#Foot – R1 / Y.Beflinky (Lunel) « Ça aurait du être fait avec un peu de respect »

L’ancien joueur de l’AS Fabrègues, aujourd’hui à Gallia Lunel, évoque les nombreux départs du club de N3 cet été, dont le sien. Un clap de fin qui s’est mal fini avec son ancien club.

On t’avait l’an dernier comme porte-drapeau de l’AS Fabrègues pendant notamment l’épopée en Coupe de France. On te retrouve aujourd’hui à Lunel, faisant parti des nombreux départs de l’ASF cet été. Qu’est-ce qui a fait cette fuite des cerveaux ?

Je suis parti à Lunel. Après, il y a eu douze départs. Momo a arrêté, Romain Fage est parti à Aigues-Mortes, Nicolas Pujol est parti à Chambéry. Il y a plein de gens qui se posent des questions sur ces départs et n’ont pas forcément les vérités. Moi c’est simple, les coachs voulaient me garder et le comité ne voulait pas. Notamment un. Je le savais parce que le coach précédent, qui était resté 10 ans au club me l’avait dit. Il m’avait dit que le jour où je partirais du club, c’est lui qui me ferait partir. Ce qui me gêne, c’est dans les conditions où ça a été fait. Ce qui me fait rire, c’est quand j’entends que c’était pour l’image du club et pour changer des choses. Mais quand tu finis toujours dans la première partie du championnat, souvent sur le podium, que sur les quatre dernières années, tu fais trois 32èmes de finales de Coupe de France et que tu es le plus petit budget de N3. A un moment-donné, la seule chose que tu as à dire à tes joueurs, c’est merci. Je pense. Maintenant si tu as un budget énorme, des ambitions énormes, oui. Mais là en l’occurence, ce n’est pas le cas. Il y a des choses qui les ont génés.

C’est-à-dire ?

Je n’ai pas trop envie d’en parler. Mais il y a des choses qui les ont gênés. Si les personnes concernées sont justes, elles le diront. Des choses qu’on faisait avant les matchs les gênaient. Ils ne l’ont pas accepté. Pourquoi, je ne sais pas. Après, je peux l’entendre. Change, ça ne me gêne pas. Mais ça aurait du être fait avec un peu de respect. En l’occurence ça n’a pas été le cas. Jean-Luc , il y a quatre ans, on va à Tarbes en étant avant-derniers, le mec a presque les larmes aux yeux. Des mecs comme nous qui mouillent le maillot, et à la fin tu trouves le moyen de ne pas les respecter. En l’occurence, ils sont partis et font le bonheur d’Aigues-Mortes et d’autres clubs. Je vois qu’aujourd’hui Fabrègues n’avance pas. Ils ont six points, sont douzièmes et ont perdu au premier tour en Coupe de France. Chose qui n’était pas arrivée depuis longtemps. J’espère juste qu’un jour ils nous regarderont dans les yeux et nous diront qu’ils se sont trompés. Parce que je sais qu’ils se sont trompés.

Le comité directeur du coup selon toi …

Oui c’est le comité directeur qui l’a voulu en grande partie. Mais pourquoi on ne sait pas. Aujourd’hui, le budget est plus conséquent, mais il y a moins de performances ! Une chose est sûre, ce qui me gêne c’est qu’ils ont tout fait en fonction d’eux-mêmes. Mais il ne faut pas oublier une chose, ce qui est important, c’est le club ! Ce n’est pas le président, le comité, les entraîneurs ou les joueurs. On est là pour un intérêt : l’intérêt du club. A partir du moment où il y en a un qui n’est plus là pour l’intérêt du club, il n’y a pas de problèmes. C’est ça qui me gêne. Beaucoup ont réfléchi par orgueil ou par fierté. Non, on est là pour l’intérêt du club. Ça n’a pas été le cas. Quand on voit qu’on vire un Robain Rescala, un mec de la région, qu’on le vire pour son comportement. Mais comportement de quoi ? Jamais arrivé en retard, toujours présent aux matchs, il donnait tout sur le terrain. Mais quel comportement. Je ne vois pas où est le rapport ! Ils n’ont jamais donné une si bonne image que sur les dernières années. Je ne comprends pas en fait.

