#Football – D2F / Saint-Léger (OGC Nice) : « Se rapprocher au maximum des premières places »

Capitaine et gardienne de but de l’OGC Nice, Maureen Saint-Léger s’est fait une place de choix au sein de l’effectif niçois. La native d’Avignon revient avec nous sur son parcours, ses ambitions et son rôle particulier de gardienne de but/capitaine.

Maureen, tu as été formé à Monteux avant de passer par Marseille et Yzeure et de défendre aujourd’hui les couleurs de l’OGC Nice. Qu’est-ce que tu retiens de ce parcours et de chacun de tes clubs ?

Effectivement comme vous avez pu le dire je suis d’abord passée par le club de Monteux ou j’ai effectué toutes les catégories jeunes jusqu’en sénior. C’est un club très familial où je me suis sentie rapidement alaise. J’ai donc pu m’épanouir de catégorie en catégorie pour faire ma première apparition en D2 à l’âge de 16 ans. Par la suite, j’ai intégré l’Olympique de Marseille qui venait de monter en D1. Un challenge que je ne pouvais pas refuser. J’avais 19 ans et je partais en tant que 3ème gardienne dans la hiérarchie. A force de persévérance je suis rapidement passée de 3ème à 2ème fortement épaulée par ma coéquipière Pauline Peyraud-Magnin qui était la titulaire. Elle m’a énormément tirée vers le haut. L’année suivante je suis restée à l’OM pour progresser encore davantage et essayer de gagner ma place avec le départ de Pauline. Beaucoup de frustration et de doutes se sont installés cette année-là. Une année compliquée car je ne jouais pas. Mais tout cela m’a permis d’apprendre et de me forger un gros caractère. Ensuite, le club d’Yzeure m’a proposé de relever un projet de monter en D1. Le challenge m’a rapidement intéressée et je suis donc partie pour le club de l’Allier. Je suis arrivée au club très tardivement et surtout avec un handicap puisque je possédais un contrat fédéral avec l’OM et Yzeure proposait énormément de projet dont un pour moi que j’ai accepté sans trop d’hésitation, mais, il faut savoir que si un contrat fédéral n’est pas reconduit l’année suivante on ne peut pas jouer durant un mois entier. C’est donc ce qui s’est passé pour ma part. L’équipe gagnait tous les matchs et nous étions 1ère à la trêve hivernale. Période très compliquée pour moi car l’équipe fonctionnait parfaitement bien et quand une équipe va bien pourquoi la changer ? C’est donc là que j’ai pris la décision de m’en aller pour le club de Nice avec beaucoup de doute puisque le club était en R1. J’ai rencontré mon coach Matthieu Esposito autour d’un café et j’ai tout de suite accroché et adhéré au projet qu’il m’a présenté. Sans cette conversation, peut-être que je ne serai pas là où je suis aujourd’hui. Je ne regrette absolument pas puisque je suis venue à partir de janvier et en juin nous étions en D2. Dans ma tête je ne pensais qu’à une chose “Faire monter cette équipe en D2”. Et nous l’avons fait. Aujourd’hui je suis toujours à Nice plus épanoui que jamais car je m’y sens très bien. L’an dernier on avait pour objectif de se maintenir, l’objectif a été atteint avec le contexte sanitaire particulier qu’il y a eu. Cette année nous nous sommes dit « Être dans les 6 premières places”. Actuellement nous sommes 4ème donc pour le moment nous sommes dans notre objectif de début.

Au cours de ton parcours tu as connu différents clubs, différentes ambitions, différents challenges. Quel est ton meilleur souvenir depuis tes débuts ?

Tout d’abord, tous les clubs ou je suis passé m’ont fait vivre de très bons souvenirs que je n’oublierai jamais. Mais il y en a un qui se démarque et qui est plus intense que tous les autres. Il n’est pas si vieux que ça, c’est bien évidemment la montée en D2 avec l’OGC Nice. C’est de loin le plus beau souvenir puisque c’était une équipe qui a essayé de monter durant 6 années consécutives. Et j’ai senti lorsque nous y sommes arrivés la délivrance pour toutes mes coéquipières. Quand je suis partie pour Nice c’était pour ça et pour rien d’autre. C’était comme un gros coup de poker. Et au final le jeu en valait vraiment la peine car quand tu réussis à monter de R1 en D2 tu te dis que tu as accompli quelque chose.

