#Rugby – Nationale / Jean Baptiste Di Martino (Massy) : «On savoure car on sait que c’est une saison exceptionnelle!»

Le coach des 3/4 du RC Massy Essonne est revenu avec nous sur la victoire face au Sporting Club Albigeois (27-7), lors du choc de la 15eme journée de Nationale. L’entraîneur Massicois dans un rencontre à haute intensité a vu son équipe faire le break dans les 20 dernières minutes. Une 13eme victoire d’affilée qui permet aux pensionnaires du stade Ladoumegue de s’être défait de l’ensemble des équipes du championnat entre la J3 et la J15, exploit révélateur de la magnifique dynamique des Essonniens. S’appuyant sur son vivier de formation ainsi que sur une jeunesse décomplexée, le RCME caracole en tête du 3eme échelon professionnel du rugby français et vit une saison exceptionnelle. Rencontre avec un coach qui s’épanouit autour de ce groupe, et dont la prochaine étape face à Soyaux Angoulême (J16) sera un véritable juge de paix des ambitions des franciliens.

Crédit photo Audrey Killarney – RCME Officiel

J’imagine que cette nouvelle prestation XXL du RC Massy te ravit. 13 matchs sans défaite, vous avez battu l’ensemble des équipes de Nationale ?

 

On essaye de savourer car on sait que c’est une saison exceptionnelle. Forcément, quand tu enchaînes les victoires, la confiance arrive mais les matchs ne se décantent pas tous de la même façon. On l’a vu aujourd’hui, on n’est pas à l’abri jusqu’à la 60e mais on a une telle confiance en notre collectif et en les 23 mecs qui sont sur la feuille de match que ce qui a été accumulé jusqu’à maintenant en termes de confiance quelques soient les scénarios des matchs, il faut que l’on arrive à l’entretenir et à le garder. Les matchs ne se passent pas tous comme on l’espère, on voulait profiter aujourd’hui des conditions qui étaient plutôt bonnes en cette période pour essayer de leur mettre du volume, de les déplacer et leur mettre de la vitesse. Je crois qu’eux ont aussi fait ce qu’il fallait pour nous mettre du combat dans les rucks et dans le jeu au sol pour ralentir les sorties donc ça a forcément mis un peu plus de temps et ça a été un peu plus compliqué pour construire nos séquences. Par contre, ça nous a permis de nous retrouver sur les fondamentaux et j’ai trouvé que les mecs, notamment devant, avaient fait un match énorme même s’il y a encore trop de ballons perdus en touche. On savait qu’Albi avait un très bel alignement et que c’était l’une de leurs forces mais quand tu te retrouves sur la mêlée, sur les ballons portés, tu as les fondamentaux et ça aussi, ça permet d’emmagasiner de la confiance pour toute l’équipe. C’est top, il faut juste que l’on arrive à conserver cette flamme le plus longtemps possible.

 

A 10-7 à la mi-temps, c’était très, très serré, Albi était en train de faire un bon coup en terre massicoise mais vous n’avez jamais tremblé ? 

 

Nous, on tremble sur le côté, déjà parce-que c’est dur d’être sur le côté. C’est ce qu’on leur a dit avant le match, qu’il fallait s’attendre à un match compliqué, c’était écrit. On a déjà eu des scénarios compliqués : il y avait 0-0 à la mi-temps sur la réception de Nice, Tarbes a mis du temps à se dessiner. On connaît ce championnat, il est très homogène et on connaît les équipes, on sait qu’Albi sera là à la fin et il n’y a pas de match facile. On essaye de préparer les joueurs mentalement à ce genre de scénarios où tu tournes à +3, +6 à la mi-temps mais les victoires ne se construisent jamais facilement. On sait qu’on arrive également à avoir de la fraîcheur sur les 20 / 25 dernières minutes et les joueurs savent aussi qu’on peut appuyer à ce moment-là. C’est toujours pareil, on a construit des scénarios dans le passé où on a gagné des matchs à la fin sans que cela ne se construise facilement. Je pense que les joueurs emmagasinent de la confiance grâce à ça et aujourd’hui, ils ont confiance en eux et en leurs forces donc il faut que l’on arrive à entretenir ça le plus longtemps possible. 

http://debardautomobiles.com

Dans l’imaginaire, quand on parle de Massy, on pense à un jeu des lignes arrières chatoyant mais là, vous avez tordu Albi en mêlée. Vous vous êtes fait un peu violence et êtes allés contre votre nature ou bien est-ce que vous avez vraiment un pack redoutable cette année ? 

 

On bosse. C’est vrai qu’en début de saison, ce n’était pas couru d’être aussi performant en conquête mais c’est parce qu’on fait des choix clairs c’est à dire qu’on privilégie des avants qui soient capables de se déplacer. Donc, forcément, des mecs qui se déplacent et qui sont aussi bons en mêlée, tu n’en trouves pas partout. C’est la même chose pour la touche, on a un profil d’alignement qui est moins haut par contre, on se déplace plus, on gratte au sol, on a des joueurs qui font je ne sais pas combien de plaquages par match. Donc, ce sont des choix donc, il faut que l’on adapte notre projet de jeu par rapport à ça et c’est ce qu’on a essayé de faire. Je trouve qu’aujourd’hui, les joueurs sont capables de ne pas avoir le ballon et de ne pas s’affoler, ils sont capables de défendre longtemps parce qu’on sait qu’on se déplace et qu’on sait que plus les séquences durent, plus on arrive à prendre le dessus. Ce n’est pas une surprise mais c’est bien aujourd’hui de pouvoir rivaliser avec des équipes comme Albi en mêlée, c’est très bien mais je crois aussi que toutes ces phases de combat sont très liées à ce que les mecs mettent individuellement les uns pour les autres. Défendre un ballon porté, c’est déjà pour chacun avoir envie de donner le meilleur de soi-même et ça, je crois qu’ils l’ont car franchement, c’est un groupe en or. Humainement, on se régale. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Et avec une charnière qui a 20 ans de moyenne d’âge. Comme on dit dans le jargon,  » c’est couillu « , ils ont parfois les fils qui se touchent car ils ont la fougue de leur âge mais ça amène aussi beaucoup de peps au jeu de Massy ? 

 

Le petit Kilian Marion le mérite et il est en train de se faire une place, c’était juste l’ordre naturel des choses qu’il commence ce soir. On sait qu’on a des joueurs qui aiment les espaces et la vitesse, ce n’est plus la Fédérale 1 d’avant où, sur les premiers temps de jeu, tu arrives à breaker les défenses. Aujourd’hui, il faut les construire et, pour le coup, Albi nous a posé des problèmes sur ces premiers temps de jeu où ils ont réussi à faire ce qu’il fallait pour nous ralentir les ballons et nous fermer les extérieurs. Il faut que l’on soit capable, contre ces équipes-là, de jouer un rugby et d’être performant un petit peu différemment. 

 

Le plus dur commence pour Massy car, maintenant, vous allez être attendus au coin du bois ? 

 

Je pense qu’on l’était déjà mais oui, je crois qu’on est attendu. Aujourd’hui, on est premier et je pense que les joueurs l’ont mérité et on sait que maintenant, à chaque week-end, ce sera un petit peu le bonus de faire tomber le premier de poule et l’équipe qui est invaincue. Mais on est prêt à l’assumer et je pense que les joueurs le font très bien, ça fait partie du jeu.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

http://les-freres-lecointre.fr
https://www.eurinvest.fr/wave-park
http://debardautomobiles.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s