#Rugby – Nationale / Titouan Pouzoulic et Théo Vidal : Les pépites du SC Albi.

Lors de la dernière rubrique  » Black & Yellow Story  » de votre #MagSport by H2G, on est allé à la rencontre des jeunes pousses du Sporting Club Albigeois. Ils nous arrivent d’horizons divers, l’un vient de Bretagne et est passé par le centre de formation d’Agen, l’autre a été élevé à la mamelle du rugby bigourdan. Titouan Pouzoulic et Théo Vidal, s’épanouissent depuis l’été 2020 au sein du club albigeois et se font petit à petit une place au soleil. Rencontre avec 2 joueurs qui respirent la joie de vivre tout comme l’esprit de l’ovalie et dont le SCA tente de patiemment les amener vers l’équipe première.

Titouan Pouzoulic et Théo Vidal (SC Albi) / Crédit photo Le #MagSport – Studios H2G.

Théo, cela fait maintenant quelques mois que tu gambades sous les couleurs jaune et noir, tu as fait beaucoup de feuilles de matchs avec les espoirs, quelques-unes avec les seniors. J’imagine que tu ne regrettes pas d’être venu en terre albigeoise ?

 

TV : Bien sûr que non. Pour moi, c’était un défi de venir donc défi relevé et je suis content d’être là. J’ai mis un peu de temps à m’adapter, au niveau, aux entraînements et à tout le reste, la charge de travail est importante donc, physiquement, c’était un peu compliqué mais aussi le fait d’être loin de chez moi et de ne pas voir les copains et la famille. C’est sûr que c’est toujours un peu compliqué, c’est un temps d’adaptation et maintenant, tout se passe bien, je suis content d’être là et que ça continue. 

 

Titouan, tu arrivais déjà du cursus professionnel puisque tu étais au centre de formation d’Agen et que tu connaissais un peu les rudiments. En plus, dès le premier match de championnat, tu as été jeté dans le grand bain en tant que titulaire face à Nice. Comment s’est passé ce grand saut ?

 

TP : Ça s’est bien passé car tout le monde m’a mis dans de bonnes conditions pour commencer. Le début de championnat est toujours un peu difficile, on ne se connait pas, on apprend à connaître les coéquipiers, le système et autres mais franchement, tout le monde a fait en sorte que ça se passe bien pour moi et ça s’est plutôt bien passé. On est allé chercher un résultat et au final, quand on regarde le déroulement de la saison, on voit que c’était quand même un bon résultat. C’était un bon match et je peux vraiment remercier tout le monde qui m’a mis dans de bonnes conditions pour cette rencontre. 

https://www.debardautomobiles.com

Si on vous interviewe tous les deux, ce n’est pas non plus un hasard. Il y en a un qui peut jouer 10 ou arrière et l’autre, demi de mêlée voire 10 mais surtout, vous êtes tout le temps ensemble, au club, ils vous appellent Tic et Tac. L’enfant d’Armandie et l’enfant de Bigorre ont fait un petit mariage ? 

 

TP : En arrivant ici, on découvre de nouvelles personnes, il faut s’entourer et nous, nous nous sommes un peu retrouvés autour de valeurs communes. Forcément, on se retrouvait aussi souvent tous les deux sur le terrain : à force de s’entraîner tout seul, on voyait l’autre s’entraîner également et on s’est dit  » bon, on va s’entraîner ensemble  » et ça crée des liens après une saison ensemble à être tous les jours sur le terrain, à essayer de tirer le meilleur. Et puis, comme je l’ai dit, on se retrouve avec des valeurs communes. 

 

Sur ce terrain, il y a des perches pas loin. Il paraît que vous l’usez, que vous y passez des heures et des heures ? 

 

TV : Bien sûr. On adore taper au pied et se faire des passes donc on vient souvent travailler, surtout le jeu au pied tous les mercredis après les entraînements, on aime bien. J’ai un peu formé Titouan aux brebis, il est venu quelques jours chez moi et il a attrapé les brebis pour faire de la muscu. J’avais vu qu’il était un peu dans le dur à la muscu, qu’il manquait de force donc j’ai été le faire travailler un peu aux brebis. 

 

Tu nous parles un peu de cette technique d’entraînement pour plaquer avec les brebis ? Ça ne doit pas plaire aux défenseurs de la nature ! 

 

TV : C’est sûr (rires). C’est une technique particulière, ce n’est pas comme de plaquer sur le terrain mais c’est vrai que ça sert toujours (rires). 

 

On va aussi parler de la saison des espoirs, le maintien est quasiment assuré après un match homérique face à Narbonne. Tu nous refais un peu le film de cette saison des espoirs ? 

