#Rugby – Nationale / S.Robinson (Albi) : «Il me tardait de jouer pour le SCA.»

Retrouvez notre entretien exclusif de la nouvelle recrue du SC Albi, réalisé quelques heures avant son premier match sous les couleurs jaunes et noires (Victoire 30-19 face à Chambéry). Arrivé de Bayonne, Sean Robinson n’est pas en terre inconnue dans la cité épiscopale, puisqu’il a retrouvé ses copains de lycée : Reynart Venter et Eath Backhouse. Rencontre avec le néo 3/4 albigeois, qui espère relancer sa carrière en Nationale, et prendre du plaisir dans la nouvelle aventure du club de la préfecture tarnaise.

Sean Robinson (SC Albi / Nationale) / Crédit photo Pierre Bras

Sean une arrivée à Albi dans les dernières heures du mercato. Qu’est-ce qui a poussé à cette venue en terre Tarnaise ?


J’étais un peu en difficulté , j’ai peu joué ces dernières années. Je cherchais un club en Top 14 ou en Pro D2 et en fait, j’ai trouvé ici. J’ai eu l’occasion de venir à Albi. Maintenant je suis très content de mon choix. Je suis bien intégré dans l’équipe.


Quels ont été les mots de Mathieu Bonello et Alexandre Albouy pour te faire venir au SCA ?


Il ne m’a pas promis le bout du monde, mais il m’avait dit qu’il y avait un bon système en place avec de bons joueurs et une bonne stratégie. Donc pour moi, c’était ok.


Quels sont les joueurs que tu connaissais déjà du Sporting Club Albigeois ?


Je connais Vili (Afatia) parce que je jouais avec lui à Bayonne après je connaissais Eath (Backhouse), Reynart (Venter) on était au lycée ensemble et Jacques (Engelbrecht) aussi un Sud Aff.

En clair tu arrives au SCA avec déjà une attache. Tu n’es pas tout neuf et perdu dans le groupe…


C’est ça. L’équipe m’a très bien accueilli. Franchement je me sens bien et je suis très content.

J’imagine que tu dois avoir comme on dit dans le jargon des fourmis dans les jambes de faire ton premier match sous les couleurs Jaune et Noire.

Oui il me tarde franchement. Ça fait 6-7 mois que je n’ai pas joué. Là franchement, il me tardait de jouer pour Albi.

Quel regard tu as sur ce championnat de Nationale, un championnat semi-professionnel, l’antichambre de la Pro D2. Tu avais déjà un regard sur ce championnat ?

Là je le découvre totalement. Je n’ai pas trop suivi j’ai juste regardé quelques matchs.

On va faire le point sur ton parcours en France. Tu es arrivé des Natals Sharks. Tu es un grand passionné des Blues de Pretoria, comme tu es originaire de là-bas. Tu es arrivé à Bayonne, tu as fait une très bonne saison en Pro D2 puis tu as été cassé par ta rupture aux ligaments croisés. La maladie des rugbymen qui t’a un peu cassé la dynamique.

Oui c’est ça j’avais une bonne dynamique à Bayonne puis je me suis fait cette blessure. Après, je ne vais pas utiliser ça comme excuse mais oui c’est vrai que c’est compliqué surtout pour un jouer trois-quarts qui compte sur la vitesse. Mais après, je trouve que je me suis bien remis franchement je n’ai aucune excuse par rapport à ça. J’ai la chance de revenir fort, je connais plusieurs joueurs qui n’ont pas eu cette chance-là.

Avoir pu goûter au Top 14 j’imagine que c’est une chance pour toi d’avoir touché du doigt le haut niveau du rugby Français.


Oui c’est sûr que ce n’est pas facile. On fait ce qu’on peut. Mais je suis content d’être où je suis maintenant.


A Bayonne, il y avait Romain Barthélémy, Swann Cormenier, aussi l’analyste vidéo Alexandra Cohard qui sont passés par Albi. Tu leur as demandé quelques renseignements avant de dire oui au SCA ?


Oui j’ai parlé à Barthé. Il m’a donné de très bons conseils. Il a passé sept ans ici. C’est un peu grâce à lui que je suis venu ici. Il a bien vendu le club.

Maintenant il ne reste plus que le SCA monte en Pro D2 pour que tu affrontes Barthé à Grenoble ?


C’est ça. Ouais j’aimerais bien. (Rires)


On va parler aussi de ce club de Bayonne qui a une grosse Histoire et une grosse identité. J’imagine que la première fois que tu as entendu la Pena Bayona à Jean Dauger, tu devais avoir des frissons.


Oui c’est vrai c’est un de mes meilleurs souvenirs. C’est sûr que Bayonne a un très bon public. J’ai adoré ce côté-là de Bayonne.


Quand tu as signé à Albi. On s’est un peu renseigné dans la presse sur toi. On a vu que tu étais un hyperactif du sport. Tu aimes la natation, le Cricket, l’athlétisme. Tu connais quasiment tous les sports !


Oui pas tous les sports mais j’ai grandi avec le sport avec l’athlétisme, le Cricket, le golf, je joue toujours au golf et bien sûr le rugby.

Ça t’aide au rugby d’avoir touché à d’autres sports ?


Oui je pense, le Cricket avec les techniques de balle. Après bien sûr l’athlétisme pour la vitesse qui est très importante.


Quand tu es arrivé en France, l’une des premières choses que tu as faites c’est d’apprendre le Français. C’était important pour toi d’apprendre la langue du pays où tu arrivais ?


C’est ça. Quand je suis venu ici je savais que ça serait compliqué et qu’il fallait que j’apprenne la langue. Je me suis beaucoup investit là-dedans. Maintenant ça paye et je suis franchement content d’avoir appris la langue.


Tu as déjà eu des contacts avec les supporters du SCA ?


Pas encore. J’ai vu quelques gens en ville mais pas vraiment encore les supporters.


En parlant de la ville d’Albi, quel a été ton premier ressenti en arrivant dans cette ville typique du Sud-Ouest ?


J’adore la ville. Ça me fait penser à Toulouse. Comme j’ai joué pas mal de temps à Colomiers, j’aime bien. Après je pense que je préfère Albi c’est vraiment une très jolie ville. J’adore.


Dernière question, ce week-end est arrivé le leader au Stadium Municipal. J’imagine que toute la semaine tu as dû ressentir l’excitation monter dans le groupe avant ce premier carrefour du championnat ?


Oui franchement. Je reste un max dans le groupe en espérant rapidement m’intégrer. Je n’attends que ça depuis des mois de pouvoir rejouer. J’espère que je pourrais avoir du temps de jeu cette saison.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s