#Foot – N2 / P.Maurel (Colomiers) « Une situation difficile pour nous et une urgence de points »

En mal de victoires ces dernières semaines, l’US Colomiers espère se refaire la cerise ce samedi contre l’AS Béziers. Pointant quelques défaillances, notamment dans le secteur offensif, le coach Columérin, Patrice Maurel, veut voir ces défauts être vite corrigés pour prendre le maximum de points avant la trêve et s’éloigner de la zone rouge.

Crédit USC

Match important contre Béziers ce week-end. C’est une rencontre un peu particulier en tant que derby, vous avez peut-être une vision différente sur cette rencontre non ?

Très sincèrement, le derby, c’est comme ceux qui ont connu le franc et qui sont passés à l’euro. Les derby pour nous c’est Blagnac, Balma, le TFC. Là, c’est l’Occitanie, ça reste quelque chose de neuf. Nous avons par contre quelque chose qui nous dépasse. C’est une situation difficile pour nous et une urgence de points. Ça dépasse cette notion de derbys dans laquelle nous ne sommes pas du tout.

Tu parles de cette nécessité de points, c’est également une nécessité réelle pour Béziers alors que l’année dernière, ils virevoltaient en tête du championnat avant l’arrêt des championnats. Ça va être un match compliqué pour le perdant !

Après Béziers a ses problèmes, nous, nous avons les nôtres depuis le départ de la saison et Dieu sait qu’on en a. Dans tous les cas, il reste toujours beaucoup de matchs. La situation fait que ce match-là est important. Mais quoi qu’il se passe, il restera 18 matchs. Dans tous les cas, il faut continuer à lutter dans ce championnat qui est très serré. Nous avons une histoire très particulière depuis le départ avec énormément de pépins. Très sincèrement, la projection est sur ce match. Ça fait plusieurs sorties où on ne prend pas les points que l’on doit prendre. Je ne suis concentré que sur ça.

Tu parlais des pépins, j’imagine que tu fais référence aux soucis qui découlent d’une préparation handicapée par la pandémie cet été ?

Après, nous avons eu une première partie de saison où effectivement tous les axes négatifs ont été conjugués. On l’a dit, l’objectif n’est pas de le répéter. Fortement impacté par le covid. Après on fait un très bon début de saison où on est à la deuxième place. Et après, tous les covid blessés et une dynamique de résultats qui s’inverse. Par contre, depuis trois quatre, on fait vraiment des contenus intéressants, des très bons contenus d’ailleurs, mais avec un résultat qui n’est pas suffisant par rapport au rendu. C’est ce qu’on s’est dit. Analyser pourquoi on a manqué le mois d’octobre, ça on le sait. Le mois de novembre, on a des mecs qui rentrent un petit peu. On sait qu’on doit faire beaucoup plus. Même si on est un petit club, on connait notre niveau, et on sait que pour l’instant, on en est loin.

Il y a donc ce match important contre Béziers, qui fait s’approcher la trêve hivernale. Tu seras un coach heureux devant la dinde de Noël avec combien de points en plus pour Colomiers ?

Nous l’objectif est de prendre le maximum de points. Si on peut prendre les six points, on les prendra. Ça reste l’objectif. Comme c’était l’objectif de prendre les trois points le match d’avant. Je ne suis pas dans cette logique. Aujourd’hui j’estime que cette première partie de saison dans tous les cas n’est pas bonne. Ça, c’est un fait. Il y a différentes circonstances, ça peut aussi être une analyse. Mais ensuite la volonté est de prendre le maximum de points pour finir cette première partie et après tirer les leçons pour faire une grosse deuxième partie. Je suis plus axé là-dedans, je connais trop ce championnat. Après, j’ai aussi beaucoup de recul et d’expérience. Je n’ai pas à être heureux ou pas. Je sais que dans tous les cas, c’est un combat. Aujourd’hui le premier n’a jamais viré avec aussi peu de points. Aujourd’hui, derrière c’est tout proche. Ça reste concentré en dix points. Ce qui n’est jamais arrivé. Mais après, ça correspond aussi au niveau de ce championnat cette année.

C’est justement ce que j’allais dire. Tu considères cette première partie comme pas réussie, mais si vous faites le plein de points en décembre, vous vous retrouvez au pied du top 5 !

Oui, mais après c’est vraiment match par match. Quand depuis le départ on a un visuel, ce qu’on a tout le temps dans la préparation d’une équipe. Le lundi, on pense à comment on va démarrer, et ce qu’on va mettre en place. Sur la réflexion, il y a quatre ou cinq joueurs qui disparaissent pendant la semaine pour différents pépins, ou parce qu’ils sont malades. On a appris aussi cette année à prendre de la distance, à voir le match comme il vient. C’est pour ça qu’on est vraiment concentrés sur Béziers. Le match d’après sera celui d’après. Les équipes se valent, ça reste très serré. Dans tous les cas, il faudra livrer 18 combats. Ça sera serré jusqu’à la fin. C’est pour ça qu’il faut s’accrocher. Le match dernier à domicile par exemple, on perd contre une équipe qui est rentrée trois fois dans nos seize mètres, sur un but contre notre camp, alors qu’on a eu 24 centres et cinq occasions franches. C’est un championnat très serré. On fait match nul à Trélissac où ils ne sont même pas rentrés dans les seize mètres et nous, nous avons eu pléthores d’occasions. Il faut donc faire beaucoup plus. Valider tout ce qu’on fait de bien, mais surtout réenclencher une dynamique positive. Ça passe forcément par un match très difficile et une victoire parce que ça fait très longtemps qu’on n’a pas gagné.

Tu parles de 18 combats, celui contre Béziers, pour la victoire, il vous faudra faire donc preuve avant tout d’un réalisme qui vous a manqué ces dernières semaines !

Ce qui nous manque depuis le départ. Nous sommes très proches des chiffres. Il y a toujours des stats. Notre moyenne depuis tant d’années, c’est un classement de troisième ou quatrième avec la quatrième attaque, et en moyenne la troisième défense. Aujourd’hui, on a la quinzième attaque. Ce n’est pas plus compliqué que ça. On est la septième défense. Donc sur la défense, on est assez raccord, mais sur l’attaque, on n’est pas au rendez-vous. On le sait, on est critiques, réalistes. On n’est plus à se dire c’est pour quoi ? Non, on sait très bien qu’il faut donner plus. Mais on est ensemble donc à nous de nous accrocher pour faire plus. On connait la qualité des joueurs. même si effectivement, les joueurs qu’on a pu recruter n’apportent pas forcément ce que l’on attend d’eux.

Pour les prochaines semaines tu attends donc ce plus et que les joueurs recrutés puissent se lâcher.

Recrutés ou pas. Mais dans tous les cas, une saison se reporte toujours sur les joueurs offensifs. Ils doivent valider quelque part tout ce que met en place l’équipe. Quand les meilleurs buteurs sont des défenseurs, ça reste une anormalité. Mais après par contre ce que je dis là, on se le dit entre nous, je le dis aux joueurs concernés. L’exigence est présente depuis toujours. Dans tout notre parcours, nous n’avons eu qu’une période difficile. C’est la deuxième. Après, on se sert de cette période, comme on en est sortis. On a un beau nuage sur la tête, à nous de retrouver le soleil. Quand ça ne va pas, il faut regarder tout près, essayer de trouver la solution sur le match qui vient et après retrouver un rythme de croisière. Avant de retrouver un rythme de croisière, il faut aller chercher un moment très fort sur un terrain difficile. Ce week-end c’est Béziers.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s