Aujourd’hui tu évolues à Nice, club dans lequel tu évolues depuis 2018. Tu as connu la R1, un maintien difficile la saison dernière. Est-ce que tu peux nous présenter ce club, ses valeurs et son projet ?

L’OGC Nice est un club tout d’abord familial. J’évolue de jour en jour dans ce club car je m’y sens chez moi. C’est comme ma seconde maison. C’est aussi un club avec une identité professionnelle bien évidemment. La formation et la préformation sont très importantes. Le projet du club à l’avenir est de monter rapidement en D1 car un club comme Nice se doit d’être représenté au plus haut niveau.

Maureen Saint-Léger, capitaine de l’OGC Nice

Quels sont tes ambitions avec ce maillot niçois pour cette saison ? Qu’est ce qui pourrait te faire rester sur le long terme à Nice ?

Mes ambitions avec Nice pour cette saison sont de se rapprocher au maximum des premières places et de faire gagner un maximum de points à mon équipe. Le projet pourrait me faire rester sur du long terme car je veux absolument arriver à atteindre cet objectif d’accéder en D1. De plus, comme je vous l’ai dit, je suis complètement épanouie à Nice dans mon rôle de footballeuse mais également dans mon rôle d’entraîneur des gardiennes de but féminines des sections jeunes. J’ai également de très bonnes relations et de forts liens avec mes coachs grâce auxquels je peux m’exprimer librement et sereinement sur le terrain.
 
Avant l’arrêt brutal de la saison, Nice était à une confortable 4ème place et trois victoires de rang. L’option d’une fin des matchs Aller et de plays-offs prend de l’ampleur. Jusqu’où peut aller Nice cette saison ?

Si l’option d’une fin des matchs allers et de play-offs se met en place nous jouerons à fond tous les matchs jusqu’aux derniers. Nous sommes une équipe compétitive et nous nous sommes fixés des objectifs à atteindre. S’il y a quelque chose à jouer nous le jouerons bien évidemment à fond. Je ne peux pas vous dire exactement ou je nous vois pour cette saison car il y a énormément de paramètres à prendre en compte. Mais nous ferons tout pour être le plus haut possible.

Pour les joueuses de D2, la dernière rencontre remonte à la mi-Octobre, près de 3 mois sans compétition. Comment vous vous êtes organisés pour être compétitives lorsque le championnat reprendra ?

Pour rester compétitives quand le championnat reprendra tout simplement nous avons continué les entraînements durant toute la semaine. Nos coachs se sont démenés pour trouver des créneaux pour que tout le groupe puisse venir tous les jours. Le travail est bien sûr différent quand il n’y a pas de match à préparer pour le week-end mais il reste tout aussi important pour la suite. Nous nous entrainons tous les jours pour être prête lorsque le championnat reprendra, à ce jour il devrait reprendre le 7 février nous travaillons donc pour être prêtre ce jour-là. Et à chaque fois qu’il y a eu une période où nous nous sommes arrêtés quelques jours ou semaine nous avions un programme important à suivre établi par notre préparateur physique.

Parle-nous de ton rôle de gardienne de but, un poste très particulier qui demande une grande confiance en soi, un leadership important mais également des capacités techniques et physiques importantes. Quelles sont tes principales qualités ?

