#Rugby – Nationale / P.Champin (Nice) : «Cette grinta, cette défense, ça plaît aux supporters!»

Sur la Côte d’Azur le Stade Niçois fait un début de saison canon, dans cette nouvelle division Nationale, antichambre de la Pro D2. Seule équipe encore invaincue, les niçois sont donc leader du championnat et s’inscrivent comme une des forces en présence pour les playoffs du printemps. Nous sommes donc allés à la rencontre de Paul Champin , le demi de mêlée azuréen qui nous a livré sa joie d’évoluer dans cette équipe et le plaisir qu’il prend avec ses coéquipiers a ferrailler avec le gratin du rugby fédéral. Dans cette interview réalisée quelques heures avant le report de la réception de Bourgoin pour le compte de la 6eme journée de Nationale (Les isérois ayant des cas de Covid19), l’ex Berjalliens et actuel Niçois ne manquait pas de nous stipulé l’esprit de revanche qui anime les anciens du club après deux saisons ponctués de coups du sort (sanction administrative et arrêt des compétitions) . Mais pour celui qui évolue dans ce bastion qui renaît de ses cendres, la grinta séculaire qui les anime et le fait que les ex légendes du club se re-fédére derrière les stadistes sont une fierté et une source de motivation. Focus sur un joueur au franc parlé rafraîchissant qui vit cette aventure à pleine dent.

 

 

Paul, Nice est en train de défrayer la chronique sportive depuis ce début de saison en Nationale et de façon très, très positive puisque vous êtes actuellement leaders de cette nouvelle division passerelle entre la Fédérale 1 et la Pro D2. Les suiveurs assidus vous avaient vu venir, ce qui n’était peut-être pas le cas pour tout le monde. Donc, c’est quand même une semi-surprise que Nice soit dans cette position-là en début de saison ? 

 

Oui, peut-être que c’est une surprise pour certains mais tu exagères un peu, je ne pense pas que l’on défraie tout le monde. Les équipes qui étaient déjà dans notre poule l’année dernière savent que nous sommes un groupe assez homogène et que l’on essaie de pratiquer un jeu assez structuré et dans l’avancée. De notre côté, cela fait maintenant depuis le mois de Juin que l’on travaille donc, nous sommes contents que les efforts de la préparation physique paient. Mais, comme tu le disais, certains observateurs nous avaient peut-être mis en position d’outsider vu notre recrutement XXL. 

 

Il y a quand même un match qui va marquer un tournant pour le Stade Niçois, c’est celui contre Aubenas où vous avez quand même marqué la Nationale au fer rouge avec un score très, très, très large à Dugradus dans une terre que l’on sait d’habitude hostile avec un public assez houleux et chaud bouillant. 

 

Assez chauvin, oui. 

 

D’être allé marquer au fer rouge cette équipe d’Aubenas est quand même une grosse preuve de la qualité de cet effectif niçois ? 

 

Les gars ont fait un très gros travail sur la pelouse de Dugradus. Personnellement, on avait quand même un peu une revanche à prendre sur cette équipe d’Aubenas qui nous avait posé beaucoup de soucis l’année dernière. Pour en avoir discuté un peu avec les joueurs et même le staff d’Aubenas, c’est une autre équipe que celle de l’année dernière. Même si nous avons fait un très gros match, que nous avons été très appliqués en conquête et que derrière, nous avons su bonifié les quelques ballons que nous avons eu, notamment en contre-attaque, nous allons nous servir de ce match pour continuer à travailler mais nous n’avons pas retrouvé l’équipe d’Aubenas de d’habitude. 

 

Est-ce que vous avez un peu un sentiment de revanche par rapport à vos dernières saisons ? Pour le rappeler à nos lecteurs, vous teniez la corde pour aller en play-offs et il y a eu une décision administrative de la Fédé qui vous a enlevé des points et vous a  » puni  » de play-off. L’année dernière, vous faisiez une remontada pour essayer d’aller accrocher cette 2e place et les play-offs quand le Covid est arrivé. Il y a ce sentiment de frustration qui fait un peu levier dans ce groupe ? 

 

Oui, pour les anciens, c’est un sentiment de frustration. Chaque année, on a l’impression que ça se répète, que l’on n’a pas le droit de jouer, de croire en nos objectifs. Mais oui, tu as tout à fait raison, on a l’impression qu’on nous enlève l’herbe sous le pied et c’est pour cela que, cette année, nous sommes d’autant plus motivés et que l’on espère que, malgré la situation sanitaire, on va pouvoir faire quelque chose. Avec cet esprit de revanche, on est un peu à l’image d’Albi ou de quelques équipes comme ça qui sont revanchardes et qui ont tellement cette Pro D2 en ligne de mire que ça nous stimule. 

