#Football – D2F / B.Espié (Albi) : «Il faut aller de l’avant!»

On a profité de la dernière du Mag Sport sur Radio Albigès pour aller faire un tour au stade Caussel à l’ASPTT Football de l’Albigeois avec le président Espié qui nous fait une petite interview de soutien au Mag Sport mais surtout, une interview bilan de cette année 2029 hors du temps et au contexte anxiogène. D2F, formation, investissement sur l’avenir, inquiétudes liées à la situation sanitaire : le président des rouges et jaunes répond à toutes nos questions.

Le président Bernard Espié et sa Directrice Générale, Aïvi Mitchai Crédit photo ASPTT FA

Président Espié, cette année 2020 aura été l’année des grands changements, des grandes mutations et d’un contexte hors du commun pour l’ASPTT Football de l’Albigeois ? Une année assez particulière ? 

C’est certain, l’année dernière avait déjà été en queue de poisson mais heureusement, elle s’est bien terminée pour nous. Grâce à nos deux dernières victoires, on a su se hisser à l’antépénultième place qui nous a permis de rester en 2e Division et donc, de préparer la saison suivante dans les meilleures conditions. En plus, et en toute honnêteté, les aides gouvernementales concernant le Covid nous ont relativement bien aidées donc, financièrement, on s’en sort bien, comme d’ailleurs la plupart des clubs de sport. Nous avons préparé cette nouvelle saison avec un nouveau staff et de nouvelles joueuses mais pas que, il y a quand même pas mal d’anciennes qui sont restées. On a fait un très bon de saison qui, malheureusement, a lui aussi été arrêté depuis mi-Octobre et là, nous sommes dans l’attente des nouvelles directives.
Sur le contexte sanitaire, cette année 2020 restera hors de tous les canons habituels. En 15 ans de présidence, vous n’aviez jamais vu ça car, c’est quand même quelque chose d’assez exceptionnel. On va trouver quelque chose de positif et, au moins, vous ne tombez pas dans la routine ? 
C’est certain. Même si officiellement, nous avons été longtemps arrêtés, les dirigeants ont tout le temps été à l’œuvre car il fallait toujours penser au lendemain, réfléchir à comment on allait pouvoir évoluer, à ce que nous allions pouvoir faire et pouvoir proposer aux adultes et aux enfants. Par rapport aux familles également, il a fallu dès qu’on a pu proposer des choses nouvelles et innovantes et surtout, essayer de combler les manques qu’il y avait eus. 

On va également parler des licenciés car on sait que beaucoup de sports ont subi ce contexte à ce niveau avec des parents qui ont été un peu rétifs à ramener leurs enfants dans les écoles de rugby, de foot, de hand, de volley et autres. Est-ce que l’ASPTT a elle aussi un peu subi cet écho ? 
Oui, tout à fait. Ca s’est un peu résorbé maintenant mais il nous manque quand même à peu près 80 licenciés, ce qui n’est pas mal sur 500. Ce sont essentiellement des jeunes dont les parents ont hésité à remettre les enfants au sport, compte-tenu de tout cela. Il y a peut-être aussi l’incertitude liée au fait de  » pourquoi payer une cotisation cette année alors que l’on ne sait toujours pas si elle va démarrer « . C’est vrai que, chez les petits, ils ont juste fait une journée de compétition depuis le début de la saison. Ce sont des difficultés que nous avons voulu prendre en compte puisque nous avons quand même tenu à continuer à faire un goûter grâce à des partenaires, notamment Hyundai et Mac Do. Ca nous a permis d’offrir à la fois des maillots et un sac de sport à tous nos pratiquants mais aussi, on ne l’avait pas fait l’année dernière, nous avons tenu à rendre un peu de pouvoir d’achat à nos adhérents car, tous nos adhérents à jour dans leurs cotisations vont pouvoir bénéficier d’un chèque cadeau chez Intermarché. 
Vous parlez des partenaires qui sont des gens qui ont beaucoup souffert du confinement mais qui ont continué à être au soutien de l’ASPTT. C’est quand même un gage de fidélité mais aussi de croyance dans les valeurs de l’ASPTT Football de l’Albigeois ? 
Oui, de ce côté-là, c’est une bonne et agréable surprise. Globalement, on ne va pas du tout baisser en termes de partenariats ou de mécénats donc, cela veut dire que les gens continuent à nous faire confiance, comprennent qu’il faut être présent même dans la difficulté et ils sont présents à nos côtés. Bien sûr, malheureusement, nous n’allons pas faire tout ce que nous aurions voulu faire, comme le challenge mi-temps de D2F que nous n’avons pas encore mis en place mais on espère que l’on pourra bientôt le faire. On parle des partenaires privés mais les partenaires institutionnels que sont la Région, le Département et la Mairie n’ont pas bougé d’un iota, sont présents et nous ont reconduit les aides qu’ils nous avaient faites par le passé. 

