#Rugby – Fed1 / G.Nasarre (Niort) : «Les clubs de rugby français aujourd’hui ne méritent pas de scission, il faut que l’on soit à la construction!»

Pour cette première du  » petit journal de la Fédérale 1  » durant l’émission « Le #MagSport by H2G » nous avons eu le plaisir d’avoir le président du Niort Rugby Club, Gilbert Nasarre. Comme une douzaine de clubs, le NRC souhaitait continuer le championnat de fédérale1, tant pour des intérêts sportifs, qu’en rapport avec les attentes des acteurs économiques de ce club structuré professionnellement. Mais le patron du club des Deux Sévres, dont l’objectif à moyen terme est de monter en Nationale, comprend aussi le souhait des 35 autres clubs de stopper le championnat du fait de leur sociologie et de l’importance des recettes réceptives dans le monde amateur. En clair après avoir défendu légitimement la vision niortaise, Gilbert Nasarre se conforme à la décision de la FFR, tout en restant alerte sur les perspectives d’évolution de la fédérale 1. Entretien avec un président qui espère ardemment que la Concorde subsiste dans ce rugby fédéral brassant semi Pro et semi amateur.

 

 

Pour Niort, comme pour l’ensemble des clubs de Fédérale 1 et même si c’était inéluctable, le 26 Février dernier a été un crève-cœur puisque vous avez appris la fin de la saison. Pour vous et le club de Niort, j’imagine que ça doit être quelque chose de très handicapant car vous aviez beaucoup d’ambitions pour cette saison et tout s’est effondré comme un château de cartes ? 

 

Oui, tout à fait. On le comprend, on comprend la décision même si elle est dure à accepter et si nous étions aux commandes, nous aurions sûrement pris la même. Il faut rester par rapport à cela et effectivement, il y a un sacré décalage entre l’arrêt de la compétition, une saison blanche et les ambitions que nous avions d’autant plus que l’année dernière, nous ne sommes pas tombés très loin de l’intégration en Nationale. Donc, cela fait deux saisons difficiles mais nous avons totalement basculé vers la saison suivante avec des démarches très constructives car il ne sert à rien de se plaindre et de se lamenter. En tous cas, ce ne sont pas les valeurs du rugby que de pleurer sur notre sort. 

 

Il y a quasiment un mois, nous avions des clubs de Fédérale 1 dans un grand débat avec entre autres Pamiers, Oloron et Trélissac qui eux, voulaient à tout prix arrêter et ne pas jouer à huis-clos car ça ne correspondait ni à leur modèle économique ni à leur modèle rugbystique. A Niort, vous étiez sur le créneau opposé, à savoir essayer de continuer cette saison car derrière, vous avez 29 contrats pros, des ambitions mais aussi des intérêts à continuer à jouer ? 

 

Absolument. Je comprends la situation et la position des clubs purement amateurs et je les respecte beaucoup. Je suis né dans ces clubs-là donc je n’ai pas de débat mais, il n’empêche que le modèle économique est différent de celui qui est le nôtre, qui ressemble un peu plus au modèle économique des clubs de Nationale que de celui des clubs purement amateurs de la Fédérale 1. Comme vous le savez, avec 12 clubs signataires, nous avons envoyé un courrier à la Fédération Française de Rugby pour que nous puissions débattre de cette dichotomie-là, sans aucune animosité, sereinement et constructivement. Effectivement, pour faire simple, dans notre modèle économique, le poids des recettes publiques et des recettes du réceptif, est moins important et moins élevé que dans les clubs purement amateurs. Nous, pour le moment, nous avons un budget autour d’1M5 qui dépend beaucoup des collectivités territoriales et des partenaires et il faut en effet donner à ces derniers les moyens d’exister, de la visibilité, du lien social, de la contrepartie et tout cela n’a pas pu être réalisé. Ça aurait pu l’être si le championnat avait continué à huis-clos. 

 

Comme vous le disiez, vous êtes une douzaine de clubs à vous être fédérés, avec les mêmes intérêts et plus ou moins les mêmes structurations. Par contre, la Fédérale 1 compte 45 clubs et là, on voit qu’un tiers des clubs sont tournés vers la Nationale et le professionnalisme tandis ce que les deux autres tiers sont tournés vers le monde amateur. Comment peut-on envisager l’avenir pour que cette division s’homogénéise et que l’on arrive à trouver un vrai socle commun pour tous ces clubs ? 

