#Football – Coupe de France / S.Paracuellos (Graulhet Benfica) « Le club n’est jamais arrivé à ce niveau de la compétition »

C’est un bon petit derby comme on les aime qui est au programme de ce quatrième tour de Coupe de France. Graulhet Benfica, coaché par Sebastien Paracuellos et pensionnaire de D1, va affronter Marssac RSRDT, pensionnaire de l’élite du football régional. Si la marche semble haute pour les Graulhétois, les Rouge et Blanc ne se laisseront pas faire et compter bien défendre leur steak pour viser pourquoi pas toujours plus haut.

A Graulhet, cette rencontre est déjà Historique / Crédit GB

Réception de Marssac ce week-end en Coupe de France. En championnat vous êtes plutôt habitués à vous frotter à la réserve Marssacoise, là c’est l’équipe fanion qui se présente devant vous. Quel a été votre ressenti au moment du tirage ?

Forcément quand vous avez dans votre poule de tirage des équipes comme Colomiers, on souhaite recevoir le plus gros possible. Nous n’irons pas au Stade de France je pense. Le but était donc d’avoir la plus belle affiche possible. Marssac c’est un derby, c’est vraiment bien. C’est une équipe et des joueurs que l’on a l’habitude de voir évoluer même si nous affrontons surtout la réserve. Ils ont fréquemment des joueurs de la une qui descendent en réserve comme l’année dernière, où leur attaquant était aligné contre nous. Ça fait plaisir de recevoir un Tarnais.

Cette affiche se présente un peu comme un derby des extrêmes avec trois division d’écart. Comment vous êtes-vous préparés pour cette rencontre ?

Nous ne la préparons pas différemment de d’habitude. Nous avons continué à travailler les entraînements comme nous l’avons toujours fait. Nous ne cherchons pas à comprendre. Le mardi j’ai une vingtaine de joueurs à l’entraînement, un peu plus le vendredi. Nous avons travaillé comme d’habitude, surtout que nous avions le championnat le week-end dernier, et nous devions absolument gagner pour nous ressaisir car nous restions sur deux défaites avant cela. Même s’il s’agissait de contre-performances, c’étaient tout de même deux défaites.

Ce match de championnat en question, vous l’avez remporté contre la réserve de l’US Albi. Mais ce quatrième tour de Coupe de France ne semble-t-il pas un peu mal placé pour essayer de pérenniser vos performances en championnat ?

Non pas du tout. Le rythme un match de Coupe et un match de championnat, c’est le lot de tout début de saison même si cette année avec le covid, nous ne jouons pas encore la Coupe du Tarn et la Coupe d’Occitanie a été annulée. Le seul soucis que l’on a, c’est que l’on prend du retard en championnat. Nous avons déjà des semaines avec trois matchs en une semaine. C’est ce que nous aurons la semaine du 11 novembre. Nous jouerons le samedi, le mercredi et le dimanche. C’est surtout ça le problème lorsque l’on fait un bon parcours en Coupe et que nous sommes en District.

Ne craignez-vous pas de perdre des forces avec cette accumulation de rencontres ?

Non nous n’avons pas peur de perdre des forces. Nous aurons trois matchs en une semaine et nous savons qu’à notre niveau, c’est problématique pour l’avoir vécu il y a trois ans.

Revenons au match de ce week-end contre Marssac. Sur le papier c’est un peu David contre Goliath. Quelles seront vos forces pour gagner cette rencontre ?

Les forces, c’est de ne pas prendre de but comme nous l’avons fait ce week-end contre Albi. Il nous faudra bien défendre, avoir un gardien décisif. Tout ne repose pas sur la défense, nous le savons très bien. Après, nous savons remonter un ballon et même si nous avons des joueurs de R1 en face, nous jouerons comme si c’était une équipe toute à fait normale en face de nous.

La victoire du week-end dernier en championnat sera-t-elle source d’inspiration pour enchaîner contre Marssac ?

C’est compliqué. Déjà nous jouions contre une équipe qui joue, Albi, sur un terrain synthétique un samedi soir et nous jouions presque notre va-tout en championnat. Si nous perdions avec trois défaites en championnat, ça pouvait devenir compliqué. Là c’est complètement différent. Nous jouons un dimanche, sur un terrain en herbe, forcément plus petit que le synthétique et contre une équipe qui nous est supérieure sur le papier. S’inspirer du match oui mais uniquement dans la physionomie et la façon d’aborder le match. Tous les joueurs veulent jouer pour gagner. Le temps ne sera pas au beau fixe donc nous aurons une pelouse dégradée et un peu moins de monde sur le bord du terrain. Il faudra s’en accommoder. Le club n’est jamais arrivé à ce niveau de la compétition. Pour la plupart, mes joueurs n’ont jamais eu un maillot de Coupe de France.

Le cinquième tour vous en rêvez ?

Le cinquième tour, ça serait beau. On pourrait espérer rencontrer encore plus gros. Mais il ne faut pas rêver. Nous allons jouer ce match et nous le jouerons à fond pour l’emporter. Qui ne rentre pas sur un terrain pour gagner ?

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s