#Foot – Arbitrage / « Le club a trouvé bon d’appeler la police pour faire faire un test alcoolémie » à l’arbitre

Il est un cas malheureusement récurrent dans le football moderne, l’irrespect envers l’arbitre. Sont plusieurs fois par saison remontés des faits d’incivilité allant d’insultes, aux violences physiques envers les hommes en noir. Ce lundi, la section Allier de l’UNAF, le club des arbitres, a publié un communiqué évoquant une situation houleuse créée lors d’une rencontre de football amateur ne mettant pas le jeune arbitre au sifflet à la fête. Le président de l’UNAF Allier, Julien Alligier, tient à protéger son jeune arbitre et faire front contre de tels procédés.

Vous dites dans un communiqué que l’arbitre stigmatisé est un jeune arbitre. Est-ce sa première année au sifflet ?

C’est sa troisième année. Malheureusement avec la covid, on peut considérer qu’il débute. Disons qu’il a une quinzaine de matchs derrière lui. Il a fait malheureusement cinq-six matchs par saison à cause de la covid.

Pourriez-vous m’en dire un peu plus sur l’origine et le déroulement du conflit qui a eu lieu durant le match ?

Je ne vais pas m’étendre sur le sujet car les commissions de discipline doivent travailler dans la sérénité. Ce n’est pas à l’UNAF de leur mettre une sorte de pression. On a confiance aux instances du département. Ce que l’on peut dire, c’est que le club recevant était sûrement en désaccord alors que l’autre club a déjà manifesté tout son soutien au jeune arbitre.

Comment ont-ils exprimé leur désaccord ?

Le club recevant, par l’intermédiaire du référant arbitre, lui-même arbitre, a trouvé bon d’appeler la police pour faire faire un test alcoolémie revenu négatif. Ce qui nous scandalise le plus, c’est cet arbitre qui balance un collègue. La famille de l’arbitrage se sent trahie de l’intérieur. Nous n’avons pas besoin de cela ! J’ai une pensée pour tous les collègues bousculés ou insultés tous les week-end en France. De notre côté, il faut avouer que notre District a plutôt réputation d’être calme.

C’est vrai que les soucis et bousculades envers les arbitres sont fréquentes en ce début de saison, tant en pro qu’en amateur. A quoi est-ce dû selon vous ?

Je pense que les gens ont besoin de se défouler après deux ans sans sport et malheureusement, il est facile de critiquer celui qui fait respecter les règles. Mais la vie en général est comme ça, pas plus au foot qu’ailleurs. Les policiers, et pompiers ramassent aussi, comme les arbitres.

Vous faites un peu office de bouc-émissaires en tant que « représentants de l’ordre » ?

Dans la tête des gens, sûrement. Arbitre, c’est une belle fonction avec des responsabilités et des règles à respecter. Cela peut créer des conflits car on peut être en désaccord sur des décisions. Mais cela doit rester respectueux.

Est-ce que selon vous cette situation peut être à l’origine du déficit d’arbitre que déplorent à ce jour de nombreuses Ligues et de nombreux District ?

Le manque d’arbitre est surtout dû au comportement de certains clubs vis-à-vis des arbitres je pense. Cette affaire dans notre département, vous pensez qu’elle va donner envie aux jeunes de prendre le sifflet ?

Non effectivement en sachant que ce n’est pas un cas isolé. Quand on regarde dans les autres sports, on ne peut que prendre le rugby comme exemple. Dans l’ovalie, l’arbitre fait vraiment office de patron indiscutable sur le terrain. Comment arriver à un tel respect de l’arbitre dans le football ?

Bien malheureusement, on restera un sport malade à ce niveau-là. On n’arrivera pas au respect du sport comme le rugby ce n’est pas dans la culture. C’est un vrai travail de fond qu’il faudrait entreprendre.

Est-ce que des exclusions temporaires pour déjà calmer les ardeurs de certains joueurs ne pourraient-elles pas être bénéfiques parfois ?

Temporaires sûrement. Mais quand un arbitre a certains niveaux est seul, comment peut-il gérer cela ? Ça me paraît plus que compliqué à mettre en place.

La base du problème pourrait être alors réglée sur le long terme via de l’éducation dans les écoles de football …

Bien sûr, mais il faut que la volonté vienne de nos hautes instances. Et il ne faut pas oublier que 80% des clubs font avec des bénévoles. Les bénévoles font leur maximum. On ne peut pas leur en vouloir non plus. Il ne faut pas croire, souvent les clubs les plus respectueux, ce sont ceux où il y a le plus de bénévoles justement car tout le monde est sur le même pied d’égalité.

Propos recueillis par N.Portillo

communiqué de presse de l’UNAF Allier

Article sponsorisé par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s