#Rugby – Nationale / A.Roumegoux (Albi) : «Je veux, qu’il y ait de l’équité entre l’ensemble des clubs!»

En Nationale, la 3eme division semi Pro du rugby hexagonal, un carrefour de sa toute jeune existence est apparue, et à entraîné débat et visions divergentes entre présidents. Pour Celui du Sporting Club Albigeois, Alain Roumegoux, la position tarnaise était claire : suivre le sillage du Top14/ProD2 et jouer à huis clos. Malgré les pertes financières qu’engendrent les matchs sans billetterie, tant pour son territoire, pour les joueurs que les supporters (très majoritairement pour la poursuite des compétitions), le club de la cité épiscopale était prêt à affronter ce nouveau coup du sort. Le président de la SASP jaune et noire, a donc voté ce lundi 2 novembre 2020, lors de la consultation FFR des clubs, pour la continuité des compétitions comme 3 autres de ses confrères (Nice, Suresnes et Massy). Se pliant au choix de la majorité (10 clubs ont voté pour l’arrêt provisoire du championnat), Alain Roumegoux est vigilant dorénavant sur les prochains échanges et votes qui se profilent, ceux que la réorganisation des formats de compétitions. L’homme fort du club centenaire et ex pensionnaire de Top 14, est ouvert à toutes les propositions d’aménagement du calendrier, mais deux dogmes guideront les choix de cet ancien magistrat, celui de l’équité et de la justice. Après être arriver à la tête du club en plein tiraillement interne, dans les semaines suivants la descente de ProD2, après avoir restructurer le modèle économique du SCA en fonction de son nouveau statut de Pro dans un championnat amateur, et avoir vécu un non- accession en Pro D2 douloureuse à Rouen; voilà que le président du « Sporting » se retrouve maintenant, en plein milieu d’une pandémie qui vient mettre beaucoup plus de variables sanitaires et économiques que de constances sportives. Albi et son président, malgré un début de championnat compliqué (2 matchs reportés, 1 seul à domicile et 3 déplacements) et de nouvelles péripéties qui s’annoncent, gardent fermement l’espoir de finir cette compétition et d’accrocher enfin, l’accession dans l’antichambre du Top 14.

 

Crédit photo Pierre Bras

 

Alain, il y a eu un débat assez riche et enflammé en Nationale pour savoir si les clubs voulaient continuer la saison à huis-clos ou non. Quels étaient la position et le point de vue d’Albi sur ce sujet ? 

 

Nous avons voté pour la poursuite de la compétition, il en a été décidé autrement par l’ensemble des clubs. Il faut savoir que jouer à huis-clos, économiquement, pour la plupart d’entre nous qui avons un modèle économique basé sur les matches, ce n’est pas possible de continuer si nous n’avons pas des aides exceptionnelles. Moi, j’étais parti sur le fait qu’il pouvait y avoir une concertation entre la Fédération et la Ligue vis à vis du gouvernement. La Ligue était partie sur une suppression des charges salariales sur l’ensemble de la saison et ça aurait permis à tous les clubs d’en bénéficier quand on joue à huis-clos au lieu de faire du chômage partiel. L’avantage de ce système est que l’on peut continuer à jouer, cela ne coûte pas plus cher à l’Etat qu’il y ait du chômage partiel ou une réduction totale des charges mais avec ce système-là, on peut jouer. Tandis que là, on a suspendu la compétition pour un certain temps, nous allons bien sûr bénéficier du chômage partiel mais on arrête de jouer au rugby et pour moi, c’est préjudiciable pour la ville, pour le club et pour les supporters de ne pas pouvoir continuer la compétition parce-que, quand et comment pourra t’on la reprendre, sous quels critères ? A ce jour, on ne le sait pas. 

 

Cette compétition est jeune mais on voit qu’il y a déjà beaucoup d’intérêt autour et que les débats en interne ont été riches. Il y a eu beaucoup d’hésitations entre les présidents de clubs ? 

