#Foot – N3 / A.Sanchez (Castanet) « Je pense qu’on a les capacités de voir plus haut »

Au regard du court début de saison avant la coupure l’année dernière, l’US Castanet est reparti tambours battants en cet acte 2021-22. Une situation qui n’est pas pour déplaire au capitaine des Jaunards, Anthony Sanchez. Au crépuscule de sa carrière, ce dernier souhaite s’investir au maximum pour apporter autant que faire se peut sa pierre à l’édifice de l’USC.

Crédit Bernard Espada

Comme l’évoquait précédemment votre coach, vous débutez vraiment bien cette saison de National 3. De quoi ravir le capitaine que vous êtes ?

Oui ça ressemble un peu à la saison dernière, même si on est un peu moins bien. L’an dernier, à cette période-là, on était invaincus mais on n’avait que deux points de plus. C’est presque du copier-coller, même si l’an dernier c’était peut-être un peu plus abouti. Mais bon il y a eu une saison blanche juste avant avec le covid. Tout n’est pas parfait mais c’est plutôt satisfaisant. L’an dernier, on était plutôt une surprise et cette année, ça confirme malgré le couac à domicile contre Fabrègues où nous sommes vraiment passés tous au travers. Mais ça arrive. On a deux défaites. La défaite contre Rodez, nous étions à 10 contre 11, on avait réussi à gagner 2-1 à 10 contre 11 et finalement on perd 3-2. La seule défaite qui reste un peu en travers c’est celle de Fabrègues parce que nous sommes passés au travers. Mais ça arrive sur une saison. On a su rebondir ensuite à Narbonne donc c’est le principal.

Vous devez également être déçus d’être parmi les clubs de National 3 qui ont vu leur parcours très rapidement écourté…

Oui cette année, il y a eu pas mal de surprises. Oui c’est une déception, mais ça fait parti de la Coupe de France et du charme de la Coupe de France. C’est nous qui sommes passés à la trappe cette fois-ci. C’est une déception sur le moment mais il faut le prendre comme un bien. Ça nous fait prendre conscience que si on ne fait pas les efforts ensemble contre tout adversaire, on était en difficulté. Il n’y a pas de star ou de joueur qui va faire la différence tout seul. Si on n’est pas tous ensemble au même moment, on voit qu’on devient une équipe presque lambda. Mais à l’inverse, quand on est tous ensemble comme à Narbonne, on voit qu’on est très difficile à bouger et on est capable de faire de très bons résultats.

Là les bons résultats ont su s’enchaîner en championnat, vous êtes à une belle septième place à cinq points du premier relégable. Comment vous vous situez par rapport à vos ambitions de début de saison ?

On a largement les capacités de se maintenir. Quand je vois les joueurs qu’il y a dans l’effectif, il n’y a aucune inquiétude à avoir. La seule inquiétude c’est si nous ne sommes pas tous ensemble au même moment focus sur le même objectif. Ça peut arriver de passer à travers sur certains matchs, ce qui est totalement normal. Par rapport au maintien, je suis totalement confiant. Et je pense même sans prétention qu’on a les moyens d’aller jouer un peu plus haut que le maintien. De toute façon, si on arrive à avoir un objectif plus élevé que le maintien, ça sera tout bénéf’ parce que le maintien viendra le plus rapidement possible. Si on se donne comme objectif seulement le maintien, on va se satisfaire rapidement de ça et puis on va vite s’embêter. Oui le maintien le plus rapidement possible parce que nous sommes encore promus, même si l’an dernier on était déjà promu. Mais on n’a fait que six matchs donc pour moi on est promu. Mais je pense qu’il faut voir plus haut et qu’on a les capacités de voir plus haut. Il ne faut pas se cacher. D’autres clubs ont plus de moyens, mais on l’a déjà vu par le passé dans d’autres championnats que ce n’est pas seulement l’état de la trésorerie qui fait jouer la montée ou les places en haut du classement. Il y a d’autres choses, on l’a vu l’an dernier avec Lille en Ligue 1. C’est un autre niveau, mais c’est exactement la même chose. S’il y a la qualité dans le groupe et ce superbe état d’esprit, il n’y a aucune raison de ne pas aller chercher plus haut. Je ne dis pas la montée, mais d’aller chercher des places d’honneur un peu plus sympas que le maintien.

