne sera pas non plus une sinécure ? 

 

MB : Ça va être très dur. Je crois que l’objectif du match de ce week-end, c’est de le gagner et donc, on va le préparer pour essayer de le gagner. Ça va être très dur, c’est une très belle équipe et aujourd’hui, on a un défi, celui de gagner ce match. Pour le reste et les autres rencontres, tu as raison, ce seront de gros, gros déplacements mais on prendra les matchs les uns après les autres. Aujourd’hui, c’est Suresnes et un gros match qui nous attend samedi.

Le mot d’ordre ? 

 

MB : C’est confirmation et, je vous l’ai toujours dit, c’est de faire un match abouti. C’est important pour nous de performer ce samedi face à une très grande équipe.

Albi VS Suresnes une rencontre à suivre en direct multicam dès 18h45 via Le #MagSport by H2G en cliquant sur le lien suivant :

https://www.facebook.com/SportingClubAlbigeoisRugby

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s