#SportStory – RugbyXIII / C.Nadalin (Albi RL) : «Le club s’est fait par l’intermédiaire de passionnés, de bénévoles qui ont pu m’accompagner dans cette aventure!»

Albi est une de ces villes du Sud-Ouest où coexistent de façon séculaire le rugby à XIII et à XV. Riche d’un passé illustre, les treiziste de la cité épiscopale, ont frôlé la disparition il y a quasiment 10 ans. A l’époque, Christophe Nadalin (avec une poignée d’anciens joueurs et de passionnés) a sauvé le club, pour le ramener dans l’élite du rugby à XIII hexagonal. A quelques mois de rendre son tablier de président d’ARL, celui qui aura ardemment participer à la résurrection du club quintuple champion de France, nous à livré une interview bilan. Rencontre avec un dirigeant lucide sur le chemin qu’il reste à parcourir, mais qui est fier des fondations posées durant une décennie avec l’ensemble des bénévoles de feu, le Racing Club Albigeois.

 

Christophe Nadalin Pdt ARL XIII / Crédit photo Le #MagSport – Studios H2G

 

Vous êtes président d’Albi League Rugby depuis 9 ans. Cet acronyme est assez récent dans le rugby à XIII mais il émane d’une entité assez mythique, celui du Racing de la grande époque. J’imagine que, lorsque vous avez pris la présidence du club, c’était à la fois un poids et un honneur ? 

 

Effectivement, c’était un poids mais surtout une passion, j’ai joué à XIII durant toute ma jeunesse. C’est vrai qu’il y a 9 ans, le club était en difficulté et il s’avère que par l’intermédiaire d’anciens joueurs, j’ai voulu le reprendre et aujourd’hui, on en est là. 

 

En 9 ans de présidence, beaucoup de chemin a été fait. Comme vous le disiez, au moment où vous avez repris le club, ce n’était pas une époque des plus glorieuses, il fallait du courage pour y aller. Quasiment une décennie après, peut-on faire un point de passage ? 

 

Comme je le disais, c’est une passion et aujourd’hui, le club s’est fait par l’intermédiaire de passionnés, de bénévoles, de gens autour de moi qui ont pu m’accompagner dans cette aventure, car c’est une aventure. On essaye toujours d’être plus performant et que le XIII revienne avec un grand nom, le RC à XIII n’existe plus mais l’ALR XIII est aujourd’hui présente. J’ai été élu il y a trois ans, j’avais toujours dit que mon souhait était d’arriver à terme de mon mandat et de faire une finale. Malheureusement, je crois qu’on n’y arrivera pas cette année vu les résultats sportifs mais je pense que d’arriver le plus haut possible reste toujours l’objectif d’un club et de faire au moins une finale, c’est certain.

https://www.aristow.com/fr/

Avec le Covid, l’année dernière fut une année noire pour le rugby albigeois au sens large. Le Sporting avait les phases finales qui leur tendaient les bras mais ils n’ont pas pu les jouer à cause du Covid, idem pour l’ALR. Cette année 2019/2020 est vraiment une grosse déception alors que tous les voyants étaient au vert pour le rugby albigeois dans son ensemble ? 

 

Oui, malheureusement mais ça a touché le monde entier sportif. Mais c’est un fait que nous avions le potentiel, nous étions sur une super dynamique, on était qualifié en championnat de France et en Coupe de France, nous avions gagné 9 matchs d’affilée, je pense vraiment que les voyants étaient au vert. Malheureusement, les contraintes sanitaires ont fait que nous avons été arrêtés du jour au lendemain. On rebondit, on essaie de positiver et cette année, on positive toujours pareil. 

 

Les résultats cette année sont un peu moins bons, voire même beaucoup moins bons, on ne va pas s’en cacher. Est-ce selon vous un contrecoup de l’année dernière ? Est-ce que les joueurs ont psychologiquement un peu accusé le coup ? 

 

A mon avis, non. C’est plus le fait qu’il y a eu des départs inattendus, des départs dont on pensait que certains allaient revenir, notamment les supers australiens et je pense que le recrutement n’est pas à la hauteur de ce qu’on attendait. Moi, personnellement, en tant que président, c’est une évidence que je suis très déçu d’autant plus que je laisse carte blanche au responsable sportif et à l’entraîneur. C’est vrai que, pour moi, c’est un gros échec, je trouve que le recrutement n’est pas du tout à la hauteur de mes attentes et de celles des bénévoles et des supporters. C’est vrai qu’aujourd’hui, les résultats sportifs ne sont malheureusement pas du tout bons puisque depuis 6 ans que nous sommes en Elite 1, ce sera quasiment la seule année où nous n’allons pas nous qualifier dans les 6 premiers. Donc oui, je suis sportivement très déçu. 

https://www.debardautomobiles.com

Nous allons aussi parler du registre économique car c’est très important dans le rugby moderne. On sait que vous avez monté un club partenaires, le KOP, qui vous permet de fédérer tous les acteurs économiques du territoire. Est-ce que le Covid est venu un peu endiguer cette dynamique de structuration des partenaires ARL ? 

