#Rugby – Fed1 / Y.Arnaud (Vienne) : «On a du mal à se projeter, c’est très compliqué!»

Yan Yarnaud le directeur général du CS Vienne était notre invité, lors de notre débat « Quel devenir pour la Fed1? » du 31 octobre dernier. Pour celui qui est un des, si ce n’est le plus jeune DG de fédérale 1, la situation actuelle est une aventure s’annonçant chaque jour, encore plus hors du temps, hors des canons habituels, et qui vient bouleverser la vie du club Isérois. Yan Arnaud a porté haut et fort les problématiques du CSV dans ce débat , affirmant ses attentes envers les instances, et poussant un cri du coeur : les pensionnaires de fédérale1 n’ont plus de visibilité sur leur devenir et celui des compétitions. Focus sur un club en dynamique sportive depuis 2ans, craignant que le Covid entraîne par des effets de cascade, une génération sportivement sacrifiée.

Yann, une question purement pragmatique : pour le DG que tu es, qu’est-ce que cela change entre le fait qu’on te dise  » ça joue à huis-clos  » ou bien  » c’est vacances et chômage technique pour tout le monde  » ? Qu’est-ce que cela va changer dans le fonctionnement interne du CS Vienne, un club semi-pro / semi-amateur ? 

 

YA (CSV) : Jouer, comme l’ont dit les coaches, s’arrêter, reprendre, c’est très compliqué pour nos joueurs mais c’est surtout difficile pour nos staffs pour s’organiser. Au-delà de ça, pour nous, jouer à huis-clos c’est à dire jouer sans public, sans buvette, sans billetterie, sans boutique également et sans partenaire. Comme j’ai pu le dire chez un autre de vos confrères, c’est l’économie de notre club : nous, nous sommes à 60 / 65% de notre budget par rapport à nos partenaires et du coup, c’est très important de les recevoir avec des réceptions d’avant-matches et d’après-matches. Au fil des semaines, depuis le début de la saison, nous nous sommes adaptés tant bien que mal avec des repas assis alors que nous étions sur des repas sous forme de mange-debout. Après, on nous a dit des tables de 6 alors nous nous sommes adaptés avec des tables de 6. Maintenant, sincèrement et personnellement, j’aimerai que l’on joue au rugby, avoir du monde au stade, j’aimerai voir les joueurs partagés de bons moments après les matches mais malheureusement, au vu de la situation, je pense qu’il est plus judicieux de suspendre la saison. Après, je rejoins un peu les coaches : deux saisons sans phases finales, c’est triste. Nous avions fait une bonne saison sportivement la saison dernière et nous pensions jouer des phases finales qui était l’objectif du club. Cette saison démarre plutôt bien, avec nos espoirs invaincus et notre équipe fanion qui, aujourd’hui, est en 1ère place. Mais, malheureusement, nous attendons les décisions pour voir ce qu’il en est et se projeter au mieux pour cette saison 2020 / 2021 qui est déjà tronquée comme la saison dernière. 

 

Pour toi et le CS Vienne, jouer à huis-clos, c’est niet ? 

 

YA (CSV) : Sincèrement, oui. C’est malheureux, je sais qu’il y a des joueurs qui veulent que l’on dise oui à tout prix mais, malheureusement, j’en ai encore discuté avec mes présidents vendredi, c’est niet. Ce n’est pas viable au niveau de l’économie de notre club. 

Yann, on sait que le CS Vienne est un ancien bastion de l’ovalie qui a eu de très belles heures avec un titre de champion de France. C’est ensuite un club qui s’est reconstruit avec la mutation du professionnalisme mais sur une base amateur, avec beaucoup de bénévoles, on vous voit grandir et arriver quasiment aux portes du professionnalisme, Est-ce qu’on n’arrive pas un tournant pour les clubs qui vont vraiment devoir choisir entre ceux qui veulent devenir semi-pros / pros et ceux qui vont rester semi-amateurs / amateurs ? 

 

YA (CSV) : La conjoncture fait qu’il est très compliqué de se projeter. En termes de timing, je pense que l’on n’aurait pas dû créer cette Nationale aujourd’hui mais, il y a des décisions qui ont été prises. Nous, nous essayons d’avancer tant bien que mal, cette Fédérale 1 reste quand même attractive avec beaucoup de clubs et d’ailleurs, dans notre poule, on voit qu’il y a un niveau qui est homogène et que chaque week-end peut réserver des surprises. S’il faut s’adapter, s’il y a des décisions qui sont prises où on doit jouer à huis-clos, on jouera à huis-clos. Mais, nous allons nous adapter et on va perdre un peu cet engouement que l’on avait au CS Vienne suite au fait que nous aurions dû faire les phases finales l’année dernière. La saison a été tronquée, nous avons essayé de nous projeter au mois de Mars en disant  » on va peut-être pouvoir jouer en Avril ou en Mai  » et là, on est en train de faire le même scénario. On est en train de se dire  » est-ce qu’on va pouvoir reprendre la semaine prochaine ou au 1er Décembre ?  » Sincèrement, j’ai du mal à me projeter, on a du mal à se projeter, c’est très compliqué. Je pense qu’il y a des décisions qui doivent être prises par nos dirigeants. Consulter, c’est très bien mais chacun a sa place, s’ils ont été élus, c’est qu’ils ont la confiance de l’ensemble des clubs à la majorité du coup, il y a des décisions à prendre auxquelles nous, après, on doit s’adapter. 