 

Vous allez maintenant étrenner ce fauteuil de leader avec deux prochains matches qui sont quand même assez maousse costauds : la réception de Bourgoin puis un déplacement à Bourg-en-Bresse. Là, on va vraiment rentrer dans le vrai et si vous arrivez à bien passer ces deux obstacles, Nice sera très, très bien lancé pour les play-offs ? 

 

Je l’espère après, comme tu l’as dit, ce sont deux très, très grosses équipes qui ont notamment connu la Pro D2, qui sont habituées à ces matches de haut-niveau, qui ont des automatismes et des joueurs qui ont connu autre chose. Donc, c’est vrai que nous abordons ces deux matches comme de gros challenges parce-que, que ce soit ce match à la maison contre Bourgoin ou ce déplacement dangereux à Bourg-en-Bresse, on va devoir laisser des forces sur le terrain pour espérer les résultats que l’on veut. 

 

Qu’est-ce que tu penses de cette division Nationale ? On a maintenant passé la 5e journée, le premier quart de ce championnat, il y a pas mal de surprises. Mais il y a aussi un problème de lisibilité parce-que toutes les équipes n’ont pas le même nombre de matches et c’est un peu difficile de savoir où tout le monde en est ? 

 

Oui, c’est un peu difficile. Comme tu le dis, il y a des matches reportés pour des cas de Covid, il y a quelques équipes qui se sont plantées sur le début de saison et il y a aussi quelques très bonnes surprises. Mais c’est vrai qu’honnêtement, c’est un régal à jouer comparé à l’année dernière, ou même à la saison d’avant. On est que des équipes homogènes, ça pique à chaque match, c’est intéressant à jouer parce qu’à n’importe quel poste, on a toujours un défi à relever le dimanche avec l’équipe que l’on a en face. C’est vrai que c’est plaisant à jouer parce-que c’est vraiment dans l’adversité que l’on se construit et non pas en mettant des branlées à des petits clubs qui se battent avec des moyens honnêtes où, sur le fond, ça ne veut rien dire. Donc là, on est plutôt content de très belles équipes et, qui plus est, quand tu fais des résultats face à eux, ça te met pas mal en confiance. 

 

Toi, personnellement, tu as été obligé d’élever un peu ton curseur d’exigence en préparation pour appréhender cette Nationale ? 

 

Oui. Déjà, depuis que je suis arrivé à Nice, j’ai élevé le curseur parce-que j’ai une très belle concurrence à la mêlée. Cette année, j’ai toujours la concurrence de Geoffrey Cazenave qui est un très bon joueur, en plus, ils ont recruté Agustin Ormaechea qui a connu la Pro D2 avec Mont-de-Marsan pendant pas mal d’années. Honnêtement, on s’entend très bien, on tourne très bien à trois et cette concurrence nous stimule. Tu es obligé de cravacher pour une place sur la feuille de match et encore plus pour être titulaire donc, franchement, c’est plaisant. Il y a de la concurrence mais vu qu’elle est saine, c’est un régal tous les matins de venir s’entraîner se tirer la bourre entre nous.

 

 A ton poste, et tu nous le dis, la greffe a bien pris avec les nouvelles recrues mais en général, c’est aussi le cas ? Parce qu’on le sait, l’un des risques quand le recrutement est assez costaud est que les recrues aient du mal à se fondre dans le moule du groupe

 

Honnêtement, comme tu le dis, c’était véritablement le challenge de la préparation physique. C’était autant bosser dur, parce qu’avec ce confinement, on n’a pas pu tous se retrouver sur le même niveau physique mais, on avait tous à cœur, même si on ne touchait pas trop le ballon et qu’on était par petits groupes, de se retrouver et d’intégrer les nouveaux. Tu sais qu’une saison comme ça va être très, très longue donc, si tu joues tous les week-end avec des mecs avec qui tu prends du plaisir et que tu apprécies, c’est encore plus kiffant plutôt que de te trimballer tous les week-end avec des garçons que tu n’as pas envie de côtoyer. C’est vrai que nous étions assez tristes de perdre certains copains mais ça a été des choix sportifs de la part des coaches donc nous n’avons pas grand-chose à dire. Mais c’est vrai que nous avons vraiment essayé d’intégrer les nouveaux, de leur faire découvrir Nice, de leur faire côtoyer nos proches que ce soit pendant les repas ou les petites choses annexes au terrain qui font qu’on tisse des liens et qu’on s’apprécie de plus en plus. 

 

On le sent dans tes propos, tu te régales dans ce championnat National. La pire des choses qui pourrait t’arriver, c’est que le Covid-19 revienne encore pointer le bout de son nez et arrête le championnat partiellement ou définitivement ? 

