#Rugby – Nationale / A.Roumegoux (Albi) : «On est parti pour un nouveau challenge!»

Alain Roumégoux, le président du Sporting Club Albigeois nous a accordé son habituel entretien de rentrée, dans lequel il a balayé l’ensemble des sujets d’actualités jaunes et noirs. Du choix du nouveau staff , aux ambitions du club, en passant par le recrutement, les finances, les infrastructures ou encore son avenir personnel à la tête du SCA, celui qui dirige depuis plus de 4 ans les abeilles albigeoise, nous a fixé la feuille de route pour cette saison 2021/2022. Malgré des ambitions plus mesurées, à l’instar des annonces faites par son nouveau manager Mathieu Bonello, Alain Roumegoux et le club de la cité épiscopale gardent tout de même des objectifs élevés , et gardé à l’œil les perspectives de développement qui permettront aux jeunes et noirs de passer un cap. Entretien avec un président qui appréhende cette seconde année de Nationale, avec un groupe remanié (13 arrivées) ainsi que des nouvelles méthodes amenées par Mathieu Bonello et Alexandre Albouy, mais qui espère tout de même vivement : une 5ème qualification consécutive en playoffs d’accession.

Alain Roumegoux Président de la SASP Sporting Club Albigeois / Crédit photo SCA Officiel

Alain, c’est bientôt une 5e année qui va s’engager pour toi en tant que président du SCA et avec du renouveau : un nouveau staff, un nouvel élan et ce qu’on va appeler une nouvelle ambition ?

 

Oui car pendant 4 ans, nous avons essayé d’aller à l’échelon supérieur et malheureusement, on n’y est pas arrivé avec le staff en place. Il fallait faire un choix rapide donc, trouver un nouveau staff et recomposer un nouveau groupe. On part donc, dans une nouvelle aventure avec un objectif que je qualifierai d’un peu plus mesuré et un peu plus humble, considérant que cette nouvelle poule Nationale a permis de hausser le niveau.

 

Le choix s’est porté sur Mathieu Bonello. Qu’est-ce qui t’a amené à valider la candidature de ce dernier avec le Conseil d’Administration ? 

 

Il y a plusieurs raisons. Il nous avait déjà proposé le binôme avec Alexandre Albouy mais qui, lui était engagé dans un projet par ailleurs donc, ça s’est fait en deux temps. Pourquoi ? D’une part de par son parcours, aussi bien en tant que joueur, lui qui a été champion de France avec Castres qu’en tant qu’entraîneur puisqu’avec Lavaur, où Alexandre Albouy et lui avaient eu une expérience ensemble. Ils ont quand même été champions de France ce qui veut dire quelque chose. Alexandre, lui, était resté à Lavaur dans un club amateur. Mais Mathieu est allé faire ses classes dans un club comme nous, équivalent à Albi, qui était à Massy et qui aurait pu monter comme nous. Même si on connaissait sa valeur, on s’est quand même renseigné auprès du président de Massy qui voulait le conserver mais Mathieu a été clair avec le club. Il avait annoncé tôt sa décision de vouloir être libéré et on est content de l’avoir récupéré.

Pour Mathieu Bonello, on peut dire qu’il y a eu un beau cadeau dans la corbeille de la mariée puisqu’il y a eu une belle enveloppe de recrutement, cela faisait très longtemps qu’il n’y avait pas eu autant de nouvelles têtes au Sporting. On en est à 13 arrivées, sachant qu’il va encore y en avoir quelques-unes, c’était quelque chose de nécessaire pour qu’il y ait du sang neuf et qu’il puisse générer son propre groupe ? 

 

Oui, ça amène du sang neuf mais ça n’était pas prévu car on pensait à l’époque conserver 90% de l’effectif et on n’avait pas imaginé que certains joueurs partiraient. Il y a eu un peu de mouvance à court terme et on a dû s’adapter très, très vite, il a fallu que l’on soit réactif car normalement, une saison se prépare depuis Mai. Là, on est passé de 90% à presque 70% de joueurs qui sont restés sous contrat donc, il fallait quand même qu’on avance. On a pris des joueurs en Juillet alors que l’on sait que les recrutements sont quasiment tous réalisés. On y travaille d’ailleurs toujours mais ça amène du sang neuf et nous sommes confiants, les joueurs ont fait un très bon stage à Saint-Lary, où nous avons été très bien reçus et ça s’est très bien passé. On repart aussi avec des jeunes, car il y a des espoirs qui bossent avec l’équipe une et maintenant, on est parti pour un nouveau challenge.

