#Rugby – Nationale / E.Escribano (Blagnac) : «Nous avons fait une nouvelle proposition de deux poules de 7!»

Le Blagnac Rugby et Eric Escribano (Coach des avants), ne manque pas d’idées et de ressources en ces périodes troubles pour un rugby hexagonal aux proies avec les conséquences de la pandémie coronavirus. Alors que le club Haut-Garonnais faisait partie des 10 clubs sur 14, préférant suspendre provisoirement le championnat Nationale (au lieu de jouer à huis clos sans recette), l’ex première ligne de Colomiers a réfléchi avec son président Benoit Trey a des perspectives de reprise. Les Caouecs ont donc proposé une solution alternative pour finir les compétitions : 2 poules géographiques de 7 équipes, suivies d’une phase finale d’accession en Pro D2. Rare club encore pluri actif, Blagnac a l’image de son actionnaire Frederic Michalak sur un terrain, essaye d’inventer de nouveaux schémas , de créer des décalages idéologiques , avec une finalité unique : que le jeu reprenne. Éric Escribano est donc, venu nous exposer la philosophie altruiste des Caouecs, ainsi que les propositions de son club, lors de notre « Débat : Comment faire reprendre la nationale ? ».

Pour Blagnac, cette Nationale était une belle aventure, vous étiez l’un des clubs à porter ce projet de la Nationale au printemps 2020. Depuis deux saisons en Fédérale 1, Blagnac, c’est un Top 6 et un Top 8, vous aviez vraiment porté ce projet et là, quand il y a eu la décision, vous étiez plutôt pour l’arrêt. Qu’est-ce qui a motivé cette décision d’arrêter les compétitions ? 

 

EE (Blagnac) : C’est vrai que nous avons porté ce projet en fin d’année sportive mais je crois que ce qui a porté les fruits de notre décision, c’est le huis-clos. On ne vit que par des partenaires et des petis partenaires autour de nous et c’était la difficulté de jouer à huis-clos mais aussi de protéger les familles et les joueurs. Nous avons des joueurs qui travaillent toute la semaine, nous n’en avons qu’un seul qui est vraiment pro. C’est notre fonctionnement et on ne pouvait pas tout faire pour répondre à tous les critères, nous avions besoin de ces partenaires qui continuent à nous soutenir. 

On va maintenant parler de ce reconfinement et de la reprise des entraînements, c’est quelque chose qui va être très important, qu’il n’y ait pas une grosse coupure comme lors du premier confinement. Eric, à Blagnac, un club qui est à grande sociologie amateur mais avec quelques pros, comment allez-vous vous débrouiller pour essayer de reprendre l’entraînement ? J’imagine le plus tôt possible tout en préservant aussi vos joueurs ? 

 

EE (Blagnac) : Nous espérons reprendre les entraînements le 1er Décembre, ça dépendra de ce que décidera notre Président de la République au niveau du confinement. Nous avons donné un programme individuel aux joueurs pour s’entraîner trois fois par semaine par rapport au fait qu’ils soient proches ou non de chez eux. Ensuite, pour les joueurs professionnels, il y aura une partie au chômage partiel et l’autre viendra faire de la musculation au stade. Nous avons donc trouvé ce compromis en espérant que, le 1er Décembre, on se retrouve sur le terrain. 

 

Si on va au-delà du 1er Décembre, une reprise deux à trois semaines après pour l’entraînement est inenvisageable ? 

 

EE (Blagnac) : Oui, c’est inenvisageable. J’espère qu’on pourra mettre les pieds sur le terrain le 1er Décembre et je rejoins tout le monde sur le fait qu’il faut vraiment que l’on propose à la fin de la saison deux clubs qui montent sinon, les clubs pros vont nous jouer la même musique que la saison dernière. Ca va une année mais on ne peut les laisser, ils ont besoin de nous donc, il faut que l’on trouve une solution et que l’on reprenne le 1er Décembre. J’espère que l’Etat nous aidera sur les finances, je crois que 100M ont été dégagés pour le monde professionnel, hors foot et hors rugby, pour les Ligues. Donc, il faut que l’on trouve des solutions avec le Ministère pour nous aider si on reste au huis-clos en Janvier. 

Eric, on parle de reprise et de confinement mais, à un moment donné, il va y avoir une suite à donner à ce championnat. Il va falloir trouver des solutions pour, comme aurait dit Alain Carré à Colomiers,  » rentrer un litre et demi de flotte dans une bouteille d’un litre  » puisqu’ils restent beaucoup de matches pour peu de dates. Et on sait qu’à Blagnac, vous avez quand même été assez précurseurs et novateurs, vous avez d’entrée proposé des solutions et ce, dès le mois d’Août. Tu peux nous parler un peu de ces solutions apportées par Blagnac ? 

