#Foot – Coupe de France / O.Pulido (Langlade) « Ce n’est vraiment pas un hold-up »

C’est parmi les histoires que l’on aime le plus en Coupe de France : voir un Petit Poucet briller. Si Lourdes a su s’offrir le scalp de l’US Colomiers il y a deux semaines, ils sont finalement tombés dans le piège du FC Langlade ce week-end. Le club Gardois, pensionnaire de D2 a ainsi infligé aux Pyrénéens leur premier revers de la saison (3-2) tandis que le président Orlando Pulido et les siens filent vers un sixième tour historique.

Crédit FCL

Hier après-midi vous êtes venu à bout du FC Lourdais à l’occasion du cinquième tour de Coupe de France. C’est un peu une performance historique pour le FC Langlade !

C’est clair (rires). Ça a été une belle performance. On avait tiré Lourdes, une équipe de R1 qui n’avait pas perdu un match depuis le début de saison, qui n’avait pas pris un but, qui a mis quelques roustes à quelques équipes. On a fait une grosse perf.

Quand on voit la physionomie du match, vous avez toujours mené au score, vous gagnez tout de même 3-2. Ce n’est pas une petite victoire 1-0 et après vous avez bétonné ! Ça devait être un peu jouissif sur le bord de la pelouse non ?

J’avoue que c’était jouissif oui. On est vraiment bien rentré dans le match. On se procure une occasion d’entrée au bout de cinq minutes. C’est une tête qui passe juste au-dessus de la barre transversale. Après, eux, ils ont une petite occasion. Mais après nous n’étions pas trop mal. Nous étions bien dans l’impact physique et plus costaud qu’eux. On maîtrisait bien le match et le premier but découle d’une superbe action collective. C’est là qu’on s’est aperçu qu’on pouvait rivaliser. Ça nous a un peu détendu et nous sommes allés marquer le deuxième.

Pour au final offrir une fin de match haletante à vos supporters !

Oui on mène 2-0, ils reviennent à 2-1 sur un coup-franc dévié par le mur. Ils poussaient et se découvraient donc nous avons réussi à mettre une estocade on va dire. Comme nous sommes à Nîmes, on parle tauromachie (rires).A 3-1, ils ont essayé de pousser, mais nous étions bien en bloc derrière. On était patients. L’arbitre a quand même fait jouer huit à neuf minutes d’arrêt de jeu. Dans ce temps additionnel, ils ont mis le deuxième but du score final. Dans l’ensemble ça a été un match bien maîtrisé par mes joueurs.

Oui ce n’est pas un hold-up comme on pourrait dire !

Vraiment pas. Franchement, c’est là où nous sommes agréablement surpris. Ce n’est vraiment pas un hold-up. Ce ne sont pas des buts à la raccro. Ce sont des buts qui ont été bien mené. Leur gardien a aussi fait deux-trois parades sur de belles frappes. C’était vraiment pas mal.

J’imagine qu’après ça, ça a du être comme on dit la fête au village en terre Gardoise.

Oui on a un peu fêté ça (rires). On l’a un peu fêté, après on sait que la priorité reste le championnat. On ne veut pas brûler les étapes. Nous l’avons un peu fêté tranquillement parce qu’après, tout le monde travaille le lundi. Mais nous avons un match à préparer le dimanche en championnat. On ne voudrait pas y laisser des plumes non plus. On reste quand même assez soft.

Justement en parlant du championnat. Cette victoire contre Lourdes vient un peu dans la lignée du début de saison de Langlade. Vous êtes très prolifiques, beaucoup de buts marqués, 11 en trois matchs, vous êtes leaders du classement de D2 avec trois victoires. C’est un super début de saison non ?

Ah oui. Après, j’ai un groupe très sérieux et très à l’écoute du coach. C’est vrai que c’est prolifique. On gagne le premier match 4-1. C’est là qu’on a lancé la saison après une victoire contre l’US Trèfle, une équipe de R3, on a enchaîné de bons résultats derrière. C’est pour ça que maintenant le 3-2 contre Lourdes m’étonne entre guillemets un peu moins. Je me dis que c’est vraiment dans la lignée du début de championnat.

Dans la lignée des bonnes performances depuis mi-août au final.

Voilà c’est ça. L’équipe est sérieuse et costaud. Défensivement c’est costaud. Nous avons un beau milieu de terrain. L’attaquant fait son travail et marque des buts. Très bien.

