#Foot – R1 / S.Sirven (Graulhet) « Il y en a quatre qui descendent fin mai »

C’est une très grosse saison qui attend le FC Graulhetois en Régional 1. Dans une poule relevée où les descentes seront plus nombreuses qu’en temps normal, le coach Tarnais, Steph Sirven, espère voir son équipe intraitable à la maison pour espérer tirer son épingle du jeu dans la course au maintien.

Le contexte demeure le même pour le FCG avec une première saison en R1, si l’on excepte le bout de saison l’année dernière. Les objectifs demeurent-ils inchangés ?

La saisons était très courte. On ne peut pas trop avoir de référence. C’est compliqué. Nous allons repartir avec les mêmes objectifs à savoir essayer de se maintenir et essayer de rester le plus haut possible. Il y en a quatre qui descendent fin mai !

Avoir ce couperet des quatre descentes ne vous fait-il pas craindre le pire ?

On sait très bien que ça va être compliqué. Après ça n’a pas encore démarré. Tant que ça n’a pas démarré, on ne peut pas savoir. On va bien se préparer comme nous l’avons fait l’année dernière, et après nous verrons. Il faudra prendre les matchs les uns après les autres et gagner les rencontres à la maison. Ça sera important de prendre les points chez nous et après à l’extérieur, ça va être compliqué. On sait que nous aurons des matchs, où nous n’allons pas faire l’impasse nous jouerons toujours pour essayer d’avoir un résultat, mais on sait que ça sera très compliqué. On sait qu’il y a des matchs, que ça soit à la maison ou à l’extérieur, nous devrons jouer pour gagner. Nous avons des équipes dans la poule qui seront à notre portée. Avoir quatre descentes complique un peu la chose c’est sûr.

Quand vous évoquez les matchs compliqués, vous évoquez notamment les gros poissons qui sont nombreux dans votre poule ?

Regardez l’année dernière, sur quatre matchs, nous avons joué les trois premiers : le Rodéo chez nous, où nous gagnons 2-1, on est allé à Golfech, puis Tarbes avant de recevoir Portet. Si vous regardez le classement, Golfech, Rodéo et Tarbes ce sont les trois premiers. Ce n’est pas compliqué, d’entrée de jeu, nous avons joué trois grosses équipes. On fait un résultat chez nous contre le Rodéo, parce qu’on était bien préparés, eux peut-être un peu moins. Ce qui nous a permis d’avoir un résultat positif. Après Tarbes et Golfech, deux équipes qui sont au moins à ce niveau depuis sept-huit ans. Tarbes a même touché la N2 et la N3. Contre une équipe comme ça, on apprend, on progresse, mais c’est compliqué.

Ces rencontres auront-elles étaient au final très constructives en vue de cette nouvelle saison ?

Ah oui c’était un bon apprentissage. On sait que face à de telles équipes, on n’a pas le ballon. C’est eux qui l’ont. Il faut se préparer en conséquence et peut-être mieux se préparer à ça pour essayer d’arriver à leur poser des problèmes dans le match lorsque l’on arrive à récupérer le ballon. Sur le peu de fois où on a ledit ballon contre de telles équipes, il faut réussir à faire quelque chose d’intéressant. C’est sûr qu’on apprend. À Tarbes, ça a été compliqué. Mais nous avons eu une grosse demi-heure où nous les mettons en grosse difficulté. Même en sachant que la rencontre sera compliquée, on peut leur poser des problèmes. On ne va pas partir dans l’inconnu, même si nous n’avons pas joué toutes les équipes. Nous avons joué les trois plus grosses de la poules. Il manquait encore deux-trois cylindrés, mais c’était déjà pas mal. On verra aussi par rapport aux effectifs. Nous, ça n’a pas trop bougé. Nous comptons quelques renforts de notre côté. Chez les autres, il faut voir comment ça a évolué.

Comment s’est amorcée la reprise pour vous ?

Nous avons repris fin août avec quatre séances d’entraînement par semaine avec sur le mois d’août six matchs amicaux. Ça fera une grosse charge de travail mais c’est important. On sort d’une période compliquée où il faut s’y remettre. Je pars du principe que depuis octobre, nous n’avons rien fait. Depuis la coupure, même si nous faisions une séance par semaine, c’était du bricolage. Il faut s’y remettre, que les joueurs s’y remettent aussi sérieusement pour être prêts fin août pour la reprise.

Comment sentez-vous votre effectif à quelques semaines de cette reprise ?

Les gars n’auraient même pas coupé eux ! Pourtant il le faut. Nous avions repris en juin deux séances par semaine. Nous avons coupé quinze jours un petit peu. Eux, ils sont prêts et ils ont envie. Il faut les remettre d’une situation où nous nous entraînions trois fois par semaine, pour passer à un petit entraînement. Maintenant, il faut les remettre dans le bain. Je sens que l’envie y est. Ils ont envie de tout faire pour rester là. C’est un challenge intéressant.

Propos recueillis par Nicolas Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s