Ce week-end vous attaquez une deuxième partie de saison qui va s’annoncer assez disparate. Dans un premier temps vous allez affronter Balma, puis Aigues Mortes avant d’affronter Alès et Blagnac. C’est une période de novembre-décembre où vous pouvez y laisser des plumes !

Oui, mais après, ce sont des super matchs à jouer. Quand on est dans un sport de haut niveau, ce sont de tels matchs qui sont intéressants contre des équipes qui sont formatées pour jouer le haut du tableau. Aigues Mortes je connais un peu moins, mais Blagnac et Alès, ce sont des ténors du groupe. On voit que pour Balma, c’est compliqué aussi. Blagnac reste sur deux matchs nuls donc ce n’est pas non plus un rouleau compresseur. Après, Alès est peut-être un ton au-dessus dans ce championnat. Mais on va y aller avec ambition et on n’a aucun complexe d’infériorité à faire. On a déjà 10 points c’est déjà bien. Par rapport au tableau de bord qu’on s’était fixé, je pense qu’on est plutôt pas mal. Ça sera des matchs qu’on va jouer avec l’envie de gagner et de prouver qu’on peut jouer un peu plus que le maintien.

Pour vous, est-ce que Alès fait vraiment figure d’épouvantail vraiment favori à la montée comme a pu l’annoncer sur notre site le coach de Blagnac ?

Rien qu’au niveau du budget, je ne connais pas les chiffres exacts, mais ils sont dans le haut du tableau en terme de budget. Ça fait quelques années qu’ils recrutent des joueurs expérimentés pour passer au niveau au-dessus. Après, c’est un club qui a un passé aussi donc oui c’est sûr que par rapport à cette année, ce n’est pas le même club ou les mêmes ambitions. Mais après, il n’y a pas de raison qu’on n’ait pas d’ambition, et qu’on ne fasse pas un résultat contre ce type d’équipe si encore une fois, on est focus sur le même objectif et à tous tirer dans le même sens. Après c’est sûr que si on fait le même match que contre Fabrègues, on n’a aucune chance. Mais si on fait le match de Muret ou de Narbonne avec l’état d’esprit qu’on a pu montrer, les chances s’équilibrent et on n’aura pas de complexe à avoir.

Petit point noir en ce début de saison pour l’USC, l’équipe réserve est actuellement lanterne rouge de sa poule B de Régional 1 avec zéro point. Est-ce qu’en tant qu’équipe fanion, ce n’est pas quelque chose qui peut vous faire faire du soucis dans l’optique de l’évolution de Castanet. Si la deux descend, ça ferait tout de même une grosse marche entre l’équipe une et sa réserve entre N3 et R2…

Oui après c’est un début de saison compliqué c’est sûr. Mais c’est un peu normal avec une équipe très jeune et quand on connaît un peu le niveau R1 où il y a pas mal d’équipes expérimentées avec des joueurs un peu chevronnés. C’est sûr qu’au niveau de la réserve, c’est un peu compliqué mais ce n’est pas grave. Ça fait progresser les jeunes et ça prouve qu’il va falloir travailler pour avoir des résultats et puis on n’est qu’à quatre journées encore. Zéro point en quatre journées, c’est sûr que ce n’est pas très réjouissant, mais je n’ai pas de doute sur le fait qu’on puisse s’en sortir. Quand les joueurs du groupe un descendent avec la réserve, il faut tirer toute l’équipe vers le haut, montrer aux jeunes qu’ils faut se battre pour atteindre l’objectif, mais surtout y aller avec enthousiasme et envie. J’ai eu comme retour que c’étaient surtout des matchs compliqués contre des équipes de qualité. Mais après, le club avait la réserve en R2, il n’y a pas si longtemps, le club est monté ce n’était que du bénéf. Si un jour le club descendait en R2, on ferait tout pour remonter en R1, mais ce n’est pas encore d’actualité. Il y a encore pas mal de journées. Je suis confiant aux jeunes du club et aux joueurs du groupe N3, quand on descend, à faire tout ce qu’il faut pour maintenir la réserve.

