#Cyclisme / Toute première fois !

Beaucoup de coureurs occitans ouvrent le compteur de victoires en 2021, ou bien vivent une première expérience. Petit inventaire des performances des cyclistes sang et or.

© RFI / Joël Wadem

Nicolas Godin (OCF) récompensé !

La saison chaude, les critériums et les nocturnes, voilà le terrain de jeu favori de Nicolas Godin. L’ancien militaire qui avait arrêté sa carrière à l’âge de 20 ans pour s’engager, a retrouvé la compétition au sein de l’AS Carcassonne en 2016. En 2017, il termine 2ème du championnat régional du Languedoc-Roussillon et du Grand Prix de Cintegabelle derrière Stefan Bennett.En 2019, sous les couleurs de VS Spiripontain, il prend une belle 3éme place lors des championnats d’Occitanie derrière Kevin Besson et Geoffrey Rouat. La même saison, il performe encore au Grand Prix de Cintegabelle, il prend la 14éme place du classement général du Tour de la Vallée Montluçonnaise, après avoir terminé 6ème de la première étape.
En 2020. Il termine 8ème de la Vienne-Classic et 12éme au Trophée de l’Essor.

(crédit photo Valérie Campistrous)


En 2021, l’Occitane Cyclisme Formation attire le carcassonnais d’adoption, dans ses filets pour épaissir un effectif ambitieux. 13éme des Boucles de l’Essor en début de saison, il est un des artisans de la victoire de Kévin Besson dans la classique Annemasse-Bellegarde et Retour. Mi-juillet, sur ses terres audoises, Nicolas Godin dominait le toujours sémillant Guillaume Bonnet et Geoffrey Rouat lors du Grand Prix de Trèbes.
Une belle récompense pour ce garçon qui depuis cette victoire a encore brillé sur les routes de Bordeaux -Saintes (25ème) ou encore lors de l’Estivale Bretonne épreuve par étapes remportée par l’ex-pro Johan Le Bon, qui cherche à rebondir à l’étage supérieur.
Nicolas Godin prend la 28éme place du classement général.

Baptiste Lavigne (OCF) évidemment
!

Crédit Photo Valérie Campistrous.

Le béarnais formé à Orthez et au VS Lescar, arrive dans ses meilleures années. 7éme du du classement général du Tour des Landes en 2017 à tout juste 20 ans, il obtient 11 Top 20 la saison suivante.Membre de l’OCF depuis 2019, il n’a de cesse d’obtenir des accessits qui prouvent la qualité du garçon. 7ème des Boucles du Tarn, et 11 éme du Défi du Nore en 2019, en 2020 il termine 6 ème du Tour du Périgord.
Cette saison, il arrive 4éme au Grand Prix de d’Ouverture de Carlus, 14ème du classement général du Tour de la Manche et du Tour de Basse-Navarre, il est lui aussi un artisan de la victoire de Kévin Besson dans la très prisée classique Annemasse-Bellegarde et Retour, dans laquelle il prend la 19ème place.
Aussi quand le 31 juillet, il prend le départ du Grand Prix de Sévignacq-Thèze situé au cœur du Béarn, l’homme est motivé comme jamais sur ses terres. Il remporte un succès de rang devant son coéquipier Romain Campistrous et Erik Inkster (GSC Blagnac) actuellement sur les routes du Tour de l’Avenir avec la sélection canadienne.

Romain Campistrous enfin !

(crédit photo Valérie Campistrous)

Enfin serait-on tenté de dire ! Romain Campistrous vient enfin de marquer son retour dans les rangs de l’OCF, lui qui a tout connu. De l’école de cyclisme du mythique club du St Juéry Olympique (SJO) qui a formé des coureurs comme Didier Rous, Stéphane Poulhies, Cédric Coutouly, Lilian Calmejane, jusqu’au professionnalisme.
Il connaît une première expérience à l’OCF en 2014, obtenant 4 victoires, 14 podiums et 33 Top 10 !, Il termine 4éme du Tour de la Creuse et 10éme de la Ronde de l’Isard suffisant pour devenir stagiaire pro chez AG2R-La Mondiale.En 2015 et 2016, il porte les couleurs du GSC Blagnac, club avec lequel il glane 6 victoires et obtient 14 podiums en 2 saisons !

