#Foot – Edito / Midi-Pyrénées, à quand le second souffle ?

Ce septième tour de Coupe de France a été sans appel pour les équipes d’ex-Midi-Pyrénées. Si elles n’étaient déjà plus nombreuses, elles ont toutes été éliminée ce week-end. Des résultats sans appel qui semblent montrer une certaine supériorité du Languedoc-Roussillon.

C’était l’idée défendue il y a de cela quelques saisons par Didier Salles, lorsqu’il était encore directeur sportif de Blagnac. L’actuel dirigeant de Muret estimait que l’union des ex-régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées attestaient de la supériorité des départements Méditerranéens. Les résultats de ce septième tour de Coupe de France ne peuvent pas franchement lui donner tord. Des trois confrontations directes, Castelnau le Crès, St Clément et Canet ont su mettre le coup de patte suffisant pour passer au tour suivant et éliminer respectivement Montauban, Marssac et Colomiers. Bien évidemment, ces rencontres de Coupe de France sont à prendre avec des pincettes au vu des conditions plus que spéciales de préparation et de trajet pour la rencontre. Mais les résultats des dernières années semblent pouvoir aller dans ce sens. Les cinq derniers saisons de CFA 2 / National 3 peuvent en attester. Paulhan-Pézenas, les réserves de Montpellier et Nîmes, Canet, autant d’ex-LR montées en National 2 lorsque les ex-MP semblent promis aux seconds rôles. En championnats amateurs, ou semi-pro, seul l’US Colomiers vient tenir son rang année après année en National 2, même s’ils ont vu la saison dernière le FC Sète leur passer devant pour monter en National 1. On peut aller se demander d’où peut provenir un tel écart ?

Si elle est constamment contesté d’un point de vue économique, la théorie du ruissellement est plus que jamais de rigueur dans le monde du football. Aussi, même s’ils acquièrent petit à petit une certaine autonomie via des écoles de football de plus en plus structurées, les clubs amateurs profitent souvent de la proximité d’équipes fanions en puissance dans le secteur. Aussi de ce côté, après avoir connu un potentiel âge d’or, Midi-Pyrénées semble avoir quelques difficultés à se renouveler. On peut ici excepter le Rodez AF qui vient accomplir sa deuxième saison en Ligue 2 et continue ainsi sa montée en puissance après sa chute en CFA2 en 2015-16. Cette remontada des Sang & Or Aveyronnais n’est pas sans bénéficier au football départemental en atteste les performances intéressantes d’Onet, du FC Sources et du FC Naucelle. Au-delà de ce point de réussite, on ne peut que constater des résultats en bernes pour bons nombres des grosses écuries de Midi-Pyrénées, le Toulouse FC en tête de gondole ayant continuellement lutter pour sauver sa peau en Ligue 1, jusqu’à sa chute au printemps dernier. Le football Midi-Py comptait cependant il y a de cela quelques saisons plusieurs clubs amateurs têtes d’affiche. Luzenac, refoulé en 2012 par un président du foot professionnel qui prétend aujourd’hui vouloir défendre les clubs amateurs, l’US Albi qui s’est enfoncé saison après saison jusqu’en Régional 3, le Tarbes PF qui a subit certains revers financiers mais semble aujourd’hui reprendre du poil de la bête en R1, sans oublier les défunts Toulouse Fontaines, véritables références du foot amateur Haut-Garonnais dans les années 1990 et 2000. Autant d’équipes modèles du football Midi-Py des dernières décennies qui n’ont quasiment pas trouvé de remplaçants offrant ainsi un coup d’avance aux Languedociens-Roussillonnais portés aujourd’hui par Montpellier, Nîmes, Sète, Canet, et Béziers…

N.P

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s