#Rugby – Fed1 / Daniel Rouanet (Mazamet) : «Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs!»

La montagne noire, et le bassin Mazametain revit une seconde jeunesse cette saison via la course à l’accession en Nationale 2, qui fédère tout un club et son public. L’occasion alors que le club rendra hommage ce dimanche face à Pamiers à la génération 58 (Finaliste championnat de France) de faire un point de passage sur l’actualité au stade de la Chevalière, avec le co-président du SC Mazamet. Entretien avec un Daniel Rouanet, emplit d’humilité mais qui savoure cette fin de championnat haletante.

 

Crédit photo / Arnaud Bertrand – SC Mazamet

 

On vous avait eu en début de saison avec pour objectif d’accrocher les places qualificatives, au moins aux barrages si ce n’est plus, pour la Nationale 2, dans cette Fédérale 1 dernière version  » à l’ancienne « . Pour le moment, on peut dire que le Sporting Club Mazamétain tient la corde ? 

 

Et oui, avec un démarrage un peu compliqué mais on l’a maintenant rattrapé puisqu’on en est à 6 victoires à la suite. Pour l’instant, on est très content du rendement, on est 5e ex-aequo ou 6e, donc aux portes des 4 premières places. 

 

Est-ce que pour vous, il y a une possibilité d’aller accrocher ces 4 premières places ? 

 

Ah, je pense que oui, la 4e peut être accrochée. 

 

La 4e qui est pour l’instant détenue par un certain Sporting Club Graulhetois. Ça va frotter dans le second derby du Tarn ? 

 

Le dernier match que l’on joue est à Graulhet donc peut-être que oui, on jouera la 4e place contre Graulhet, lors du dernier match à Graulhet. Peut-être que ce sera ça, tant mieux que ce soit deux club du Tarn qui soient en 4e position donc, on ira chez nos amis graulhetois avec l’intention de vaincre mais bien évidemment en les respectant. Tous les clubs de la poule, et en particulier les Tarnais, ont un profond respect pour eux, donc, on ira y jouer et on verra le résultat à la fin du match. 

Surtout que la 1ère manche a été remportée par Mazamet sur ses terres de la Chevalière ? C’était quand même l’un des premiers sommets de votre saison

 

C’est un souhait que de gagner ces matchs-là, un derby, il faut que ça se gagne, c’est toujours important pour nos supporters. Ce n’est pas du tout de l’animosité mais c’est vraiment le challenge sportif du derby qui est important et excitant pour tout le monde. Je rends hommage au club de Graulhet et je leur présente toutes mes condoléances après la mort de Guy, que moi je connaissais très peu mais avec qui j’avais eu quelques rapports depuis deux ans et que je trouvais hyper charmant. Ça fait toujours plaisir de battre ces clubs-là mais comme les autres aussi, de toute manière, dans notre sport, la victoire est importante, on est là pour ça. 

 

Avec la perte de Guy Laporte, pour le rugby tarnais, c’est aussi la perte d’un défenseur d’un certain rugby auprès des instances et des valeurs de ce rugby fédéral tarnais ? 

 

Des valeurs qui sont un peu les nôtres aussi. On se ressemble beaucoup avec Graulhet, comme avec Lavaur et comme avec tous les clubs. Nous sommes des clubs de Fédérale 1 mais qui jouons plus sur le clocher et sur des moyens, on le sait en poule 3, qui sont un peu moindres qu’en poule 2 par exemple où il y a plus de grandes villes. Graulhet, ça doit faire 15 000 habitants, 10 000 ou 11 000 pour Mazamet, on est sur les mêmes territoires et les mêmes versions de rugby. Il y a des années où ce sont eux qui sont plus hauts que nous, d’autres où ça a été l’inverse, ça dépend des périodes mais on est dans le même esprit. Il y a peu de différences entre nos clubs, comme avec Lavaur, c’est un peu pareil. 

En parlant de cette poule 2, la poule du Grand Est dite  » de la mort « , si vous accédez aux barrages, vous serez brassés avec ces équipes-là. C’est quand même un gros challenge ? 