https://debardautomobiles.com

En 2017, c’est la consécration. Il passe professionnel dans l’équipe de l’Armée de Terre aux côtés des occitans Julien Loubet, Stéphane Poulhiès et Benjamin Thomas. Fin 2017, la nouvelle ministre des Armées Florence Parly, décide unilatéralement de dissoudre l’équipe. Cette annonce tardive met les coureurs sur le carreau et dans l’impossibilité de se retourner, alors que l’équipe vient d’obtenir 23 succès et deux titres mondiaux sur piste.Romain Campistrous avait été parmi les artisans des performances de cette équipe voulue et promue par Jean-Yves Le Drian en personne. 2 victoires au compteur, 8 Top 10.Il avait impressionné les observateurs lors du Tour du Gévaudan terminant 10 ème du général derrière Guillaume Martin, Romain Sicard, Nicolas Edet, ou encore Elie Gesbert. Il termine 15ème de la Faun Environnement-Classic de l’Ardèche devançant des garçons comme Brice Feillu, Nans Peters, Jan Bakelants ou encore David Gaudu.
Aussi en 2018, il revient chez les amateurs et s’engage avec le GSC Blagnac avec le secret espoir de revenir chez les pros. Il remporte le championnat d’Occitanie, le classement général des 4 jours des As en Provence, le Tour de Basse-Navarre pour la 2ème fois, le Défi de Nore, termine encore 2ème du classement général du Tour du Loiret comme en 2015, imitant Roland Flaujaguet un autre coureur formé au SJO.

https://www.aristow.com/fr/

En 2019 et 2020, il sera enrôlé par l’AVC Aix-en-Provence, aux côtés des Florent Castellarnau, Clément Jolibert ou encore Simon Carr. Il termine 2ème du Tour de Ténérife, 9ème du Tour de la Manche, 5ème du Tour des Pays de Montbéliard, 14éme du Tour de la Province de Valence en Espagne.
En 2021, il décide de revenir à ses premiers amours au sein de l’OCF et son rôle de capitaine de route lui convient à merveille, sans pour autant abandonner ses ambitions personnelles. 10éme du Grand Prix de Saint Etienne-Loire en Coupe de France, il termine 3ème de la Ronde du Pays Basque, 2éme du circuit des Monts du Livradois, 2ème à Cintegabelle, 2ème à Sévignacq-Théze.Le 15 août, il lève enfin les bras sur le circuit d’Aixe sur Vienne, au terme du Grand Prix de Beauchabrol devançant son équipier Kevin Besson vainqueur en 2019, et l’homme en forme du moment le périgourdin Titouan Margueritat, tout récent vainqueur de deux manches du Trophée Médérel.
Certaines rumeurs envoient Romain Campistrous à la retraite. Il ne faudrait pas, qu’à l’avenir et avec de telles performances, le regret ne l’habite.

Jules Jalabert, en héritage.

(crédit photo l’Indépendant)

Le Tour du Minervois se déroule traditionnellement mi-juillet en plein Tour de France. Cette année la course a été amputée sur décision administrative.Peu importe le contexte, le nom du vainqueur a de quoi interpeller les observateurs, les ressemblances physiques aussi, sans évoquer le mimétisme sur le vélo.
Cette épreuve révélatrice de jeunes talents, a vu un jeune homme de 19 ans du CAC Castelsarrasin l’emporter dans un style caractéristique et bien connu des aficionados de la Petite Reine.

https://debardautomobiles.com


Jules Jalabert qui venait de terminer le Tour du Cameroun, dans le Team Ufusport une épreuve courue en 9 étapes, et dans laquelle il obtient 3 Top 20, a largement fait parler la poudre à l’arrivée à Rieux-Minervois.Échappé avec 11 autres coureurs, il place une attaque sèche dans la côte de la Croix-Rouge et obtient son premier succès.
Étudiant en marketing du sport, le fils de l’illustre champion mazamétain a glané son succès devant ses premiers supporters, Sylvie sa mère, Georges et Arlette ses grands-parents paternels.Le nom est connu, il faut juste retenir le prénom.

Thomas Acosta, passe au vert !

Originaire de la Dordogne, Thomas Acosta atterrit dans le Lot en plein confinement en 2020 pour raisons professionnelles. Il portait alors le maillot du CR4C Roanne avec lequel il a obtenu son plus grand succès en remportant la classique Bordeaux-Saintes. Cette course est souvent révélatrice de futurs grands champions à l’instar des André Darrigade, Raymond Poulidor, Jacques Bossis, Francis Castaing, Marc Gomez, Christophe Agnolutto.
Un temps annoncé comme une recrue de l’OCF pour l’exercice 2021, il rejoint finalement le Team Pro Immo Nicolas Roux au sein duquel il remporte une nouvelle classique de renom Le Poinçonnet -Panazol Limoges Métropole, et inscrit son nom aux cotés des Charly Mottet, Yvon Madiot, Pierre-Raymond Villemiane ou Yoann Paillot.


Il est encore sur le podium de Bordeaux-Saintes (3ème) et prend la 5éme place du Grand Prix de Nogent sur Oise et de la Ronde de l’Essor. Il fut avec son coéquipier Florent Castellarnau un animateur sans succès lors des derniers championnats de France sur route.Ancien porteur du maillot de meilleur grimpeur du Tour de l’Avenir, le protégé de Laurent et Bernard Roux, a été appelé comme stagiaire avec l’équipe professionnelle continentale irlandaise Evo Pro Racing pour cette fin de saison.
Il troquera le maillot rouge et noir du team auvergnat, contre une tunique verte « Ireland ».

Le Borgne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s