On va parler également de vous. Vous êtes revenus récemment à Castanet. Vous êtes plus proche de la fin de votre carrière que du début. Que pourriez-vous souhaiter pour vos dernières piges avec les Jaunes et Noirs ?

Déjà, l’an dernier je suis revenu j’avais un an de moins. J’étais un peu déçu, voir même beaucoup déçu que la saison s’arrête comme ça brutalement alors que nous étions premiers. Je m’étais fait les ligaments croisés un an auparavant donc c’était peut-être aussi un mal pour un bien. Tout ça m’a permis de bien me renforcer pour finir ma carrière sans blessure. Je n’ai pas envie de finir sur une blessure. J’ai donc pu bien me soigner et me rééduquer. Ensuite, moi j’aimerais finir du mieux possible. Cette année j’ai la réussite, je suis à six buts donc c’est plutôt intéressant personnellement. J’aimerais bien continuer à marquer quelques buts même si ce n’est pas un objectif prioritaire pour moi. Mais voilà, aider l’équipe avec des passes, des buts et en aidant les plus jeunes à progresser et apporter mon expérience que j’ai pu accumuler l’an dernier. Sans prise de tête comme d’habitude. Je suis à l’écoute des autres. Les jeunes peuvent aussi m’apporter des choses. Je suis dans l’échange J’essaye d’apporter aussi mon bon état d’esprit, ma joie de vivre au groupe et mon expérience. Je ne sais pas quand est-ce que ça va s’arrêter, mais essayer de vivre de belles saisons avec de belles émotions. C’est vrai que je n’ai jamais eu trop de chance en Coupe de France. J’aurais peut-être aimé faire un parcours parce que ça fait toujours plaisir d’aller un peu loin en Coupe de France avec un peu de monde. Pour le club, ça aurait été bien. Maintenant qu’il reste le championnat : jouer peut-être les troubles-fête sur le temps qu’il me reste à jouer. Prendre du plaisir et jouer les troubles-fête dans ce championnat. Après, parler de montée non parce que ce n’est pas l’objectif prioritaire du club pour le moment mais plutôt de le pérenniser en N3. Je voudrais aider le club à se pérenniser et prendre du plaisir dans les matchs.

Peut-être que vous pourrez tenter votre chance sur l’épopée en Coupe l’année prochaine !

Oui voilà, si le corps me laisse tranquille. J’ai quelques douleurs au tendon d’Achille mais ça risque de rentrer dans l’ordre parce que j’ai fait ce qu’il faut pour enlever ces douleurs. Mais en vieillissant, on sent les douleurs un peu plus présentes après les matchs, après les entraînements. Ce qu’il ne faut pas faire c’est la saison de trop, mais pourquoi pas une dernière saison. Pour l’instant, ce n’est pas d’actualité. Je prends saison après saison. Qui sait, si il faut ça va m’amener jusqu’à 45 ans (rires). Non je rigole, mais après je ne me prends pas la tête. Tout peut arriver. Je vois match après match, saison après saison et on verra le moment voulu.

Et après une reconversion dans le club en point de mire ?

Oui bien sûr. J’ai toujours baigné dans le monde du foot. Je suis coach sportif et j’ai les diplômes de la prépa physique. Pourquoi pas aider le club dans certains aspects : prépa mentale, physique. Il y a plein de choses à mettre en place dans des clubs amateurs donc pourquoi pas aider le club à évoluer sur certains points après la carrière ?

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s