#Rugby – Fed1 / G.Gabet (Stade Métropolitain) : «On fait notre petit bonhomme de chemin, le projet grandit!»

Dans la vallée du Rhône, le récent Stade Métropolitain, union entre Rillieux-la-Pape et et l’AS Villeurbanne Rugby, s’épanouit au gré du retour des compétitions après une saison 2020/2021 stoppée par la pandémie. Gérard Gabet, administrateur de la SASP et Préside de l’association Stade Métropolitain tout en restant à la tête de l’entité ASVEL Rugby nous a donc accordé un entretien grand format pour nous faire un bilan de ce projet novateur dans l’ovalie française. Mais celui qui est un des représentant des clubs au seins du COSMOS (syndicat des employeurs) nous a aussi évoqué les réformes et les sujets faisant débat au stade Métropolitain et chez ses confrères présidents. Alors que l’accession la saison prochaine dans la naissante Nationale 2 est un objectif affirmé, Gérard Gabet sait très bien que le chemin vers le semi professionnalisme ne sera pas un long fleuve tranquille. Rencontre avec un dirigeant qui au delà de porter haut les valeurs et les aspirations de son club, partage dans nos colonnes sa vision périphérique de l’évolution du rugby fédéral.

 

Où en est-on au Stade Métropolitain de cette belle union et de ce beau partenariat entre Rillieux et l’ASVEL Rugby ? 

 

On fait notre petit bonhomme de chemin, le projet grandit. Lorsqu’on s’est lancé dans cette opération, on avait différents objectifs : un de performance pour l’équipe première, un autre de pouvoir embarquer dans notre projet l’ensemble des joueurs issus de nos deux associations avec différents niveaux de compétitions et un dernier extrêmement fort de formation puisqu’on s’est donné des moyens assez conséquents en la matière. Là, je pense que nous sommes en phase de labellisation de notre centre d’entraînement, en tous cas, le dossier a été déposé et je ne crois pas qu’il puisse être refusé et que donc, nous serons labellisés. En mettant ces moyens en commun, ça nous permet de mener pas mal d’actions directement autour du rugby de compétition. On le faisait déjà mais nous avons intensifié nos interventions dans le monde scolaire, périscolaire, dans les quartiers, des interventions avec différentes associations dont également un Institut Médicoéducatif. On multiplie les actions et ce regroupement nous donne des moyens que nous n’avions pas précédemment.

 

On peut quand même dire que c’est la première vraie année sportive pour le Stade Métropolitain. Sur le terrain, tout se passe bien et se met en place ? 

 

Oui, tout à fait. On est dans les 4 premiers en Fédérale 1 et en Fédérale 2, nos U18 sont invaincus, nos U19 ont 4 victoires et une défaite, nos U16, je crois, 2 victoires pour une défaite et les espoirs sont 5e ou 6e. Donc, on a des équipes qui sont plutôt dans le haut de tableau sur l’ensemble des compétitions. 

https://www.debardautomobiles.com

Avec l’apparition de la Nationale 2 l’année prochaine et la réforme de la pyramide des compétitions, cette création du Stade Métropolitain a encore plus de sens ? 

 

Disons que, quand on s’est lancé dans le projet du Stade Métropolitain, la Nationale n’avait pas été gravée dans le marbre mais existait déjà de fait. On a tous vécu ça en direct l’année dernière, l’arrêt des compétitions lié à la pandémie a accéléré les réflexions au niveau fédéral d’où cette nouvelle pyramide qui est sortie et qui, bien entendu, ne concerne d’ailleurs pas que la création de la Nationale 2. Ce qu’a exposé Patrick Buisson à maintes reprises était parfaitement exact, c’est vrai que cela n’avait plus rien d’une pyramide. 

