#Foot amateur – A.Dalla Pria « Il était temps »

Cinq mois après l’arrêt des compétitions, hier la Fédération Française de Football s’est résolue à décréter une saison blanche pour les championnats amateurs (laissant une porte ouverte aux championnats de N2 et D2F). Une décision qui n’est pas sans conforter le président de la Ligue de football Occitanie, Arnaud Dalla Pria.

Crédit photo DDM

Quand on voit la suite d’événements depuis fin octobre, cette décision de saison blanche doit vous sembler somme toute logique…

Oui, il était temps de toute manière. Je le dis depuis un moment. Pour moi, c’était une aberration d’espérer reprendre les championnats. Sanitairement quand on voit la situation, ce n’était pas raisonnable. On va pouvoir attendre sereinement les beaux jours et il va par contre falloir reprendre le football loisirs avant l’été. Cet arrêt, tout le monde l’attendait, c’est bien que ça soit tombé maintenant. Ça aurait dû arriver avant mais ça ne pouvait pas arriver plus tard. Tout le monde a envie de jouer au football aujourd’hui, mais personne n’a la tête à rejouer une compétition, une montée ou une descente sur une demi-saison. Sans compter que les gens ont pris d’autres habitudes. Il y a un peu plus de surpoids, moins d’entraînements. Ce n’est pas le moment de reprendre et de risquer des blessures graves. Ça ne serait pas judicieux. Sanitairement nous sommes dans le dur ! Il vaut donc mieux laisser passer et nous reprendrons par du football plaisir, si c’est en mai/juin, ça sera une bonne chose, pour remettre tout le monde en marche avant une reprise effective à la rentrée.

Au niveau des jeunes, cette saison ne pourrait-elle pas être catastrophique ?

Non. Aujourd’hui, les petits jouent, les entraînements ont lieu. Nous sommes l’un des seuls sports collectifs, et même l’un des seuls sports à pratiquer. Les sports en salle eux ne peuvent pas. Les parents en ont marre. Si nous sommes intelligents collectivement, il y a un vrai recrutement à faire maintenant. Ma fille joue au au foot au club de L’Isle Jourdain. Ils font des rassemblements foot féminin tous les samedis pour les jeunes. Le premier rendez-vous, 32 jeunes étaient au rendez-vous, et pour le deuxième, douze sont venu pour la première fois. Sachant que de base le club compte un effectif de douze petites. Il y a donc une vingtaine de filles en plus sur un petit secteur. Si tout le monde fait ça dans son secteur, les gens vont voir que le foot continue et je pense qu’il y a des choses à faire.

L’arrêt de cette saison nous conduit évidemment à considérer la prochaine. Vous êtes-vous déjà penché dessus ?

Nous avons commencé à y réfléchir après les choses doivent se faire dans l’ordre. Les compétitions appartiennent à la Fédération, c’est à eux de proposer dans un premier temps. Ils ont annoncé une saison blanche, à voir qu’est-ce qu’ils vont proposer financièrement et sportivement. Nous verrons ensuite si les idées auxquelles nous avons réfléchies peuvent s’insérer dans leurs démarches.

Actuellement le championnat de R1 compte trois poules de 14 équipes, la tendance pourrait-elle être à réduire un peu tout ça pour la prochaine saison quitte à jouer des play-offs derrière ?

Aujourd’hui, j’ai mes idées personnelles que je n’expose pas. J’ai mis en place un de nos engagements de campagne depuis la semaine dernière, c’est-à-dire des groupes de travail sur plusieurs thématiques sorties des idées et des échanges avec les clubs durant la campagne d’élection. Parmi ces thématiques, il y a une réflexion sur l’organisation des championnats séniors, une sur la pyramide générationnelle en jeune, une autre sur le football féminin. C’étaient des thématiques urgentes liées à la crise. D’autres arriveront l’an prochain sur le foot entreprise et le futsal, mais il n’y a pas eu de compétitions donc c’était moins gênant et nous avons des thématiques administratives. A l’issue de ces groupes de travail, il y a un délai très court vu qu’il faut rendre les conclusions d’ici mi-avril, nous aurons l’idéal souhaité par les clubs dans les années à venir. Si les clubs me disent « nous 14 c’est trop, nous voulons des poules à 10 avec des play-offs », ok si la majorité veut ça. Mais ensuite à voir si nous pouvons le mettre en application cette année, ou pas. Dans ce cas, ça ferait trois poules à 10 et une à 12. Si les clubs me demandent ça, ça peut l’être. Si ils avancent que 42 équipes en élite régional c’est trop et préfèrent plutôt avoir 24 équipes, ça ferait deux poules de douze. Ça reste un exemple. L’idée c’est de recueillir les avis des clubs et voir ce qui est faisable. Je sais que, notamment dans la pyramide des jeunes, il y a beaucoup de clubs qui se sont inscrits, 32 clubs ou instances représentées sur 140 jeunes si je ne me trompe pas. Nous verrons ensuite ce que nous pouvons faire.

De votre côté vous êtes fraîchement élu, et vous arrivez dans une période plutôt compliquée de non-foot. Comment on gère une arrivée dans une telle période ?

Bien sûr que c’est une période particulière. En même temps l’absence de compétition nous permet de nous installer plus tranquillement et de déployer notre programme sur la partie administrative, l’organisation de la Ligue plus sereinement. Oui c’est une période particulière, mais intéressante à vivre en tant qu’instance. Ce sont des liens et des échanges différents qui se font avec les clubs. Ce n’est pas inintéressant et même très instructif. La période nous oblige à nous poser les questions différemment. Maintenant que l’arrêt des compétitions est acté, comment va-t-on gérer les équipes de jeunes et les générationnels. Si je prends les U16 R2, qu’est-ce qu’on en fait la saison prochaine vu qu’il n’y a pas de U17 en R2 ? En théorie des U16 doivent aller en R1 ou en district. Ce sont des questions que l’on doit se poser aujourd’hui. Si collectivement on se dit que l’on ne veut pas ça, on pourra travailler à une solution. On peut voir le verre à moitié vide, mais je préfère le voir à moitié plein. Bien sûr, c’est une période compliquée pour tout le monde. On peut aussi se dire que c’est une période de calme où l’on peut se poser, réfléchir et construire et qui nous amènera obligatoirement à des relations différentes avec les clubs dans l’intérêt de tout le monde. Si nous n’avons pas d’échanges constructifs avec eux, nous devront appliquer bêtement la règle et ça sera forcément au détriment des clubs. Aujourd’hui, on peut échanger et construire avec eux quelque chose de fédérateur pour une nouvelle Ligue en songeant avant tout à l’intérêt des clubs.

Ça va faire deux mois que vous êtes élu quasiment. La communication était l’un des gros points de votre campagne. Où en êtes vous ?

Nous sommes en train. Nous essayons de l’améliorer. J’ai l’impression que nous sommes plus actifs sur les réseaux sociaux. Nous sommes en train de développer un plan de communication. Nous avons un groupe qui y travaille en interne. Mardi prochain ça fera deux mois que nous sommes en place. Nous avons déjà travailler fortement sur les finances pour voir les points d’économie et sur les groupes de travail avec les clubs sans oublier ce travail en interne sur la communication. Comme il n’y a pas d’actualité, travailler sur la communication est plus simple en même temps. Nous pouvons davantage nous y mettre pour être optimal au premier juin pour lancer la saison. Ça permet de bâtir un plan communication qui derrière nous permettra d’avancer.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s