#Rugby – Nationale / G.Pintiaux (Bourgoin) : «On n’offre pas à notre public les retrouvailles espérées!»

Alors que le CSBJ retrouvait son antre mythique de Rajon, les retrouvailles ont été ternie par une première mi temps catastrophique des ciels et grenats (9/21). Malgré un comeback qui les a vu mourir a 2 points de la victoire ( défaite 23-24), les Berjalliens enchaînent face au Tarbais une seconde défaite de rang en autant de matches dans cette division Nationale. Grégoire Pintiaux, le coach des avants de Bourgoin est donc venu au micro des nos consultants en Isère, pour analyser ce début de saison et déplorer de ne pas avoir été à la hauteur du retour du peuple de Berjallie dans un Rajon incandescent.

Quel sentiment prédomine après ce revers pour votre retour à la maison devant du public ?


Le retour est manqué. Avec le public qui n’attendait qu’une seule chose c’est se lever et pouvoir fêter les mecs. Aujourd’hui, on n’offre pas à notre public les retrouvailles espérées. On passe à côté de la victoire. Ça fait chier.


C’est quoi le plus gros motif de frustration ? Le contenu en première mi-temps ?


Oui vraiment sur la première mi-temps, on n’est un peu à côté de la plaque. Après, on rééquilibre bien en deuxième mi-temps. On fait ce qu’il faut, on met de l’engagement du combat. Mais après, on est encore fragiles sur les bases : la mêlée, la touche. On est sanctionnés en mêlée, des ballons qui nous échappent en touche et derrière ça ne nous permet pas de lancer le jeu pour renverser la pression. C’est très frustrant. Aujourd’hui, on n’est pas dans les clous. Mais c’est long donc on continue de bosser, on construit. La baguette magique, on ne l’a pas donc on est conscient que c’est à nous de faire. Maintenant, on est conscients qu’on donne de la déception alors qu’on devrait donner des sourires.

Des motifs d’espoir s’il y en a ?


Ce qui m’a plu, c’est la réaction qu’on a en deuxième mi-temps. C’est l’engagement qu’on met, la façon dont on déplace le ballon, dont on attaque ces lignes. C’est aussi ce cœur qu’on a mis en deuxième mi-temps. Voilà, tout n’est pas à jeter. La déception est là à chaud, mais il y a plein d’autres signes encourageants.

On a vu en fin de match cette impatience que tu avais relevé à Aubenas la semaine dernière quand on perd et du coup ça génère de l’imprécision et des ballons gâchés surtout dans le dernier quart d’heure.


Oui en une semaine il est difficile de tout régler. Mais il faut qu’on règle les fondamentaux. Là on va aller à Dijon, qui a gagné à Angoulême, ça va être très solide. C’est un bloc très solide. Pour une première, on commence dans le dur donc on va vite devoir trouver la victoire.

Ce bloc est plus difficile que ce que vous imaginiez ?


Oui après quand on voit les résultats sur les autres stades, on se dit que ça va être serré et compliqué. Tout est ouvert. Les uns et les autres gagnent à l’extérieur ou à la maison. Aujourd’hui ce qui nous manque c’est ce déclic de la victoire. Je l’ai dis à Aubenas, quand ce groupe va gagner, il va se mettre en confiance et va aller haut et fort. Mais pour l’instant, on se contente de petits points.

Vous avez aussi beaucoup d’absents, ça a une incidence ?


Oui on perd Max sur l’épaule. Aujourd’hui, il nous manque du monde. Mais les gens qui sont là font aussi les choses. On va rentrer du monde, mais il faut qu’on aille chercher nos points.

Propos recueillis par Slim

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s