 

Et bien, on ira voir un peu si on est une poule diminuée ou pas. Mais souvent, et je l’ai vu dans des phases finales, que ce soit en Fédérale 1 ou en Fédérale 2, on dit que telle ou telle poule est faible et après, quand on rencontre les autres, il n’est pas dit que l’on soit si faible que ça. C’est difficile, on ne joue pas le même jeu et sur deux matchs, ça ne veut pas dire que l’on soit plus faible, c’est le terrain qui le dira. 

 

Pour l’instant, vous êtes 5e ou 6e ex-aequo et vous auriez l’honneur de recevoir à la Chevalière et des play-off dans votre stade, il faut aussi s’y déplacer quand on est l’équipe adverse ? 

 

C’est ça. C’est intéressant de jouer tous ces matchs-là et de voir. 

 

Quoi qu’il arrive, s’il y a des play-off au minimum et une montée en Nationale 2 au maximum, c’est une dynamique que vous allez enclencher dans le club ? 

 

La Nationale 2 sera un autre point, on a une réunion des clubs de Fédérale qui aura lieu le 4 Mars et pour laquelle on monte à Paris. On veut voir les modalités de chaque poule pour justement savoir si, dans nos milieux et dans nos clubs, on est capable de s’entendre sur des histoires de contrats et du reste mais aussi de savoir ce qu’on va nous demander en Nationale 2 par rapport au reste de la Fédérale 1. Il y a tout ce côté un peu administratif, juridique et comptable qui est important et on verra au dernier moment. Moi, ce que je dis aux joueurs pour l’instant, c’est  » ne nous posons pas trop la question, essayons d’abord d’être 4e, 5e ou 6e, jouons tous les matchs et on se posera les questions quand on aura à le faire « . Pour le moment, on n’a pas à se les poser, on est tous en Fédérale 1 et on joue un championnat. Moi, si j’aimerai accéder à la 4e place, ce n’est pas pour une accession en Nationale 2 mais c’est surtout pour pouvoir jouer le championnat de France et d’essayer d’arriver loin dans des phases qualificatives. Le charme du rugby, quand on arrive en Avril, c’est quand même de jouer les phases finales. Il est certain que la saison, c’est bien mais la cerise sur le gâteau, que ce soit pour les dirigeants, pour les joueurs et pour les supporters, ce sont quand même les phases finales. Ce n’est pas la même, c’est beaucoup plus sympa, vous jouez un match aller / retour, il y a de l’enjeu, il y a du monde, c’est le bon moment d’une saison, du Top 14 jusqu’à la 4e série. Ce sont les mêmes, la technique change, les moyens changent mais l’esprit reste le même, les phases finales restent quand même toujours un bon moment. 

Un des leviers pour franchir ce cap de la Nationale 2 et du rugby semi-pro, c’est bien sûr de fédérer le corps économique et des partenaires autour du Sporting Club Mazamétain. Des échos qu’on a eus, lors du repas d’avant-matchs du derby face à Graulhet, ce corps économique était vraiment bien fédéré autour de Mazamet et c’est quelque chose de positif ? 

 

On a une belle structure et un club entreprises qui a plus de 120 entreprises avec des gens qui continuent à adhérer, ça marche très bien. C’est un club qui est plus entrepreneurial que sportif, on ne parle pas que du sportif, on parle entreprises donc on fait se rencontrer toutes les entreprises du bassin mazamétain. C’est très important pour nous, il y a ce côté économique où ils nous aident pour le côté sportif mais il y a aussi ce côté économique en lui-même qui est très important pour que les entreprises se rencontrent. Le principe du club, c’est  » qu’est-ce que tu fais, qu’est-ce que je fais et comment on peut travailler ensemble « , l’esprit est là et ce sont les bases. Donc, on a  quelque chose qui se monte, qui continue à monter mais est-ce qu’il y aura assez de moyens pour pouvoir aller plus haut ? Je ne sais pas encore. C’est compliqué, les saisons sont longues, on est quand même dans une période incertaine, on sort de deux mois de Covid où on n’a pas pu faire de buvette ni faire de repas, hormis le dernier de Graulhet et donc, on a des trésoreries qui ne sont pas énormes. C’est dur, je peux vous dire que tenir un club depuis trois ans, avec tous les soucis que l’on a eus, c’est compliqué, très, très compliqué, je parle financièrement. 

 

Quels sont les plus gros obstacles pour monter en Nationale 2 et quelles seront les mutations nécessaires si, d’aventure, vous y montez ? 