 

TP : On l’a aussi vécu avec notre prisme car on n’est pas tout le temps avec eux et on ne s’entraîne pas tout le temps avec eux donc, c’est difficile pour nous d’être à la bonne position, de ne pas se prendre pour d’autres quand on descend pour être avec le groupe. De temps en temps, on n’est pas non plus performant mais en tous cas, on a tout donné pendant la saison des espoirs. C’était parfois très difficile, on a passé des mois entiers sans gagner un match et finalement, on va chercher des matchs très difficiles. On perd à Aix mais tout le monde était à fond pour aller chercher un résultat et franchement, on n’est pas payé, pareil contre Narbonne où on se donne à fond, c’était un match très difficile et on en tire quand même du positif malgré la défaite, c’est triste à dire mais on s’est vraiment tous envoyé. Et puis, il y a des départs, les espoirs sont une catégorie très spéciale où tout le monde rêve de monter en première mais où tout le monde n’y arrive pas, il y a parfois des mecs qui mériteraient mais qui n’y arrivent pas. Donc, on a dû faire des adieux ici, lors du dernier match à Albi et franchement, pour moi, j’en garde le souvenir d’une après-midi positive. 

https://www.debardautomobiles.com

Dans les départs, il y en a un notable, celui du coach, du taulier de ce groupe espoir, Florent Fourcade. Tu peux nous parler de ce coach et de l’année que tu as vécue à ses côtés ? 

 

TV : J’ai appris à le découvrir cette année et en parlant avec lui au fur et à mesure, j’ai appris qu’il était de Rabastens de Bigorre, à côté de chez moi. C’est vrai que j’ai retrouvé beaucoup de valeurs que j’avais quand je jouais à Bagnères et Saint-Lary donc, j’ai très vite accroché avec lui. C’est quelqu’un qui, dès qu’il parle, donne des frissons, il vit pour le rugby et surtout pour le Sporting. Il a passé plusieurs saisons ici en tant que coach mais surtout en tant que joueur où il a marqué les esprits. Je suis très content d’avoir pu le découvrir et de l’avoir eu comme coach, j’en garderai un très bon souvenir et que ça continue bien pour lui, qu’il réussisse sa vie. Je le remercie et je pense que c’est pareil pour Titouan, on le remercie pour cette saison.

 

On sait que ce groupe des espoirs vit bien. Il vit tellement bien que j’ai eu écho qu’une idée de syndicat, d’une amicale des espoirs, avait germée. C’est du lard ou du cochon cette histoire ? 

 

TV : Non, non, c’est véridique, on va créer une sorte de syndicat ou plutôt une amicale du centre de formation avec Titouan, Paul Cautenet, Charles Fourès et Théo Aussibal étant donné que nous étions là cette année et que l’on reste l’année prochaine. On a créé ça pour améliorer les 3es mi-temps et créer quelque chose d’autre que le rugby, des repas et autres, pour faire remonter aux entraîneurs quand ça ne va pas, à Romain ou même plus haut. On sera un peu en charge de toute cette animation et de cette joie de vivre qui, après, se retransmettra sur le terrain.

 

Syndicat, syndicat … la tribune CGT, c’est à Bourg-en-Bresse, ici, c’est la tribune Jo Mir, ce n’est pas un syndicat. (Rires)

TP et TV: (rires)

Pour parler d’un sujet d’actualité, on entend parler d’une réforme des espoirs pour l’année prochaine avec un brassage entre la poule Nationale et la poule Elite Accession. Qu’est-ce que tu en penses ?

 

TP : On a eu un point très rapide dessus. Romain a pris le temps de nous le présenter mais moi, je n’ai pas encore toutes les données. Ce que je trouve hyper bien, c’est qu’il y aura beaucoup plus de matchs et ça, c’est hyper important. A notre âge, on a besoin de compétition, de progresser par le jeu et dans des saisons avec des poules de 8 équipes, il n’y a pas beaucoup de matchs et on ne progresse pas beaucoup. Donc, je trouve que c’est une super chose qu’il y ait beaucoup plus de rencontres dans la saison, qu’on puisse enchaîner, jouer, faire des rotations, des joueurs qui vont pouvoir progresser pour être beaucoup plus prêts après, quand ils auront l’opportunité d’intégrer la première. 

https://www.aristow.com/fr/

Et toi, qu’est-ce que tu penses de cette réforme ? 

 

TV : Je trouve ça plutôt bien car là, on avait des trous de deux mois sans jouer. On vient s’entraîner mais on ne sait pas si on va jouer avec la première, les semaines d’entraînement ne sont pas pareilles s’il n’y a pas de compétition. Là, on va avoir des challenges tous les week-ends, des challenges différents, en espérant jouer le haut de tableau pour l’année prochaine et se donner un but, un objectif en début de saison pour tenter de le réaliser en début de championnat et essayer de réaliser des phases finales. On verra comment se déroule l’année prochaine mais pour moi, c’est un bon point. 

 

On va maintenant parler de l’équipe première car vous vous entraînez toute la semaine avec eux, vous y faites aussi des feuilles des matchs ou des titularisations. Avoir la vingtaine et vivre quelque chose comme ça doit quand même être assez impressionnant. Être dans un groupe qui peut ambitionner la montée en Pro D2 et jouer les play-offs doit être formateur, on doit avoir le cœur qui bat la chamade ? 