Il est quand même très important que les partenaires institutionnels, la Mairie, le Conseil Départemental, la Région et autres, continuent à soutenir le sport et la culture ? 
Oui, c’est important pour nous mais pour eux-aussi. Normal n’est peut-être pas le bon terme mais ça paraît logique car le sport est quand même un vecteur de sociabilité très important. On le voit, les jeunes ont vraiment, vraiment besoin de faire du sport, je parle pour mon domaine mais c’est identique pour la culture. En ce qui nous concerne, on sent vraiment qu’il y a un réel besoin de sport pour rendre la vie plus sociable. 
Et puis, les pouvoirs publics s’aperçoivent que, quand on donne des subventions à l’ASPTT, elles sont utilisées à bon escient et qu’on ne s’en sert pas pour faire des bas de laine et thésauriser l’argent public ? 
C’est assez vrai, nous avons beaucoup investi. Par exemple, on investit dans la formation des jeunes et je ne parle même pas de la formation sportive puisque nous avons chez nous 5 apprentis, garçons et filles, qui ne sont pas forcément liés au sport et qui sont là pour passer des diplômes et autres. Donc, nous faisons aussi attention à être dans la vie de tous les jours et dans l’accompagnement de tous nos jeunes. 
En clair, à l’ASPTT, on forme et on recrute tarnais et albigeois ? 
On recrute parfois un peu ailleurs car on y est obligé, notamment au niveau de la D2 Filles où il faut bien aller chercher ailleurs puisque le bassin n’est pas suffisant. Mais, il est certain qu’en ce qui concerne toute notre consommation, nos achats et nos dépenses générales, elles sont au minimum tarnaises. 
On va un peu parler de la D2F, de cette équipe fanion féminine dans le Tarn et même au plus haut niveau national dans la région Occitanie concernant l’ASPTT Football de l’Albigeois. Cette équipe de D2F s’entraîne pour l’instant mais ne peut pas faire de compétition et, comme on le dit souvent, c’est la soupe sans sel. Quand est-ce que l’on pourra enfin voir les jaunardes revenir à Rigaud ? 
Malheureusement, la réponse ne dépend pas de moi. Ce qui est programmé aujourd’hui, c’est que, s’il n’y a aucun nouvel incident en ce qui concerne le confinement et que l’on peut reprendre l’entraînement normal à partir du 7 Janvier, cela veut dire que, selon toute vraisemblance, la fin Janvier verra le retour à la compétition. On partira alors sur un calendrier là où il s’était arrêté, avec sûrement quelques modifications, mais l’objectif sera d’abord de finir les matchs aller. Nous, étant donné que nous sommes une poule à 12, si nous arrivons à finir les matchs aller, on saura aussi finir les matchs retour et donc, nous irons au bout début Juin. 
Nous étions jusqu’à présent sur le côté bilan de cette année 2020 qui sera hors du commun. Nous allons à présent parler également du côté Mag Sport / Radio Albigès puisque le Mag Sport part dans un sens tandis que Radio Albigès reste là où elle en est. Pendant quatre ans, nous avons été un magazine qui a couvert l’ASPTT, avec de petits moyens au tout début puis, petit à petit, nous avons commencé à développer les retransmissions de matchs. Président, que retiendrez-vous de ces quatre ans côte à côte entre le Mag Sport Radio Albigès et l’ASPTT  et de ces couvertures de matchs ? 
Pour moi, je pense justement que l’ASPTT a été un peu le  » laboratoire  » du Mag Sport. C’est à dire que le Mag Sport a pu se faire un peu les dents sur des retransmissions de matchs, sur des interviews d’avant et d’après-matchs, ce qui lui a permis de se développer. Ça nous permet aussi de nous développer à l’ASPTT parce-que ça agrandit notre audience, nous sommes de plus en plus connus grâce à cela. Donc, il y a un partenariat gagnant / gagnant entre les deux : ça permet à l’un de développer des produits qu’il peut peut-être ensuite exporter et ça permet à l’ASPTT de gagner en notoriété puisque c’est un peu grâce à cela que le Facebook de l’ASPTT a un tel niveau d’écoute. C’est bien pour tout le monde et ça s’est concrétisé cette saison par la présence du Mag Sport sur notre short, qui nous assure à tous les deux une visibilité supplémentaire. 
Des bons souvenirs mais aussi des mauvais. On se souvient de cette retransmission du dernier match en D1 à Montpellier et ça nous a a fendu le cœur à tous de voir cette épopée en D1 se terminer. Mais au moins, ça fait des souvenirs à garder pour cette fin que l’on aurait aimée pas aussi rapide 
On peut avoir des regrets, même s’il est certain que nous étions condamnés un jour ou l’autre. Mais, nous aurions encore pu prendre quelques années supplémentaires puisque cette année-là, nous sommes descendus à l’occasion de la dernière mi-temps du dernier match de la dernière journée. C’est râlant mais c’est comme ça, c’est la vie et ça ne sert à rien de ressasser le passé. Il faut aller de l’avant et, en ce moment, l’avant de l’ASPTT qui concerne aussi les filles, c’est le haut de tableau de la D2 et on consacre tous nos efforts pour s’y maintenir au chaud. 
Radio Albigès va rester dans ses us et coutumes, le Mag Sport va devenir une web TV et une web radio avec des supports TV qui ont déjà été testés, ce coup-ci avec le SCA. Est-ce que, comme le SCA, l’ASPTT risque de plonger dans le côté streaming télévisuel avec nos nouveaux partenaires d’H2G ? Peut-on imaginer, dans un avenir proche et dès que les joutes reprendront, voir les jaunardes de l’ASPTT en streaming sur le site de l’ASPTT via le Mag Sport et H2G ? 
Je pense en effet que ça va se faire le plus rapidement possible. C’est quelque chose d’intéressant et ça permet quand même, à ce niveau-là, des retransmissions télévisuelles qui sont de bonne qualité et donc, qui permettent aux supporters qui ne peuvent pas se déplacer aujourd’hui ou qui ne peuvent pas venir au stade, de continuer à suivre nos rencontres. J’appelle de tous mes vœux que ceci se fasse dès le début de l’année prochaine. 

On se donne rendez-vous en 2021 avec de nouveaux supports, avec un nouveau Mag Sport et on se gardera au chaud les souvenirs Mag Sport version Radio Albigès
Bonne continuation, bonnes fêtes de fin d’année à tout le monde, à tous les auditeurs et à tout le Mag Sport et vive 2021

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/magsport-rs/magsport-22-decembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Bernard Espié, lors de l’émission « Le #MagSport » du 22 décembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s