#Rugby – Fed1 / J.Veniat (Vienne) : «Ce championnat est ultra-passionnant, vraiment intéressant à suivre et à jouer!»

Alors qu’il fait son grand retour aux Grangettes à Rumilly ce dimanche , le manager du CS Vienne, Julien Veniat, nous a fait un tout d’horizon du début de saison isérois. Dans cette fédérale1 qui brille de milles feux pour sa dernière saison dans cette formule, les ciels et blancs s’inscrivent comme prétendant à la future nationale 2. Rencontre avec un coach qui tente de bâtir une aventure humaine et sportive dans un rugby fédéral qui vit le déconfinement et la fin des huis clos comme une résurrection.

Julien, On t’avait vu au coeur du printemps pousser avec beaucoup de clubs de Fédérale 1 pour que se créé une Nationale 2 et avoir des perspectives structurantes pour l’avenir du rugby semi-pro hexagonal. C’est chose faite !


Oui c’est chose faite. Après, pousser fort, nous on s’adapte. On n’a pas une voix qui compte plus qu’une autre. On s’adapte à ce qui est décidé. Mais c’est vrai qu’avec la mise en place de cette Nationale, qui est une division magnifique soi-disant en passant, c’est une rétrogradation qu’on le veuille ou non. Oui c’est vrai qu’avec cette Nationale 2, il y a une perspective. Alors on y sera, on n’y sera pas, ça c’est à nous de faire le job. Mais quand on voit la Nationale, l’émulation qui est créée, on se dit qu’une N2 avec 24 clubs pourrait être intéressante. Rien que pour la visibilité, les partenaires. Même si cette Fédérale 1 actuellement, avec la poule qu’on a est ultra-intéressante.


Tout le monde sait qu’à Vienne vous êtes dans la préparation des choses en amont. Vous avez dû commencer dès cet été à préparer une potentielle montée en Nationale 2. Que ça soit en termes de structuration économique ou structuration sportive du club.

Surtout on se dit qu’avec cette Nationale 2, si on ne monte pas, ce qui peut évidemment arriver, c’est encore une relégation de plus. Sans rien demander, on rétrograderait de deux niveaux. Là au niveau de la région avec l’ASVEL, Macon, avec pas mal de clubs comme ça, il faut que le club puisse se positionner sans faute sur la Nationale 2.

https://debardautomobiles.com

On va revenir un peu sur la saison passée, saison qui ne porte pas vraiment son nom puisqu’avec le covid vous n’avez joué que cinq matchs. Et encore à Vienne, vous avez été grandement frappés par le covid. Comment as-tu réussi à tenir ton groupe sous cocotte avec ces longs mois sans rugby, sans leur passion ?

Très compliqué, parce qu’évidemment moins d’échanges et pas mal de choses en moins. Nous, il y a eu le chômage partiel donc évidemment pas d’entraînement. Très délicat. C’est une saison qui a été humainement très compliquée à gérer. Je ne m’en cache pas. Parce que moins de liens et qu’à partir du mois de novembre, calme plat avec un début de saison qui avait été très encourageant. Ça a été malheureux, mais c’était pour tout le monde pareil. Il y a autre chose que le rugby dans ces cas-là. Il faut relativiser. Mais c’est vrai que d’un point de vue rugby, ça a été plutôt compliqué après un bon début de saison encore une fois. Mais c’est comme ça. Et puis moi qui arrivait au club, pour mettre en place des choses et de la continuité, c’est encore plus délicat.

Et puis quand on entend dans la presse des illuminés être suspicieux sur la réalité du covid, vous à Vienne, vous pouvez certifier que le covid ça existe bien et ça secoue…

Oui ça existe bien et encore une fois il ne faut pas être plus malin que tout le monde. Moi je ne suis pas médecin. Moi je me suis appuyé durant toute cette période sur les médecins. Je me suis calé sur eux et sur l’ARS. Comme tu dis, nous avons fait cluster au mois d’août. Ça a fini de compliquer les choses et puis il faut vraiment relativiser et mettre le rugby en arrière. Là, il y avait autre chose, une pandémie avec des gens qui étaient malades, des familles impactées, des personnes ont perdu leur boulot. Le rugby passe après. Il faut vraiment relativiser moi je pars de là. Mais depuis le covid, avec le staff nous sommes vraiment là-dessus, complètement en phase, la santé des mecs avant tout. Le rugby reste secondaire dans une telle pandémie. On a vraiment relativisé là-dessus et nous nous sommes calés derrière les médecins et éviter d’écouter comme tu dis les illuminés qui racontaient leurs salades.

