#BreakingNews – Rugby / La nationale et la Fed1 vont hiverner jusqu’au 10 Janvier 2021.

Ce mercredi 22 octobre 2020, les présidents de la division Nationale étaient réunis par la Fédération Française de Rugby, pour une visio conférence devant amener un vote consultatif sur la continuité des compétitions ou la suspension provisoire. Selon nos sources, la majorité des clubs (10 pour l’arrêt provisoire et à priori Massy, Albi, Suresnes, Nice qui voulaient continuer), s’est rangée sous la raison financière et a vu le prisme sportif abdiquer . La nationale et la fédérale 1 vont donc hiverner jusqu’à l’aube de la nouvelle année, les présidents de nationale en ont décidé ainsi et le bureau fédéral,qui devrait se tenir dans les heures prochaines, entériner la décision collective des clubs. Pour la Fédérale1, au vu des nombreux retours qu’a collectés la « fédé » et du côté éclectique de ce championnat brassant amateurs et semi pros, la décision de la mise sous cloche temporaire était un secret de polichinelle. Éclairage sur un nouveau coup dur qui s’abat sur l’élite du rugby fédéral.

Crédit photo Pierre Bras

La Nationale et la Fed1 pas invitées !

Le ministère des sports ne considérant pas la nouvelle division passerelle avec la Pro D2, la nationale, comme un championnat professionnel à part entière, car ne dépendant pas de la LNR : Albi, Aubenas, Blagnac, Bourg, Bourgoin, Chambéry, Cognac, Dax, Dijon, Massy, Narbonne, Nice, Suresnes et Tarbes vont donc être plongés en chômage partiel jusqu’au 1 décembre 2020 minimum. En outre, dans l’état actuel du confinement, les compétitions ne pourront reprendre au mieux que le 10 janvier 2021, tout en tenant compte des vacances obligatoires dont bénéficient les joueurs. De facto, la fédérale 1, division mère de la Nationale, se retrouve logée à la même enseigne. La fenêtre de tir pour s’entraîner va être « très short » en cas de déconfinement début décembre. Cela enlève aussi une épine du pied à la fédération qui aurait dû demander une dérogation ministérielle en cas de volonté des clubs de jouer à huis clos (Dont seulement la Nationale, les Espoirs et l’élite féminine avait à possibilité de demander).

Le centre névralgique des décisions des prochaines heures le CNR Marcoussis.

De nombreuses questions en suspens …

Maintenant, quid de l’allongement des calendriers jusqu’en juillet, avec des problématiques de temps d’adaptation pour les accédants en Pro d2,? Quid concernant la possibilité juridique d’étendre les contrats des joueurs au delà du 30 juin 2021? Quid aussi des phases finales de Nationale et de fédérale 1? Les secondes étant apparemment déjà beaucoup plus compromises car beaucoup plus longues. Pour les phases finales de la nouvelle division passerelle entre monde pro et amateur, la réflexion est bien plus ardue car il subsiste des fenêtres de tirs. Mais selon nos sources, l’idée d’envoyer directement les deux premiers à l’échelon supérieur est aussi envisagée. Autre alternative, la « solution Benoit Trey » du nom du président de Blagnac, qui consiste à repartir avec deux poules de 7 équipes pour réduire le nombre de matches en phase régulière, le secteur le plus gourmand. Tout d’abord mal vue tant par les clubs que les instances, car snobant les résultats déjà acquis, cette dernière solution refait jour dans les bureaux de Marcoussis, reliftée d’un zeste de péréquation ainsi que d’un brin d’historique comptable et calendaire. Mais la priorité serait encore de tenter de préserver le modèle créé en juin 2020. Les arbitrages d’aujourd’hui sont périlleux pour les instances du rugby tricolore, mais ceux de demain risquent de devenir vitaux pour la crédibilité de ces deux championnats.

Le président des Caouecs Blagnacais porteur d’une solution de replis pour la nationale, qui fait débat .

Une croisée des chemins loupée ?

La fédération française de rugby, selon nos informations, a une réelle volonté de maintenir les ascenseurs Pro D2/Nationale/Fédérale 1, mais l’épée de Damoclès sanitaire ne lui laisse que peu de visibilité. Une chose est sûre, pour la fédérale et qui plus est pour la nationale, le verdict sociologique est tombé, malgré pour beaucoup leurs statuts juridiques professionnels (SASP), le ministère considère leur compétition amateur. Si les clubs de Nationale avaient mis crosse en l’air en s’évertuant à vouloir jouer, cette division hybride et en pleine maturation aurait placé les pouvoirs publics devant un cas de conscience. Avec cette décision des clubs de la 3eme division française de rugby, de renoncer à jouer, la Nationale a fait le choix du pragmatisme contextuel, mais vient peut-être de louper un tournant stratégique et le wagon du professionnalisme dans sa forme absolue.

Article rédigé par Loïc Colombié

Le Communiqué Officiel de Bernard Laporte de ce lundi 2 novembre 2020 a 19h50:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s