 

Il parlait de toupie

 

Oui, à juste titre. Notre équipe de Fédérale 2 au Stade Métropolitain à Rillieux a une magnifique poule régionale où tu ne vas jamais à plus de 100 ou 150 km ce qui n’est pas le cas pour des clubs de 2e ou 3e série dans le secteur donc oui, il y avait un vrai sujet. Pour en revenir à ta question, nous avons créé le Stade Métropolitain avant la réforme des compétitions et maintenant que cette dernière est actée, on va bien entendu faire le maximum pour monter en Nationale 2. 

 

Pour monter en Nationale 2, il va falloir se dépêtrer d’une poule 2 de Fédérale 1 dite  » poule de la mort  » et qui est un ruck géant ? 

 

C’est vrai que tous les dimanches, où que l’on soit et où qu’on se déplace, on n’est pas serein car on n’a pas de marge de manœuvre. Au Stade Métropolitain, comme dans tous les autres clubs je pense, on a ce niveau de compétition qui fait que tu n’as pas beaucoup de répit mais aussi que tu as inévitablement beaucoup de blessés. Donc, peut-être qu’au bout d’un moment, les clubs qui ont un peu plus de banc et d’effectif s’en sortiront un peu mieux mais aujourd’hui, absolument personne n’a lâché l’affaire dans la poule. Tu te souviens que ça s’est passé en deux temps puisque, dans un premier temps, il était question de qualifier les 6 premiers puis après les 4 premiers avec des barrages de 5 à 8 ce qui fait qu’à partir du moment où tu restes dans la course jusqu’au 8e, tout le monde peut prétendre à terminer dans les 8 premiers à aujourd’hui. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Quel est le bilan pour le Stade Métropolitain a ce premier gros tiers de la saison ? Il est quand même bon et favorable ? 

 

Oui, il est plutôt bon. Franchement, il y a un match où on est complètement passé à travers, celui à Nuits-Saint-Georges, car on n’a tout simplement pas été bon. Il y a quand même eu un concours de circonstances où, à la 80e minute, on mène avec le bonus offensif alors qu’à la 81e minute, on avait perdu le match en prenant deux cartons jaunes dans les 3 dernières minutes. C’est un concours de circonstances de ce qu’on n’a peut-être pas su faire avant et sans rien enlever à la qualité de l’investissement des Nuitons ce jour-là et de la très belle réussite de leur buteur. C’est la grosse contre-performance de ce début de saison mais à côté de ça, il y a eu quelques belles performances face à Mâcon ou face à La Seyne. 

 

Ce dimanche, vous recevez le CO Berre. C’est une équipe montée de Fédérale 2 il y a à peine deux ans mais on voit qu’elle est achalandée Fédérale 1 voire un peu plus ? 

 

Ce sera une première, c’est la seule équipe de la poule contre qui nous n’avons jamais été confrontés. Ce que tu dis est parfaitement exact, c’est une équipe qui a quelques joueurs confirmés et très solides, un N°8 qui franchit, un 1/2 de mêlée qui est quelqu’un qui a beaucoup d’expérience, un centre aussi assez solide. C’est une équipe qui a des arguments à faire valoir et qui a encore perdu d’un point la semaine dernière. Je ne sais pas, peut-être qu’ils mettent quelques week-ends à vraiment intégrer le niveau mais pas parce qu’ils manquent de moyens mais peut-être parce qu’ils n’ont peut-être pas tout bien géré. Je dis ça mais je n’en sais rien, je ne veux pas me mettre à leur place, il n’empêche qu’en tout état de cause, et encore une fois, ça revient à ce que je disais tout à l’heure, on n’a aucune marge de manœuvre avant de recevoir cette équipe. Il va falloir qu’on les joue avec nos meilleurs arguments. 

 

On va aussi parler de ta casquette de membre du Cosmos. On voit qu’il y a quand même encore pas mal de débats à faire monter sur le rugby fédéral et on l’a entre autres vu la semaine dernière avec une réunion des présidents de Nationale pour qu’il y ait des jokers médicaux, ou des joueurs supplémentaires, pour chaque club au nombre de 4. Mais la Fédé a quand même essayé de protéger la Fédérale 1 puisque ces clubs de Nationale ne pourront recruter qu’à l’échelon supérieur ou chez les chômeurs ou à l’étranger ?