 

Et à propos de ce tournant entre une Fédérale 1 semi-amateur qui est en train de devenir semi-pro, où qui l’est devenue, tu perçois que les décisions qui vont être prises dans les jours, les semaines ou les mois à venir, vont complètement finir de définir de quel côté la pièce va retomber pour édicter la sociologie de la Fédérale 1 ? 

 

YA (CSV) : Thierry Murie et la Fédération Française de Rugby il y a trois ans, ont annoncé un programme par rapport à l’évolution des clubs, un accompagnement. Moi, j’ai fait le bilan de la saison 2014 / 2015 à aujourd’hui et nous, à l’heure actuelle, nous avons 31 contrats, tous nos joueurs sont sous contrats fédéraux. Par contre, et encore plus au vu de la situation, nous avions deux joueurs l’an dernier qui étaient sous contrats exclusifs dits  » contrats professionnels  » mais sachant que ce sont des contrats très précaires, des contrats d’un an avec des sommes proches du SMIG. Aujourd’hui, tous nos joueurs ont un travail à côté donc on s’en félicite, je pense que notre niveau n’est pas professionnel, il n’est pas non plus amateur. Nous sommes en effet semi-professionnels mais on voit que, dans cette Fédérale 1, c’est encore une Fédérale 1 à deux vitesses malgré la création de la Nationale. On rencontre encore des clubs qui, sportivement, joue encore le haut de tableau et sont amateurs. Donc, tant mieux pour ces clubs et je les en félicite mais nous, nous avons la chance dans notre malheur que nos joueurs soient sous contrat et que l’on puisse avoir une aide de l’Etat avec le chômage partie, sans cela, on ne pourrait pas financer les contrats des joueurs. Et pour en finir avec les partenaires, si nous sommes à huis-clos, toutes ces rencontres partenaires, tous ces événements ne pourront pas être créés et du coup, ce sont des financements qui sont importants pour le club. Sur le huis-clos, il y a tout un projet avec un slogan  » continuons à grandir ensemble  » et nous avons besoin des joueurs, des abonnés, des spectateurs, de nos bénévoles, de nos partenaires et sans ça, sans cette communion, je ne vois pas trop l’intérêt de jouer au rugby. Je peux me tromper, je n’ai pas la science infuse à ce niveau-là mais c’est mon avis à l’instant T. 

Yann, on va déjà poser la question décalée : tu es l’un des plus jeunes DG de France mais avec la période que tu es en train de vivre, c’est comme si tu avais pris 20 ans d’expérience en 6 mois ? 

 

YA (CSV) : 20 ans d’expérience ou plutôt le cœur qui a pris 20 ans (rires). Comme l’a dit le président de Saint-Jean de Luz, c’est stressant au quotidien, on ne dort pas beaucoup mais heureusement, au-delà de mon métier, il y a quand même une passion et d’autre part, de l’affectif avec le club de Vienne. C’est dur, c’est difficile, je comprends la crainte de tous les présidents, de tous les joueurs et de tous les coaches. J’entendais tout à l’heure parler des cadets, nous, au niveau de l’école de rugby avec le baby rugby, on a eu une hausse de licenciés malgré la situation. Il y a une très bonne génération en moins de 14, c’est un peu plus compliqué chez les moins de 16 mais ils s’accrochent aux entraînements, en moins de 18, on a eu la chance de jouer notre premier match contre nos amis de Bédarrides-Châteauneuf du Pape, l’équipe espoirs fonctionne très bien, il y a un nouveau staff et un nouveau cycle au niveau de notre équipe première. Sportivement, ça commençait bien, on essaye de travailler, il y a même le rugby adapté et notre équipe féminine, que nous avons lancé il y a deux ans, qui avaient l’engouement de revenir sur les terrains. Si ça doit se stopper, ça serait suspendu Novembre / Décembre avec une reprise des entraînements en Janvier pour reprendre le week-end du 31 Janvier ce qui nous laisserait 4 à 5 semaines pour se préparer pour une reprise du championnat, exit les phases finales et, en effet, il y aurait les 4 premiers de poules. Il est vrai que ce système pourra en satisfaire certains mais je pense que la plus grosse victoire sera que chacun joue et qu’on se retrouve sur les terrains. Après, quand on a un premier de poule qui est loin devant et un dernier qui est loin derrière, il n’y a plus trop d’enjeu ni de piment. Pour finir sur les aides, on voit qu’il y a des aides au niveau de l’Etat sur des PME à hauteur maximale de 10 000€, nous, aujourd’hui, nous avons 44 salariés au club et j’inclus bien entendu les joueurs qui sont pluriactifs. Avec 10 000€ par mois, heureusement que nous avons le chômage partiel et ça, on peut remercier notre Etat de nous aider à ce niveau-là. Donc, il va falloir revoir nos modèles économiques mais aussi certainement nos façons de faire mais en tous cas, bon courage à tout le monde et j’espère que nous allons nous revoir rapidement sur les terrains. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-31-ocotbre-2020/

Retrouvez l’intégralité du débat « Que va devenir la Fed1? » Lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 31 octobre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s