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Maintenant on va revenir sur cette saison puisque le brouillard pandémie semble laisser entrevoir le bout du tunnel. On peut présager et espérer une saison entière en Fédérale 1. Dirais-je enfin. Mais vous reprenez cette Fédérale 1 avec une poule de la mort !

Oui une poule compliquée, dense. On le savait et ça se confirme. C’est une guerre chaque week-end où aucun relâchement n’est permis. Aucun début de bloc avec un manque d’intensité n’est permis ou c’est fessé assurée. Le maître-mot c’est travail et humilité. Humilité car d’un week-end à l’autre on peut vraiment redescendre les pieds sur terre. C’est ce que je disais aux mecs. Il n’y a aucun club qui est facile à jouer. On voit bien Issoire qui gagne à la maison ses deux derniers matchs, Beaune qui se refait la cerise, Berre qui n’est pas du tout à sa place et Rumilly qui gagne ses matchs. Ils viennent de battre le deuxième, le Stade Métropolitain. Il y a remise en question obligatoire tous les week-ends pour éviter des grosses désillusions. Une poule très dense avec des grosses profondeurs d’effectifs, qui recrutent encore. Nous faisons le dos rond avec un calendrier et un début de championnat très compliqué avec beaucoup de déplacements. On joue les gros encore une fois avec Rumilly ce week-end, encore un déplacement très délicat. On fait le dos rond, on le savait mais globalement le début de saison est plutôt pas mal.

Cette Fédérale 1 ancien format vit sa dernière saison. Mais quelle dernière saison ! Pour l’instant c’est vraiment passionnant. On a l’impression qu’à l’instar des étoiles qui s’éteignent, cette Fédérale 1 brille de 1000 feux.

Oui complètement. Au-delà de notre poule. Notre poule est dense est c’est une certitude. Mais les autres poules aussi. La poule 4 avec ses derbys avec des équipes comme Auch, St Jean de Luz. La poule 1 avec Niort, Rennes, Périgueux. Ce sont de grosses écuries qui sont structurées pour la Nationale 2, et même pour la Nationale ultérieurement. Passionnant, peu d’équipes qui lâchent. On voit bien que toutes les équipes sont concernées et qu’il peut y avoir des surprises à tout moment. Cette Fédérale 1 est ultra-passionnante, vraiment intéressante à suivre et à jouer.

https://www.roux-carrosserie.fr

On tire un bilan des deux premiers blocs de Fédérale 1 pour le CS Vienne ?

On tire un bilan qui est plutôt positif. On a eu un turn-over de joueurs, il fallait que la mayonnaise prenne. On avait fait des matchs amicaux très intéressants et encourageants avec une victoire contre Nîmes et une belle perf’ contre Chambéry. Je confirme que c’est une belle perf’ car Chambéry caracole en deuxième place de Nationale je crois. Mais encore une fois, on a abordé ce début de saison en toute humilité car on avait de gros déplacements et on savait qu’on pouvait redescendre très vite. Globalement, c’est positif. Au Britannique, on est deuxième. Encore une fois tout peut être remis à plat chaque week-end. Mais aujourd’hui, au Britannique, on est deuxième et au classement général on est à deux points de la deuxième place en ayant fait des déplacements vraiment délicats. Nous sommes allés à Hyères, à la Seyne, là on va aller à Rumilly. Tous les autres déplacements seront raides. Mais on avait un début de calendrier vraiment copieux, on le savait. Pour le moment les résultats ne sont pas très mauvais comptablement en ayant pris un point à Hyère, un point à la Seyne. Il y a juste le match de Bédarrides. On en a tiré des enseignements. Globalement à domicile on a fait le job aussi. On a battu une très bonne équipe de Berre à qui on a pris le bonus contre Beaune et contre Macon. Globalement très positif.

Ce retour au Stade des Grangettes en Haute-Savoie à Rumilly, pour toi il va revêtir un caractère spécial comme c’est ton ancien club.

Oui c’est mon ancien club. J’y retourne franchement avec grand plaisir. Je suis retourné régulièrement en Haute-Savoie où j’ai gardé pas mal d’amis. Ça sera toujours un grand plaisir de retourner aux Grangettes. Après ça sera très compliqué et je suis bien placé pour savoir qu’il est difficile de gagner aux Grangettes.

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Quel va être l’objectif avec ce troisième bloc ? Tu seras un entraîneur satisfait avec quel capital point à la fin de ce bloc ?

