#Rugby – Nationale / JB.Fuster (Suresnes) : «On sait que les Albigeois vont avoir les dents longues!»

Jean Baptiste Fuster, pur produit de la formation bourguignonne expatrié en terre francilienne, s’épanouit en Nationale au sein du RC Suresnes. Malgré une dynamique moins vertueuse qu’à l’automne, les altosequanais et leur 3/4 creusotin apprennent pas à pas les rudiments de cette nouvelle division semi Pro. Après une défaite à Bourillot face au Stade Dijonnais, dans son ancien jardin pour le compte de la 18 eme journée , Jean Baptiste Fuster espère voir ses coéquipiers relever la tête face à des albigeois qu’ils avaient battus lors des phases aller.

 

Retrouvez le match Albi Vs Suresnes dès 14h15 ce samedi 6 mars 2021 sur les réseaux sociaux SCA via #MagSport #StudiosH2G

 

Crédit photo : Le #MagSport / Studios H2G

Jean Baptiste, Suresnes débarque ce week-end dans le Tarn mais, avant de parler de ce match, on va commencer par parler de la saison de Suresnes où, dès le début, le RCS a un peu surpris tout son monde. L’automne a été une parenthèse enchantée ? 

 

Oui, ça a été un super début de saison et même nous, en off, on ne s’attendait pas à autant. Il y avait les résultats qui allaient avec et avant la trêve, ça n’allait pas mal de notre côté. 

 

Dans le vestiaire, vous deviez un peu  » prendre votre pied  » car, quand vous lisiez les papiers d’avant-saison qui mettaient Suresnes dans les équipes qui allaient jouer le maintien, vous avez un peu claqué le bec à tout le monde ? 

 

Franchement, c’était top. On faisait taire un peu tout le monde et en plus, on prenait beaucoup de plaisir sur le terrain avec beaucoup de jeu envoyé donc oui, un bon, bon début de saison. 

 

Avec deux apothéoses, les victoires face à Narbonne et face à Albi, deux monstres sacrés du rugby hexagonal. Ça a dû faire du bien d’accrocher le scalp de ces équipes-là ? 

 

C’était super plaisant surtout qu’à l’époque, il y avait encore les supporters. C’était plutôt cool d’avoir le Mont Valérien avec les supporters pour gagner face à Albi et à Narbonne. 

 

On va un peu parler de toi car tu n’es pas un pur produit de la formation suresnoise. Tu as commencé en Bourgogne et, à la base, tu es un vrai petit bourguignon ? 

 

Exactement, un pur produit du Creusot. J’ai fait toute mon école de rugby là-bas, je suis ensuite monté à Dijon pour faire le Pôle Espoir où j’ai joué en ABCDXV. Après le Pôle Espoir, je suis monté au au centre de formation du Racing et là, c’est ma 6e année à Paris et ma 2e à Suresnes. 

 

En Bourgogne, tu as eu Eddy Joliveau, actuel entraîneur de Nuits-Saint-Georges, comme entraîneur du Pôle Espoir ? 

 

Tout à fait, Eddy Joliveau a toujours été là pour mener la baguette du Pôle durant mes trois années. Un sacré entraîneur, dur quand il faut l’être mais vraiment génial. 

 

En parlant de Bourgogne et du Stade Dijonnais, il y a deux semaines, sous nos caméras, tu es revenu à Bourillot. Tu n’as pas gagné mais tu as quand même marqué un essai. Ça a dû être un moment assez chargé en émotions ? 

 

Oui, ça a été beaucoup d’émotions mais, et j’en parlais avec ma famille, il y avait aussi beaucoup de déception du contexte sanitaire actuel. Que les gens, la famille, les amis n’aient pas pu venir me voir jouer a été assez frustrant et en plus, on repart de là-bas avec une défaite alors que l’on visait vraiment une victoire. Donc, je suis quand même assez déçu. 

 

Ce qui t’a le plus frustré, c’est de ne pas pouvoir faire la 3e mi-temps car d’habitude, en Bourgogne, elles sont assez connues ? 

 

C’est vrai que c’est assez sympa (rires). 

 

https://www.aristow.com/fr/

On va revenir sur ce match face à Sporting Club Albigeois. Vous êtes attendus comme le loup blanc après avoir fait tomber Albi à l’aller mais j’imagine qu’à Suresnes, vous vous êtes préparés en conséquence ? 

 

Il y a eu une grosse semaine d’entraînement après avoir été au repos la semaine d’avant suite au match de Dijon puisque nous avions enchaîné un bloc de 6 matchs sans repos. On est revenu à l’entraînement lundi pour des entraînements avec beaucoup d’intensité car on sait que les Albigeois vont avoir les dents longues et que ça va être compliqué. 

 

Pour toi, est-ce que le fait d’avoir eu une semaine de repos alors qu’Albi jouait est un avantage ou a contrario un inconvénient car vous pourriez manquer un peu de rythme ? 

 

Au final, je pense que c’est un avantage parce qu’en parlant avec tout le groupe, nous étions tous très fatigués au bout des 7 semaines depuis la reprise. Que ce soit mentalement ou physiquement, ça commençait à devenir vraiment dur et je pense que la semaine de repos a vraiment fait du bien. 

 

Tout le monde dit que cette Nationale est une division très homogène et où il y a des séquences qui valent la Pro D2. Après six mois, quel est ton retour sur ce championnat ? 

 

Franchement, je ne m’attendais pas à ce que toutes les équipes soient à ce niveau-là. Les matchs sont autant relevés les uns que les autres, peu importe qu’il y ait un grand nom du rugby ou une  » plus petite équipe  » en face. C’est un super niveau, ça va beaucoup plus vite que l’année dernière en Fédérale 1 et il y a beaucoup plus de rythme. 

 

https://youtu.be/YykukaIi0OU

On a vu Cognac venir faire un coup à Albi il y a deux semaines. Ça vous a donné de la suite dans les idées ? 

 

On a regardé le match à la vidéo et on s’est pas mal servi de cette victoire de Cognac en voyant qu’ils avaient mis beaucoup d’intensité, par forcément de grandes séquences de jeu mais beaucoup, beaucoup d’intensité. C’est quelque chose que nous allons chercher à reproduire. 

 

Toi le Bourguignon expatrié en Ile-de-France, peux-tu nous parler un peu de ce club de Suresnes et des valeurs qui en transpirent ? 

 

Je suis arrivé à Suresnes l’année dernière et des échos que j’en avais quand j’étais au Racing, c’est que c’était un club très famille, sans prise de tête, qui jouait du beau rugby. Et quand je suis arrivé dans le club, tous les dires que j’avais entendu se sont confirmés. C’est un club très, très famille avec des mecs qui sont là depuis des dizaines d’années et qui ont fait monter le club en Fédérale 2 puis en Fédérale 1. Depuis l’année dernière, et cette année encore plus avec l’arrivée de Mathieu Blin, il y a un projet qui commence vraiment à voir le jour avec pour objectif d’aller même plus haut que la Nationale donc oui, c’est cool. 

 

Sans oublier un cadre avec le Mont Valérien et le stade Jean Moulin qui est quand même assez sympathique en région parisienne ? 

 

C’est totalement dépaysant. Tu arrives sur le stade, tu es en hauteur, le stade est beau, il y a une forêt à côté, un centre équestre et quand tu redescends, tu as vue sur la Défense et sur la Tour Eiffel, un cadre effectivement assez sympathique. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/CjcRggCjGWM

Retrouvez le match Albi Vs Suresnes dès 14h15 ce samedi 6 mars 2021 sur les réseaux sociaux SCA via #MagSport #StudiosH2G

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s