 

Est-ce que les supporters peuvent s’attendre à avoir encore 2 / 3 annonces en termes de recrutement ? 

 

Oui. L’équipe est à ce jour complète mais pour faire ce championnat de Nationale, qui ne regroupent quasiment que des équipes professionnelles et quelques-unes semi-professionnelles mais qui ont un très, très bon niveau, on considère que c’est une poule très relevée avec des clubs qui descendent de Pro D2 à 100% professionnels, je pense qu’il faut tripler les postes. On est à jour pour commencer la saison mais pour faire une saison complète, il nous faut encore 2 / 3 recrues sur certains postes, en particulier devant maintenant. 

Il y a quelques années, quand Albi est descendu de Pro D2, on parlait d’Albi comme d’un mastodonte, avec Rouen, de la grosse écurie de Fédérale 1 Elite. Aujourd’hui, quand on voit les recrutements de Bourgoin et surtout de Nice, on a l’impression qu’Albi n’est plus la grosse équipe de Nationale ? 

 

Ça a évolué et les budgets aussi, nous ne faisons plus partie des budgets les plus importants, ces deux clubs nous dépassent ainsi que les deux qui descendent. Je n’ai pas trop suivi les recrutements car on avait quand même le nez dans le guidon pour notre recrutement à nous. Mais on sait que nous allons rencontrer entre 7 et 9 très grosses équipes. Pour nous, le challenge à relever aujourd’hui, c’est la qualification, il faut être dans les 6 premiers. Croisons les doigts pour que l’on puisse faire un championnat qui se déroulera de façon normale.

 

En parlant du contexte, c’est à dire de la crise sanitaire et du Covid 19, comment retrouve t’on financièrement le Sporting Club Albigeois après ces deux années qui ont quand même été assez particuliers ?

 

Nous n’avons pas eu de recette car nous étions à huis-clos mais grâce au soutien des partenaires, et il faut le dire car c’est très important, et des supporters, on a pu passer l’année. Bien sûr, le plus important, c’est que nous avons eu le chômage partiel puis la suppression des charges patronales pendant le huis-clos donc, ça nous a permis de passer le cap pour la nouvelle saison. C’est vrai que nous avons fourni des prestations via la vidéo et sur Youtube, ce que vous avez fait sur Facebook, et les matchs ont pu être diffusés. Pour certains partenaires, il y avait un manque à gagner mais du coup, ils nous ont renouvelé leur confiance et croisons les doigts pour que l’on puisse désormais faire une saison complète avec des repas VIP. On a déjà commencé par un club affaire, tout le monde était enchanté, on a reçu près de 200 entrepreneurs et tout le monde était heureux de se retrouver. On a fait ça dans une très belle salle qui nous a été prêtée par la Mairie d’Albi et je dirai que ça a redonné de la confiance et du renouveau pour la saison.

 

L’année dernière, le budget était à peu près de 3M5, association + SASP confondues. On peut tabler sur un budget équivalent ou un peu au-dessus pour le Sporting Club Albigeois ? 

 

C’est un peu moins, en prévisionnel, c’est à 3M3 ce qui est normal puisqu’on n’a pas eu de recette. Pour passer l’historique, nous avions renégocié les contrats de joueurs et là, nous avons eu une plus-value cette année mais après, il faut recruter aussi. Donc là, nous aurons une augmentation SASP / Asso supérieure à l’année dernière qui était particulière. 

Parlons un peu d’un des  » grands financeurs  » du club, la mairie d’Albi . On a vu qu’a Béziers, la Mairie était rentrée au capital et était devenue actionnaire du club. C’est quelque chose que l’on peut envisager à Albi que l’on voit un jour quelqu’un de la municipalité s’assoir au Conseil d’Administration ?