 

EE (Blagnac) : Oui, je peux en parler. Je crois que nous avons fait trois propositions parce qu’on entend tout ce qui se dit et ce que pense tout le monde. Nous avons fait une proposition dès le mois de Juillet, sachant que nous pensions bien sûr que le Covid ne disparaîtrait pas et risquait même de rester très longtemps. A l’époque, nous avions proposé deux poules de 7 pour justement permettre de jouer, d’avoir des dates de repli et je sais très bien que ça ne rentrait pas dans le cahier des charges des équipes qui veulent monter en Pro D2 parce-que c’était l’enchaînement des matches qui était intéressant dans cette poule Nationale. Attention, je le trouve très intéressant moi aussi mais, vu le contexte, je pense qu’il aurait fallu réfléchir avant à cette solution. Maintenant, c’est fait, c’est fait donc, nous avons fait une nouvelle proposition de deux poules de 7, pourquoi Nord / Sud ? Pour permettre qu’il y ait des derbys, pour permettre à tout le monde de se rencontrer et d’attirer plus de monde si les stades sont ouverts un peu à 1 000 personnes. Il faut rentrer du monde car ça aussi, c’est important, c’est vrai que, quand on fait un Albi / Blagnac, on est sûr de rentrer du monde des deux côtés donc, ça aussi, c’est intéressant pour nous, ou même Narbonne. Ce n’est pas que Suresnes ou Massy n’attirent pas du monde mais ce n’est quand même pas pareil quand les gens se déplacent de la région. Ensuite, nous avons entendu qu’il fallait tenir compte des points qui avaient été gagnés avant, nous sommes derniers et on le sait, et je crois que les clubs ont raison aussi. Mais l’année dernière, des clubs comme Bordeaux-Bègles ou Colomiers, qui étaient premiers de leurs championnats, n’ont pas pu repartir avec des points la saison suivante. On ne doit pas non plus oublier ce qu’on fait Albi et Massy l’an dernier, quand ils étaient premiers et seconds et qu’ils auraient dû monter et donc, Benoit Trey a fait une proposition en mettant en exergue deux saisons, le début de saison de chaque équipe et le début de la saison dernière pour la prendre en compte, parce-que je crois qu’on ne peut pas oublier ce qui s’est passé l’année dernière dans tous les clubs. Ca fait quand même des choses équilibrées et, de proposer deux poules de 7, ça permet de jouer jusqu’à la fin de la saison, d’avoir des phases finales, d’avoir trois date de repli minimum donc, ça je crois que c’est important tout comme surtout, garder nos championnats espoirs. Je sais qu’Albi et Narbonne sont dans l’élite du rugby en espoirs mais ça permet aussi d’avoir deux poules de 5 et de permettre à nos jeunes joueurs français de continuer à  jouer. Nous sommes ensuite partis sur l’idée qu’a citée Mr Delpoux en disant qu’il fallait justement éliminer tous les matches aller. Moi, je pense que la péréquation doit aussi se faire avec les matches de l’année dernière pour que ce soit équitable parce-que tout le monde n’a pas le même match aller à la maison et même dans nos matches retour. C’est une idée de fond et c’est une discussion que vont avoir nos présidents, à eux de choisir la meilleure. Moi, je dis juste qu’il faut que l’on arrive à présenter deux équipes qui montent. 

 

L’équité va quand même être l’une des valeurs prépondérantes pour ces décisions parce qu’il va falloir que tout le monde arrête de faire la petite somme de ses intérêts personnels pour vraiment trouver une solution qui soit assez juste pour tout le monde ? 

 

EE (Blagnac) : On est bien d’accord et c’est pour cela que je dis que, s’il faut équité, il faut peut-être aussi prendre en compte la saison dernière parce-que je crois que deux clubs ont été lésés et on ne doit pas l’oublier. On doit aussi être solidaires avec eux et je crois qu’il faut penser à cela donc, nous avons proposé quelque chose, les présidents l’ont entre les mains, il suffit qu’ils la lisent pour réfléchir à cette solution. 

Éric, on va aussi parler d’un sujet qui fait débat à Blagnac, c’est le statut de cette Nationale. Juridiquement, elle est sous le statut de la Fédérale 1 mais elle est considérée à part par le Ministère. Il y a des équipes pluriactives comme Blagnac, des équipes semi-pros comme Suresnes, des équipes complètement pros comme Albi et Narbonne avec quasiment que des contrats pros. Le statut de cette Nationale va être l’enjeu du futur maintenant qu’elle a été créée et que, sportivement, elle a une gueule. L’enjeu derrière est un modèle économique et un véritable statut ? 

