#Football – R1 / C.Fauré (Tournefeuile) « Mentalement, on a un gros déficit »

Si le football amateur est actuellement en pause depuis maintenant deux semaines, c’est l’occasion de revenir sur cette première partie de saison qui a offert des hauts et des bas pour certaines formations. L’ancien attaquant du Toulouse FC, Cédric Fauré, sait qu’il lui reste du chemin à parcours avec ses troupes de Tournefeuille qui n’ont pas encore trouvé le chemin de la victoire. Pour cela, il en appelle au sérieux et au mental de ses joueurs.

Cédric Fauré pense devoir bousculer les siens à la reprise – Crédit France Football

C’est une équipe en reconstruction dont vous avez héritée lors de votre arrivée à Tournefeuille, quel premier bilan tirez-vous lors de cette trêve sanitaire ?

Nous sommes en pleine reconstruction. Aujourd’hui, on peut nourrir des regrets. Comme je l’expliquais aux joueurs, sur les cinq matchs de championnats que nous avons joués, nous avons mené trois fois au score. A part Colomiers dans notre poule, mais sur ces cinq rencontres, je ne pense pas qu’une autre équipe ait eu la chance de mener trois fois sur cinq rencontres au score. C’est dommage. Normalement au foot, le plus dur c’est d’ouvrir le score et de marquer des buts. Quand on y arrive, on doit de battre pour garder le résultat. Aujourd’hui, je pense que mentalement, on a un gros déficit.

Pour le moment, vos difficultés pour engendrer des points tiennent donc à celles de tenir le score et le match ?

Oui, le plus gros soucis c’est de réussir à maintenir le résultat. C’est l’un des plus gros chantiers que j’ai. On peut parler tactique, technique, et de tout ce que vous voulez. Mais le mental, c’est quelque chose qui est propre aux joueurs. Je peux faire beaucoup avec eux et leur parler mais si mentalement ils ne sont pas forts, il faut que je devienne magicien. Un joueur de foot pour moi c’est 90% dans la tête.

Justement, bien malheureusement au vue de la situation sanitaire, mais vous disposez d’une coupure actuellement. Leur avez-vous donné des pistes pour travailler sur ces carences ?

Je leur ai donné un programme qui sera intéressant s’ils le font correctement. Ce sont des joueurs amateurs et non des professionnels. S’ils arrivent à suivre ce programme, mentalement je pense qu’il faut s’accrocher pour le faire. Ils ne peuvent pas trop sortir et faire surtout des exercices à la maison. Je leur fais donc travailler ce mental. On va voir comment ça va évoluer. Après le gros soucis c’est l’inconnue dans laquelle nous sommes. Nous ne savons pas si nous reprenons à la fin du mois, fin janvier… et c’est quand même assez problématique. Pour le moment, nous sommes partis sur une préparation uniquement sur le mois de novembre, après, nous aviserons.

Actuellement la situation ne semble pas faire espérer une saison 100% aboutie, votre situation avec un seul point engrangé ne peut-elle pas vous faire défaut dans ce genre de cas ?

Aujourd’hui vu notre situation où nous n’avons pris qu’un point n’est pas dramatique. Il reste plusieurs équipes à trois ou quatre points. Nous ce qu’il nous manque aujourd’hui, c’est une victoire. Nous avons fait des matchs amicaux où ça s’est très bien passé. Nous avons joué contre Castanet en Coupe de France. Certes nous perdons 3-0, mais le résultat ne reflète pas la partie que nous avons faite. Le soucis c’est qu’en championnat, j’ai l’impression qu’on est bloqués. Nous n’arrivons pas à reproduire ce que l’on fait en matchs amicaux ou en Coupe. Les joueurs s’en rendent compte. Ça sera une prise de conscience de leur part.

C’est-à-dire ?

Lors du dernier match par exemple, je leur donne rendez-vous à 14h, et je n’avais que six joueurs à l’heure. Je peux être directif voir même peut-être sévère, mais leur prise de conscience, je ne suis pas un gendarme. S’ils veulent se sortir de là et redonner des couleurs au club, c’est à eux d’en prendre conscience. Je ne suis pas non plus derrière tous les joueurs pour leur dire quoi faire et quand. De toute manière, nous avons décidé avec le staff qu’à la reprise, nous allions remettre les compteurs à zéro et voir qui était sérieux dans l’esprit. Les qualités c’est une chose, mais l’état d’esprit ça en est un autre. Nous reprendrons le championnat avec les joueurs qui ont l’esprit et l’envie de maintenir le club en R1.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s