#Rugby – Nationale / L.Griffoul (Narbonne) : «On va jouer chaque match comme si c’était le dernier!»

Dans l’Aude, au Racing Club Narbonnais, Léo Griffoul arrière/buteur de son état, tente avec ses coéquipiers, de réenchanter le lustre de ce bastion de l’ovale Française. Ce taulier du vestiaire au RCN, est fier de porter les couleurs d’une ville qui ne vit que pour le rugby et dont le Parc des sports et de l’amitié a fait vibrer des générations entières. Chagriné par un début de saison un brin poussif, dans cette toute nouvelle division nationale, l’ex joueur de Brive et Auch espère que la reprise du championnat le 9 janvier 2021, sera un véritable nouveau départ. Entretien avec un des gladiateurs orange et noir, qui a l’image de son club, veut appréhender 2021 le couteau entre les dents .

Quand nous avons demandé au RCN de nous donner le contact de l’un des tauliers du vestiaire, on nous a dit de suite qu’il fallait interviewer le  » petit  » Léo Griffoul. Tu corrobores ce statut de taulier ? 
Taulier oui, de par l’ancienneté, je suis natif du coin donc on peut dire taulier. 
Quand on est natif du coin, on a aussi une mission, celle de porter les valeurs de ce club qui est quand même mythique avec des titres de champion de France. Si tu pouvais nous décrire le RCN en quelques mots, quelles seraient les valeurs qui transpirent de ce club ? 
Il y a beaucoup de grosses valeurs. Comme tu l’as dit, c’est un passé glorieux, l’image d’une équipe quand même très, très joueuse avec aussi des valeurs de combat. C’est vrai que cela fait quelques années que c’est un peu plus difficile au niveau sportif, nous sommes descendus de Pro D2 il y a 3 ans avec une saison compliquée et on essaye de retrouver la barre depuis la Fédérale 1 et en Nationale cette année. Depuis deux ans, on arrive à aller de l’avant en proposant un projet de jeu assez intéressant et il faut continuer comme cela, même si le Covid a un peu stoppé notre avancée. 
Tu nous parlais des valeurs du club, on peut aussi y rajouter la passion et la ferveur car on est au bord de la Méditerranée et ferveur et passion vont de pair ? 
Oui, exactement . Je trouve que nous avons des supporters vraiment assez exceptionnels qui ont toujours été là dans les moments difficiles. Même s’il y a bien sûr le côté sanguin qui ressort parfois, je trouve que c’est vraiment une ville qui vit rugby à fond, qui baigne dedans et c’est un plaisir d’être dans cette ville. 