Des départs qui ne sont pas forcément justifiés selon toi ?

Voilà c’est pour ça qu’il y a eu tous ces départs. Beaucoup ont été déçus par leurs choix parce que finalement il n’y avait rien de cohérent. Aujourd’hui, ils ont un budget plus conséquent mais ils n’ont pas plus que ça et c’est triste. Mais après attention, une chose à préciser, personnellement, Laurent Scala, a été correct avec moi jusqu’au bout. Le seul que je considère aujourd’hui et qui a montré de vraies valeurs, c’est Laurent Scala. Tous les joueurs, la seule personne à laquelle ils n’en veulent pas, c’est Laurent Scala. Contrairement à ce que beaucoup peuvent croire. C’est lui qui a pris ses responsabilités et il est venu. Il a assumé pendant que d’autres jouaient à cache-cache. Je trouve ça limite. Ça a été une fin de saison mouvementée avec quand même douze départs.

https://www.debardautomobiles.com/

Aujourd’hui tu es finalement à Lunel. Vous avez plutôt bien commencé votre saison. Ça t’a fait quoi le changement de club au final ?

Franchement, je prends vraiment du plaisir. J’ai vraiment un coach intéressant, un groupe intéressant avec beaucoup de jeunes de qualité. Après, c’est très jeune, il y a de la qualité avec un club ambitieux. Il y a un projet, une histoire. Le coach me fait confiance à 100%. Nous ambitionnons de nous stabiliser et après à court, voir moyen terme, prétendre à quelque chose d’intéressant. Je ne m’attendais pas. Après Fabrègues, je comptais arrêter parce que je ne prenais plus trop de plaisir. Pour faire une bonne saison, il faut un budget, des joueurs de qualité, un staff étoffé, des vraies infrastructures, un vrai comité et un vrai président. A Fabrègues, il y avait un bon coach, Laurent Scala, des très bons joueurs, pour moi les meilleurs joueurs de la région. Quand Aigues Mortes fait une bonne saison cette année, c’est parce qu’ils ont recruté des joueurs de Fabrègues qui apportent une plus-value incroyable. On avait les meilleurs joueurs de la région, à des coûts beaucoup moindres que ceux que prennent les nouveaux et ils n’arrivent pas à gagner. Mais voilà pour faire une bonne saison, il faut 30% de qualité, 30% d’un staff étoffé et accompagné et 30% un bon président et les installations.

Des conditions qui étaient réunies à Fabrègues selon toi ?

On avait la qualité. Un coach qui était cohérent mais n’a jamais été accompagné. Et à côté, il y a rien. Quand tu vois qu’en 32èmes de Coupe de France, tu bas Alès et il n’y a rien, même pas une réception. A Lunel, on a un coach cohérent, gentil très affectif et très humain. Franchement, je prends un plaisir incroyable. Après c’était compliqué. Fabrègues j’y ai passé cinq-six ans donc ce sont des relation qui se sont créées. Des joueurs qui amenaient une plus-value collective. C’est ce qui faisait qu’on faisait des grandes saisons. C’est compliqué de se maintenir. Se maintenir avec Fabrègues tous les ans, c’est une anomalie. Il ne faut pas se leurrer. Alors faire trois 32èmes en quatre ans, c’est plus qu’une anomalie, c’est exceptionnel. Mais ça, ils ne l’ont pas compris. C’est ce qu’il y avait à Fabrègues, et ce qu’on va essayer de faire à Lunel. On est reparti sur un truc. C’est un club qui a une histoire, un vécu avec un coach qui a été pour moi le meilleur attaquant de la région. Même si avec lui, je mets quand même Diallal et Mustapha Ouabi.

Comme tu l’évoques, Lunel vise plus haut pour les prochaines années. De ton côté, sachant que tu pensais raccrocher avant de signer ici, qu’est-ce que tu ambitionnes ?

