#Rugby – Fed1 / F.Roux (Perigueux) : «Il est certain que les recettes vont s’en ressentir, à Périgueux comme ailleurs.»

Le CA Périgueux Dordogne a fait son comeback en fédérale 1 début septembre, dans un contexte particulier qui ne lui a permis de ne jouer seulement, que 2 matchs en 4 journées. Pour Francis Roux, le président des promus Dordognots la situation actuelle, ou le Covid19 imprimé son empreinte permanente sur l’ensemble du sport français, le rend dubitatif et perplexe sur la suite des événements, même si économiquement le CAPD peut voir venir. Mais pour les pensionnaires de la poule 1, les objectifs sportifs ne doivent pas prendre le pas sur les conditions sanitaires du moment, et le club périgourdin que beaucoup estime être des candidats aux playoffs, va reprendre ce week-end sa longue transhumance direction Beauvais, un autre accédant. Focus sur un bastion de l’Ovalie et un président qui malgré les vents contraire générés par le coronavirus, comptent bien faire perdurer la résurrection du rugby à Perigueux.

 

 

Est-ce que Périgueux joue ce week-end ? C’est la question que l’on pose maintenant à tous les clubs avec tous les soubresauts que l’on voit apparaître sur les réseaux sociaux entre les vestiaires, le Covid et les intempéries. Du coup, est-ce que le CAP va enfin pouvoir jouer ? 

 

Pour le moment, le bus est toujours commandé donc, on verra bien si on peut le prendre ou pas mais pour le moment, on le prend. 

 

Pour un président comme vous, cette situation doit quand même être un véritable casse-tête. Vous n’avez pu faire que la moitié de vos matches avec deux rencontres sur quatre. Malgré cela, vous êtes quand même 3e du championnat mais ça doit quand même vous faire apparaître quelques cheveux blancs ? 

 

Oui, cela fait deux matches que nous jouons, nous sommes promus, nous avons une équipe jeune avec beaucoup de nouveautés donc, ce n’est pas facile pour nous de savoir comment on se situe. Nous avons fait un premier match contre Trélissac, qui était un derby donc un petit peu atypique. Nous avons rencontré Langon qui sont promus eux-aussi et là, nous allons à Beauvais donc, nous allons voir. 

 

Beauvais, aussi un promu, chez qui vous avez une carte à jouer ? 

 

Je crois qu’ils ont eu une défaite assez lourde à Rennes qui est une superbe équipe et ils auront sûrement à cœur de redresser la barre. Pour nous, c’est notre premier déplacement donc, on va voir aussi comment on se comporte. 

 

Vous nous parlez de Rennes qui est l’un des favoris aux play-offs. Mais, malgré le statut de promu de Périgueux, quand on entend parler les autres coaches de Fédérale 1 de la poule 1, ils vous mettent aussi dans le rôle de favoris aux play-offs. Vous assumez ce statut ? 

 

Non, nous l’assumons pas, les gens parlent mais ça ne fait que deux matches donc, pas beaucoup de personnes nous ont vus. Nous, nous arrivons, nous sommes sur la pointe des pieds et nous allons faire ce que nous pouvons cette année. 

 

Il y a sûrement aussi l’effet du derby face à Trélissac où, sans manquer de respect à cette équipe, vous leur avez roulé dessus et vous avez un peu impressionné tout le monde. Cela vient peut-être aussi un peu de cela que tout le monde vous pose la pancarte de favoris ? 

 

Possible mais Trélissac a aussi perdu beaucoup de monde. C’était un contexte un peu particulier, c’était plus qu’un derby puisque les deux communes se touchent. Ce sont des matches qui sont atypiques donc, ils ne font pas référence. 

 

Il y a sûrement un petit regret sur le côté festivités et convivialité avec ce contexte Coronavirus. Ça n’a pas dû être la fête attendue ? 

 

On ne peut plus rien y faire donc, c’est compliqué et le rugby y perd beaucoup, ainsi que le trésorier. 

 

J’imagine que, cette année, le trésorier a dû passer un sacré paquet de boîtes de kleenex ? 

 

Oui, il va falloir s’y habituer, ça crie un peu famine. 