Ce week-end vous vous déplacez à Pont St Esprit. Après un très bon résultat contre Lourdes, est-ce que vous ne craignez pas les contre-coups et un relâchement de votre équipe ?

Si c’est un peu notre hantise. C’est pour ça qu’on a déjà un peu remotivé les joueurs en leur expliquant que la priorité, c’était bel et bien la montée et qu’il ne faut pas griller nos cartouches n’importe comment en Coupe de France. Après, c’est vrai que comme tout joueur, j’ai été joueur à l’époque, quand on joue une Coupe de France ben on la joue ! On ne lâche pas le match quoi.

D’autant qu’en évoluant en D2, rien ne garantit de revoir le sixième tour de Coupe de France un jour…

Normalement oui. Là j’ai regardé un peu. Je crois qu’il reste quatre D2 sur toute la France.

C’est un peu une performance historique. Encore un tour et vous pouvez affronter une Ligue 2 !

C’est ça puisqu’ils rentrent au septième tour. Si on arrive à faire encore une performance on pourrait recevoir Toulouse ou Nîmes chez nous. Mais on ne veut pas brûler les étapes et c’est peut-être pour ça que nous avons ces performances. Depuis le début de championnat, on prend match après match. On prépare vraiment pour le match qui arrive à chaque fois et on ne brûle pas les étapes. On ne se dit pas dans deux semaines il y a ci, dans trois semaines il y a ça. On va petit à petit.

Rendez-vous donc mercredi pour le tirage au sort du sixième tour de Coupe de France, vous êtes assurés de recevoir. Est-ce que vous auriez un adversaire idéal à affronter ?

Non franchement non. On verra ce qui viendra. Ce sont des matchs que, bien souvent, on ne joue qu’une fois dans une vie de footballeur donc on prendra ce qui viendra. On a sorti deux R3, une D1, une R1, après on verra bien. On se fera peut-être sortir par une R3 donc on ne sait pas.

Quoi qu’il arrive le parcours est réussi pour vous.

Oui. Ce n’est vraiment que du bonus. Quand on voit qu’en entrée de Coupe de France, il y a plus de 7000 clubs. On fait parti des 200 derniers participants. Il reste quatre D2 dans toute la France. On se dit que le boulot a été fait, maintenant ce n’est que du bonheur, que du plus.

Qu’est-ce qu’on peut souhaiter dans les semaines à venir pour Langlade ?

Des victoires (rires). C’est toujours gratifiant pour les joueurs, pour le staff, pour tous les bénévoles qui travaillent au club, pour moi-même. Ce sont des choses dont on se souvient à vie. C’est ça la magie de la Coupe de France, après on peut en parler aux petits-enfants. « Tu vois papi quand il était président avec son club, … » C’est ça la magie de la Coupe de France. C’est écrire une histoire, une page dans la vie du club et qu’on se fasse un peu remarquer. On est souvent dans l’anonymat parce qu’une D2 ça reste une D2. Là, ça parle. Hier c’était un truc de fou. C’étaient des messages de partout sur Facebook, des messages personnels. Je n’ai même pas pu répondre à tout le monde.

Effectivement, même si vous montez en D1, vous n’êtes pas assurés d’avoir un tel émoi …

C’est certain. C’est pour ça que c’est, comme on dit, la magie de la Coupe de France. Quand on sait que Lourdes avait éliminé Colomiers, une National 2, au tour précédent 2-0. Ça gratifie encore plus la performance. C’est ça qui est jouissif pour le staff et les joueurs. S’ils avaient battu des D1, des D2, on se dit bon ce n’est pas non plus énorme. Mais là, ils sortent Colomiers, une N2. On se dit qu’on a quand même fait quelque chose de pas mal.

On a justement l’impression que cette saison en Coupe de France est la saison des Petits Poucets. Beaucoup d’équipes de N1-N2-N3 sont tombées. Les équipes cataloguées petites peuvent se prendre à rêver de très beaux parcours.

Oui l’avantage pour les petits, c’est qu’il n’y a pas de prolongation. Quand on fait match nul, on va direct aux penaltys. Ça nivelle beaucoup les niveaux. Si vous avez un bon bloc défensif et que vous arrivez à tenir un peu la baraque, avec un peu de chances un très bon gardien. C’est aussi pour ça que les petits clubs passent. J’en ai vu beaucoup passer aux tirs aux buts. Quand il n’y a pas de prolongations, ça favorise les petits équipes.

Propos recueillis par N.Portillo

Articlé sponsorisé par :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s