#Rugby – Fed1 / B.Sevestre (Niort) : «J’aimerai bien monter en Nationale avec cette équipe!»

Enfant du rugby tarbais, passé par la maison albigeoise, Benoit Sevestre s’épanouit sous les couleurs du Niort Rugby Club. Pour celui qui entame sa seconde saison dans les Deux-Sevres, l’heure de l’apprentissage d’un nouveau poste, (Pilier droit) a sonné. Prétendant assumé aux playoffs de fédérale 1, mais défait sur sa pelouse face à Marmande (11-12), le NRC veut rebondir dès ce week-end à l’extérieur et Benoit Sevestre compte bien amener sa pierre à l’édifice. Ambitieux et déterminés à rattraper le temps perdu durant le confinement, le Niort Rugby Club et son pilier rêvent d’une seule chose : une belle aventure humaine et sportive, qui les mène en Nationale.

 

 

Benoit, depuis que tu es parti d’Albi il y a maintenant plus d’une saison puisque tu entames ta 2e année au Niort Rugby Club, de l’eau a coulé sous les ponts car, si j’ai de bonnes infos, tu as changé de poste ? 

 

C’est tout à fait ça. Je suis passé à droite parce-que le poste de pilier gauche demande de plus en plus de mobilité, ce que j’avais plus ou moins. Mais j’ai vraiment un gabarit de droitier, je fais 1m92 pour 130 kgs donc, du coup, on a vu avec Laurent Dossat et c’est un nouveau challenge de passer à droite. 

 

Et beaucoup d’apprentissage parce-que ce poste de droitier en pilier est très technique ? 

 

Oui, très technique et très recherché. Je vais bientôt faire un stage avec Laurent Dossat et un spécialiste de la mêlée dans son pays, je suis en plein apprentissage avec plein de choses à apprendre. On a un droitier, Clément Kesteman, qui a joué à Massy avant avec qui je discute beaucoup et c’est vrai que ça m’apprend pas mal. 

 

On va revenir sur ce club de Niort qui a débarqué l’année dernière avec déjà de grosses ambitions, vous aviez dans la tête d’aller vous qualifier en Jean Prat ou, a minima, en Du Manoir. Le Covid est venu arrêter tout ça et vous n’avez pas pu aller jusqu’au bout mais cette année, vous avez vraiment de grosses ambitions, la qualification obligatoire ? 

 

Tout à fait, nous voulons être dans les deux premiers, c’est ce qui a été annoncé. On a une grosse équipe, on a l’équipe pour, on a gardé quasiment tous les joueurs de l’an dernier. Nous avons de grosses recrues, notamment Jone Qovu, Marika Vunibaka qui est arrivé de Rouen qui joue à l’aile et a aussi joué au centre. Il apporte aussi de la plus-value parce-que c’est un joueur d’expérience qui est vraiment pas mal. Ensuite, nous avons aussi recruté des jeunes comme Hugo Bonnet , un petit ailier de Sarlat vraiment pas mal lui aussi, Jeff Goufan, un espoir qui jouait à Vannes, très, très intéressant, on a du recrutement qualitatif. Comme, je pense, tout joueur, ceux d’Albi comme ceux partout en France, nous avons été super frustrés de ce Covid qui a mis un terme à la saison. On aurait vraiment aimé disputer ces phases finales mais c’est pour tout le monde pareil donc là, c’est vrai que nous avons des ambitions. On a fait un très bon début en allant nous imposer à Limoges mais on n’est pas passé un peu au travers à la maison, du coup, il va falloir le ratrapper à l’extérieur, notamment à Trélissac aujourd’hui. 

 

Marmande, dont on avait eu l’ancien président en interview il y a quelques semaines, a de suite dit qu’il voulait être dans les trois premiers. Vous, vous dîtes également que vous voulez être dans le haut du classement et aller ferrailler en play-off. Ce match contre Marmande était un premier révélateur et on va dire que la machine s’est un peu grippée ? 

 

Tout à fait mais Marmande a joué le match parfait à l’extérieur. C’est un gros paquet de devant, c’est très costaud, nous, nous avions la mêlée qui était hyper conquérante sur les matches amicaux et bien rodée. C’est ce qui nous a fait gagner à Limoges puisqu’on gagne 16 points sur mêlée avec entre autres un essai de pénalité et pas mal de pénalités que l’on a pu tenter et concrétiser. Ça me fait penser à Ben André, un très bon joueur, qui lui est arrivé de Nantes et qui joue talonneur. Et contre Marmande, c’est vrai qu’ils nous ont contrés en mêlée, ça a été kif-kif, on n’a pas eu une grosse dominance. Ensuite, là où ils ont bien joué le jeu, c’est Kralfa, leur N°10 qui était à Trélissac, qui a tout enquillé, même après les 40. Du coup, ils ne sont pas souvent rentrés dans notre camp en première période mais ils nous ont mis 12 à 3 en très peu de temps et c’est vrai que nous n’avons pas été assez patients. Même si on est revenu sur la fin, on n’a pas réussi à s’imposer et à imposer notre jeu. 

 

Pour toi, quelles vont être les équipes dans cette poule 1 avec lesquelles vous allez ferrailler pour aller en play-off ? 