 

D’habitude, quand on reçoit un président à cette période-là, on lui demande de se projeter jusqu’à Noël. Dans le contexte actuel, on ne va pas vous demander de le faire, on ne sait même pas si la saison pourra aller jusqu’à Noël. On ne va jurer de rien et encore moins porter la scoumoune au rugby français

 

On va croiser les doigts. 

 

Exactement. On va déjà vous demander votre objectif pour ce second bloc de Fédérale 1. Où se situe-t-il pour Périgueux ? 

 

L’objectif est de se comporter le mieux possible et d’essayer de gagner le maximum de matches, comme toutes les équipes. Nous n’avons pas d’objectif particulier, on prend les matches les uns après les autres. Comme je vous l’ai dit, nous sommes promus, on arrive juste et on verra bien ce qu’il va se passer. 

 

Les gens qui vous prêtent des intentions de vouloir monter directement en Nationale se trompent, c’est en fait du pipeau ? 

 

Ils se trompent, ce n’est pas notre objectif de vouloir monter en Nationale. Si jamais on peut le faire, on le fera avec plaisir. 

 

Qui dit montée en Nationale dit aussi budget et on sait qu’actuellement, les clubs perdent plus d’argent qu’ils n’en gagnent. Ces questions économiques peuvent aussi poser un plafond de verre ? 

 

Nous sommes tous logés à la même enseigne, on se gratte tous la tête. Il est évident que les budgets vont être difficiles à tenir cette année, c’est certain. 

 

On entendait Didier Lacroix qui parlait de quatre mois pour le Stade Toulousain dans cette configuration-là. A Périgueux, combien de mois pouvez-vous tenir avec la situation actuelle ? 

 

Je pense que nous irons au bout mais nous ne serons pas en forme, c’est tout, comme tout le monde. 

 

Y a-t-il des risques pour la survie du club ? 

 

Non. 

 

C’est quand même une bonne nouvelle parce qu’on entend parfois des présidents qui nous disent  » si ça continue, je ne sais pas si je vais pouvoir finir l’année « . A Périgueux, vous avez quand même un peu de  » bas de laine  » qui vous permette de voir l’avenir ? 

 

Non, nous n’avons pas de bas de laine, on essaie de gérer et de faire attention. S’il n’y a pas un arrêt de la compétition ou si ça se desserre un petit peu, on ira au bout. L’arrêt de la compétition ne serait pas dramatique parce-que nous sommes tous à la même enseigne et je suppose que, malgré tout, l’arrêt des compétitions l’année dernière a arrangé pas mal de clubs. Là, ce qui est terrible, c’est ce confinement qui n’en est pas un. Nous avons un championnat qui est en dents de scie, on fait un match, l’autre est annulé, c’est difficile pour les sponsors et pour le public, c’est difficile pour tout le monde. Donc, il est certain que les recettes vont s’en ressentir, à Périgueux comme ailleurs. 

 

Il va y avoir un nouveau vice-président en charge du monde amateur et donc, de la Fédérale 1, Patrick Buisson tient la grosse corde comme on dit dans le jargon. Vous, en tant que président, quelles seraient les attentes que vous auriez envers ce nouveau vice-président du rugby amateur et quels seraient les dossiers que vous aimeriez le voir porter urgemment pour le rugby fédéral ? 

 

Ce serait surtout qu’on nous aide dans la formation, je crois que c’est là le plus important, c’est comment faire venir du monde dans nos clubs. Ce qu’il faut, c’est surtout remplir les écoles de rugby. 

 

Et il y a une attente particulière envers la Fédé sur ce dossier Covid ? 

 

Non, je n’ai pas d’attente particulière. Qu’est-ce que vous voulez qu’ils fassent ? Ils subissent, ils sont comme nous. S’il y a des choses à faire, ils les feront, je n’ai pas d’idée particulière. Je suis déjà assez préoccupé par mon entreprise et par le club, je n’ai pas réfléchi à tout cela. 

 

On va vous souhaiter le meilleur pour Périgueux et je pense que le meilleur, c’est déjà de pouvoir jouer des matches

 

On croise les doigts et on espère

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-16-octobre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Francis Roux lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 16 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s