 

Ça, c’est une très bonne question, je ne sais pas (rires). Ça ne m’était jamais venu à l’esprit car nous sommes quand même une Société Anonyme et la Mairie nous soutient mais peut-être pas dans les mêmes proportions que Béziers. Nous avons bien sûr leur soutien mais nous n’en sommes pas là, pour le moment, nous restons un club avec une association gérée par Jérôme Assié pour les amateurs et la SASP avec des actionnaires pour la partie professionnelle. Je ne crois pas que ce soit le but pour des collectivités de reprendre un club ou alors, s’ils le font, c’est ponctuellement pour aider. Mais ce n’est pas du tout notre position.

 

Une des choses qui a impressionné quand Albi est allé à Bourg-en-Bresse, ce sont les infrastructures qu’avait le club de Bourg. Est-ce que ce club de l’USBPA peut être un exemple pour le cap, la marge de progression qu’il y a au niveau des infrastructures pour le Sporting Club Albigeois ?

 

Oui, tout à fait. Bourg-en-Bresse a fait des investissements lorsqu’ils sont montés en Pro D2 et c’est vrai qu’aujourd’hui, quand on fait le tour des stades, on voit que tous les clubs de rugby s’équipent. C’est vrai que ça fait longtemps qu’il n’y a pas eu d’investissements sur le Stadium, à part bien sûr la piste d’athlétisme qui est toute neuve. Au niveau des tribunes, je sais que la Mairie travaille dessus mais pour notre part, c’était conditionné à la montée. Ils pourront peut-être faire des travaux avant je sais qu’ils ont refait des choses pour les stades mais il serait bien qu’il y ait un projet. On a ce projet pour la Pro D2 mais tant que nous sommes en Nationale … Nous, nous saurions heureux d’avoir un club-house, qui surplombe la pelouse et des loges et après, avoir un centre sportif professionnelle où nous aurions tout ensemble. Pour le moment, on a quand même regroupé le sportif mais il y a encore de quoi faire.

 

On sait que, comme on dit dans le jargon, vous aviez fait un  » bail  » avec Arnaud Méla de 4 ans et il est resté 4 ans. Mathieu Bonello vient de signer pour 3 ans donc, est-ce qu’on peut s’attendre à voir Alain Roumégoux président du Sporting Club Albigeois pendant encore 3 ans ? 

 

(rires). Alors là, ce n’est pas moi qui décide, c’est le Conseil d’Administration dont je ne suis que le représentant. Je commence à prendre de l’âge et je suis maintenant dirigeant au club depuis l’année 2000, je suis le seul administrateur présent depuis la création de la SASP. On me demande de continuer donc, je vais continuer l’aventure car j’ai le soutien du Conseil d’Administration car, sans eux, je ne serai pas là et le club pro n’existerait pas, sans les partenaires et les supporters non plus. On a travaillé dans le dur pendant une période, tu es bien placé pour le savoir, et pour rendre service, je continue même s’il faudra que je travaille à passer la main un jour. 

Donc, dans un coin de ta tête, il y a la préparation de ce qu’on va appeler  » l’après Alain Roumégoux  » ? 

 

Il faudra le faire un jour, oui. S’il y a des volontaires, on sera heureux de les accueillir mais il faut le temps qu’ils intègrent la SASP et qu’ils connaissent le club car c’est quand même un travail important. Il faut connaître le club de la base à l’échelon supérieur, en connaître la gestion, les négociations et tout le reste, ce qui se passe très bien avec l’équipe en place. 

 

Dernière question décalée : l’année dernière et celle d’avant, Albi arrivait avec la pancarte de favori mais cette année, c’est un peu  » pour vivre heureux, vivons caché  » ? 

 

Caché non mais en tant qu’outsider. Moi, je dis que l’on accroche les 6 premières places et après, on verra les phases finales. On ne sait pas du tout comment sont les autres équipes et nous, nous avons une équipe renouvelée donc, nous allons découvrir ça dans les premiers mois de la saison et en fonction des autres, on verra comment ça va se passer pour nous.

 

Merci et à très bientôt sur nos ondes

 

Merci et à très bientôt au bord du stade

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s