 

Marmande, Rennes qui va être pas mal et qui a fait un bon début de championnat. Rennes, c’est une très grosse mêlée, un très gros paquet de devant. Pour moi, Marmande et Rennes vont être très costauds cette année. 

 

Maintenant que ça fait plus d’un an que tu es à Niort, tu commences à être un petit taulier du vestiaire. Tu peux nous parler un peu de la vie de ce club de Niort ? 

 

Franchement, les avis que je t’avais donné lors de ma première saison à Niort restent inchangés. C’est un club famille où je me retrouve moi, avec un manager, Laurent Dossat, qui est vraiment très proche de ses garçons et avec qui on partage beaucoup, qui donne énormément de responsabilités. Il est très perfectionniste donc, du coup, il est quand même pas mal sur notre dos. Comme on avait pu en parler, le président est très accessible et toujours à notre écoute. Je sais que, chaque fois que j’ai le moindre pépin, sur n’importe quoi, il est là pour nous et très abordable ce qui me plaît vachement. 

 

En arrivant à Niort, tu as retrouvé d’anciens albigeois, je pense notamment à Stéphane Guenin. Vous parlez un peu du pays ? 

 

Oui, je m’entends super bien avec Steph, ça fait trois ans que lui est à Niort, il était capitaine l’an dernier, c’est un peu un leader dans le groupe. J’ai retrouvé aussi d’anciens tarbais comme Eli Serra avec qui je suis tout le temps. Nous sommes un groupe de copains avec également le nouveau capitaine, Benben Alcacebe, on mange ensemble, on part en vacances ensemble. On s’entend vraiment bien. 

 

On va te demander aussi de jeter un regard sur le nouveau championnat de la Nationale. On sait que Niort a peut-être l’ambition d’y monter un de ces quatre. Est-ce que tu penses que sa création a une véritable utilité ? 

 

Pour moi, ça n’est que du bon parce-que c’est un championnat qui est une 3e catégorie professionnelle. Il n’y a que des équipes de haut-niveau, il n’y aura que des matches de haut-niveau et c’est vraiment très bien qu’il ait été créé. 

 

Et un regard sur tes deux clubs de cœur, Albi et Tarbes, qui évoluent dans ce championnat ? 

 

Je souhaite tout le meilleur à Albi et j’espère que ce sera cette saison qu’ils pourront monter en Pro D2. Malgré tout, depuis que je suis parti, Ils ont toujours gardé le même groupe et c’est vrai qu’il y a énormément de bons mecs. Quant à Tarbes, je vois que ça se relève bien, ça parlait beaucoup dans la presse de problèmes financiers et au final, ils prouvent de jour en jour et ils ont une très belle équipe. J’ai vu qu’ils avaient gagné à la maison leur premier match contre Massy, ils ont fait égalité avec Nice, toujours à la maison (Itw réalisé avant la défaite 52-5 à Bourgoin des tarbais). J’ai toujours mes copains là-bas et eux-aussi ont gardé un bon petit groupe et ils arrivent à se relever avec de nouveaux entraîneurs, Stéphane Ducos pour les avants et Fabien Fortassin pour les 3/4. Je les ai souvent au téléphone, la mayonnaise a l’air de bien prendre et, apparemment, ils en sont contents. 

 

Tu as que nous avons innové à Albi ? On a ouvert une succursale d’Aqualand au Stadium 

 

Oui, j’ai vu ça, c’est énorme (rires). J’ai vu que Simon (Pardakthy) était dans son couloir de nage avant le match contre Bourgoin. 

 

Il se prépare pour les JO

 

C’est pour ça (rires). C’est dommage que ce match ait été reporté parce-que c’est toujours compliqué quand tu es à la maison mais aussi pour Bourgoin. Quand tu fais le voyage à vide, ça ne doit pas non plus être facile pour les joueurs mais bon, c’est comme ça, tu ne peux jamais prévoir tout ça. 

 

Pour terminer, quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2020 / 2021 pleine d’espoirs au Niort Rugby Club ? 

 

Je vais déjà parler collectif parce qu’on a besoin du collectif pour évoluer personnellement. Collectivement, j’espère qu’on va se qualifier dans les deux premiers et qu’on va pouvoir avancer avec ce club du Niort Rugby Club. J’aimerai bien monter en Nationale avec cette équipe et avec ce groupe de mecs que nous avons formé car, franchement, ça devient des amis pour plus d’un. Personnellement, c’est avoir le plus de temps de jeu possible avec mon équipe de Niort au poste de droitier et ensuite, pourquoi ne pas pouvoir essayer de rebondir en Pro D2 ou en Nationale avec cette équipe de Niort. 

 

Il y a un peu de kilomètres entre Cognac et Niort mais c’est faisable. On peut compter sur toi pour peut-être voir le Sporting Club Albigeois quand il se déplacera à Cognac ? 

 

C’était déjà coché et prévu. 

 

On te donne rendez-vous pour le déplacement du Sporting Club Albigeois à Cognac et on te souhaite le meilleur pour cette saison 2020 / 2021

 

Merci et mon cœur sera bien entendu jaune et noir lors du match contre Cognac

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-25-septembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Benoît Sevestre, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 25 septembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s