 

C’est normal. Ça évolue tous les jours et chaque jour, ça réagit de façon différente, ce qu’on a dit hier est différent aujourd’hui. Donc, c’est assez compliqué et chaque club a des économies différentes : nous, nous avons une économie basée sur les matches, d’autres ont de gros mécènes, nous sommes tous différents. Nous jouons la même compétition mais nous n’avons pas la même forme de clubs et donc, c’est compréhensible. Après, avoir arrêté, c’est bien mais quand est-ce qu’on reprend ? Quand est-ce qu’on reprend les entraînements ? Que fait-on des congés de la période de Noël ? Cela fait beaucoup d’incertitudes donc, je crois que nous avons beaucoup de réflexions à avoir sur ce mois de Novembre. Est-ce que l’on reprend début Décembre ou début Janvier, on ne le sait pas à ce jour. 

 

Ton collègue Patrice Prévôt, président du Stade Niçois, disait à notre micro que c’était un peu le bal des faux-culs parce-que certains se cachaient derrière le confinement pour arrêter leur saison, pour des raisons diverses et variées et non pas pour des raisons purement sanitaires. Qu’est-ce que tu en penses ? 

 

Il n’a peut-être pas tout à fait tort, ceux qui sont bien classés aujourd’hui sont différents de ceux qui sont en bas du tableau. Il a même dit  » ceux qui ont beaucoup de blessés préfèrent arrêter  » mais c’est normal, c’est la vie des clubs. Moi, ce que je regrette, c’est que l’on ait arrêté alors qu’il faut savoir que, lors de la réunion que l’on a eue lundi après-midi, il y avait eu la réunion de l’APARE (Association des Présidents d’associations Rugby Élite), qui est l’association des présidents de clubs élites. Albi, avec trois autres clubs de la Nationale, fait partie de cette association parce-que nous avons nos espoirs qui jouent en Elite. Une heure avant que l’on prenne la décision, l’APAR avait voté la poursuite du championnat pour les équipes espoirs. Ce qui veut dire l’ambiguïté que l’on a nous, c’est que nos jeunes, nos espoirs, vont continuer à jouer alors que notre équipe senior, où les joueurs sont vraiment professionnels, ne pourront pas jouer. Donc voilà, deux poids, deux mesures, nous sommes tous différents. 

 

Est-ce que cette équipe senior peut s’entraîner ou bien sont-ils vraiment au chômage ? 

 

Si nous sommes en totalité au chômage partiel, on ne peut pas s’entraîner. Les directives sont à vérifier : est-ce qu’on peut s’entraîner partiellement alors qu’il y a le confinement ? Je crois qu’en tant que professionnels, on peut le faire mais je n’en suis pas sûr car, normalement, si nous sommes au chômage, on ne peut pas s’entraîner. 

 

On l’a vu, la Nationale est dans un championnat dit  » amateur  » qui flirte avec le professionnalisme mais qui n’est pas sous l’égide de la LNR. Donc, la Nationale n’aura pas les aides de la LNR, elle n’a pas les droits TV qu’ont le Top 14 et la Pro D2 par contre, en termes de masses salariales et ‘infrastructures, ça ressemble un peu à ce qui se fait en Pro D2. Comment allez-vous faire pour joindre les deux bouts ? Peut-être que le Ministère pouvait également venir au secours de ces clubs semi-pros et pros de la Nationale qui nagent entre deux eaux ? 

 

Ça, c’est ce que je dis depuis 3 / 4 ans. Nous n’avons pas les moyens économiques de l’échelon supérieur mais nous en avons toutes les contraintes c’est à dire que nous avons une équipe professionnelle avec des dépenses, nous avons un centre de formation qui a un certain coût. Car, si on veut monter à l’échelon supérieur, il faut avoir un centre de formation, il faut aussi avoir des infrastructures et là, franchement, il est vrai que l’on a créé un fossé entre les deux du fait des droits TV. Ca fait qu’il y a un grand fossé mais il est plutôt financier donc nous, il faut que l’on se débrouille avec ce que l’on a et il est sûr que c’est difficile à gérer au quotidien. 

 

Pour la suite de la compétition, on voit que, pour le moment, le format actuel est une épée de Damoclès au-dessus de la tête, il y a plein de réflexions qui se font. Quelle est la position d’Albi quant à la suite du championnat ? C’est déjà qu’il y ait au bout des équipes qui puissent monter mais sous quel format ? 