 

EE (Blagnac) : Un véritable statut, ça sera toujours compliqué. Tant que nous n’avons pas les finances ni n’aide, il sera compliqué de ne créer que des équipes professionnelles. Il va peut-être falloir que tout le monde y arriver. C’est pour nous un projet à moyen terme à Blagnac donc, c’est aussi doucement qu’on se construit. Je crois que cela fait 5 ans que Benoit Trey travaille dessus avec Christophe Deylaud et Frédéric Michalak, ils y arrivent doucement. Nous avons réussi à nous intégrer et à rivaliser avec de grosses équipes professionnelles, pour l’instant, nous sommes dans ce statut, nous voulons changer petit à petit, c’est l’objectif du staff et du président. Mais, nous ne pouvons pas mettre la charrue avant les bœufs, on ne veut pas non plus déclarer faillite. Le club va avoir 100 ans dans deux ans donc, il faut que l’on fasse attention. On avance doucement, on se construit, on sait très bien qu’il faudra arriver un jour à ce que les joueurs aient au moins ce statut de professionnels mais chaque chose en son temps. Nous avons été invités grâce à la partie sportive dans cette poule, les joueurs n’ont pas voulu la refuser parce-que c’est un super challenge, ils l’ont gagné sur le terrain depuis trois saisons. Et je crois que nous ne l’avons volé à personne par rapport à des équipes qui sont toutes professionnelles. 

Eric, les perspectives sportives sont pour l’instant loin. Les perspectives tout court sont lesquelles pour Blagnac dans cette Nationale 

 

EE (Blagnac) : Pour rebondir sur ce disait Arnaud, il y a un fond d’aide de 100M qui a été débloqué par l’Etat et le Ministère des Sports pour tout le sport professionnel donc, ils peuvent continuer de jouer à huis-clos. Et je crois que là, vraiment, il faut que la Fédération nous aide pour récupérer de l’argent de ce qui vient d’être débloqué. C’est pour tous les clubs en France mais si on arrive à récupérer un peu d’argent de cette partie-là, ça va permettre à tout le monde de reprendre tranquillement en Décembre et de pouvoir réattaquer le championnat en Janvier. Je sais que Bernard Laporte nous défend mais c’est là que lui et la Fédération devront obtenir une partie de cet argent auprès du Ministère pour la Nationale. Je rejoins Arnaud, j’adore la Fédérale 1 mais nous sommes le plus haut  niveau et il faut que ce soit nous qui soyons aidés à ce niveau-là. Quant aux perspectives, je crois que nous sommes tous suspendus au Covid donc c’est compliqué, on le sait, on ne va pas tous se mentir. On a tous envie de refaire du sport parce-que ça fait plaisir mais sans nos spectateurs, ça ne m’intéresse pas. C’est ça qui nous fait tous vibrer d’être sur le terrain, on adore le rugby mais j’espère que nous allons revenir en Janvier avec des aides car, sans ça, personne ne s’en sortira, c’est impossible pour nous à Blagnac. Et puis de retrouver le terrain, de se retrouver tous, ça va faire du bien. 

Vous parlez des deux premiers de l’an dernier, mais Marc Delpoux (Narbonne) n’a pas l’air de votre avis ?

EE (Blagnac) : Je suis d’accord avec Marc. Quand j’ai dit les deux premiers de la saison dernière, nous étions bien sûr dans les 8 comme lui et bien sûr que tout peut se passer en phases finales. Mais je souhaite pour tous une solution et je reviens sur les poules mais, l’avantage des poules de 7, c’est aussi en tant que président, quand nous serons exempts, de poser une semaine de congés pour les joueurs et ça, ça n’est pas négligeable. Ça permet de poser une semaine de congés parce-que dans une poule de 7, il y en a toujours un qui est exempt donc, on peut poser une semaine de congés. 

 

Éric, à force de faire des projections de poules et d’être force de propositions, vous allez faire des envieux dans les autres disciplines ? Il y a aussi des problèmes au foot pour régler les championnats de Nationale 2 et de Nationale 3, ils vont vous appeler à Blagnac pour trouver des solutions ? 

 

EE (Blagnac) : Non, je pense que nous n’allons pas chercher. C’est vrai que nous avons fait une proposition pour toutes les poules de Fédérale en faisant des poules de 6 en Fédérale pour leur permettre aussi de monter parce-que c’est vrai que les phases finales font partie de notre sport. Donc, c’est vrai que nous avons aussi fait une proposition pour les Fédérales pour Fédérale 1 et Fédérale 2 mais après, j’ai assez avec mon travail. On travaille tous à Blagnac donc, nous allons arrêter de réfléchir et laisser maintenant les présidents réfléchir à tout ça avec la Fédération et cette dernière prendra ses décisions. 

 

En plus, en pensant à la Fédérale 1 et à la Fédérale 2, ça montre un certain altruisme ? 

 

EE (Blagnac) : Tout à fait mais nous venons tous de là, on sort tous de ces petits clubs, nous avons tous besoin. Et un jour, certains seront à notre place en Nationale et c’est ce que l’on souhaite à tout le monde. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-10-novembre-2020/

Retrouvez l’intégralité du « Débat : Comment faire reprendre la nationale ? » lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 10 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s