Moi c’est simple, je pensais arrêter. J’ai eu Lionel au téléphone. Je n’étais pas trop chaud et il a été fort dans son discours. Il m’a fait entendre ce que j’avais envie d’entendre. J’ai ciblé que je pouvais apporter quelque chose dans le leadership. J’ai donc pris la décision de faire une année de plus. Après pourquoi pas une deuxième, si ça se passe bien, s’ils ont encore envie de moi et s’ils ont envie qu’on continue ensemble. Moi je suis quelqu’un d’affectif et d’entier. En l’occurrence, dans le football, je n’en ai pas croisé beaucoup des gens comme ça. J’ai tellement été déçu et re-déçu, qu’à la fin je n’étais plus trop motivé. Mais bon je suis bien dans ma tête. J’ai fait ce que j’avais à faire avec passion. Le club, on l’a laissé en N3, sans descendre. On l’a représenté, je pense, de la meilleure des manières. Je n’ai pas vu un club amateur faire trois 32èmes en quatre ans. Même pas Sète ou Béziers. Après attention, Fabrègues, je leur souhaite de se maintenir, d’aller loin et de continuer à construire le club.

Tu aimerais les voir relever la tête dans les semaines à venir

Oui bien sûr. Mais c’est toujours pareil. Une chose est sûr. C’est ma métaphore à moi. Souvent, quand tu vas dans un club. On prend des joueurs parce qu’ils ont des qualités individuelles. Quand le PSG prend Messi, ils le prennent parce que c’est un bon joueur. C’est un mec qui a tellement de qualités, qu’il serait noté 20/20. Un mec comme Icardi, il a peut-être 14/20. Mais quand les joueurs du PSG jouent avec Icardi, ils performent plus parce qu’ils ont moins de pression, qu’ils sont plus naturels, plus détendus. Quand tu joues avec Messi, les dix autres qui sont censés avec 15, se retrouvent avec 14.

Donc le collectif s’en retrouve impacté…

Exactement. Quand tu fais la moyenne générale, tu te rends compte que l’équipe est moins forte avec Messi qu’avec Icardi. C’est ça qui est important au football. Quand tu recrutes un joueur, il ne faut jamais dire je recrute ce joueur parce qu’il est meilleur que celui-là. Il faut se demander est-ce que l’équipe est meilleure avec lui ou lui ? Malheureusement, même au plus au niveau, beaucoup se trompent à ce sujet. Quand tu prends un Rescala, un Fange, l’équipe est toujours plus forte avec eux. La preuve, les joueurs qui sont encore à Fabrègues, quand je vais les revoir, avec tout le respect que j’ai pour eux, je ne les reconnais plus. Pourquoi ? Parce que pour moi il y a les cadres, ceux qui fédèrent et les valeurs ajoutées. Quand les cadres s’en vont, les autres retrouvent leurs niveaux. Jouer à côté de certains, dans un collectif, ils se transcendent. Il n’y a rien de plus dur que de juger une individualité dans un collectif. C’est pour ça que toute les équipes se trompent. Il y a très peu de recrutements qui sont bien faits et dans tous les clubs. Parce qu’il faut réfléchir comme ça. C’est ce que nous allons essayer de faire à Lunel. C’est un club de R1 qui pour moi n’est pas à sa place. Après, monter c’est compliqué. Ça ne se fait pas en claquant des doigts. Il faut une équipe compétitive.

Dernière question, Lunel que tu qualifies d’équipe compétitive pour souhaiter plus haut. Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter cette saison ?

Nous souhaiter qu’on finisse le plus haut possible, qu’on essaye de se maintenir facilement et le plus vite possible. A la limite, si au mois de janvier, on est là pour se battre pour la troisième ou quatrième place. Ça serait bien. Jouer les premiers rôles ça sera compliqué. Il faut jouer le maintien cette saison, après s’il y a plus, c’est toujours pareil, c’est le football, on est preneurs. Après on est des compétiteurs, et arrivera ce qui arrivera. Mais je pense qu’une équipe comme St Estève, Uzes, Montferrier, sont mieux armés que nous. J’ai vu des clubs avec l’objectif à la base de se maintenir. Je pense que l’objectif de Lionel, c’est de pérenniser le club en R1 et après de viser la N3. C’est un compétiteur avant tout.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s