#Foot – R1 / M.Bertrand (Marssac) « Il n’y a rien de facile dans cette nouvelle formule. »

Ayant pu revenir sur les prés verts pour quelques entraînements, les Marssacois de coach Mika Bertrand espèrent bien faire bonne figure en 2021 s’ils peuvent reprendre la compétition officielle avec bien évidemment un appétit grandissant pour la fameuse Coupe de France, véritable idylle du peuple MRSRDT.

Vous avez pu reprendre les entraînements en décembre, ça fait du bien j’imagine…

Oui ça fait du bien de revoir les gars, de retoucher des ballons même si les entraînements restent spéciaux. L’objectif aujourd’hui c’est d’être prêts quand nous aurons le droit de reprendre la compétition, même si nous ne savons pas quand est-ce que c’est. Les joueurs ont clairement l’envie de reprendre, il n’y a pas d’absentéisme aux entraînements. Nous aurons des échéances importantes et intéressantes avec la Coupe de France. Les joueurs sont très motivés.

Justement parlons de cette Coupe de France. A Marssac, ça commence a être la compétition phare. Cette année, l’arrêt depuis novembre obligeant, le format sera modifié avec des confrontations séparées entre pros et amateurs jusqu’aux 16èmes de finales. Qu’est-ce qu’il t’inspire ?

C’est un format qui va nous faire jouer plus longtemps contre des clubs amateurs. Nous savons très bien que chaque tour sera très compliqué. Nous en avons déjà un à passer contre Paulhan Pézenas avant de penser aux autres. Nous ne nous projetons pas trop. Je fais comme chaque année, et je souhaite prendre match après match. Nous avons déjà la rencontre à Pézenas. Nous allons essayer de la gagner et après nous verrons. Nous avons fait ce qu’il fallait pour être là et nous ferons pourquoi pas ce qu’il faut pour aller titiller le record du club au huitième tour.

Et être assuré, en cas de succès successifs de ne pas rencontrer des équipes plus élevées que N1 avant les seizièmes, n’est-pas avantageux sur le coup ?

Ça va être compliquer quand même. Il reste les équipes de National et de CFA, c’est du très lourd. Nous avons pu le voir contre Pau la saison dernière, qui était en National et nous avons perdu 4-1. Il n’y a rien de facilitant au contraire. Nous allons jouer des équipes amateurs qui vont donc jouer cette compétition à 100%. Des fois, il vaut mieux jouer contre des équipes de haut niveau qui vont nous prendre de haut que des équipes amateurs qui auront également à cœur d’aller loin. Il n’y a rien de facile dans cette nouvelle formule.

Lors des tours précédents vous étiez dans le rôle d’outsider contre Blagnac et Albères Argelès. Cette fois, contre Pauilhan Pézenas les rôles sont inversés. Cela ne pourrait-il pas vous porter préjudice ?

Oui après j’aurais dis ça si c’était le deuxième ou le troisième tour où l’on peut toujours se faire surprendre. Là il y a un septième tour à la clé. Les joueurs sont suffisamment motivés et sérieux pour comprendre l’importance du match. On peut se faire surprendre, mais on va tout faire pour que ça ne soit pas le cas. On préparera bien le match et surtout nous allons bien les respecter. C’est une équipe qui a sorti des adversaires de Régional 1 ! Nous n’allons pas y aller en vainqueurs mais plutôt très humbles et nous ferons le match qu’il faudra pour passer.

Les perspectives de reprise vont tendre vers un championnat reformater afin si possible d’éviter la saison blanche. Jusque-là, le début de championnat était positif pour Marssac. L’équipe franchit des paliers avec sa deuxième saison en R1. Quel est votre regard sur ces premiers mois de compétition ?

Nous avons fait un super début de championnat où l’on gagne deux matchs et faisons un match nul à Tarbes. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui iront prendre des points là-bas. A l’intersaison, nous avons perdu beaucoup de joueurs et notamment des joueurs importants. Mais nous avons su recruter des jeunes joueurs qui viennent se greffer à ce groupe qui réussit de belles choses depuis des années. Je suis très satisfait du début de saison. La Covid vient un peu chambouler ce bon début de saison et la phase positive où nous étions. Mais il vaut mieux être dans notre situation que le contraire.

Effectivement, en terme de mouvements, ils ont été nombreux cet été tant en arrivées qu’en départs. Et voir les arrivants se greffer aussi rapidement au groupe, n’atteste-t-il pas de l’union de groupe Marssacoise pour franchir toutes les montagnes ?

C’est ce que je recherche, c’est mon discours. En arrivant à Marssac, les joueurs savent que je ne recrute pas l’individuel pour l’individuel mais pour le groupe. Quand je choisis des joueurs, ils doivent être bons sur le terrain mais aussi avoir une bonne mentalité. Quand je prends des joueurs comme Charles Rey, où ça ne se passait pas nickel dans leur club, aujourd’hui, ils sont dans un groupe qui tourne et se sont très bien adaptés à ce groupe. Oui c’est un groupe qui a une facilité d’adaptation très bonne. Les joueurs qui arrivent se sentent bien à Marssac.

Si la saison peut trouver un scénario pour arriver à son terme, qu’est-ce qu’on peut souhaiter pour Marssac ?

Que l’on se maintienne, c’est l’objectif du club et que l’on aille le plus loin possible en Coupe de France. L’objectif serait aussi que les équipes réservent montent. J’en profite pour passer un bonjour à Charles Rey qui s’était blessé contre Argelès et va louper la fin de saison. Je lui souhaite un bon rétablissement.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s