 

C’est la plus grosse crainte. Nous, les joueurs, on essaie de faire attention dans nos vies privées parce qu’on sait qu’on peut faire payer au groupe le moindre écart. Mais, c’est vrai que ça va fausser le championnat, déjà, sur les matches en retard, il y a des équipes qui sont handicapées et, honnêtement, on craint que ça s’arrête en route et qu’on ne trouve pas de solution. 

 

On ne va pas se mentir, Nice est une terre de foot, on sait que c’est une ville qui vit pour le foot. Mais là, à l’aube de ces supers résultats et de cette première place en Nationale, est-ce que tu sens un peu un frémissement dans la ville ? Est-ce que, quand tu croises des gens, tu entends  » alors, qu’est-ce que vous avez fait ce week-end ? « , des gens qui commencent vraiment à se prendre au jeu du Stade Niçois qui est en train de renaître de ses cendres ? 

 

Oui, dans les lieux que l’on fréquente tous un peu habituellement, on a commencé à tisser des liens avec des habitants qui nous demandent un peu nos résultats. Tu parles de foot parce-que oui, c’est une terre de foot mais, honnêtement, même le foot galère à attirer des supporters en plus. Ils ont leur tissu de supporters et ils ont une très grosse concurrence sur le bassin méditerranéen avec Marseille ou Monaco. Nous, niveau rugby, il y a l’ancienne génération des Niçois qui ont connu l’époque toulonnaise qui sont un peu revenus au club sous l’égide de la nouvelle direction. C’est vrai que ça fait plaisir parce-que tu as un peu les anciens du Racing qui reviennent au stade, ça reparle un peu rugby, on sent qu’il y a un truc qui se prépare. Après, c’est un challenge parce-que, plus on voit que le club fait des efforts pour développer le rugby, plus les anciens reviennent au stade, plus ils font venir du monde au stade, ils essaient de faire un bel effort sur les partenaires, plus ça nous motive nous à avoir des résultats. De toute façon, on sait qu’ici, il faut avoir des résultats pour avoir de la reconnaissance, même si on travaille bien, il faut que l’on ait des résultats pour que ça prenne. 

 

Comme tu le dis, les anciens reviennent au stade et une chose doit leur plaire : certes, Nice a un jeu structuré, certes, Nice a une belle équipe, certes, Nice est en haut du championnat mais surtout, quand on avait eu Pacôme Goujon au micro, il y a de la grinta dans cette équipe et ça, ça plaît en terre azuréenne ? 

 

C’est un peu l’ADN ici, nous sommes un peu des chiens. C’est vrai que, sur nos valeurs défensives, on se retrouve chaque week-end entre nous et c’est vachement plaisant. En défense, on sent notamment cette cohésion et cette solidarité que l’on a réussi à créer. Ça nous aide à gagner tous les week-end parce qu’on sait que la défense est notre point fort, bon, il ne faut pas trop non plus que je te valorise notre défense si on se fait trouer ce week-end. Mais, on sent qu’on est en place défensivement et que ça plaît parce qu’on ne cède pas trop de terrain, on perd le terrain sur des bons jeux au pied d’occupation des équipes qui nous voit sur les vidéos. On défend vachement sur le premier rideau donc ils essaient un peu de trouver des solutions annexes mais c’est vrai que cette grinta, cette défense, ça plaît aux supporters. Mais surtout, ça nous plaît avant tout à nous de ne pas trop reculer sur le terrain. 

 

Question bonus et décalée : c’est bientôt la période de la liste au Père Noël, qu’est-ce que tu aimerais avoir au pied du sapin au moment de la trêve ? 

 

Honnêtement, ce que j’aimerai avoir à la trêve, c’est une bonne position, au minimum dans les 4 premiers, j’aimerai qu’on se situe par là. On va avancer prudemment et de manière humble parce-que là, nous sommes sur une cadence élevée, nous avons les résultats que l’on attendait mais une saison, c’est très long. On va connaître un peu des coups de mou où j’espère que l’ensemble de notre effectif va nous amener un regain d’âme. Mais une saison, c’est long, on ne va pas être en forme olympique chaque week-end, même si je l’espère. Donc, on va s’accrocher, on va travailler, on va continuer à travailler et on espère justement à Noël être en bonne position pour qu’on puisse relâcher un petit peu pendant les fêtes mais tout en restant raisonnables. 

 

C’est tout le mal que l’on souhaite aux Niçois et puis, après Noël, il y aura le déplacement à Albi et ce sera avec grand plaisir que l’on te verra débarquer avec tes copains en terre tarnaise

 

C’est gentil. En plus, Albi est une belle ville donc, j’espère qu’on passera un bon moment et qu’on ira chercher un résultat chez les Cathares. 

 

On ne doute pas de l’ambition du Stade Niçois et de sa volonté de venir faire un coup en terre tarnaise

 

Merci

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-20-octobre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Paul Champin lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 20 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s