 

On attend d’en savoir un peu plus en fonction de ce que va nous dire la Fédé. Pour l’instant, on sait qu’il y aura deux divisions qui seront composées mais quel va être le cahier des charges de la Nationale 2 ? Comment vont se faire les poules ? Est-ce qu’elles seront géographiques ou pas ? Quelle va être la répartition sachant que vous avez 24 clubs sur toute la France ? Ça fait quand même des déplacements nettement plus importants que cette année. Il y a tout cela qu’il faut voir en place sans compter le nombre de diplômes, le nombre d’arbitres, de cadets, de juniors, quels seront les âges de l’équipe espoir. Il y a tout un cahier des charges qui est hyper important hormis tout ce qui est économique, on peut faudra-t-il des contrats pluriactifs, pros ou semi-pros. Moi, j’attends vraiment qu’ils pondent ça et c’est pour cela qu’on va tous en discuter, je pense que la Fédé est à l’écoute de tout le monde. Quand le projet des deux sera mis en place, on pourra dire  » on peut le faire  » ou  » on ne peut pas le faire « . Il n’est pas possible de dire maintenant  » on y va  » sans savoir et on tue le club au bout d’un an, je suis président depuis 7 / 8 ans et je ne ferai pas ça. Comme dans une entreprise, on nous transmet le projet et ce moment-là, on pourra voir ce qu’on peut y faire ou ne pas y faire mais. Pour l’instant, on a les premières images mais on n’a pas tout, on n’a pas les détails et les détails sont importants. 

Quoi qu’il arrive, ce sera un grand virage pour Mazamet ? S’il y a montée en Nationale 2, ce sera vraiment mettre un pied, voire les deux, dans le rugby semi-pro et, s’il n’y a pas montée, ce sera rester dans un rugby devenu quasiment amateur ? 

 

Qui sera quasiment amateur mais qui peut aussi monter dans deux ans. On ne se bloque pas si on ne veut pas le faire maintenant, ce sera peut-être plus tard mais, je le redis, pour l’instant, on n’est vraiment pas bloqué. Je ne sais pas comment ils vont faire ça mais il y aura 4 ou 5 montées, sur les 48 clubs, ça veut dire que ceux qui sont en demi-finale monteront l’année d’après et on n’est pas loin non plus. Je veux dire que ceux qui resteront là ne seront également pas loin des phases finales. Donc, c’est le projeter, voir un peu comment ça se passe, on va le mûrir, réfléchir avec tout le monde, du sponsor jusqu’au joueur en passant par les dirigeants et les autres et on prendra notre décision après. Mais pour l’instant, on n’y est pas, on a bien remonté la pente, il faut que l’on continue là-dedans et qu’on se donne au moins le droit d’y être et de pouvoir soit la refuser soit de l’accepter à ce moment-là. Je crois que le dernier match est le 10 Avril et là, on saura si on y est ou pas ou s’il faut faire ensuite des phases finales pour y accéder mais pour le moment, on n’y est pas. 

 

A Mazamet, on ne met pas la charrue avant les bœufs ? 

 

C’est ça, je pense qu’il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, il faut le voir. Par contre, ce qui fait plaisir, c’est de voir une équipe qui gagne, qui joue bien ensemble et qui se régale, c’est hyper important. On passe une belle saison cette année, on a mal démarré mais on passe une belle saison, on voit de supers matchs, un groupe qui s’y file et qui est vraiment solidaire entre eux. Moi, c’est ce qui me fait plaisir cette année, l’année prochaine est une autre année et on verra en fin de saison ce qu’on fait. Mais cette année, je veux qu’ils continuent à se régaler, qu’ils ne se posent pas de questions car les questions, on se les posera à la fin. Qu’ils continuent à jouer, on reçoit le premier, Pamiers, ce dimanche avec mon ami Jean-Philippe Sannac et on va essayer de les gagner, de se confronter aux gros et montrer qu’on est une belle équipe. L’important est là, de se faire plaisir, des joueurs jusqu’aux dirigeants et ce qui nous fait plaisir, c’est quand on ramène la victoire le dimanche.

 

Merci pour ce point de passage du SC Mazamet

 

Merci et bonne saison à vous aussi

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s