 

Ça fait partie de la réflexion. Nous-même, les 12 clubs, nous allons la mener pour faire des propositions à la Fédération Française de Rugby qui en fera aussi elle-même. Moi, je ne suis pas non plus complètement favorable à une scission telle que certains peuvent la supposer, l’imaginer. Nous sommes allés à Saint-Jean de Luz, nous avions des clubs du Sud-Ouest dans la poule depuis que nous sommes en Fédérale 1 et ça m’est très agréable d’aller au Bassin d’Arcachon, à Marmande, à Saint-Jean de Luz, à Oloron ou dans d’autres clubs. On voit vraiment que c’est un rugby pour lequel la ferveur n’a pas disparu. 

 

Elle est prégnante ? 

 

Oui et les valeurs historiques du club et celles du maillot n’ont pas disparu. C’est très, très riche d’enseignement car, à tout moment, on peut être battu par ces équipes-là et d’ailleurs, globalement, c’est plutôt le résultat. En tous cas, les matchs sont difficiles et intéressants donc, provoquer une scission brutale ne me paraît pas être la bonne solution. Maintenant, il y a des sujets qui sont d’ordre juridique et d’autres réglementaires qu’il va donc falloir traiter et je pense que, si la Nationale est un sas d’accès à la Pro D2, il faut vraiment que l’on se pose la question de savoir s’il n’y a pas d’autres sas d’accès à la Nationale. Et ça, dans un contexte économique et social car il est vrai que nous, si nous étions un club du Sud-Ouest, nous ne ferions pas différemment des clubs du Sud-Ouest parce-que le contexte économique niortais n’est pas forcément différent de certaines villes du Sud-Ouest. Donc, ce sont ces sujets-là qu’il faut aborder et je pense que le sujet est plutôt multifactoriel et je ne suis pas de ceux qui estime que, parce qu’il y a finalement des clubs semi-pros en Fédérale, on les traite d’une façon différente par rapport aux clubs purement amateurs. Je pense qu’il faut avoir une instruction assez complète du sujet et par ailleurs, se pose aussi la question de la pyramide des Fédérales globalement et du championnat amateur encore plus globalement. 

 

En Nationale, on commence à entendre parler d’une réflexion sur un vrai statut semi-pro. Est-ce que ce ne serait pas le moment que les 10 / 12 clubs de Fédérale 1 emboîte le pas de ce statut semi-pro pour être vraiment cadré juridiquement ? 

 

Oui, nous sommes bien évidemment là-dessus car, quand vous regardez les statuts, le seul qui existe est celui du joueur en Fédérale 1 qui lui-même est régi par la réglementation relative au contrat de travail et force est de constater qu’il y a entre 12 et 15 clubs qui respectent ce statut et d’autres qui ne le respectent pas. Mais ce n’est pas enfreindre une loi ou une réglementation de ne pas le respecter, ce sont les capacités budgétaires qui ne permettent pas de le faire. La capacité budgétaire, le fait aussi que les joueurs soient dans un environnement qui leur convient parce qu’ils restent chez eux, il y a tout un tas de sujets à intégrer pour vraiment trouver une solution, un compromis plus qu’une scission. Les clubs de rugby français aujourd’hui ne méritent pas de scission, d’opposition et je pense qu’il faut que l’on soit à la construction, compréhensible pour tout le monde et nous allons bien évidemment aussi revendiquer ce statut semi-professionnel. 

 

Pour se projeter dans un avenir que l’on espère positif, c’est à dire sans coronavirus mais avec des spectateurs et de la ferveur, comment Niort va t’il se positionner l’année prochaine en Fédérale 1 ? Toujours avec de grosses ambitions et en lorgnant d’un œil la Nationale ? 

 

Tout à fait, c’est notre objectif de monter à court terme en Nationale. On sait tous que ça ne relève pas de l’évidence, je l’ai vécu personnellement et c’est parfois très long de monter à l’étage au-dessus même en étant premiers nationaux mais c’est effectivement notre objectif. 

 

On va espérer pour Niort que l’année 2021 / 2022 puisse se dérouler en intégralité et que sportivement, en allant ferrailler avec tous les prétendants à la Nationale, vous arriviez à aller décrocher la timbale et que vous vous retrouviez en Nationale, dans ce beau championnat

 

Merci beaucoup. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/YykukaIi0OU

Retrouvez le replay de l’émission « Le #MagSport by H2G » du 5 mars 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s