 

Il y a plusieurs choses. Effectivement, la réforme des compétitions va avoir des conséquences avec la création de la Nationale 2 et, personnellement, je serai assez favorable au fait que les règles qui vaudront pour la Nationale soient dupliquées sur la Nationale 2 et ce, pour plein de raisons. Ne serait-ce que parce-que ça ferait un collège de clubs assez conséquent, on se retrouverait à 14 plus 24 soit un total de 38 clubs ce qui commence à être intéressant. Ça représente un groupe de joueurs très significatif et en termes de négociations, ce n’est pas mal. Sur un sujet tel que celui des jokers médicaux, pourquoi pas ? De toute façon, on y viendra d’une façon ou d’une autre. Après, c’est toujours pareil, si les clubs ont la quasi-totalité des joueurs sous contrats, ce qui devrait être le cas en Nationale et en Nationale 2 avec bien entendu, ce qui est notre cas, des clubs avec une majorité de contrats pluriactifs mais peu importe la pluriactivité, ce qui est important, c’est le contrat. A partir du moment où les joueurs ont un contrat, de toute façon, ça reste le pouvoir du club qui a signé le contrat de libérer ou pas un joueur qui serait drafté. A partir de là, pour moi, que ce soit montant ou descendant, ça ne me pose pas plus de problème que ça puisque c’est une question d’accords entre les parties. Si les clubs et les joueurs sont d’accord … 

https://www.debardautomobiles.com

On va également aborder le sujet de la future 1ère division qui sera la Fédérale 1 d’aujourd’hui avec la nouvelle appellation. Retour des équipes réserves ou est-ce qu’on continue avec les espoirs ? Quelle est la position des présidents et du Cosmos là-dessus ? 

 

La position des présidents, je n’en sais rien, je pense que ça fera partie des sujets qui seront débattus lorsque nous serons à Marcoussis fin Décembre. Au dernier tour de table qu’il y avait eu, j’avais finalement eu le sentiment que pas mal de clubs étaient assez favorables au maintien de la catégorie espoirs. Moi, j’y suis personnellement très favorable et je pense même qu’il faut que ce soit de vrais espoirs et si ça ne tenait qu’à moi, il n’y aurait même pas d’exception en disant  » je mets 1, 2, 3 joueurs plus âgés « . L’histoire de dire qu’il y a des joueurs qui reviennent de blessures qui passent par les espoirs, ça n’existe plus ou, en tous cas, je ne le vois quasiment jamais. Je suis donc plutôt favorable à ce qu’il y ait de vrais espoirs et dans le format qui est celui qui existait il y a deux ans c’est à dire dissocié de l’équipe première. Je sais que c’est loin d’être l’avis de tout le monde, je ne donne que mon avis et je ne me positionne pas du tout en tant que représentant des autres sur un sujet comme ça. Donc, quelle sera la volonté des différents clubs ? Franchement, je ne sais pas mais je pense que les avis sont très partagés et, encore une fois, j’avais le sentiment que pas mal de clubs étaient favorables aux espoirs mais jusqu’où y sont-ils favorables ? Est-ce que ce sont des espoirs avec quand même quelques joueurs qui font l’exception ? Est-ce qu’on est vraiment dans un schéma dans lequel tu dissocies complètement avec tes espoirs qui peuvent monter ou descendre ? Je me souviens du combat mené par Albi, Narbonne et Bourg il y a deux ans en arrière et que je trouvais complètement légitime. Avec l’ensemble des interviews que tu fais, tu as sûrement beaucoup plus de contacts avec les uns et les autres et je pense que c’est vraiment très partagé. 

 

Pour les profanes, le Cosmos peut être abscons. Quels sont son rôle et ses missions ? 

