#Rugby – Fed1 / P.Padroni (Bagnères) : «Quand on commence à reporter le 1er, ça n’augure rien de bon.»

Nous sommes allés prendre des nouvelles du Stade Bagnèrais pour voir ce qu’il se passe en Bigorre, au pied du pic du midi, après l’annonce d’un début de championnat reporté sur fond de crise sanitaire. L’homme fort du club, Patrice Padroni, nous a accordé une interview pour nous expliquer la situation de ce report du premier match des stadistes ainsi que nous exposer ses craintes, « comme beaucoup de président de fédérale » face à l’impact réel sur le rugby amateur de la crise du Covid 19. Chez les bigourdans, en bon montagnard on a bien sûr fait des provisions financières pour l’hiver, mais on redoute le printemps en cas d’enlisement dans la pandémie coronavirus. Mais celui qui préside depuis un an ce bastion légendaire du rugby des années 70-80, n’en oublie pas la feuille de route sportive et nous confit un rêve : ramener de la magie à Cazenave via des playoffs.

 

Crédit photo Stade Bagnerais

 

On a appris que le match du Stade Bagnèrais était annulé pour votre première journée de Fédérale 1 ce week-end. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? 

 

Malheureusement, nous avons été obligés de respecter les consignes. Nous avions fait un match amical contre le FCTT, club où il s’est avéré que des cas positifs avaient émergés. Donc, de ce fait, on nous a demandé de nous tester le plus rapidement possible, chose qui a été faite vendredi. Et, dans ce cas-là, nous devons attendre les résultats avant de pouvoir reprendre une activité sportive. 

 

Du coup, par principe de précaution, le match a été annulé ? 

 

Voilà. Mais je tiens aussi à dire que, contrairement aux rumeurs qui courent, il n’y a pour l’instant aucun cas positif à Bagnères (ITW réalisée le 11.09, à 12h). Nous attendons les résultats mais ce n’est pas pour cela que je jette la pierre au FCTT qui est un club on ne peut plus correct. Vous savez, maintenant, le Covid peut prendre un peu partout. 

 

Le Covid est un peu le coup du sort qui guette tous les clubs à chaque coin de bois ? 

 

En attendant des choses qui vont être peut-être remises en place, je pense que ça va être un début de saison très compliqué pour la plupart des clubs. Dans la mesure où l’on testera tout le monde et avec ce principe de précaution, nous allons nous retrouver avec des matches reportés, me semble-t-il. 

 

Pour le moment, ça va parce-que c’est la première journée et qu’il y a des dates de repli. Mais est-ce que vous avez une crainte qu’il y est trop de matches reportés ? 

 

J’ai une crainte un peu comme tous les présidents de clubs de Fédérale. Nous, nous vivons grâce aux recettes, aux buvettes, aux repas et je vois que, quand on commence à reporter le premier, ça n’augure rien de bon. 

 

Vous me tendez un peu la perche. Où en est-on côté financier au Stade Bagnèrais ? On sait que vous êtes un club qui, sur cet aspect-là, est du genre  » qui va piano va sano « , n’est-ce pas ? 

 

Au Stade Bagnèrais, les comptes sont au beau fixe. Nous avons pu emmagasiner un peu de trésorerie ce qui nous permet d’avoir un début de saison sereins mais il ne faudra pas qu’il y ait 5 ou 6 matches de reportés par la suite. 

 

Bien entendu. Mais on le sait, on ne fait pas de folie financière au Stade Bagnèrais et ce n’est pas chez vous que l’on va voir de grandes stars arrivées en grande pompe ? 

 

On vit suivant nos moyens et on essaye de faire pour le mieux. Chaque année, on essaie d’apporter quelques touches dans l’effectif mais on essaye surtout de former des jeunes pour qu’ils arrivent au plus haut-niveau. Donc, notre but est de servir un peu de tremplin pour ces jeunes-là. 

 

En leur inculquant aussi l’esprit de la Vallée ? 

 

C’est aussi un esprit. C’est ce qui a surpris nos recrues cette année, ils n’avaient pas l’habitude d’avoir la pression qu’il y a au sein de nos supporters et des dirigeants. Pour les matches amicaux, il y a eu 1 000 personnes, ce n’est quand même pas commun pour un club de Fédérale. 

 

On va également parler du registre sportif. Quelles sont les ambitions du Stade Bagnèrais pour cette saison dans cette poule 4 qui est très régionale avec de grands derbys entre les Gersois, les Bigourdans et les Basques ? Quelle est votre feuille de route ? 

 

C’est ce que j’avais annoncé et qui n’a toujours pas changé malgré nos trois défaites en amical. C’est, dans un premier temps, d’assurer le maintien le plus rapidement possible et après, essayer de voir un peu plus haut. Mais je ne m’inquiète pas par rapport au début de saison que l’on est en train d’afficher. 

 

Avec un rêve que vous gardez pour l’instant silencieux mais, de ramener des play-offs à Cazenave, même si ce n’est qu’un petit tour, ce serait magnifique ? 

 

Nous, on ne part pas du principe du  » petit tour et puis s’en va  » (rires). Si on est là pour se qualifier, ce que j’espère pour nos fidèles supporters qui sont là malgré vents et marées et que je tiens à remercier, je veux surtout, comme tu dis, essayer de ramener un peu ces play-offs à Bagnères. 

 

Ramener un peu de magie dans la Vallée ? 

 

Un peu de magie et donner un peu de bonheur à tous ces gens qui vivent et qui rêvent à travers le rugby. 

 

Tu l’as dit, Bagnères est un club formateur, on en a l’image avec un jeune, Théo Vidal, qui vient d’intégrer l’effectif pro du Sporting Club Albigeois. Que penses-tu de ce petit jeune de la Vallée qui va maintenant s’aventurer sur le chemin du rugby pro local ? 

 

Tout d’abord, vous avez la chance d’avoir recruté ce jeune parce-que c’est un jeune absolument charmant et qui est fier de ses couleurs, qui sait d’où il vient et qui a une excellente mentalité. Nous, ce qu’on lui souhaite, c’est vraiment de faire son trou sur Albi et de venir le voir jouer en équipe première, pourquoi pas. 

 

Comme je le dis souvent, quand il y a des joueurs comme ça qui viennent se rajouter à une équipe comme Albi, il y a un peu de Bagnères sur le maillot d’Albi quand ils jouent ? 

 

Il y a un peu de Bagnères, un peu de Saint-Lary parce qu’il ne faut pas non plus oublier les clubs qui les ont formés dans les écoles de rugby. Et de toute façon, nous avions déjà d’excellents rapports avec Albi et, à travers Théo Vidal, nous continuerons à en avoir d’excellents. 

 

Et puis, ça montre que le rugby bigourdan sait s’exporter ? 

 

Voilà, il sait s’exporter et, de toute façon, comme je te l’ai dit au départ, c’est notre départ. On a Geoffrey Cros qui joue à Bègles-Bordeaux et nous, ce que nous souhaitons, c’est justement que ces jeunes puissent s’épanouir ailleurs. 

 

Merci Patrice, on va te souhaiter une très belle saison avec le Stade Bagnèrais, malgré ce petit  » à-coup  » du destin avec ce report de match. Mais on espère que dès la seconde journée, vous allez pouvoir aller ferrailler avec les autres équipes de la poule 4

 

Avec Bagnères, nous irons ferrailler avec Lannemezan, ça sera un joli derby (rires). 

 

Un derby pour embrayer, c’est le top ? 

 

C’est ça. Je te remercie beaucoup et à nouveau un grand bonjour aux gens d’Albi.

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-11-septembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Patrice Padroni lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 11 septembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s