 

TV : Bien sûr, ça donne envie ! Même quand on est dans le groupe sans forcément jouer ou qu’on est remplaçant, on a toujours envie, idem quand on les voit à l’entraînement, il y a des objectifs et puis, il y a un rêve plus haut, la Pro D2. Donc, c’est vrai que quand on les voit, ça donne envie, ça met les frissons, de jouer les phases finales ou même d’être dans le groupe pour les phases finales, c’est énorme. Franchement, c’est une expérience à vivre qu’on ne verra peut-être plus dans nos carrières donc il faut prendre le moment présent. 

 

Pour toi, de vivre ce moment particulier avec l’équipe première est quelque chose de formateur et qui te met des étoiles dans les yeux ? 

 

TP : C’est vrai, je pense que jouer une montée est toujours quelque chose d’excitant. En plus, pour nous, il y a un gros effort du staff, de l’équipe et de tous les joueurs pour nous intégrer et nous faire sentir qu’on fait vraiment partie du groupe. Parfois, on va juste faire les déplacements en étant 24e et ne jouant pas mais on sent qu’on est dans l’aventure et qu’il y a quelque chose de génial à vivre. Peut-être qu’après, on ne jouera plus jamais à ce niveau-là, qu’on ne jouera plus jamais des challenges aussi excitants que ça donc, on donne le max tous les jours pour essayer d’avoir notre petite chance et de jouer notre petit rôle, aussi infime soit-il, pour participer à cette montée. 

L’année prochaine, on peut encore compter sur vous pour être dans l’aventure jaune et noire ? 

 

TP : Vous pouvez compter sur moi et sur Vidal aussi. J’espère que l’appel de la vallée ne sera pas trop fort pour lui mais je pense que je peux parler en son nom et qu’il va rester (rires). 

 

On va finir avec un message aux supporters car, dimanche dernier , il y avait un match face à Chambéry et c’était le dernier sans supporter. J’imagine qu’il vous tarde de connaître ce Stadium comme vous ne l’avez encore jamais connu, avec l’effervescence et la ferveur ?

 

TV : Bien sûr. On n’a encore jamais connu le Stadium avec du public et apparemment, c’est énorme, tous les joueurs nous en parlent. On les sent derrière nous sur les réseaux, on les sent derrière l’équipe première, ça commente les publications, c’est énorme. Maintenant, il ne manque plus que les supporters dans les stades pour vraiment les sentir et, quand c’est dur sur le terrain, sentir les supporters derrière nous pour avancer et peut-être faire marquer cet essai ou cette pénalité qui fera peut-être gagner dans les phases finales, on verra ça. Mais il est sûr que ça manque. 

 

TP : On a hâte de les revoir dans les tribunes. On sent vraiment leur présence, lors du départ, ils sont là pour nous souhaiter bonne route, ils chantent, ils font craquer des fumigènes au départ du bus donc, on sent cette force-là. C’est vrai que c’est quelque chose de ne pas avoir vu ce stade rempli donc on a hâte et on espère jouer quand ils seront là. 

 

Pour toi, le Bagnérais formé à l’école bagnéraise, le magnifique short du Cercle Amical Lannemezannais que tu portes est pour rendre hommage à Arnaud Méla qui est issu du plateau ? 

 

TV : Je le cachais depuis tout à l’heure car mes amis bagnérais ne vont pas être très contents de le voir (rires). Mais tout à l’heure, Arnaud m’a félicité quand je l’ai mis. 

 

 

Tu Fayotes avec le coach ? (Rires)

TV : Il faut, il faut (rires). Il a joué là-bas, mon père aussi et moi, j’avais fait un an de tutorat avec Lannemezan et j’ai encore beaucoup de copains qui jouent là-bas. Ça me fait aussi penser à eux quand je suis à l’entraînement et c’est un plaisir. 

 

On en profite pour saluer toute la Vallée d’Aure ainsi que le Stade Bagnérais et le Cercle Amical Lannemezannais. On vous remercie tous les deux et gardez cette fraîcheur, ça fait du bien de parler rugby avec de jeunes gars qui ont le vent en poupe

TP et TV:

Merci à toi

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/aYE7Rn4v1u8
https://youtu.be/aYE7Rn4v1u8

Retrouvez en replay l’émission web tv « Le #MagSport by H2G » du 7 mai 2021.

Un commentaire sur “#Rugby – Nationale / Titouan Pouzoulic et Théo Vidal : Les pépites du SC Albi.

  1. merci Löic pour tous tes reportages et ces belles découvertes comme cette dernière avec ces jeunes talents qu’on espère vite voir sur le terrain pour les encourager et les applaudir , allez le SCA

    J'aime

Répondre à Jean Raymond GARCIA Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s