Avant de parler du contexte actuel avec ce semi-confinement, à savoir des équipes de Nationale qui ne peuvent pas jouer en compétition mais qui peuvent s’entraîner, on va un peu revenir sur le début de saison. Beaucoup vous avaient mis la grosse pancarte de favori mais on a vu qu’il y avait eu un début de saison un peu en-deçà de vos attentes. Est-ce que cette pancarte, dont vous avez hérité du fait d’un joli recrutement à Narbonne, ne vous a pas mis un peu trop de pression ? 
Moi, je ne le pense pas mais, vu les résultats, c’est vrai que ça montre que nous n’avons pas été au niveau de nos attentes. On peut le dire franchement, oui, nous sommes déçus de notre début de saison. 
On dit souvent qu’une bête blessée est encore plus dangereuse. On peut considérer Narbonne comme une bête blessée qui va être très dangereuse lors de la reprise en Janvier ? 
Oui, la chose qui est sûre, c’est qu’il faut que l’on gagne le plus de matchs possibles pour espérer se qualifier. Je pense que nous allons jouer chaque match comme si c’était le dernier et il est certain que nous allons vraiment essayer d’effacer ce mauvais début de saison pour nous. 
La chose qui est encore plus rageante pour vous, après ce début de saison qui a été un peu  » diesel « , c’est cette coupure due au confinement. Est-ce qu’à un moment, vous avez eu peur que, comme l’année dernière, la saison ne reprenne pas et que vous arrêtiez sur ce début de saison un peu mi-figue mi-raisin ? 
C’est assez compliqué, c’est la première fois que ça arrive et l’année 2020 est assez difficile pour toutes les équipes. Nous aussi, nous avons eu des cas ce qui a retardé la préparation en Août / Septembre et qui a été assez compliqué pour nous. L’effectif a commencé à revenir mais nous avions des joueurs qui avaient eu le Covid qui revenaient sans préparation et ça a été très compliqué pour eux de revenir faire les matchs le week-end. Et quand tout le monde a commencé à revenir, il y a eu ce second confinement donc, je pense que nous avons mieux préparé le mois de Novembre pour revenir début Décembre avec toute l’équipe. Je pense que nous sommes mieux préparés et nous avons hâte de reprendre le 10 Janvier, enfin, j’espère que ce sera le 10 Janvier (rires). Mais oui, nous avons tous hâte de reprendre. 
Vous êtes un peu comme des lions en cage. Est-ce qu’il va y avoir un match amical ou une opposition interne au club pour commencer à monter en pression ? On voit que Massy a reçu Dijon et que Blagnac a reçu Albi, que va t’il se passer du côté de Narbonne ? 
C’est assez compliqué de trouver des matchs amicaux. Normalement, en fin de semaine prochaine, nous allons affronter nos espoirs qui sont sur une série de cinq très, très bon matchs dans leur championnat. Je pense que nous allons faire un match amical contre eux donc, ce sera bien même si nous faisons des quart d’heure de  » live  » à l’entraînement. Mais, ça n’a rien à voir avec un match amical et c’est pour cela que nous attendons le match contre les espoirs. 
Quelques jours après que vous ayez repris l’entraînement, la Fédération Française de Rugby annonçait la nouvelle mouture de la Nationale pour arriver au bout de ce championnat. Qu’en as-tu pensé d’un point de vue purement sportif ? 
Moi, je pense que c’était la meilleure solution. Ils avaient parlé de deux poules et je pense que, d’un point de vue sportif, ce n’était pas terrible. Là, je trouve qu’ils ont remis un peu les pendules à l’heure dans le sens où toutes les équipes qui étaient devant n’ont pas trop bougé et ils ont pu équilibré les points ce qui, à mon avis, était bien. J’espère que ce championnat va pouvoir se faire, c’est ce qu’on nous a dit donc, on écoute et on reprend cette saison en Janvier. 
La seconde étape sera de retrouver le public. Même si c’est déjà bien de pouvoir jouer, quand on entend tous les joueurs de France et de Navarre, jouer sans public, c’est comme la soupe sans le sel ? 
C’est exactement ça. C’est affreux de jouer dans un stade vide surtout quand, comme je l’ai dit, nous avons une ville vraiment rugby. Voir le stade vide, c’est quand même un déchirement pour tous les joueurs du Racing donc on espère et le plus tôt sera le mieux. 
Tu vas peut-être aussi corroborer les propos de certains qui disent que certaines équipes équipes jouaient beaucoup sur leur 16e homme, avec parfois même des arbitres tentés d’être influencés par la pression populaire. Ce n’est pas du tout le même registre ni le même championnat ? 
Pour les arbitres, je ne sais pas trop car ce n’est plus vraiment comme avant. Il y a 10 ans, j’aurai été d’accord avec toi mais maintenant, je pense que les arbitres sont assez compétents pour distinguer les recommandations du public. Avant de penser à l’arbitre, c’est surtout pour les joueurs que le besoin du public est présent dans un match, c’est certain. 
Il y avait parfois des équipes qui, quand elles arrivaient à Narbonne et qu’elles voyaient ce public, commençaient à se gratter la tête avant même de rentrer sur le terrain. C’est aussi quelque chose de déstabilisant ? 
Il faut leur demander mais oui, j’espère que ça peut les gêner (rires). Le public peut vraiment jouer un rôle dans un match, pour les adversaires comme pour l’équipe qui accueille. 
Qu’est-ce que tu aimerais avoir comme cadeau rugbystique au pied du sapin ? Le droit de pouvoir finir cette saison en bonne et due forme et qu’il n’y ait pas de point virgule comme l’année dernière ? 
Oui, c’est vraiment ça, c’est vraiment de repartir le 10 Janvier et que ça ne s’arrête plus. Ce serait aussi d’avoir le public mi-Janvier, ce qui serait parfait. 
On va souhaiter à Narbonne de faire un come-back du feu de Dieu dans cette seconde partie, un nouveau championnat dans le championnat. Et on espère qu’à la fin de la saison, vous pourrez aller au bout de vos rêves
Merci beaucoup, c’est gentil. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-16-decembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Léo Griffoul lors de l’émission « Le #MagSport » du 16 décembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s