Pour ce qui est de mon poste de gardien de but c’est vrai que c’est un poste très particulier mais aussi unique. C’est un poste qui demande à avoir un mental à toute épreuve et de grandes responsabilités. On se doit d’être concentré à chaque instant cela peut paraître assez évident mais à ce poste-là, la moindre erreur est souvent fatale. On ne peut pas compter sur quelqu’un derrière nous pour rattraper notre erreur. La communication est aussi un aspect très important du poste puisque nous avons le jeu devant nous. Nous pouvons donc guider nos partenaires sur leur positionnement face à l’adversaire. Mais aussi pour se faire respecter sur le terrain. Il y a un aspect d’engagement notamment dans tous ce qui sera sorties dans les pieds et sorties aériennes ou il va vite falloir prendre une décision de sortir avec conviction. En ce qui concerne les capacités physiques et techniques, nous allons travailler souvent cela dans les spécifiques gardiens en répétant plusieurs fois les mêmes gestes et corriger les détails qui vont faire la différence. Les spécifiques sont des séances très éprouvantes physiquement et mentalement car nous devons rester concentré tout au long de la séance. Je dirai que le gardien de but est le joueur qui s’entraîne le plus dur alors que c’est lui qui touche le moins de ballon durant les matchs. La raison est simple. C’est le dernier rempart de l’équipe et la moindre erreur peut coûter le match à l’équipe. Il faut donc constamment répéter les gammes afin de sortir les arrêts décisifs et d’être le plus performant possible durant 90 minutes. Pour mes qualités je dirai que je suis une gardienne assez polyvalente. Je me sens alaise dans tous les domaines. Mon point fort est sans aucun doute ma ligne puisque je suis une gardienne très vive. L’aérien est aussi une de mes qualités puisque je soulage très souvent ma défense en m’imposant dans les airs. Je suis une gardienne qui parle beaucoup tout au long d’un match, ça m’aide à rester concentrée du début à la fin. Mon point a amélioré je dirai mon pied. J’y travaille et à force de persévérance j’arriverai à ce que je me suis fixée.

Tu as également un rôle important au sein de ton équipe puisque tu es capitaine, une responsabilité importante. Comment tu l’appréhendes, comment tu l’exerces, quels sont les points clés pour mener à bien cette mission ?

Effectivement je suis capitaine de mon équipe. A vrai dire je n’ai pas appréhendé ce rôle. Quand mes coachs m’ont dit que je serai la capitaine j’étais très fière mais aussi très honorée. Je le prends comme une responsabilité qu’on m’a donnée. Ça ne change en rien ma personne. Je suis quelqu’un qui travaille énormément pour pouvoir progresser toujours un peu plus. Je pense qu’il faut être exemplaire vis à vis de mes coéquipières mais aussi de mes entraineurs. J’ai un très bon dialogue avec chacune de mes partenaires et avec tous mes coachs, je peux faire le relais facilement quand il y besoin. Je parle énormément pour les motiver, les encourager mais aussi pour les recadrer quand quelque chose ne fonctionne pas. Je dirai que les points clés pour mener à bien cette mission c’est d’être exemplaire en dehors et sur le terrain, avoir une très bonne communication, être un leader pour son équipe et être et se faire respecter.

Pour terminer, quels sont tes projets professionnels et personnels sur le moyen et le long terme ? Jusqu’où souhaites-tu aller dans le monde du football féminin ?

Alors mes projets personnels et professionnels sont pour le moment de continuer ce que je fais à l’OGC Nice c’est-à-dire être joueuse de football mais aussi entraîneur des gardiens de toutes les sections féminines jeunes. Mon plus grand souhait est bien sûr d’accéder en D1 avec l’OGC Nice. C’est d’ailleurs un objectif personnel que je me suis fixée et que je dois atteindre. Puis j’ai encore beaucoup de temps devant moi mais quand ma carrière de footballeuse sera terminée j’aimerai vraiment continuer à faire entraîneur des gardiens à plein temps dans une structure comme Nice par exemple. C’est vraiment quelque chose qui me passionne et où je me sens bien. Pour cela, J’ai eu mon BMF l’année dernière mais pourquoi ne pas passer le BEF qui me ferait encore acquérir de l’expérience et du savoir. Et pour finir, je souhaite aller le plus haut possible. Je vise la D1 avec Nice mais si ça ne se fait pas avec Nice peut-être que ça sera ailleurs. Je ne suis pas fermée non plus à l’étranger bien au contraire. Les championnats anglais, espagnol ou encore belges sont très intéressants. Je pense que le fait d’être dans un de ses championnats me permettrait de voir une autre culture et façon de jouer au football. Ça pourrait être une expérience très enrichissante.

Propos recueillis par Romain Brunot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s