C’est vrai que dans cette poule, on ne parle pas trop de capitale point. On essaye de ne pas trop de projeter. Encore une fois, on s’est plus déplacé qu’on n’a accueilli. On va à Rumilly, ça serait vraiment un exploit d’aller y gagner et après on reçoit le deuxième, le Stade Métropolitain et on va à Issoire qui vient de battre le Stade Métropolitain et Rumilly chez lui donc un gros bloc encore. On peut penser que ça allait rebaisser un peu mais finalement non, toutes les équipes sont au rendez-vous. A voir. Moi c’est vraiment le contenu et l’état d’esprit des joueurs que je regarde avant tout. Si j’ai ça, je sais que comptablement, ça va suivre. On va essayer d’aller gratter des points à Rumilly, mais on sait que ça sera compliqué. Après on verra avec la réception de l’ASVEL, qui a un gros bloc aussi et enfin on ira voir nos amis Auvergnats d’Issoire pour essayer de faire un résultat. J’ai une profondeur de banc et un effectif de qualité avec une belle émulation qu’on essaie de mettre en place avec de la fraîcheur à chaque match et puis surtout de la fraîcheur psychologique pour éviter une usure. Ce qui nous permet d’essayer de batailler à chaque match donc on va voir. On ne se fixe pas d’objectif comptable mais c’est vraiment dans l’état d’esprit et les contenus qu’on attend les joueurs.

On va parler de l’objectif final pour Vienne. Certains clubs parlent de monter directement en Nationale, d’autres de ne monter qu’en Nationale 2. L’objectif pour Vienne c’est quoi ? De monter en Nationale ou en Nationale 2 ?

Non la Nationale 2 ça sera déjà une bonne chose. Pour l’instant les résultats sont au rendez-vous, mais il faudra peut-être passer par la case barrage ou alors y aller directement ce qui serait la plus simple des solutions. Mais même au niveau structurel. Toutes ces discussions, on les a eues quand on nous a proposé la Nationale il y a deux ans quand je suis arrivé où il a fallu prendre une décision en trois jours parce qu’on était mieux classés que Bourgoin et que Chambéry donc on nous a proposé la Nationale. C’est vrai que ça c’était pas mal bousculé en trois jours maintenant depuis nous avons eu beaucoup plus de temps, c’est une évidence. Mais c’est vrai qu’il y a des questions au niveau structurel et organisation, on a un fonctionnement beaucoup plus réactif donc la Nationale 2 sera déjà une belle étape.

https://www.les-freres-lecointre.fr

On sait que vous êtes un club Isérois, Bourgoin aussi. Vous vivez côte-à-côte, les petits soucis qu’ont Bourgoin c’est une mauvaise nouvelle pour le rugby Isérois ? Pour vous un Bourgoin fort, ça peut redonner des retombées derrières !

Oui complètement. Je pense que dans l’idée, il y a une petite gueguerre et une petite concurrence au niveau du Nord-Isère. Moi je ne suis pas d’ici et je regarde ça avec un peu de détachement et un peu de recul. Quand on regarde, quand Bourgoin a été très haut, et que le VRDR est très haut, nous avions des retombées avec des joueurs qui veulent repartir sur un fonctionnement plus réactif ou qui ne rentrent plus dans les plans des coachs. Ce sont des opportunités pour nous. Même au-delà de ça, je ne souhaite pas de mal à Bourgoin. A priori c’est un peu compliqué dans le club avec tout ce qu’ils avaient annoncé. Mais moi je leur souhaite plein de courage. Je sais que ça peut m’arriver aussi et ce sont des périodes qui sont très délicates. On cherche des leviers. Souvent c’est compliqué de rebondir. Sur le début de saison, ils ont pas mal de faits de jeu qui n’ont pas été dans leur sens et qui font une spirale négative. Après, c’est une spirale un peu compliquée à enrayer. Je sais que ça peut m’arriver aussi. Je ne souhaiterais jamais de mal à un staff et je leur souhaite de reprendre le manche, de repartir de l’avant et sur du positif.

Dernière question, une des plus grandes joies que vous devez avoir au CS Vienne, c’est d’avoir retrouvé l’armée de bénévoles et de supporters ciels et blancs dans le stade.


Effectivement, c’est vrai que ça a été compliqué l’année dernière même sur les matchs à domicile. Il manquait pas mal de bénévoles qui étaient soucieux de la situation et c’est bien normal. C’est vrai que de retrouver tout le monde : les bénévoles le public, les résultats aidant, il y a un peu plus de monde au stade, un peu plus d’allant. On a vu un très beau match contre Macon où tout le monde était content. C’est une bonne chose. Ça nous galvanise et nous porte un peu donc c’est une très bonne chose.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

https://debardautomobiles.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s