#Rugby – Fed1 / Eddy Joliveau (CS Nuiton) : «Faire avancer les choses, sans changer la philosophie du club!»

Le CSN vit une saison rythmée tant par de grandes satisfactions (Victoires contre la Seyne ou Beaune) que d’amères désillusions, dont entre autre, la cascade de matches reportés pour cause de Covid. Nous sommes donc allé a la rencontre d’Eddy Joliveau, le coach du CS Nuiton pour faire un point sur le bilan sportif des bourguignons. Dans cette poule 2 dite « de la mort », les Nuitons bataillent avec de nombreuses écuries qui ambitionnent la montée en Nationale ou en Nationale 2. Malgré un ADN local qui s’estompe un peu au gré de la semi professionnalisation de cette Fédérale 1 vivant ses derniers instants dans ce format, le club de Côte d’Or tente de préserver les clés des succès passés (l’accession en fédérale 1 en 2020). Mais comme le stipule Eddy Joliveau dans cet entretien, le Nuits qui jouait au 4 coins du terrain il y a encore peu doit dorénavant faire preuve d’un brin plus de pragmatisme, si lui et ses joueurs veulent accrocher le strapontin des barrages d’accession. Face à ces mutations sociologiques et sportives du rugby fédéral, le club présidé par Vincent Lecheneaut espère trouver l’alchimie entre la culture mono-cépage du rugby village et l’élaboration de crus sportifs pouvant s’exporter dans le gammes supérieures.

 

Crédit photo Baptiste Paquot – CS Nuiton

 

On va commencer par la très, très bonne nouvelle qu’on a vue sur les réseaux sociaux du CSN à savoir ce partenariat avec le Stade Toulousain qui vient parachever tout le travail fait sur la formation depuis des années et des années ? 

 

Je ne sais pas si ça vient parachever, ça reste à préciser, mais il est clair qu’avec l’arrivée d’Edgar Retière et maintenant d’Arthur Retière au Stade Toulousain et également la proximité entre Didier Retière et Emile Ntamack font que, forcément, les liens entre les deux clubs avaient plutôt tendance à se rapprocher et du coup, c’est chose faite. Je ne sais pas ce que ça peut amener concrètement au club de Nuits-Saint-Georges, hormis l’image de marque, ça se fera au long cours, on verra sur le long terme. 

 

Pour faire une boutade, vous allez maintenant être obligés de jouer à la toulousaine ? 

 

Il y a déjà un petit moment qu’on y joue donc, c’est une très, très bonne boutade mais parfois, j’aimerai juste qu’on joue un jeu un peu plus pragmatique et de ne pas faire des passes quand il n’y a pas lieu d’en faire. On a un style de jeu qui est plutôt très ouvert donc, à partir de là, on n’est pas le Stade Toulousain mais c’est forcément l’une des équipes qui inspire tout le monde et qui, de fait, nous inspire. 

http://debardautomobiles.com

On va revenir sur la saison du CSN. Vous êtes dans une poule dite  » de la mort « , une poule très, très robuste mais où vous arrivez quand même à tirer votre épingle du jeu ? 

 

Moi, je suis plus mitigé que ça. Effectivement, c’est une poule de la mort, on verra après ce que ça va donner sur les barrages lors du croisement des poules car, avec les phases finales, ce sont les seuls moyens de savoir quel était le niveau réel des poules. Par contre, il est sûr que là, on rencontre des équipes qui sont armées de chez armées et c’est très compliqué. En match de préparation, on avait battu Chartres, on avait perdu à la dernière minute à Marcq-en-Barœul donc, j’avoue qu’effectivement, notre poule fait un peu figure d’épouvantail quand on voit les cylindrées qu’il y a mais surtout la structuration sportive de ces dernières. Mais on verra à l’avenir si c’était en effet la poule de la mort ou si c’est nous qui, tout simplement, ne sommes pas invités. Je suis aussi plus mitigé car, pour moi, on a réussi des perfs comme battre le Stade Métropolitain, la Seyne, aller gagner à Beaune, ce sont des perfs mais à contrario, on a des ratés sur des matchs qui sont un peu compliqués. Ceux-là amènent la réflexion et nous amènent forcément aussi à devoir faire évoluer les choses et à avancer. 

 

Quelles sont les évolutions que tu aimerais dans ton club ? 

 

Il va falloir que l’on change non pas la philosophie car je pense que celle du CSN est très bonne et que c’est l’image du club à savoir un club vraiment amateur mais en revanche, si on veut créer un peu d’émulation, il faut qu’il y ait de la concurrence à tous les postes. Là, on se rend bien compte que, sur la concurrence qui était installée en Fédérale 2 avec une base de 35 / 36 joueurs qui avaient largement le niveau de la Fédérale 2, la montée en Fédérale 1 a fait un tri. Du coup, on a des gens qui sont installés sur des postes et ce n’est jamais bon d’être installé, la concurrence fait avancer les choses. Donc, sans changer la philosophie du club, sans se dire  » on va passer sur des contrats pros et aller acheter des mecs à l’extérieur  » ni faire des choses qui ne sont pas dans l’ADN du club. L’idée est de se dire qu’il faut vraiment continuer à avancer sur l’effectif et qu’à chaque poste, le joueur qui est sur le terrain le dimanche ait envie de se transcender à 200 % car sinon, il sait qu’il ne jouera pas le dimanche d’après et pareil s’il ne vient pas s’entraîner. Ça veut dire que ça nécessite que le club fasse aussi des efforts dans ce sens pour le recrutement.

https://tradastra.com/religionrugby-albi

Dans les satisfactions, tu nous parlais du match face à Beaune. C’est quand même une grande fierté pour vous d’avoir réussi à gagner à Beaune dans  » le derby des viticulteurs  » ? 