 

A partir du moment où il y a un accord du joueur et de l’entraîneur de Fédérale 1 qui a été signé sous l’égide de la Fédération mais par des partenaires sociaux qui sont Provale pour les joueurs, Tech XV pour les entraîneurs et Cosmos pour les employeurs. On est comme dans tous les accords c’est à dire qu’on est dans l’entonnoir avec au-dessus de nous le droit du travail et la convention collective du sport mais derrière, les partenaires sociaux ont souhaité négocier un accord qui définisse un certain nombre de choses pour la gestion des joueurs. Je cite souvent ça à titre d’exemple mais c’est grâce à ça que, quand les joueurs sont en déplacement, le temps de déplacement n’est pas du temps de travail. Le rôle de Cosmos est de représenter les employeurs autour de la table, il y a des choses qui reviennent chaque année et qui sont classiques avec les dates de périodes de congés obligatoires, la négociation sur les minima sociaux. On trouve des éléments qui sont assez classiques dans une négociation paritaire. 

 

Autre question concernant le Cosmos : on a vu il y a quelques jours qu’Yves Garçon venait de céder sa place au SOC Rugby à Chambéry. Il était l’un des représentants des clubs de Nationale au Cosmos, vous avez perdu un fervent soldat et un fervent défenseur des intérêts du Cosmos ? 

 

Oui et en plus, c’est le 2e cette année puisqu’Olivier Bonnet avait aussi lâché son mandat suite à sa démission de son poste de président de Nîmes. On verra mais je pense qu’il y aura de nouveaux représentants qui sortiront, il reste Olivier Pouligny. En fait, en début de saison, avant qu’Olivier Pouligny et Yves Garçon ne nous rejoignent, on se retrouvait à être deux représentants des clubs de Fédérale 1 et il n’y avait pas de représentant des clubs de Nationale. Donc, on avait comblé ce vide avec Yves et Olivier, nous sommes actuellement à nouveau 2 mais peut-être que nous aurons l’opportunité de reparler de tout ça lors de la réunion des présidents. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Pour revenir sur le Stade Métropolitain, quels sont les ses futurs chantiers, projets et ambitions ? 

 

On a un chantier qui nous tient à cœur, c’est la construction du stade. La ville de Villeurbanne a voté les budgets pour la construction d’un grand bâtiment sur le terrain où nous sommes déjà dans lequel il y aurait à la fois une tribune mais également espace réceptif, salle de musculation et les bureaux du club. Le permis de construire a été déposé, nous sommes dans les délais administratifs et c’est un outil dont nous devrions disposer fin 2023. Ça, c’est déjà un projet extrêmement important et conséquent et autrement, de façon assez simple je dirai, on veut continuer à former des jeunes, à jouer à bon niveau, à gagner des matchs et à progresser. Je pense qu’on est loin d’être les seuls dans le cas mais on a une très belle dynamique au niveau des écoles de rugby cette année. Entre Rillieux et Villeurbanne, on est à +30% donc il faut vraiment que l’on ait des choses intéressantes à proposer, c’est déjà le cas mais on peut toujours faire mieux, à tous ces jeunes et qu’on les fasse progresser. En fait, nous sommes plein d’idées et d’ambitions, on voit que le plus difficile sur les doubles projets chez les jeunes est de gérer le temps car, pour avoir un bon niveau, il faut s’entraîner 3 à 4 fois par semaine plus du physique en même temps que des emplois du temps scolaires très difficiles à gérer. Pour ceux qui sont dans la vie active, il faut chercher à trouver des temps de récupération donc tout ça nous oblige à être inventifs et à proposer beaucoup de choses à nos joueurs pour les mettre dans les meilleures conditions pour performer.

On te remercie d’être venu nous parler des deux petits ruisseaux Rillieux et ASVEL qui sont en train de faire le grand fleuve Stade Métropolitain

 

Merci à toi .

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

https://www.debardautomobiles.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s