 

Moi, ce que je veux, c’est qu’il y ait de l’équité entre l’ensemble des clubs. Nous, nous sommes défavorisés parce-que, sur 6 matches joués pour ceux qui en ont fait le plus, nous n’en avons fait que 4. Nous ne sommes pas bien classés parce qu’en définitive, nous avons fait trois matches à l’extérieur chez les leaders de la poule. Donc, pour nous, s’il y avait péréquation sur ces points acquis, nous sommes très mal placés. Par contre, pour me conforter dans ma tête ou vis à vis de mes joueurs ou de mes entraîneurs, je regarde le classement britannique qui est un système ancien et peut-être pas connu mais, pour ceux qui le connaissent, on se retrouve en seconde position. Il est vrai que l’on ne peut pas en tenir compte mais, s’il y a péréquation avec le classement actuel, ça se fait à la fin de la saison. Donc, quid du championnat actuel ? Est-ce qu’il peut continuer ou pas ? Je ne sais pas car, si on est arrêté deux mois, je ne vois pas comment on peut continuer parce-que nous n’avons pas les dates. 

 

Quid aussi de la fin des phases aller et des 6 ou 7 matches qu’ils restaient à jouer jusqu’au 22 Décembre 

 

Oui alors, est-ce qu’on le décale jusqu’à fin Juin ou fin Juillet ? Ce n’est pas possible parce qu’il faut que les clubs qui montent aient leurs congés et qu’ils puissent recruter. Il n’y aura pas assez de dates disponibles donc, si on reprend début Décembre, et c’est peut-être ce que dira le gouvernement, on pourrait alors éventuellement faire un championnat comme il l’est actuellement. Si on ne reprend qu’en Janvier, ça n’est pas possible donc, peut-être qu’il faudra envisager une solution variable qui est celle proposée par Blagnac : repartir à zéro avec des poules. Là, c’est beaucoup plus malléable et on peut faire des phases finales mais tout dépend de la durée du confinement. Il est difficile de répondre à cela à ce jour, il faudra peut-être que l’on donne une réponse durant le mois de Novembre mais il faut voir comment va évoluer le confinement mais, à ce jour, on ne le sait pas. 

 

Etre président d’un club, c’est aussi gérer les finances. Comment fait-on avec autant de variables, qui sont permanentes et fluctuantes, pour gérer un budget de club ? Comment arrive-t-on à garder une constante budgétaire malgré toutes ces variables ? 

 

On y est maintenant. Disons qu’avant, quand on gérait un club, on le gérait à l’année tandis que maintenant, on le gère au jour le jour. Je dirai que c’est dommage parce-que nous étions bien repartis en début de saison avec les partenaires. Bien sûr, il y en a qui ont été obligés d’arrêter mais la plupart ont répondu présent et je les en remercie, les supporters aussi et nous avons pu négocier avec 19 nouveaux partenaires, ce sont des petits partenaires mais tout compte. Nous avions une bonne dynamique et là, avec ce nouveau confinement, on ne fait plus rien, on est obligé d’arrêter et là, je suis inquiet et j’espère que ça ne va pas durer trop longtemps. Mais on voit que, si ça reprend et que l’on puisse continuer à jouer, ça reprendra. Avoir bénéficié du chômage partiel, ça compense un peu les pertes mais pas en totalité, j’ai des charges fixes qui reviennent et qui sont quand même assez importantes du fait que nous soyons un club professionnel, et le chômage partiel ne fait pas tout. Il faut gérer, on gère au jour le jour et de toute manière, on verra à la fin de la saison. 

 

Comment les troupes sportives et le staff ont pris cette décision ? J’imagine que, comme tous sportifs, ils étaient vraiment désappointés de devoir se mettre entre parenthèses une fois de plus ? 

 

Pour notre staff et notre équipe, cela fait trois ans que l’on galère et là, c’est un élément supplémentaire qui peut nous déstabiliser. Nous avons rencontré tous les joueurs Mardi matin et je leur ai dit  » il ne faut pas lâcher, nous avons toujours l’espoir. Il est important que vous soyez sérieux pour ne pas perdre la forme et reprendre propres « . Après, à nous de nous organiser mais, par rapport à la reprise, il faut que l’on puisse tenir nos objectifs. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-4-novembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw d’Alain Roumegoux, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 4 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s