 

Pour être tout à fait franc, le derby de Beaune était surtout sur les espoirs car c’étaient vraiment des Beaunois contre des Nuitons. Le derby de la Fédérale 1 n’est pas exactement un derby puisqu’il n’y a plus de Beaunois, des Nuitons, il en reste un tiers dans les grands jours. Clairement, que ce soit Beaune ou pas Beaune, c’est anecdotique car ce n’est pas la première victoire du club en Fédérale 1 mais, malgré tout, on avait pris un camouflet à l’aller car on avait été nul, c’est l’un des grands, grands regrets. Eux avaient fait le match qu’il fallait, j’ai entendu un journaliste parler de hold-up mais c’était tout sauf un hold-up. Les Beaunois avaient clairement mérité leur victoire et fait tout ce qu’il fallait et on l’avait un coin de la tête. Bizarrement, l’équipe qui recevait avait un peu plus de pression et ça nous a souri à nous donc tant mieux. 

 

Vous allez lutter avec cette équipe de Beaune, tout comme avec Issoire et Berre pour le dernier strapontin des barrages. Cette 8e place reste quand même un objectif pour les barrages ? 

 

Oui, il est sûr que c’est un objectif mais le match de dimanche risque quand même de nous mettre une balle dans le pied. Même si on a un match à 8 points, celui d’Issoire, clairement, la question ne se posera plus si Issoire gagne à Nuits. Mais, dans tous les cas, il faudra commencer par un match à 8 points à Berre et ce n’est certainement pas ce qui est le plus simple. La victoire à Beaune a un peu fait revenir dans les esprits de tout le monde qu’on pouvait aller dégoter cette 8e place mais là, on a de gros soucis d’effectif suite à diverses blessures et c’est tendu. Moi, j’aimerai surtout qu’on soit à 100% sur nos matchs car, si on est à 100%, la victoire viendra d’elle-même par contre, si on est à 70 ou 75% comme dimanche dernier, la victoire ne viendra pas. Nous, on n’a pas de marge, on ne rencontre que des grosses équipes, il faut que l’on soit à 100 / 110% tout le temps dans tous les secteurs du jeu. Dès qu’on a un secteur de jeu qui est défaillant, on se fait flageller, on avait une défense de fer en Fédérale 2 mais là, on vole en éclats tous les dimanches. Rumilly, qui était très costaud mais qui ne nous a pas proposé un grand jeu de mouvement nous met trois essais et quand on prend trois essais, c’est très compliqué de gagner des matchs. Du coup, ça fait un peu partie des choses qu’il faut que l’on améliore sur la fin de saison donc, si la 8e place se précise, pourquoi pas ? Il faut aussi avoir les pieds sur terre et se dire que si on réussit match par match, il y a peut-être des choses qui tomberont mais si on ne réussit pas les matchs, ce n’est pas sûr. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Quel est le mot d’ordre pour ce dernier tiers de championnat ? 

 

Clairement, c’est tout donner. Il nous reste 6 matchs et c’est ce qu’on s’était dit avant la réception de Châteaurenard, c’est qu’on avait un bloc qui était  » à notre dimension « . On recevait Châto et Rumilly, même si ce dernier, avec des matchs en retard, fait plus partie du premier tiers du tableau que du dernier, on allait à Berre puis à Châto avant de recevoir Issoire. On savait qu’on avait des matchs où il fallait prendre des points et des points, on en a lâché un peu partout pendant un peu toute la saison. Donc, c’est tout donner sur chaque match, on a encore deux matchs avant une coupure et on finira sur un dernier bloc de trois. Il faut vraiment qu’on lâche tout mais qu’on le fasse avec précision car, quand on lâche tout dans le décor sur ce niveau de pratique avec les joueurs et les équipes que l’on rencontre, on ne sait pas gérer donc c’est un peu ballot.

 

Merci de nous avoir donné ce point de passage sur la saison du CS Nuiton

 

Pas de souci mais je voudrais donner un tout petit coup de chapeau à l’équipe de Vienne parce-que, sur ce que je lis, je ne vois pas beaucoup de gens qui félicitent l’équipe adverse ou qui les complimentent. L’équipe de Vienne est l’équipe qui, cette année, nous a vraiment proposé le plus beau jeu, on avait un joueur qui avait soit un pied d’avance soit un pied en retard sur le placement, sur le 1er et le 3 rideau. Ils utilisaient le groupé, le déployé, le jeu au pied, c’était vraiment une merveille, on parlait de rugby à la toulousaine tout à l’heure qui utilisent toutes les dimensions du terrain et Vienne ont été merveilleux. Donc, j’aimerai juste pouvoir tirer un petit coup de chapeau à cette équipe car franchement, sur le match aller à Vienne, on n’avait pas existé, non pas parce qu’on avait été mauvais mais parce qu’ils avaient été très bons. J’espère pour eux que la Nationale 2 leur tendra les bras et, qui sait, pourquoi pas la Nationale. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

On va stipuler aussi que Vienne est la première équipe à avoir battu Hyères-Carqueiranne La Crau, l’ogre de la poule 2

 

C’est aussi une belle anecdote et c’est tout à leur honneur.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

http://roux-carrosserie.fr
http://les-freres-lecointre.fr
http://debardautomobiles.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s