 

La problématique n’est pas trop là mais plutôt le fait qu’aujourd’hui, nous arrivons à stabiliser. Ce n’est pas mal car il y a beaucoup de partenaires qui nous suivent grâce à l’intermédiaire de Maurice Lagourcette, le président du club ovale des partenaires, qui fait un travail remarquable avec son équipe et ça, c’est positif. La seule contrainte pour moi, en tant que président, était que mon souhait était de pouvoir monter le budget en ayant d’autres partenaires. Mais il s’avère que, suite aux contraintes sanitaires, nous gardons nos partenaires qu’on essaye de choyer tout en étant à leurs côtés avec le peu de moyens que l’on a car ils ne peuvent pas venir puisqu’on joue à huis-clos ce qui est quand même compliqué mais, en contrepartie, nous n’arrivons pas à progresser. Ce qui me gêne un peu en tant que président, c’est qu’un président doit avoir des objectifs et je n’arrive pas à atteindre ces derniers pour plein de raisons. Donc aujourd’hui, ça me gêne car je n’arrive pas à faire progresser le club du côté financier ni, malheureusement, du côté sportif. 

 

Pour revenir sur le sportif justement, il y a un vecteur qui est important dans le rugby, la formation, qui permet de donner une identité de club avec des gamins du cru. Comment ARL arrive-t-elle à tisser sa toile autour du vivier du rugby à XIII tarnais ? 

 

J’avais instauré une entente avec Lescure. Aujourd’hui, nous sommes en train de nous entendre avec tous les clubs du Tarn Nord donc, à ce niveau, ça se passe bien, sportivement. Le seul petit regret, pour moi qui ai joué à Albi XIII, c’est que je trouve qu’il manque de la confiance au niveau entraîneurs pour faire monter ces jeunes juniors car je pense qu’à 18 ans, on est capable de jouer en première. Moi, à 17 / 18 ans, je jouais en première à quasiment tous les matchs et je pense que c’est un problème, il faut faire confiance aux jeunes pour éviter d’aller chercher des joueurs à l’extérieur qui coûtent souvent plus chers. Je pense qu’il faut faire confiance à nos jeunes, cette année, notamment, nous avions 50 juniors soit deux équipes, il y avait eu un travail remarquable de recrutement et il me semble qu’il manque de la confiance au niveau de l’entraîneur pour les faire monter.

https://www.debardautomobiles.com

En tant que président, vous avez fait un bail 3 / 6 / 9 et vous allez passer le bâton de maréchal à une nouvelle équipe. Quels sont la feuille de route et les conseils que vous leur donneriez ? 

 

Il y a plein de choses. Il y a d’abord le financier car, avant de parler des résultats sportifs, il faut savoir que nous sommes un club très sain. L’année dernière, nous avons fait un bilan positif et cette année, je pense qu’on l’on sortira aussi un bilan positif. J’ai toujours dit que dans le milieu associatif, le président doit tenir ses comptes comme une entreprise et ne pas pleurer à chaque fois pour aller chercher de l’argent en fin de saison. Ça, c’est ma règle d’or et après vient le sportif où il faut faire de bons choix. Cette, je pense que, malheureusement, j’ai fait confiance à certaines personnes sur le sportif qui m’ont déçu. Quand il n’y a pas de résultat, je suis évidemment responsable, un président est toujours responsable de ce qu’il fait. Ensuite, il y a les bénévoles, il faut être à côté d’eux et essayer de les choyer parce qu’un milieu associatif sans bénévole, ça n’existe pas. Actuellement, nous avons des difficultés à les rencontrer, à passer des bons moments et à XIII comme dans le rugby en général, la 3e mi-temps est quand même quelque chose d’important. 

https://maisonpeinture.fr

Quel est le plus beau souvenir que vous garderez en tant que président durant ces 9 années passées ?

 

Je pense que c’est lorsque nous avons gagné la finale en Élite 2 et que nous avons pu monter en Élite 1 il y a 6 ans. Ça a été grâce au sportif d’abord et ensuite grâce aux institutions qui nous ont monté le budget pour que nous puissions faire face à l’Élite 1 et y continuer. Cela fait maintenant 6 ans et même si cette année, nous n’avons pas de résultat sportif, le club existe et continuera à exister, même sûrement sans moi. 

 

On vous remercie d’être venu faire le bilan d’Albi Rugby League et de votre mandature. Et comme on dit dans le jargon, on vous souhaite bon vent

 

Merci beaucoup à vous et à toute l’équipe

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/x3xGKGhwtYw
https://youtu.be/x3xGKGhwtYw

Retrouvez le replay de l’émission web tv « Le #MagSport by H2G » du 23 avril 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s